Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Italie : interview du secrétaire de Refondation communiste sur la fécondation assistée à la veille du vote du 12 juin
de : Rina Gagliardi
lundi 23 mai 2005 - 03h19 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 13.9 ko

Le 9 juin, à 19 heures, 120 rue Lafayette le Collectif Bellaciao organise un débat sur :
LE STATUT JURIDIQUE DE L’EMBRYON

Bertinotti aux catholiques : "Désobéissez à Ruini et allez voter pour le référendum"

de : Rina Gagliardi traduit de l’italien par karl&rosa

"Je fais appel aux consciences les plus averties du monde catholique, afin qu’elles désobéissent à l’invitation à s’abstenir des hautes sphères ecclésiastiques et aillent voter le 12 juin au référendum contre la loi 40 (Italie). Je ne le dis certainement pas par "laïcisme" : au contraire, rien n’est plus loin de moi que le partage du monde entre croyants et non croyants. Mais pour voter Oui aux quatre questions proposées par le référendum aucune abjuration de sa propre foi ou de ses propres convictions morales n’est requise : au contraire, il est essentiel de retrouver cette aptitude au dialogue qui a été au centre de la saison conciliaire".

Fausto Bertinotti "plonge" ainsi dans la campagne référendaire, le jour où elle commence officiellement : par une approche politiquement très déterminée et en même temps très attentive à éviter les simplifications de toute sorte. Nous devons défaire, dit le secrétaire de Refondation communiste, une loi "durement offensive", obscurantiste, centrée sur la "suspicion vis-à-vis des femmes ; et nous entrons dans le vif de cette bataille avec beaucoup de retard. Notre véritable adversaire est le silence : c’est le risque concret que ce Pays ne soit pas véritablement informé sur la substance effective du référendum. "Ici à Strasbourg" dit le secrétaire (qui participe actuellement à la session du Parlement européen) " on a vraiment l’impression d’être dans un autre monde ; de partout on discute du référendum, désormais prochain, sur la constitution européenne. Il n’y a aucune télé, aucun quotidien qui ne consacre à ce thème un grand espace chaque jour. En Italie, au contraire..."

En Italie, au contraire, la grande majorité de l’électorat ne sait pas encore sur quoi on va voter le 12 juin. Mais, en même temps, quelque chose de bizarre est en train de se passer : dans le rassemblement de centre-droit les tenants du Oui augmentent. Hier Fini s’est prononcé, rien moins que le vice-premier ministre. Et il n’y en a plus beaucoup qui défendent la loi 40. On est amené à se demander : mais alors, qui l’a voulue et votée, cette loi ?

Regardez, cela s’est aussi passé en Sicile, où il y aura un référendum pour abroger une nouvelle loi électorale voulue par la majorité de centre-droit : il y a quelques jours, le président de la Région a annoncé qu’il pourrait voter Oui à l’abrogation. On peut même en plaisanter de ces incroyables oscillations des hommes politiques au gouvernement, qui désormais semblent souvent "faire sans savoir". Avec, en plus, une présomption d’impunité. Cette irresponsabilité, au sens littéral du terme, en dit beaucoup non seulement sur les divisions et sur l’actuelle débandade du centre-droit, mais aussi sur l’usure atteinte par la démocratie représentative.

Les Chambres, les lieux de représentation, sont en train de devenir si opaques, qu’en leur sein on peut décider n’importe quoi - quitte à assister à des demi-tours qui deviennent souvent très rapides, ou impensables. C’est ce qui se passe sur la loi 40 : elle est si peu défendable que même ceux qui l’ont votée ne la défendent pas. Dès que s’active un processus démocratique, une discussion de masse comme celle que le référendum évoque potentiellement, en somme, dés qu’on en arrive au nœud du rapport entre les institutions et le pays réel, cette irresponsabilité prend le dessus.

Le référendum, donc, non seulement comme un instrument ad hoc, mais comme une activation démocratique. C’est pour cela que nous avons été parmi les promoteurs et les signataires actifs de cette campagne contre la loi 40 ?

Oui, bien sûr. Nous sommes parmi ceux qui ont considéré nécessaire une réponse concrète à un choix politiquement et culturellement régressif, comme celui que représente la loi 40. Une question référendaire qui l’abrogeât totalement (en effet, en son temps, nous avons soutenu la proposition radicale) aurait été préférable, en tout cas l’ensemble des questions sur lesquelles nous sommes appelés à nous prononcer configure, en substance, une abrogation. Nous nous trouvons donc devant une bataille très importante, qui va même au-delà de la loi : je dirais une vraie bataille de civilisations. Mais nous devons récupérer le grand retard que nous avons accumulé sur les deux fronts principaux.

Lesquels ?

Celui de l’information, avant tout. Il faut que les personnes soient informées et qu’elles le soient correctement. Et il faut éviter, absolument, le risque d’un conflit idéologique entre croyants et non croyants, entre laïcs et catholiques : ce n’est pas cela (ça n’est jamais cela en réalité) le terrain réel de l’affrontement. Et puis il y a la véritable initiative référendaire : où l’enjeu se jouera, in fine, presque entièrement sur la réalisation du quorum (Pour qu’un référendum soit validé, la loi italienne impose qu’au moins la moitié plus un des ayants droit exercent leur droit de vote, NdT). Les défenseurs de la loi, comme tout le monde le sait, n’ont pas choisi le Non : il se retranchent derrière l’invitation à la désertion. Et là, l’attitude de l’Eglise catholique me semble déconcertante ...

Pourquoi déconcertante ?

Je voudrais essayer de bien expliquer mon opinion. Je suis quelqu’un qui, notoirement, nourrit un grand respect pour l’Eglise et le monde catholique. Evidemment, je ne prétends aucunement, de la part de l’Eglise elle-même, qu’elle se "convertisse" à une vision différente, pour ainsi dire plus laïque, de ces problèmes. Je vais au-delà : dans une société où le capitalisme broie tout, fait commerce de tout, diffuse un mépris grandissant de la vie par des guerres, des clonages, des brevets, je comprends bien le sens d’une réflexion et même d’une discussion de fond sur la vie - sur sa valeur et même sur son sens. Je suis disponible à me mesurer aussi, sans préjugés, avec la question - très difficile - des embryons, de quand et où commence un processus vital. Mais c’est justement pour ces raisons peu banales, justement à cause de l’importance d’une sphère de réflexion qui abat toute frontière idéologique (y compris entre ceux qui croient et ceux qui ne croient pas), que je suis resté déconcerté par les choix de l’Eglise. Laquelle a été poussée par ces préoccupations à deux conclusions inacceptables.

Tu penses en particulier à l’invitation à l’abstention sur ce référendum déjà exprimée par le cardinal Ruini ?

Aussi. Mais, encore auparavant, il y a la tentation politique de l’Eglise : le retour à un Etat confessionnel - ou à un Etat éthique, ce qui est même pire. C’est-à-dire à la prétention que les lois soient inspirées par les principes moraux de la religion catholique - d’une seule morale et d’une seule religion. Ce n’est pas une nouveauté, bien sûr - cela fut ainsi aux temps du divorce et de l’IVG (c’est à dire lors des deux référendums qui ont amené à l’introduction de l’un et de l’autre dans la législation italienne, NdT). Mais, à l’époque, on n’arriva pas au point d’inviter à la désertion du vote : un choix qui exprime d’un côté un profond mépris de la consultation électorale, de l’acte même du vote et qui est de l’autre côté une option mimétique, camouflée, trempée dans la ruse. Où est passée la nécessité - pour tout catholique - de témoigner, d’être là, de choisir ? Et où est passée la propension au dialogue, qui a été au centre du Concile ?

Tu es en train de dire que, en réalité, on peut tranquillement aller voter, et voter Oui, en étant et en se sentant catholiques ?

Oui, je crois qu’a ce référendum on peut voter Oui à partir des plus différentes Weltanschauungen, visions du monde et de la vie. En ce sens, je fais appel aux consciences les plus averties du monde catholique afin qu’elles désobéissent, et aillent voter le 12 juin - aussi et surtout au nom de la tradition de dialogue dont elles sont porteuses. Pour voter Oui on ne demande aucune abjuration de foi ni une particulière conviction morale. En somme : entre moi et un catholique il y a sûrement une idée différente de l’origine de la vie. Mais qu’est ce que cela a à faire avec une loi qui prescrit une pratique dangereuse, presque unanimement considérée ainsi, pour la santé de la femme ? Qui interdit le diagnostic prénatal ? Qui semble inspirée par une véritable volonté d’acharnement contre les femmes ?

Les défenseurs de la loi 40 proposent sans cesse le thème des "droits de l’embryon", auquel nous opposons les droits au "libre choix" des femmes - et des individus. Qu’en penses-tu ?

Je pense qu’il s’agit de thèmes d’une extraordinaire complexité et, du point de vue de la réflexion culturelle et philosophique, je suis contraire à toute simplification. Même sur le "libre choix" j’ai quelques perplexités : je préfère parler de "choix responsable" comme droit inaliénable de toute femme et je ne voudrais pas offrir au libéralisme, en aucun cas, la culture de la vie... Mais il s’agit, je le disais, de grands et difficiles problèmes, sur lesquels - et ce n’est pas un hasard - on débat depuis des siècles. Bien autre chose est la prétention de tirer de ses propres doctrines ou convictions éthiques une conséquence législative, un certain système juridique. Ici, l’équivalence de droits entre le conçu et sa mère - la personne adulte - n’est pas soutenable. Ici, au contraire, il y a une asymétrie évidente, considérée comme telle même par le sentiment commun et enregistrée par des lois comme la 194 : entre un ovule fécondé et une personne, entre une vie potentielle et une vie effective, aucune véritable "égalité ne peut être établie. Quand on le fait, comme dans la loi 40, on veut punir en réalité la femme, assumée comme un sujet "suspect" par sa nature, un sujet à punir, à faire souffrir - à condamner.

En conclusion ?

En conclusion : il s’agit d’abroger une loi profondément injuste et dangereuse. Et de produire à sa place une bonne loi : c’est-à-dire un système de normes qui offre une opportunité et n’impose aucun comportement à personne. Une loi qui résout la discrimination sociale de facto en vigueur aujourd’hui : celles qui ont les moyens de se permettre hors d’Italie la fécondation hétérologue peuvent le faire. C’est une des nombreuses perversités, pas la dernière, de la loi 40.

http://bellaciao.org/it/article.php...



Imprimer cet article





Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
1 commentaire
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
4 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien
Baccalauréat 2019 : Blanquer droit dans ses notes
jeudi 4 - 18h07
Le Président du Mexique Andrés Manuel Lopez Obrador reçoit des menaces !
jeudi 4 - 15h12
de : JO
L’Eau, c’est la vie : la "guerre de l’eaué a telle commencé, NESTLÉ : l’escroquerie du commerce de l’eau (vidéo)
mercredi 3 - 23h10
de : nazairien
2 commentaires
"Américan Dream" Peste bubonique à Los Angeles : la Californie sur le point de devenir un État du tiers-monde
mercredi 3 - 12h32
de : nazairien
2 commentaires
Amazon : plusieurs sites bloqués par des Gilets Jaunes et des écolos
mardi 2 - 11h06
de : nazairien
1 commentaire
Vilain Villani la suite à Grenoble chez Mandrin
lundi 1er - 23h19
de : PMO viaJYP
Collège République de Bobigny : Sud-éducation dénonce un article à charge de Libération
lundi 1er - 16h17
Accidents du travail : silence des ouvriers meurent :
lundi 1er - 08h43
de : jean 1
« NOUS, LE PEUPLE DES ÉTATS-UNIS… »
lundi 1er - 06h54
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l'Etat te le demande. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite