Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

« Le Point » en plein dans l’instrumentalisation de l’Histoire de la Révolution française
de : Mickaël Musto
lundi 21 août 2017 - 10h48 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 28.9 ko
Par Mickaël Musto, étudiant en Histoire de la Révolution française Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Célébrée ou rejetée, la Révolution française divise toujours autant la société. Quand certains se réclament de son héritage, d’autres n’hésitent pas à retomber dans les pires clichés. Le journal « Le Point » en est un exemple parfait. Dans son édition du 10 août 2017, l’hebdomadaire consacre tout un dossier aux années de la Révolution française, réduite aux années 1793-1794 et à « la Terreur ». Celle-ci serait une dictature appliquant une violence et une répression sur tout le territoire, dont la responsabilité se résumerait quasi uniquement à Robespierre, dictateur sanguinaire. En somme, la Révolution ce sont des années noires, annonciatrices des régimes totalitaires du XXIe siècle. 
Une vision bien éloignée de la réalité, mais qui s’inscrit dans une longue tradition de rejet de la Révolution française commencée peu après l’élimination de Robespierre, par ceux-là mêmes qui y ont contribué. Cette fiction se construit dès le 28 août 1794 quand le député de la Convention nationale Jean-Lambert Tallien prend la parole. Il y dénonce à plusieurs reprises un « système de la terreur » dirigé par un seul homme, Robespierre, agissant en monarque absolu. La France serait alors gouvernée par l’émotion et la peur. C’est « l’invention de la Terreur ».
 
Robespierre, dictateur sanglant ? 
Député du Tiers état aux états généraux, puis à la Convention nationale, membre du Comité de Salut public, Robespierre a évidemment été un responsable politique de premier plan. Mais le qualifier de dictateur et lui imputer la responsabilité des violences est une erreur. Il n’était ni seul, ni le membre le plus influent. Considéré comme Montagnard (à gauche), Bertrand Barère a par exemple été l’un des instigateurs de l’élimination de Robespierre et de ses partisans à la fin de juillet 1794. De plus, siégeaient à la Convention nationale 748 autres membres chargés de voter les lois et les décrets appliqués par les différents comités, et d’en élire les membres. Le Comité de salut public, dont Robespierre a fait partie, était composé de onze membres, élus chaque mois. Souvent en conflit avec eux, les membres du Comité de sûreté générale étaient, en théorie, chargés de la justice et de la police.
Radical, Robespierre n’était pour autant pas le tyran souvent décrit. Il a été à l’origine de la proposition de décret de citoyenneté des juifs voté le 28 janvier 1790. Le 13 mai 1790, il prononce à la Convention un discours en faveur de l’abolition de l’esclavage : « Périssent les colonies, s’il doit vous en coûter votre bonheur, votre gloire, votre liberté. » Quant à son rôle dans le gouvernement révolutionnaire, loin d’encourager les violences, il a au contraire tenté de les encadrer, voire de les limiter. Tallien, responsable des massacres à Nantes durant la guerre de Vendée, Collot d’Herbois de ceux de Lyon, ont par exemple été rappelés pour leurs exactions. Ces « ultras » ont d’ailleurs été à l’origine de l’élimination de Robespierre et de ses partisans.
 
La responsabilité du gouvernement révolutionnaire dans les massacres 
Du printemps 1793 à l’été 1794, les Français vivent sous les institutions du gouvernement révolutionnaire. Les libertés individuelles et collectives sont restreintes, les arrestations et les exécutions nombreuses. Outre les 170 000 morts pendant la guerre de Vendée et les 200 000 morts causés par la guerre extérieure, l’historien Jean-Clément Martin rappelle que sur l’ensemble de la population française, soit 28 millions de personnes, 35 à 40 000 ont été victimes de la répression politique « officielle » (Révolution et Contre-Révolution, 1996). A titre de comparaison, à Saint-Domingue, dans ce qui deviendra Haïti, 350 000 esclaves peuplent l’île. 100 000 sont morts de la guerre civile. 100 000 autres ont été victimes des massacres et des maladies pendant l’expédition de Napoléon entre 1802 et 1803. Il ne s’agit nullement ici de relativiser le nombre de morts, d’excuser les massacres, ou de surévaluer le poids du contexte, mais de replacer les événements dans celui-ci. 
Depuis 1792, la France est en guerre contre les monarchies européennes : la Grande-Bretagne, l’Espagne, l’Autriche, l’Italie, les Provinces-Unies. A l’été 1793, les troupes étrangères sont dans les Pyrénées, le Rhin et les Alpes. A l’intérieur, la guerre civile touche de nombreux endroits, et notamment la Vendée. Face à ces menaces, nombre de personnalités politiques ont participé à la mise en place d’un système d’exception, celui du gouvernement révolutionnaire. C’est la loi des suspects du 17 mars 1793, le décret du 19 mars de la même année permettant, en vingt-quatre heures, d’arrêter, de juger, et d’exécuter les rebelles pris les armes à la main, ou encore la loi de Prairial du 10 juin 1794 qui renforce les attributions du Tribunal révolutionnaire. 
 
« La Terreur » : un système de violence et de répression généralisées ?
« La Terreur » ne s’abat toutefois pas sur l’ensemble du territoire. Tous les individus dénoncés ne sont pas arrêtés, tous les nobles et étrangers ne sont pas expulsés de Paris et des villes fortes. L’historien Guillaume Mazeau (Pour quoi faire la Révolution ?, 2012) explique que de nombreux endroits du territoire, comme l’Eure ou les Vosges, ne sont pas touchés par la répression. Laurent Brassart a lui montré que les municipalités de l’Aisne ont même pu connaître un apogée des pratiques démocratiques (Les politiques de la Terreur 1793-1794, 2008).
Ce moment d’entre-deux, le clergé le connaît aussi. Dès les premières années, les hommes de la Révolution, sous la demande d’une partie de la population et du bas-clergé, réorganisent l’Eglise avec la Constitution civile du clergé du 12 juillet 1790. En parallèle, la « déchristianisation » se poursuit avec la descente et la fonte des clochers des églises. Le pouvoir politique tente d’encadrer ces comportements et de limiter les destructions. Le 24 octobre 1793, est interdit la destruction des objets d’arts, y compris religieux. Un décret est voté le 6 décembre pour rappeler la liberté de culte. 
Et dans la fiction de «  la Terreur » généralisée, il y a « le génocide vendéen ». Mais contrairement à ce qu’affirme le juriste Jacques Villemain, ce qui s’est passé en Vendée n’est pas un génocide, c’est-à-dire la volonté de supprimer tout ou partie d’une population. Les membres de la Convention ont bien voté des lois liberticides. Mais le nombre de victimes de la répression politique, au maximum 40 000 personnes, le fait que les massacres s’inscrivent dans des rapports de force locaux et non d’une volonté politique plus globale, le rappel des envoyés en mission responsables des massacres, permettent de balayer cette thèse. Une thèse, qui comme le reste, sert surtout à rejeter toutes les transformations qu’a pu connaître la France durant ces années-là.
 
L’héritage de la Révolution en ligne de mire
Car la Révolution, ce n’est pas uniquement la violence et la guerre civile. C’est aussi un formidable moment d’innovations. Une première forme de sécurité sociale est née avec les premières caisses d’assurance maladie et de retraite, ou avec les politiques de redistribution envers les plus démunis. Les prix des produits de première nécessité ont été bloqués. L’éducation a été rendue obligatoire. Le suffrage populaire et la souveraineté du peuple ont été instaurés. L’esclavage a été aboli dans les colonies antillaises et pour la première fois on a parlé de « crime de lèse-humanité ». 
Au fond, à travers la Révolution, c’est tout cet héritage profondément républicain, social, et humaniste, que le journal « Le Point » rejette, avec ce qui est ni plus ni moins, qu’une instrumentalisation de l’histoire. 

https://www.humanite.fr/le-point-en...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
« Le Point » en plein dans l’instrumentalisation de l’Histoire de la Révolution française
21 août 2017 - 12h33 - Posté par blanval

Pour rectifier le monceau d’erreurs et d’horreurs écrit sur Robespierre et la Révolution lire "ROBESPIERRE la fabrication d’un monstre" de Jean-Clément Martin aux éditions PERRIN.



« Le Point » en plein dans l’instrumentalisation de l’Histoire de la Révolution française
22 août 2017 - 00h09 - Posté par Hans-Peter Renk

Le Locle, le 5 Fructidor 225
(22 août 2017)

Merci à Mickaël Musto de son article contre les pisse-copies contre-révolutionnaires du "Point".
Concernant l’un des tombeurs de Robespierre, Jean-Lambert Tallien, il n’est point responsable des noyades de Nantes. En effet, opérait dans cette ville un autre participant au 9 Thermidor, Jean-Baptiste Carrier (rappelé suite à un rapport de Marc-Antoine Jullien (de Paris) au Comité de salut public).
Tallien, qui avait été envoyé à Bordeaux, avait commencé par faire fonctionner la guillotine contre les royalistes et les fédéralistes, avant de s’aviser - notamment sous l’influence de sa future épouse, Teresa Cabarrus - qu’il était plus rentable de négocier la vie de ceux-ci. D’où l’origine de sa fortune et l’affadissement de ses convictions initiales.
Salutations solidaires.
H.P. Renk






SOLIDARITE UGTG - NON A LA REPRESSION ANTI SYNDICALE EN GUADELOUPE
jeudi 22 - 21h26
de : UNION GENERALE DES TRAVAILLEURS DE GUADELOUPE
Sur le principe du multiplicateur keynésien
jeudi 22 - 16h07
de : Jean-Pierre Beux
Italie, Rome : 22 févr. 1980 Valerio Verbano était assassiné (video)
jeudi 22 - 15h47
de : Roberto Ferrario
Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! Milan, 1975 (vidéo complète)
jeudi 22 - 14h13
de : Roberto Ferrario
Khaled Issa : « Il n’y a pas de réaction à la hauteur de la gravité de la situation à Afrin »
jeudi 22 - 13h08
de : Azad Kurkut
La vie en intérim / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 22 - 12h36
de : Hdm
Expulsion en cours au bois Lejuc
jeudi 22 - 10h21
Bure : au moins 15 arrestations lors de l’évacuation des opposants, au projet Cigéo, de la ZAD de Bure (video)
jeudi 22 - 10h03
1 commentaire
Bure Expulsion en cours
jeudi 22 - 07h58
de : Jean-Yves Peillard
2 commentaires
Intégrisme religieux, laïcité , émancipation, marxisme (tmi)
mercredi 21 - 23h56
de : Christian DELARUE
LA DETTE ET LE DEMANTELEMENT DE LA SNCF… CERTAINS ESPERENT SE REGALER !
mercredi 21 - 20h29
de : Nemo3637
A Lacq, l’industrie pollue gratuitement et impunément grâce à des élus locaux anti-écologie
mercredi 21 - 19h29
de : jean 1
VENEZUELA : création d’une criptomonnaie basée sur les ressouces naturelles du pays !
mercredi 21 - 18h05
de : JO
Israël : Benyamin Nétanyahou fragilisé par un nouveau scandale
mercredi 21 - 13h35
de : Cyrille Louis
LA QUESTION KURDE
mardi 20 - 20h26
de : Ernest London
OR GRIS
mardi 20 - 19h23
de : MARTINE LOZANO
Confirmation de la crétinisation du monde
mardi 20 - 19h19
de : PMO viaJYP
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 - 11h12
de : Gaël De Santis via FR
Ses Camarades qui ont été fusillés le 21 février 1944 au Mont Valérian (video)
mardi 20 - 10h37
de : Bernadette Leydier
Les fréquentations antisémites de la droite israélienne
mardi 20 - 10h02
de : CAPJPO-EuroPalestine
Comment 200 000 représentants du personnel vont perdre leur statut de salariés protégés
mardi 20 - 08h31
DE L’ESCLAVAGE : PLAIDOYER POUR JOHN BROWN
lundi 19 - 16h54
de : Ernest London
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 - 15h16
de : Marco Cesario via FR
1 commentaire
Forfaiture sur le forfait-jour
lundi 19 - 11h55
de : Ugict-CGT
LA SNCF A CRÉÉ DES CENTAINES DE FILIALES POUR MIEUX PRÉPARER LE DÉMANTÈLEMENT DU TRANSPORT FERROVIAIRE
lundi 19 - 10h57
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Le 22 mars 2018 : le retour des cheminots à Paris
lundi 19 - 10h48
de : CGT des Cheminots de Saint-Denis
FORD S’ACHARNE… CONTRE NOUS MAIS PAS POUR L’USINE !!!
lundi 19 - 10h44
de : CGT FORD
VENEZUELA : 55% de la population approuve une réélection de Maduro !
dimanche 18 - 21h13
de : JO
Jann Halexander rend hommage à la chanteuse canadienne Pauline Julien le 9 mars
dimanche 18 - 19h19
VENEZUELA : la Colombie recrute des mercenaires Vénézueliens
dimanche 18 - 16h25
de : JO
LA JOIE ARMÉE
dimanche 18 - 15h12
de : Ernest London
À Naples, rencontre avec Potere al Popolo (vidéo)
dimanche 18 - 12h29
de : Jean-Luc Mélenchon via RF
Augmenter la pression contre le licenciement de Gaël Quirante
dimanche 18 - 11h26
de : olivier
Mirages 2000, chars Leclerc, canons Caesar : la France et ses entreprises, fournisseurs officiels de la guerre au Yémen
dimanche 18 - 03h37
de : stef131
El votán Zapata
samedi 17 - 16h36
de : Georges Lapierre
Après NDDL : des ZAD partout ?
samedi 17 - 13h59
de : JO
Rennes : Deux enseignantes convoquées au rectorat pour avoir organisé une sortie scolaire à La Maison de la Grève
samedi 17 - 11h44
1 commentaire
TROIS OPTIONS POUR L’EUROPE !
vendredi 16 - 23h05
de : LE BRIS RENE
LE VRAI SCANDALE DES GAZ DE SCHISTE
vendredi 16 - 19h12
de : Ernest London
LE ROI NE MARCHE PLUS IL VOLE....
vendredi 16 - 18h56
de : Mickael Wamen
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Un peuple qui n'aide pas son théâtre est moribond, s'il n'est déjà mort.Federico Garcia Llorca
LE JOURNAL DU MEDIA à 20H
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 février
de Gaël De Santis via FR
Communistes, écologistes et militants des centres sociaux autogérés partent ensemble aux élections législatives italiennes du 4 mars . La gauche qui ne s’est pas rendue aux sirènes néolibérales reprend espoir en Italie. Et si elle retrouvait le chemin du Parlement  ? Depuis le mauvais score des communistes, en 2008, elle n’est en effet plus représentée dans les institutions nationales. Cette année, le monde militant antilibéral a retrouvé le chemin de l’unité, sous (...)
Lire la suite
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 février
de Marco Cesario via FR
1 commentaire
Les élections législatives approchent en Italie et dans un pays ravagé par une extrême droite toujours plus agressive et rampante qui prend comme cible les migrants et toute sorte de minorité ethnique ou religieuse, une nouvelle force politique voit le jour : Potere al Popolo ! (Pouvoir au peuple, en français) un mouvement de jeunes, ouvriers, précaires, étudiants, militants, résistants. “Nous sommes les sans emploi - lit-on dans le programme - nous sommes les (...)
Lire la suite
Italie. Elections du 4 mars 2018. Et programme du mouvement Potere al Popolo
lundi 12 février
de Jean-marc B via RF
Nous présentons, ci-après, une version française intégrale et annotée du programme de Potere al popolo[1] pour les élections législatives nationales italiennes du 4 mars 2018 (renouvellement des 630 membres de la Chambre des députés et des 315 membres du Sénat)[2]. Elles se dérouleront selon la nouvelle loi électorale adoptée en novembre 2017. C’est un système alambiqué, difficile à saisir dans son fonctionnement (à quel candidat sont finalement attribuées les voix exprimées ?[3]) et (...)
Lire la suite
Potere Al Popolo
vendredi 9 février
de Mathieu Dargel via RF
Point culminant d’une initiative lancée cette automne, la première Assemblée Nationale de la liste « Potere al Popolo » s’est tenue à Rome le dimanche 17 décembre. Plus de 1000 personnes issues de collectifs militants, centres sociaux, associations, mouvements écologiques, syndicats et partis politiques, se sont réunies pour adopter le principe d’une liste unique de la gauche antilibérale et anticapitaliste aux prochaines élections législatives du printemps 2018, après (...)
Lire la suite
Italie, POTERE AL POPOLO : Manifeste pour une liste populaire aux prochaines élections.
mercredi 7 février
de via Roberto Ferrario
1 commentaire
Nous avons trop attendu…. Maintenant nous nous portons candidats ! Nous sommes les jeunes qui travaillons au noir, les précaires à 800 euros par mois et qui en ont besoin, qui souvent émigrent pour trouver mieux. Nous sommes les travailleu(r)ses soumis chaque jour et des chantages plus lourds et offensants pour notre dignité. Nous chômeuses, en chômage partiel ou en pré-retraite. Nous sommes les retraités qui vivent de peu, même s’ils ont peiné toute leur vie et qui maintenant (...)
Lire la suite
Sognavamo cavalli selvaggi
jeudi 1er février
de Luca Visentini via RF
Il est enfin sorti en version papier comme e-Book. https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... Ce sont cent contes courts ou très courts qui, dans l’ensemble, reconstruisent, en une seule affaire, la Milan de 1968 à 1977 d’un garçon de la nouvelle gauche. Un compagnon de base, pas un dirigeant, ni un repenti. On ne parle pas d’analyses politiques ou de querelles idéologiques, mais d’amour, d’amitiés, de famille, de luttes (...)
Lire la suite
PROCÈS DES 7 DE GOODYEAR : LA COUR DE CASSATION CASSE LES SALARIÉS
jeudi 25 janvier
de Info’Com-CGT
1 commentaire
Le syndicat Info’Com-CGT est scandalisé par la décision de la Cour de Cassation d’Amiens : elle vient de confirmer le verdict de la Cour d’appel condamnant 7 salariés de Goodyear à des mois de prison avec sursis (pour certains 24 mois), 5 ans de mise à l’épreuve et l’inscription au casier judiciaire B2 ! Cette décision est hallucinante étant donné que la position du procureur était de valider notre recours et ...d’appuyer la démarche de casser le (...)
Lire la suite