Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen
mardi 26 septembre
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite, commenter l'article...

« Le Point » en plein dans l’instrumentalisation de l’Histoire de la Révolution française
de : Mickaël Musto
lundi 21 août 2017 - 10h48 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 28.9 ko
Par Mickaël Musto, étudiant en Histoire de la Révolution française Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Célébrée ou rejetée, la Révolution française divise toujours autant la société. Quand certains se réclament de son héritage, d’autres n’hésitent pas à retomber dans les pires clichés. Le journal « Le Point » en est un exemple parfait. Dans son édition du 10 août 2017, l’hebdomadaire consacre tout un dossier aux années de la Révolution française, réduite aux années 1793-1794 et à « la Terreur ». Celle-ci serait une dictature appliquant une violence et une répression sur tout le territoire, dont la responsabilité se résumerait quasi uniquement à Robespierre, dictateur sanguinaire. En somme, la Révolution ce sont des années noires, annonciatrices des régimes totalitaires du XXIe siècle. 
Une vision bien éloignée de la réalité, mais qui s’inscrit dans une longue tradition de rejet de la Révolution française commencée peu après l’élimination de Robespierre, par ceux-là mêmes qui y ont contribué. Cette fiction se construit dès le 28 août 1794 quand le député de la Convention nationale Jean-Lambert Tallien prend la parole. Il y dénonce à plusieurs reprises un « système de la terreur » dirigé par un seul homme, Robespierre, agissant en monarque absolu. La France serait alors gouvernée par l’émotion et la peur. C’est « l’invention de la Terreur ».
 
Robespierre, dictateur sanglant ? 
Député du Tiers état aux états généraux, puis à la Convention nationale, membre du Comité de Salut public, Robespierre a évidemment été un responsable politique de premier plan. Mais le qualifier de dictateur et lui imputer la responsabilité des violences est une erreur. Il n’était ni seul, ni le membre le plus influent. Considéré comme Montagnard (à gauche), Bertrand Barère a par exemple été l’un des instigateurs de l’élimination de Robespierre et de ses partisans à la fin de juillet 1794. De plus, siégeaient à la Convention nationale 748 autres membres chargés de voter les lois et les décrets appliqués par les différents comités, et d’en élire les membres. Le Comité de salut public, dont Robespierre a fait partie, était composé de onze membres, élus chaque mois. Souvent en conflit avec eux, les membres du Comité de sûreté générale étaient, en théorie, chargés de la justice et de la police.
Radical, Robespierre n’était pour autant pas le tyran souvent décrit. Il a été à l’origine de la proposition de décret de citoyenneté des juifs voté le 28 janvier 1790. Le 13 mai 1790, il prononce à la Convention un discours en faveur de l’abolition de l’esclavage : « Périssent les colonies, s’il doit vous en coûter votre bonheur, votre gloire, votre liberté. » Quant à son rôle dans le gouvernement révolutionnaire, loin d’encourager les violences, il a au contraire tenté de les encadrer, voire de les limiter. Tallien, responsable des massacres à Nantes durant la guerre de Vendée, Collot d’Herbois de ceux de Lyon, ont par exemple été rappelés pour leurs exactions. Ces « ultras » ont d’ailleurs été à l’origine de l’élimination de Robespierre et de ses partisans.
 
La responsabilité du gouvernement révolutionnaire dans les massacres 
Du printemps 1793 à l’été 1794, les Français vivent sous les institutions du gouvernement révolutionnaire. Les libertés individuelles et collectives sont restreintes, les arrestations et les exécutions nombreuses. Outre les 170 000 morts pendant la guerre de Vendée et les 200 000 morts causés par la guerre extérieure, l’historien Jean-Clément Martin rappelle que sur l’ensemble de la population française, soit 28 millions de personnes, 35 à 40 000 ont été victimes de la répression politique « officielle » (Révolution et Contre-Révolution, 1996). A titre de comparaison, à Saint-Domingue, dans ce qui deviendra Haïti, 350 000 esclaves peuplent l’île. 100 000 sont morts de la guerre civile. 100 000 autres ont été victimes des massacres et des maladies pendant l’expédition de Napoléon entre 1802 et 1803. Il ne s’agit nullement ici de relativiser le nombre de morts, d’excuser les massacres, ou de surévaluer le poids du contexte, mais de replacer les événements dans celui-ci. 
Depuis 1792, la France est en guerre contre les monarchies européennes : la Grande-Bretagne, l’Espagne, l’Autriche, l’Italie, les Provinces-Unies. A l’été 1793, les troupes étrangères sont dans les Pyrénées, le Rhin et les Alpes. A l’intérieur, la guerre civile touche de nombreux endroits, et notamment la Vendée. Face à ces menaces, nombre de personnalités politiques ont participé à la mise en place d’un système d’exception, celui du gouvernement révolutionnaire. C’est la loi des suspects du 17 mars 1793, le décret du 19 mars de la même année permettant, en vingt-quatre heures, d’arrêter, de juger, et d’exécuter les rebelles pris les armes à la main, ou encore la loi de Prairial du 10 juin 1794 qui renforce les attributions du Tribunal révolutionnaire. 
 
« La Terreur » : un système de violence et de répression généralisées ?
« La Terreur » ne s’abat toutefois pas sur l’ensemble du territoire. Tous les individus dénoncés ne sont pas arrêtés, tous les nobles et étrangers ne sont pas expulsés de Paris et des villes fortes. L’historien Guillaume Mazeau (Pour quoi faire la Révolution ?, 2012) explique que de nombreux endroits du territoire, comme l’Eure ou les Vosges, ne sont pas touchés par la répression. Laurent Brassart a lui montré que les municipalités de l’Aisne ont même pu connaître un apogée des pratiques démocratiques (Les politiques de la Terreur 1793-1794, 2008).
Ce moment d’entre-deux, le clergé le connaît aussi. Dès les premières années, les hommes de la Révolution, sous la demande d’une partie de la population et du bas-clergé, réorganisent l’Eglise avec la Constitution civile du clergé du 12 juillet 1790. En parallèle, la « déchristianisation » se poursuit avec la descente et la fonte des clochers des églises. Le pouvoir politique tente d’encadrer ces comportements et de limiter les destructions. Le 24 octobre 1793, est interdit la destruction des objets d’arts, y compris religieux. Un décret est voté le 6 décembre pour rappeler la liberté de culte. 
Et dans la fiction de «  la Terreur » généralisée, il y a « le génocide vendéen ». Mais contrairement à ce qu’affirme le juriste Jacques Villemain, ce qui s’est passé en Vendée n’est pas un génocide, c’est-à-dire la volonté de supprimer tout ou partie d’une population. Les membres de la Convention ont bien voté des lois liberticides. Mais le nombre de victimes de la répression politique, au maximum 40 000 personnes, le fait que les massacres s’inscrivent dans des rapports de force locaux et non d’une volonté politique plus globale, le rappel des envoyés en mission responsables des massacres, permettent de balayer cette thèse. Une thèse, qui comme le reste, sert surtout à rejeter toutes les transformations qu’a pu connaître la France durant ces années-là.
 
L’héritage de la Révolution en ligne de mire
Car la Révolution, ce n’est pas uniquement la violence et la guerre civile. C’est aussi un formidable moment d’innovations. Une première forme de sécurité sociale est née avec les premières caisses d’assurance maladie et de retraite, ou avec les politiques de redistribution envers les plus démunis. Les prix des produits de première nécessité ont été bloqués. L’éducation a été rendue obligatoire. Le suffrage populaire et la souveraineté du peuple ont été instaurés. L’esclavage a été aboli dans les colonies antillaises et pour la première fois on a parlé de « crime de lèse-humanité ». 
Au fond, à travers la Révolution, c’est tout cet héritage profondément républicain, social, et humaniste, que le journal « Le Point » rejette, avec ce qui est ni plus ni moins, qu’une instrumentalisation de l’histoire. 

https://www.humanite.fr/le-point-en...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
« Le Point » en plein dans l’instrumentalisation de l’Histoire de la Révolution française
21 août 2017 - 12h33 - Posté par blanval

Pour rectifier le monceau d’erreurs et d’horreurs écrit sur Robespierre et la Révolution lire "ROBESPIERRE la fabrication d’un monstre" de Jean-Clément Martin aux éditions PERRIN.



« Le Point » en plein dans l’instrumentalisation de l’Histoire de la Révolution française
22 août 2017 - 00h09 - Posté par Hans-Peter Renk

Le Locle, le 5 Fructidor 225
(22 août 2017)

Merci à Mickaël Musto de son article contre les pisse-copies contre-révolutionnaires du "Point".
Concernant l’un des tombeurs de Robespierre, Jean-Lambert Tallien, il n’est point responsable des noyades de Nantes. En effet, opérait dans cette ville un autre participant au 9 Thermidor, Jean-Baptiste Carrier (rappelé suite à un rapport de Marc-Antoine Jullien (de Paris) au Comité de salut public).
Tallien, qui avait été envoyé à Bordeaux, avait commencé par faire fonctionner la guillotine contre les royalistes et les fédéralistes, avant de s’aviser - notamment sous l’influence de sa future épouse, Teresa Cabarrus - qu’il était plus rentable de négocier la vie de ceux-ci. D’où l’origine de sa fortune et l’affadissement de ses convictions initiales.
Salutations solidaires.
H.P. Renk






Les images du comité d’accueil anti-Macron devant la Sorbonne (videos)
mardi 26 - 16h07
de : Alexandre Boudet, Pierre Tremblay et Camille Dubruelh
Marseille : Août 1944, de l’insurrection à la libération
mardi 26 - 12h45
de : Mireille Roubaud
Loi contre le terrorisme : "un pli autoritaire et une surenchère sécuritaire", dénonce Quatennens (video)
mardi 26 - 12h12
Manifestation des « insoumis » : le journalisme de préfecture a encore frappé
mardi 26 - 12h04
de : Frédéric Lemaire
Reprendre la rue le 28 septembre avec les retraité-es !
mardi 26 - 11h48
de : Communiqué de presse des étudiant-es mobilisés
1 commentaire
LE MODÈLE ALLEMAND PUE LA CROIX GAMMÉE
mardi 26 - 11h37
de : Sept Jours Debout
Lettre ouverte à « Monsieur Torreton »
mardi 26 - 11h33
de : Laure Zudas
Les petits cadeaux d’un cigarettier aux députés
mardi 26 - 11h29
de : Matthieu Pechberty
Paris libéré… par le peuple parisien ?
mardi 26 - 11h25
de : François Ruffin
L’incroyable recul du gouvernement sur le glyphosate (video)
mardi 26 - 11h14
de : Wuko
Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres (video)
mardi 26 - 11h07
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen
mardi 26 - 10h31
Grève des routiers. Le dépôt pétrolier d’Haulchin bloqué, vers de nouvelles opérations sur les routes du Nord ce mardi 26 septembre 2017
mardi 26 - 09h30
"Tout sauf humaine" : Muriel Pénicaud vue par des salariés de Business France (video)
lundi 25 - 18h46
de : Complément d’enquête
TOUS ENSEMBLE dans les grèves et les blocages et vers une manifestation nationale
lundi 25 - 18h21
de : Front Syndical de classe
Vif échange entre Raquel Garrido (FI) et Ruth Elkrief (BFM) à propos de la démocratie (video)
lundi 25 - 18h18
de : La Luciole Mélenchantée
D’une manière certaine
lundi 25 - 16h24
de : L’iena rabbioso
Affaire Business France : Muriel Pénicaud était "informée de tout"
lundi 25 - 16h02
Après la marche, la démarche
lundi 25 - 15h50
de : Jean-Luc Mélenchon
Fête du livre des éditions Noir et Rouge Paris, samedi 30 septembre 2017
lundi 25 - 14h03
de : frank
30 000 personnes à la manifestation du 23 ? Vraiment ?? (8 videos)
lundi 25 - 12h33
de : Les Insoumis Charente-Maritime
Macron hué à Marseille (video)
lundi 25 - 12h11
Le patron de FO, Jean-Claude Mailly, estime que Muriel Pénicaud « fait le job ».
lundi 25 - 11h39
de : Marie-Cécile Renault
La marche du peuple et la diversion
lundi 25 - 11h11
de : Jean-Luc Mélenchon
1 commentaire
La Résistance dans la rue face à la collaboration par Léon Landini résistant FTP MOI
lundi 25 - 11h09
de : Léon Landini
EN DIRECT- Loi travail : les chauffeurs routiers bloquent plusieurs sites
lundi 25 - 10h00
de : Luc Lenoir
Insoumission au Parlement et dans la rue, partout !
lundi 25 - 00h48
de : Christian DELARUE
Bastille !
dimanche 24 - 21h47
de : Gilles
manif rassemblement mardi 26 septembre devant sous préf Montargis 17h30 pour les contrats aidés EVS des écoles
dimanche 24 - 18h12
de : le Rouge-gorge
Sénatoriale , Macron et du Cynisme !
dimanche 24 - 14h05
1 commentaire
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 - 11h07
de : Jean-Luc Mélenchon
Et maintenant ?
dimanche 24 - 10h43
de : LE BRIS RENE
Alors, Laurent Joffrin : Le Pen ou Le Che ?
vendredi 22 - 21h49
1 commentaire
Loi travail : la contestation cherche un second souffle
vendredi 22 - 17h39
Contre le coup d’état social
vendredi 22 - 15h40
Et si la presse se portait plus mal encore que ce qu’on pouvait l’imaginer…
vendredi 22 - 15h13
de : Jacques Cotta
La France Insoumise doit se glisser dans tous les interstices de la société – Entretien avec Manuel Bompard
vendredi 22 - 12h51
Un ex-dirigeant de Lafarge reconnaît des versements d’argent à Daech en Syrie
vendredi 22 - 12h39
Rappel : 8 français sur 10 n’ont pas voté pour Macron : Une autre analyse des résultats
vendredi 22 - 12h36
de : clab
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 - 12h13
de : Front Social

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il ne faut pas confondre la critique utile contre les choses avec les jérémiades répétitives contre les gens. Foucault
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen
mardi 26 septembre
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite
Contre le coup d’état social
vendredi 22 septembre
Samedi 23 septembre 2017, donnons-nous rendez-vous à 14h00, place de la Bastille à Paris pour une marche contre le coup d’État social d’Emmanuel Macron, qui veut détruire le code du travail à coup d’ordonnances.
Lire la suite
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 septembre
de Front Social
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/stop-%C3%A... À travers cette pétition, nous proposons la tenue d’une table ronde permettant à tous les acteurs du mouvement social de s’entendre et proposer au plus vite une feuille de route unique et des actions communes... Amis et camarades, Comme vous, nous constatons que le programme de Macron n’épargne personne, des étudiants aux retraités, des jeunes bénéficiant de contrats aidés aux assurés sociaux, des (...)
Lire la suite
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 septembre
À la veille de la présentation des ordonnances, les syndicats opposés à la réforme du code du travail ont manifesté et appelé à la grève. Ces mobilisations traditionnelles sont-elles encore efficaces ? L’éclairage de Stéphane Sirot, historien du mouvement ouvrier. Regards. Après 1936 et 1968, la France est le pays de la grève générale, mais en pratique, depuis 1995, on évalue le rapport de forces dans la rue, en comptant le nombre de manifestants… La manifestation a-t-elle (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ : 3 JOURS POUR AGIR ET SE FAIRE PLAISIR
jeudi 14 septembre
de Info’Com-CGT
Venez échanger, débattre, discuter partager, vous amuser, partager un verre sur le stand d’Info’Com-CGT à la Fête de l’Humanité, avenue Lousie-Michel. :: : Concerts Roadmaster Officiel, Paul Exploit, Damien Accordémon, Palabre, Boris Pelosof :: : Débats Samedi 10 h 30 Inauguration du journal Moins Une, suivi du débat : Faire sauter le verrou médiatique : quelles initiatives pour une information indépendante ? Premiers invités : Pierre Souchon, rédacteur en chef (...)
Lire la suite
Les rendez-vous secrets de Berger et Mailly au ministère et au Château
jeudi 7 septembre
C’est le Canard enchaîné qui révèle les rencontres cachées aux travailleurs comme aux militants de leurs propres organisations de Berger et Mailly avec Macron le 28 août dernier, ce dernier ainsi que le premier ministre voulant " s’assurer qu’ils tenaient bien leurs troupes" !!! Afin de faire accepter la démolition du Code du travail contre de soit-disant contre-parties ! Des raisons supplémentaires pour que les travailleurs expriment leur colère et leur détermination le (...)
Lire la suite