Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La Ruche Qui Dit Oui : une fausse note dans la symphonie des abeilles
de : Miren Funke
lundi 16 mars 2015 - 17h48 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

Qui a échappé aux récentes publicités de certaines enseignes de grande distribution, orchestrant la promotion de légumes et fruits « moches », dont nous vantent à présent la qualité, ceux là mêmes qui durant des décennies ont dicté à l’agriculture leurs exigences pour que cette dernière fournissent au marché des légumes sélectionnés selon des critères esthétiques, tous calibrés à l’identique –et au besoin traités chimiquement et modifiés génétiquement pour ce faire-, des pommes de terres sans terre et javellisées, des tomates OGM parfaitement rondes mais sans saveur, de jolies pêches chargées de pesticides ? Marketing programmé ou simple revirement d’attitude, dû au fait que de plus en plus de consommateurs se détournent de ces aliments sans goût, pollués et trafiqués, et de ceux qui les vendent, pour chercher auprès de petits producteurs des denrées naturelles, saines et variées, peu importe. Il faudrait croire que ceux qui depuis 50 ans nous font manger de la merde vont désormais éduquer les gens à consommer autrement…

Les grandes surfaces de distribution se sont déjà attelées depuis quelques années à proposer des aliments dits de « commerce équitable », qui du reste n’en sont pas vraiment, des fruits dits « bio », ou des produits d’entretien dits « biodégradables », qui ne le sont pas plus. Les défenseurs du vrai commerce équitable qui fréquentaient déjà les boutiques Artisans Du Monde et les biocoops de quartier peuvent observer d’un œil amusé, mais tout de même méfiant, la soudaine conversion déontologique du mercantilisme capitaliste, qui se découvre subitement une conscience et un désir d’œuvrer au bien du client et du producteur, qu’il n’a fait jusqu’ici qu’exploiter : d’une part, sous prétexte de démocratisation du commerce équitable, qu’on prétend rendre accessible au plus grand nombre, on nivèle par le bas les normes mêmes de l’équitable, puisque la pression est mise sur les producteurs pour que les prix de leurs produits soient revus à la baisse et que leur respect des normes se limite au stricte minimum nécessaire à l’obtention du label ; d’autre part, en attirant les consommateurs, désireux de soutenir le commerce équitable, dans les supermarchés, on les détourne des structures associatives pionnières en la matière, mettant ainsi en péril l’existence du réseau qui a permis l’émergence et le fonctionnement d’un marché plus juste envers les petits producteurs et artisans, en particulier du Tiers Monde. Mais au fond, la disparition des modes alternatifs de consommation, qui intéressent de plus en plus de citoyens, n’est-elle pas précisément la finalité recherchée ?

C’est la question que pose également la récente création de l’entreprise « La Ruche qui dit oui », qui met en lien producteurs et consommateurs, par le biais d’une plateforme de vente en ligne et d’associations ou de petites sociétés, et que la complaisance de certains médias a fait un peu trop vite passer auprès du public pour un réseau de vente directe du paysan au consommateur, fondé sur des critères de consommation locale et de respect de la qualité des aliments, alors que cette entreprise ponctionne pour son rôle d’intermédiaire une marge de 20% TTC du chiffre d’affaire des ventes, destinée à rémunérer des responsables locaux, les quelques 45 salariés de l’entreprise mère Equanum à Paris, et ses actionnaires, Xavier Niel (Président de Free), Marc Simoncini (co-fondateur du site de rencontres meetic.fr), et Christophe Duhamel (co-fondateur du site marmiton.org) ». Assurer au citoyen le droit de consommer des produits locaux, issus de l’agriculture biologique, et garantir aux agriculteurs travaillant dans le respect de l’environnement une rémunération juste et décente, c’est déjà la philosophie et la pratique auxquelles œuvrent les Amap (Associations pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) et autres associations de quartier, organisant des distributions de paniers, dans le cadre d’achat direct aux producteurs locaux. Mais il n’y est pas question que de consommer des produits sains. Il s’agit d’engagement et d’adhésion à des valeurs qui déterminent d’autres rapports humains et tissent d’autres liens sociaux : équité, altruisme, entre-aide et solidarité. Chaque membre donne un peu de son temps pour permettre au système d’être viable pour tous. Certes ces conditions, tout comme l’engagement des « Amapiens » pour des contrats de commande à moyen ou long terme (6 à 12 mois en général) peuvent être perçues comme des contraintes par le consommateur accoutumé à acheter ponctuellement, voire compulsivement, ce qu’il veut, quand il veut. Certes… Donner de sa personne et de son temps pour le bon fonctionnement d’un bien commun, c’est une contrainte. Consommer des fruits et légumes de saison, c’est une contrainte –on entrave notre droit à manger des fraises pleines de pesticide en hiver et des brioches à l’huile de palme le dimanche-. Se soucier des autres, c’est une contrainte. Certes : la responsabilité est une contrainte, pour peu qu’on possède une définition bien enfantine de la liberté. Cependant en garantissant pour plusieurs mois des commandes aux paysans, ce système leur permet de ne pas exister au jour le jour, de pouvoir à leur tour s’engager et investir, et simplement vivre de leur activité et la planifier. Il est d’ailleurs amusant que la réflexion concernant l’aspect contraignant du système des Amap m’ait été faite par une personne salariée en CDI, et donc bien placée pour connaitre le bien-être que représente l’assurance de pouvoir vivre de son activité et prévoir un peu l’avenir. Pas sûr qu’elle soit d’accord, si demain on lui annonce qu’elle percevra son salaire pour un mois, sans savoir si le jour d’après elle pourra continuer à vivre de son travail, car c’est une contrainte pour son employeur de s’engager plus. Pourtant c’est précisément sur ce type de réticences que s’appuie le discours de La Ruche Qui Dit Oui pour faire sa promotion : grâce à des commandes ponctuelles, elle se veut plus souple et moins contraignante pour le consommateur. Mais qu’en est-il de la situation du producteur ? Les plus petits sont condamnés à l’extinction, faute d’optique à longue terme, et de rémunération suffisante. Car en outre, contrairement aux Amap, le système de la Ruche octroie à son responsable local une marge de 8,35 (hors taxe, donc 10%TTC) du chiffre d’affaire des producteurs et à son siège parisien une autre marge du même montant. Une proportion au final pas si éloignée que cela de la marge prise par certaines grandes surfaces de distribution classique. Qui plus est, La Ruche ne se prive pas d’exercer des pressions sur les agriculteurs pour que les prix de leurs aliments ne soient « pas trop prohibitifs » (comprenez revus à la baisse). En conséquence de cela, seuls les gros exploitants peuvent se permettre, pour écouler leurs marchandises, d’adhérer à ce système, qui de plus, n’exige pas que leurs produits soient issus de l’agriculture biologique, et étend la notion de localité des produits à un rayon de 250km. Le bio et la qualité à bas coût ne permettent qu’aux exploitations d’une certaine importance de survivre, tout comme l’équitable à bas coût, là où un commerce véritablement équitable non seulement fait vivre de petits artisans ou des micro-coopératives, mais contribue aussi à l’amélioration de la vie locale, au financement de l’installation d’un puits, de la fondation d’une école ou de la construction d’un dispensaire médical au village, par exemple. Ce que la Ruche entend par « souplesse », c’est qu’aucune implication personnelle n’est demandée aux adhérents, qui ne sont finalement rien d’autres que des clients, consommant de meilleurs produits certes, mais pas nécessairement dans le cadre d’une démarche éthique.

Après le libéralisme pas vraiment capitaliste, le bio avec de la vraie agrochimie dedans, l’équitable un peu inéquitable quand même, voilà donc la vente directe pas si directe que ça : en résumé, l’éthique sans trop d’éthique. Mais le plus grave ne réside pas dans une tromperie, qui ne vise à rien d’autre que récupérer des parts de marché qui commençaient à échapper à l’économie classique. Leurrer ainsi les gens sur la nature de l’offre a pour conséquence de mettre en danger l’existence même des systèmes commerciaux parallèles et véritablement éthiques. Certes on peut objecter que les alternatives au système consumériste classique ne représentent qu’une goutte d’eau dans la mer (on compte 1200 Amap en France fréquentées par 400 000 adhérents), et ne sont pas encore développées au point de lui faire de l’ombre –et encore moins de le concurrencer- . C’est oublier que les pouvoirs économiques et les idéologies politiques en place ont toujours craint la propagation des idées les remettant en question. Mieux vaut tuer l’idée dans l’œuf.

Miren



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La Ruche Qui Dit Oui : une fausse note dans la symphonie des abeilles
16 mars 2015 - 18h07

Une très bonne mise au point à diffuser le plus largement possible ...



La Ruche Qui Dit Oui : une fausse note dans la symphonie des abeilles
16 mars 2015 - 18h24 - Posté par

ben ouais apres l’agrobusiness ,le biobusiness ,c ’est une evidence .
Quant au gout du bio ...


La Ruche Qui Dit Oui : une fausse note dans la symphonie des abeilles
17 mars 2015 - 11h55 - Posté par Antoine

Et sachez que la société mère de La Ruche Qui Dit blablabla...
a basé sa trésorerie : au Luxembourg !
donc il faudrait faire un tableau récap des caractéristiques Ruche,
avec la case paradis fiscal comme cerise sur le gâchis...



La Ruche Qui Dit Oui : une fausse note dans la symphonie des abeilles
19 mars 2015 - 09h51 - Posté par maingault

bonjour,

Le système des Amap ou la vente directe à la ferme (agriculture paysanne) sont les systèmes les moins inéquitables.
L’équité n’existe pas car l’agriculture est un secteur sous-évalué de l’économie dite de marché (voir article en pièce jointe)
les amap ont un rôle très important dans le sens où elle introduise un peu plus d’équité mais sans pouvoir changer à elles seules tout le système. Il faut combiner expérimentations alternatives et changements socio-économiques profonds

p maingault, coordinateur de l’association (agriculture urbaine) Planète Lilas à Vitry, enseignant P 8


La Ruche Qui Dit Oui : une fausse note dans la symphonie des abeilles
22 mars 2015 - 21h30 - Posté par

les amap moins générant moins d’inéquités ?
Comment ?
pour qui ?

affirmation sans preuves !
Pour avoir pratiqué l’Amap,coté coût,coté prix,coté diversité, rien de vraiment transparent.
Avis partagé par 4 adhérents sur 5 qui ont abandonné l’amap autour de moi.


La Ruche Qui Dit Oui : une fausse note dans la symphonie des abeilles
25 mars 2015 - 12h28 - Posté par Roberto66

Une expérience n’est pas preuve généralisable non plus.
Et si le système AMAP ne vous convient pas, vous vous prenez par la main et avec des simples tableaux en lignes (Framacalc ou GoogleDrive, vous pouvez mettre en place un système d’achat direct à des producteurs.
Nous fonctionnons comme cela depuis six ans et les membres de l’association ou les producteurs ne sont pas mécontents.
Par contre cela demande un peu de se sortir les doigts.


La Ruche Qui Dit Oui : une fausse note dans la symphonie des abeilles
5 avril 2015 - 18h54 - Posté par

Exactement : une expérience personnelle n’est pas règle générale. Encore faudrait-il savoir de quelle Amap vous parlez. Celle à laquelle j’ai personnellement adhéré est transparente à souhait, pour la simple raison que chacun y participe, donc chacun a droit de regard et possibilité d’agir sur le fonctionnement. Et tout en consommant bio et varié, je peux dire que c’est plus avantageux financièrement que de fréquenter assidument les super marchés. Il me semble à présent évident qu’on devrait fonctionner de cette façon le plus possible, tellement c’est sensé.
Mais ça demande un peu de remettre en cause les habitudes consuméristes et de repenser notre façon de vivre et nos rapports aux autres.

Miren Funke





Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1
BOLIVIE : La CIA partout, les dollars pleuvent à flots pour les complots, pas pour la pauvreté !
lundi 25 - 12h06
de : JO
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Elle [la philosophie] fait sienne la profession de foi de Prométhée : "Je hais tous les dieux." Cette profession de foi est sa propre devise qu'elle oppose à tous les dieux du Ciel et de la Terre qui ne reconnaissent pas pour divinité suprême la conscience que l'homme a de soi. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite