Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

« Le Point » en plein dans l’instrumentalisation de l’Histoire de la Révolution française
de : Mickaël Musto
lundi 21 août 2017 - 10h48 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 28.9 ko
Par Mickaël Musto, étudiant en Histoire de la Révolution française Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Célébrée ou rejetée, la Révolution française divise toujours autant la société. Quand certains se réclament de son héritage, d’autres n’hésitent pas à retomber dans les pires clichés. Le journal « Le Point » en est un exemple parfait. Dans son édition du 10 août 2017, l’hebdomadaire consacre tout un dossier aux années de la Révolution française, réduite aux années 1793-1794 et à « la Terreur ». Celle-ci serait une dictature appliquant une violence et une répression sur tout le territoire, dont la responsabilité se résumerait quasi uniquement à Robespierre, dictateur sanguinaire. En somme, la Révolution ce sont des années noires, annonciatrices des régimes totalitaires du XXIe siècle. 
Une vision bien éloignée de la réalité, mais qui s’inscrit dans une longue tradition de rejet de la Révolution française commencée peu après l’élimination de Robespierre, par ceux-là mêmes qui y ont contribué. Cette fiction se construit dès le 28 août 1794 quand le député de la Convention nationale Jean-Lambert Tallien prend la parole. Il y dénonce à plusieurs reprises un « système de la terreur » dirigé par un seul homme, Robespierre, agissant en monarque absolu. La France serait alors gouvernée par l’émotion et la peur. C’est « l’invention de la Terreur ».
 
Robespierre, dictateur sanglant ? 
Député du Tiers état aux états généraux, puis à la Convention nationale, membre du Comité de Salut public, Robespierre a évidemment été un responsable politique de premier plan. Mais le qualifier de dictateur et lui imputer la responsabilité des violences est une erreur. Il n’était ni seul, ni le membre le plus influent. Considéré comme Montagnard (à gauche), Bertrand Barère a par exemple été l’un des instigateurs de l’élimination de Robespierre et de ses partisans à la fin de juillet 1794. De plus, siégeaient à la Convention nationale 748 autres membres chargés de voter les lois et les décrets appliqués par les différents comités, et d’en élire les membres. Le Comité de salut public, dont Robespierre a fait partie, était composé de onze membres, élus chaque mois. Souvent en conflit avec eux, les membres du Comité de sûreté générale étaient, en théorie, chargés de la justice et de la police.
Radical, Robespierre n’était pour autant pas le tyran souvent décrit. Il a été à l’origine de la proposition de décret de citoyenneté des juifs voté le 28 janvier 1790. Le 13 mai 1790, il prononce à la Convention un discours en faveur de l’abolition de l’esclavage : « Périssent les colonies, s’il doit vous en coûter votre bonheur, votre gloire, votre liberté. » Quant à son rôle dans le gouvernement révolutionnaire, loin d’encourager les violences, il a au contraire tenté de les encadrer, voire de les limiter. Tallien, responsable des massacres à Nantes durant la guerre de Vendée, Collot d’Herbois de ceux de Lyon, ont par exemple été rappelés pour leurs exactions. Ces « ultras » ont d’ailleurs été à l’origine de l’élimination de Robespierre et de ses partisans.
 
La responsabilité du gouvernement révolutionnaire dans les massacres 
Du printemps 1793 à l’été 1794, les Français vivent sous les institutions du gouvernement révolutionnaire. Les libertés individuelles et collectives sont restreintes, les arrestations et les exécutions nombreuses. Outre les 170 000 morts pendant la guerre de Vendée et les 200 000 morts causés par la guerre extérieure, l’historien Jean-Clément Martin rappelle que sur l’ensemble de la population française, soit 28 millions de personnes, 35 à 40 000 ont été victimes de la répression politique « officielle » (Révolution et Contre-Révolution, 1996). A titre de comparaison, à Saint-Domingue, dans ce qui deviendra Haïti, 350 000 esclaves peuplent l’île. 100 000 sont morts de la guerre civile. 100 000 autres ont été victimes des massacres et des maladies pendant l’expédition de Napoléon entre 1802 et 1803. Il ne s’agit nullement ici de relativiser le nombre de morts, d’excuser les massacres, ou de surévaluer le poids du contexte, mais de replacer les événements dans celui-ci. 
Depuis 1792, la France est en guerre contre les monarchies européennes : la Grande-Bretagne, l’Espagne, l’Autriche, l’Italie, les Provinces-Unies. A l’été 1793, les troupes étrangères sont dans les Pyrénées, le Rhin et les Alpes. A l’intérieur, la guerre civile touche de nombreux endroits, et notamment la Vendée. Face à ces menaces, nombre de personnalités politiques ont participé à la mise en place d’un système d’exception, celui du gouvernement révolutionnaire. C’est la loi des suspects du 17 mars 1793, le décret du 19 mars de la même année permettant, en vingt-quatre heures, d’arrêter, de juger, et d’exécuter les rebelles pris les armes à la main, ou encore la loi de Prairial du 10 juin 1794 qui renforce les attributions du Tribunal révolutionnaire. 
 
« La Terreur » : un système de violence et de répression généralisées ?
« La Terreur » ne s’abat toutefois pas sur l’ensemble du territoire. Tous les individus dénoncés ne sont pas arrêtés, tous les nobles et étrangers ne sont pas expulsés de Paris et des villes fortes. L’historien Guillaume Mazeau (Pour quoi faire la Révolution ?, 2012) explique que de nombreux endroits du territoire, comme l’Eure ou les Vosges, ne sont pas touchés par la répression. Laurent Brassart a lui montré que les municipalités de l’Aisne ont même pu connaître un apogée des pratiques démocratiques (Les politiques de la Terreur 1793-1794, 2008).
Ce moment d’entre-deux, le clergé le connaît aussi. Dès les premières années, les hommes de la Révolution, sous la demande d’une partie de la population et du bas-clergé, réorganisent l’Eglise avec la Constitution civile du clergé du 12 juillet 1790. En parallèle, la « déchristianisation » se poursuit avec la descente et la fonte des clochers des églises. Le pouvoir politique tente d’encadrer ces comportements et de limiter les destructions. Le 24 octobre 1793, est interdit la destruction des objets d’arts, y compris religieux. Un décret est voté le 6 décembre pour rappeler la liberté de culte. 
Et dans la fiction de «  la Terreur » généralisée, il y a « le génocide vendéen ». Mais contrairement à ce qu’affirme le juriste Jacques Villemain, ce qui s’est passé en Vendée n’est pas un génocide, c’est-à-dire la volonté de supprimer tout ou partie d’une population. Les membres de la Convention ont bien voté des lois liberticides. Mais le nombre de victimes de la répression politique, au maximum 40 000 personnes, le fait que les massacres s’inscrivent dans des rapports de force locaux et non d’une volonté politique plus globale, le rappel des envoyés en mission responsables des massacres, permettent de balayer cette thèse. Une thèse, qui comme le reste, sert surtout à rejeter toutes les transformations qu’a pu connaître la France durant ces années-là.
 
L’héritage de la Révolution en ligne de mire
Car la Révolution, ce n’est pas uniquement la violence et la guerre civile. C’est aussi un formidable moment d’innovations. Une première forme de sécurité sociale est née avec les premières caisses d’assurance maladie et de retraite, ou avec les politiques de redistribution envers les plus démunis. Les prix des produits de première nécessité ont été bloqués. L’éducation a été rendue obligatoire. Le suffrage populaire et la souveraineté du peuple ont été instaurés. L’esclavage a été aboli dans les colonies antillaises et pour la première fois on a parlé de « crime de lèse-humanité ». 
Au fond, à travers la Révolution, c’est tout cet héritage profondément républicain, social, et humaniste, que le journal « Le Point » rejette, avec ce qui est ni plus ni moins, qu’une instrumentalisation de l’histoire. 

https://www.humanite.fr/le-point-en...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
« Le Point » en plein dans l’instrumentalisation de l’Histoire de la Révolution française
21 août 2017 - 12h33 - Posté par blanval

Pour rectifier le monceau d’erreurs et d’horreurs écrit sur Robespierre et la Révolution lire "ROBESPIERRE la fabrication d’un monstre" de Jean-Clément Martin aux éditions PERRIN.



« Le Point » en plein dans l’instrumentalisation de l’Histoire de la Révolution française
22 août 2017 - 00h09 - Posté par Hans-Peter Renk

Le Locle, le 5 Fructidor 225
(22 août 2017)

Merci à Mickaël Musto de son article contre les pisse-copies contre-révolutionnaires du "Point".
Concernant l’un des tombeurs de Robespierre, Jean-Lambert Tallien, il n’est point responsable des noyades de Nantes. En effet, opérait dans cette ville un autre participant au 9 Thermidor, Jean-Baptiste Carrier (rappelé suite à un rapport de Marc-Antoine Jullien (de Paris) au Comité de salut public).
Tallien, qui avait été envoyé à Bordeaux, avait commencé par faire fonctionner la guillotine contre les royalistes et les fédéralistes, avant de s’aviser - notamment sous l’influence de sa future épouse, Teresa Cabarrus - qu’il était plus rentable de négocier la vie de ceux-ci. D’où l’origine de sa fortune et l’affadissement de ses convictions initiales.
Salutations solidaires.
H.P. Renk






Fête des secteurs en lutte pour la grève générale : C’est dans la rue que ça se gagne !
mercredi 20 - 10h41
François Ruffin à l’Ass.Nat. : Charge sur la vaisselle de l’Elysée "vieillissante" !
mercredi 20 - 10h09
de : JO
Palestine : face aux massacres, l’insupportable, ce serait le silence.
mercredi 20 - 09h55
de : UD CGT PARIS
1 commentaire
LA CONQUÊTE DU PAIN
mardi 19 - 20h14
de : Ernest London
YEMEN : Une guerre oubliée ?
mardi 19 - 18h20
de : JO
2 commentaires
Après Arago, Rassemblement Mercredi 20 juin à 8h au TGI de Nanterre pour la relaxe des inculpés suite évacuation par les
mardi 19 - 11h46
1 commentaire
Mouvement de grève chez les gazierEs et les électricienEs de GRDF et ENEDIS (video)
mardi 19 - 07h12
de : jean 1
En Alaska, les pétroliers gèlent le sol réchauffé par l’augmentation des températures
mardi 19 - 01h44
de : nazairien
2 commentaires
L’ESCLAVAGISTE RICHEPANCE DOIT QUITTER LA GUADELOUPE
lundi 18 - 20h20
de : LIYANNAJ KONT PWOFITASYON (L.K.P.)
L’ex-FO Mailly rejoint le cabinet d’un ancien conseiller de Sarkozy
lundi 18 - 17h37
1 commentaire
Photographier les exactions de l’armée d’occupation bientôt puni de plusieurs années de prison (photos, vidéos)
lundi 18 - 15h58
de : CAPJPO-EuroPalestine
PSA : mort sur ordonnance des 35 heures à Vesoul
lundi 18 - 08h47
1 commentaire
MENACES SUR LE REGIME DES ARTISTES-AUTEURS : MOBILISATION !
lundi 18 - 08h02
de : FNSAC CGT
1 commentaire
Méditerranée : l’escalade dans l’ignominie
lundi 18 - 07h47
de : MRAP
1 commentaire
Quand l’Aide publique au développement finance les garde-côtes libyens
lundi 18 - 07h34
de : Jérôme Duval
URGENT : CAMARADES EN GARDE-À-VUE SUITE À UNE ACTION CONTRE LE SALON DE L’ARMEMENT EUROSATORY.
vendredi 15 - 22h46
de : jean 1
Ivry en fête aura lieu les 16 et 17 juin 2018
vendredi 15 - 17h08
Interpellations du 22 mai : les parents appellent à manifester ce vendredi devant le tribunal
vendredi 15 - 08h37
QUE NOUS RESTE-T-IL ?
jeudi 14 - 19h49
de : Raymond H
Ernesto Rafael Guevara né le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, il aurait 90 ans...
jeudi 14 - 14h57
de : Roberto Ferrario
L’ÉCOLOGIE RÉELLE / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 14 - 12h47
de : Hdm
1 commentaire
LES MIGRANTS
jeudi 14 - 11h54
Soutien au Jargon Libre : Bourse aux livres et Concert de Dominique Grange
mercredi 13 - 12h32
Etat espagnol. Gouvernement de gauche, ah bon ?
mercredi 13 - 11h05
de : Antoine (Montpellier)
KURDISTAN, AUTOGESTION, RÉVOLUTION
mardi 12 - 09h25
de : Ernest London
2 commentaires
Fête la grève !
mardi 12 - 07h35
1 commentaire
QUAND L’ESPAGNE RÉVOLUTIONNAIRE VIVAIT EN ANARCHIE
mardi 12 - 07h17
de : Frédéric Goldbronn & Frank Mintz
Présentation-débat : Tout !
lundi 11 - 22h47
de : jean 1
Congrès du MRAP et CNCDH
lundi 11 - 20h55
de : Christian - MRAP
1 commentaire
Eurosatory 2018 : des collectifs veulent redynamiser la lutte contre le salon de l’armement
lundi 11 - 18h50
Propaganda - La fabrique du consentement (video)
lundi 11 - 15h19
1 commentaire
Grève Party, La Bataille du rail, Soutien aux cheminots, le 12 juin 2018 à partir de 18:30
lundi 11 - 13h51
COLLECTIF DE DEFENSE DES SERVICES PUBLICS CENTRE BRETAGNE
lundi 11 - 13h20
Les cheminots dans le Centre Bretagne pour la défense des services publics
lundi 11 - 13h13
LA TYRANNIE DU GENRE
lundi 11 - 11h00
de : Ernest London
1 commentaire
Enquête Sanitaire autour du centre de stockage de déchets radioactifs de Soulaines (Aube)
lundi 11 - 10h52
de : Qualité de vie via JYP
MRAP - L’appontement de la Flotille de la Liberté doit être permis à Paris
dimanche 10 - 21h55
de : Christian - MRAP
Appel à rassemblement en soutien à Moussa Camara
dimanche 10 - 20h54
de : jean 1
Deux vitesses
dimanche 10 - 16h32
de : L’iena rabbioso
3 commentaires
Grèves à Brest, en 1950 : “Un homme est mort” sur Arte mercredi 13 juin à 22h35
dimanche 10 - 12h12
de : nazairien
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les idées ne sont rien d'autre que les choses matérielles transposées et traduites dans la tête des hommes. Karl Marx
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite