Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La fiction malsaine de l’union
de : Munïn
dimanche 11 janvier 2015 - 18h22 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 46.6 ko

Le 7 Janvier, douze personnes ont été exécutés au siège de Charlie Hebdo. Cet événement m’a rempli d’effroi, moi aussi, comme une multitude de gens. On a buté des mecs pour délit d’opinion. Ça me débecte.

Mais la grande réaction d’indignation collective qui s’élève depuis me met plus que mal à l’aise.

Je refuse de plonger la tête la première dans l’unité au nom des valeurs républicaines. Dans nos institutions, dans nos rapports sociaux pouvez-vous me dire ce qui produit aujourd’hui réellement de la liberté, de l’égalité, de la fraternité ?

Les dernières grandes avancées allant dans le sens de l’émancipation et de la justice sociale ont presque trente cinq ans. C’est le temps qui nous sépare de l’abolition de la peine de mort, des dernière vagues de nationalisations, de la retraite à 60 ans, de la cinquième semaine de congés payés, des radio libres... Ces conquêtes sociales et politiques furent le chant du cygne institutionnel d’une longue phase de notre histoire nationale ouverte à la fin du dix neuvième siècle pendant laquelle « la République » constitua un champ de luttes qui pouvait déboucher sur de réelles avancées démocratiques et sociales. Pour reprendre la formule de Jaurès : la République offrait la possibilité de « dépasser la démocratie en ouvrant la voie au socialisme » parce qu’elle posait un cadre politique, légitime, légal et institutionnel minimal permettant l’expression et la résolution de la conflictualité sociale.

Pour mener leurs combats, les classes populaires avaient la possibilité de s’approprier ce cadre et d’utiliser les « valeurs républicaines » comme une matrice portant potentiellement en son sein des conquêtes futures bien réelles. Congés payés, réduction du temps de travail, droit de vote pour les femmes, conventions collectives, socialisation d’une part grandissante des richesses produites via la cotisation sociale et les services publics, droit à l’avortement.... pendant plus d’un siècle, en luttant pour leur émancipation, en dénonçant les écarts entre les valeurs républicaines et la « république réellement existante » et en œuvrant au dépassement de celle-ci, des forces sociales dominées ont permis à la « République » et à ses valeurs de se « réaliser ».

Depuis les années 1980, cette dynamique conflictuelle et contradictoire est brisée. Le rapport de force a changé de camp. Les puissants ont la situation bien en main...et la « République » avec.

La grande roue de l’histoire tourne à l’envers et charrie en masse les mesures liberticides, les lois antisociales et les coups de forces antidémocratiques. Conséquence de ce grand mouvement rétrograde (pour ne pas dire réactionnaire), en 2015, Le triptyque « Liberté – Égalité – Fraternité » est bien plus prégnant dans le granit des frontons institutionnels que dans la substance objective de nos rapports sociaux. La République n’est plus que l’ordre républicain prôné par Valls, un ordre immuable auquel il n’y aurait plus rien à changer puisque seule compterait la défense des valeurs.

On nous demande de faire unité au nom de ce qui s’avère être pour une grande part une fiction et qui ne constitue assurément pas le fondement réel de la société dans laquelle nous vivons.

Mais il y a plus. Ceux qui nous exhortent à embrasser cette foi républicaine sont ceux-là même qui imposent jour après jour un monde bien réel de domination, d’oppression et d’aliénation.

Fraternité – Faire unité avec Valls qui pourchasse et exclus des roms à tour de bras ?

Liberté – Faire unité avec Hollande qui sait si bien défendre la liberté d’expression en interdisant des manifestations de solidarité avec le peuple palestinien noyé sous les bombes ?

Egalité – Faire unité avec tous ceux au PS et à L’UMP qui font la guerre aux classes populaires, ceux pour qui le travail est un coût, ceux qui feignent de ne pas reconnaître la violence ni l’insécurité lorsqu’elle se fait sociale ? Il y a quarante ans, le « terrorisme islamiste » était-il sur les feux de la rampe ? Non. Pourquoi ? Parce que le monde de cette l’époque était différent. Pas parfait, non, mais bien différent : autres dynamiques, autres rapports de forces, autres enjeux de luttes et de pouvoirs. Ce « terrorisme islamiste » est donc un produit historiquement et socialement construit. Et il n’est certainement pas anodin qu’il soit contemporain du règne universel du capitalisme le plus sauvage et de la disparition durable de tout mouvement puissant d’émancipation humaine capable de produire, vraiment, dans la vie réelle, de l’émancipation. Le carnage du 7 janvier est la déclinaison française de ce qui se joue au niveau international et en ce sens, il est aussi le produit de cette république frelatée qu’on invoque pourtant pour le conjurer.

La situation n’est pas nouvelle. Avant le drame du 7 janvier 2015, « La République » avait déjà été appelée à la rescousse pour conjurer la menace du Front National. C’était il y a 13 ans, après le 21 avril 2002. Vu la place que le F.N a aujourd’hui dans la société française, on jugera à quelle point la parade a été efficace. On pourra toujours dire qu’il est parvenu « à récupérer » la « République » et que c’est pour cela qu’il faut continuer de ce battre en son nom.

Et on aura tort. On aura tort car le FN est justement le rejeton naturel de cette république en tant que forme politique et ensemble institutionnel qui permet l’explosion des inégalités, des pratiques discriminatoires légalisées, la relégation sociale, la confiscation de pouvoir à grande échelle par une élite, et qui contribue à produire du même coup les individus qui ont sévit le 07 janvier dernier.

Cet énième sursaut au nom des valeurs républicaines montre à quel degré d’absurdité nous sommes parvenus.

Car pour sortir de l’impasse, on invoque justement ce qui est le fond du problème.

Soit on le fait par calcul, pour que l’ordre existant reste ce qu’il est, comme le font aujourd’hui Valls, Hollande et tous ceux qui incarnent la classe dominante au pouvoir. Soit, ce qui est le cas de la grande majorité des gens qui se mobilisent depuis le 7 janvier, on brandit les valeurs républicaines en toute honnêteté, sans se rendre compte qu’on s’attache à des idées abstraites qui n’existent plus que dans les têtes et qui n’ont rien à voir avec l’essence de la « république réellement existante » dans laquelle nous vivons. C’est alors le symptôme de l’impuissance collective d’un peuple qui se réfugie dans l’illusion et dans le déni. C’est la marque d’une incapacité commune à saisir et à comprendre réellement le cours des choses, l’enchaînement des causes et des effets qui ont produit cette situation. Enfin c’est peut-être le signe d’une grande peur de reconnaître que nous n’avons aucune prise collective sur la réalité, que nous n’avons pas la capacité de peser sur elle, ni de la transformer.

Sur le forum de discussion du site de « arrêt sur image », un internaute parlait d’anomie pour caractériser cette situation.

Allons plus loin. On se trouve ici au paroxysme de ce que Marx appelle l’aliénation : ce processus qui fait que les puissances sociales produites par les individus en viennent à leur échapper et à devenir des puissances étrangères qui leurs font face et les dominent.

« La liberté d’expression contre l’obscurantisme », « les valeurs républicaines contre le fanatisme et les radicalismes », « la lutte contre le terrorisme ». Nous ne sommes pas confrontés à des événements tangibles qui ont des causes réelles. Nous assistons à une guerre qui fait rage dans le ciel, au dessus de nos têtes, entre des grands principes abstraits et éternels. Tout ce que nous aurions à faire, c’est de nous placer sous les ailes protectrices des bons principes et des valeurs justes pour devenir les fantassins de cette guerre. On est fortement inviter à user de nos sentiments et de notre capacité d’indignation comme munition à condition de les mettre au service de la défense de ces idées invariantes, éthérées et indéfinies et de se fondre dans l’unanimisme sans trop se demander ce qui fait au juste l’unanimité. Est-ce que quelqu’un sait au juste ce que veut dire : « je suis Charlie » ?

Désapprouver le meurtre et la violence comme moyen de régler un conflit d’opinion ?

Affirmer le fait qu’on est solidaire des victimes ?

Se reconnaître dans la ligne éditoriale de Charlie Hebdo (qui se vendait jusqu’à maintenant à 73000 exemplaires seulement) ?

Les gens se seraient-ils promenés aussi spontanément avec des pancartes « je suis le Figaro ! » si c’est la rédaction du journal de droite qui avait été décimée le 07 janvier dernier ? L’absurdité de l’unanimisme émotionnel se démontre facilement par l’absurde.

C’est bien cette guerre des valeurs que va mettre en scène la marche (le mot « manifestation a été bazardé pour un terme plus neutre...et qui ne renvoie à aucun but et qui montre bien la passivité qu’on attend des participants) du dimanche 11 janvier. La volatilité des principes invoqués atteste d’ailleurs à quel point ceux-ci se trouvent déconnectés du réel. En trois jours on est passé de « l’union républicaine », à « l’union nationale ». Avec la présence des représentants des puissances occidentales et de leur alliés, c’est la « lutte contre le terrorisme » qui est à l’ordre du jour. Aucun d’entre nous n’a eu de prise sur ce glissement. L’aliénation grandit et prospère toujours sur une confiscation de pouvoir, sur une séparation du plus grand nombre d’avec les moyens d’agir sur le réel. On sait donc à quoi s’en tenir concernant le rassemblement du 11 janvier. Il sera l’événement fondateur qui légitimera des décisions qui seront prises sans nous, mais pourtant en notre nom, car nous auront accepté de marcher, guidés par de belles valeurs virevoltants dans la stratosphère... et en prise directe avec des intérêts qui ne sont pas les nôtres.

Restons chez-nous le 11 janvier. Essayons de comprendre ensemble l’enchaînement et l’imbrication réel des causes et des effets qui nous ont conduit à un tel merdier et à partir de cela, attelons nous à agir en commun pour transformer la réalité et lui faire prendre un autre cours. On peut invoquer des valeurs pour orienter nos actes (communiste, militant pour l’émancipation individuelle et collective, je suis fermement attaché à la liberté, à l’égalité, à la coopération, à l’exercice collectif du pouvoir, à l’anti-autoritarisme et je donne à ces mots un contenu précis...) mais veillons bien à ce que celles-ci restent de manière permanente en prise directe avec nos manières d’agir et plongent leurs racines à même le terreau de la réalité.

https://www.facebook.com/2354019531...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La fiction malsaine de l’union
11 janvier 2015 - 19h36 - Posté par charc

je partage.

A nous de reprendre la main pendant le temps politique qui va succéder rapidement au temps émotionnel de "l’union nationale".

Le réel ne disparaît pas. En France, s’appuyer sur l’effet de choc pour exiger du gouvernement qu’il rende des comptes pour ses choix de répression policière contre les manifestations (Sivens, mort de Rémi, Notre Dame des Landes...) et d’indigence dans le contrôle des sectes djihadistes, austérité et loi Macron à combattre, soutiens à la gauche radicale et aux mobilisations en Grèce et en Espagne, agir pour un syndicalisme lutte de classes....

Reprendre la rue par nos mobilisations sociales enfin !!!






Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
2 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La perfection des moyens et la confusion des buts semblent caractériser notre époque. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite