Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Hijab : pour le principe de non-domination
dimanche 4 mars 2018 - 14h54 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Depuis la fin des années 1980, le débat sur la laïcité a souvent pris un tour irrationnel, aux antipodes de la loi de 1905. Pour tenter d’y voir plus clair et sortir de l’impasse, pourquoi ne partirait-on pas du point de vue des femmes musulmanes ? En France, comme en Iran.

La querelle autour du hijab, ce vieux feuilleton français. Il est apparu dans nos médias en 1989, lorsque trois collégiennes qui portaient un foulard ont été exclues de leur établissement scolaire. La saga dite du foulard/voile/hijab n’est pas de bonne qualité. Ses acteur.ice.s principaux.les sont fatigué.e.s et récitent leur rôle sans grande conviction. Depuis le temps, les positions se sont durcies : au nom de la laïcité, les partisan.e.s de l’interdiction des signes religieux à l’école s’opposent à celles et ceux qui voient dans le rejet virulent du hijab une atteinte à la laïcité car celle-ci garantit l’expression des croyances dans l’espace public.

Au nom de la défense de la laïcité (entendue ici comme un espace a-religieux) et de l’égalité entre élèves, les député.e.s ont voté en 2004 une loi interdisant le port de signes religieux « ostentatoires ». Cette décision est troublante à double titre : en vertu de la loi de 1905 qui aménage la séparation de l’Église et de l’État, seul.e.s les fonctionnaires sont tenu.e.s à un devoir de neutralité. Pourquoi avoir étendu cette prescription à des élèves qui ne sont que des usagers d’un service public ? Par ailleurs, on peut s’interroger sur cette conception de l’égalité qui impose à toutes et à tous de se conformer à un modèle vestimentaire dominant. De fait, en interdisant le pluralisme vestimentaire dans les écoles, on ne respecte pas les croyances de tous.tes élèves et on les traite en conséquence de manière inégale. Une égalité réelle ne devrait-elle pas, au contraire, respecter les choix et croyances de toutes et tous ? Peut-on parler d’égalité quand des élèves sont brimées ou humiliées par une injonction vestimentaire qui s’impose à elles contre leur gré ?

La loi de 2004 a donné raison aux partisan.e.s d’une interprétation communautarienne de la laïcité. Cette lecture est « communautarienne » (le terme est utilisé ici dans son acception en philosophie politique) dans le sens où elle a pour principe l’obligation pour chaque élève de se conformer aux normes et pratiques dominantes de la communauté nationale (dans le cas français, il s’agit d’une culture ambiante qui est hostile aux religions, notamment l’islam). Une interprétation pluraliste et libérale (dans l’esprit des débats qui ont amené au vote de la loi de 1905) aurait toléré le port de signes religieux en classe. Force est de constater que les interdictions des signes religieux restent rares dans les écoles en Europe. On s’aperçoit alors que ces signes religieux n’entravent ni le déroulement des enseignements, ni n’incommodent les autres élèves.

Près de 15 ans après le vote de cette loi, le vieux feuilleton continue poussivement. Les lignes de fracture sur cette question ne séparent pas une gauche d’une droite, mais parcourent chaque camp, certes à des niveaux divers. C’est la gauche qui apparaît la plus divisée. On y trouve d’un côté des communautariens qui ne veulent pas entendre parler de signes religieux à l’école et mènent campagne contre le hijab « symbole de l’asservissement des femmes ». De l’autre, des pluralistes qui apportent leur soutien aux porteuses de hijab au nom du « respect des minorités » et de la lutte contre l’islamophobie. Ces disputes, souvent virulentes, sont devenues un véritable dialogue de sourds, chacun.e campant fermement sur ses positions. Les controverses et les dérapages racistes/islamophobes se multiplient dans les médias et sur les réseaux sociaux. Pourquoi une telle tension malsaine ? Chaque camp a le sentiment de défendre la « bonne » interprétation de la laïcité. Pour tenter d’y voir plus clair et de sortir de cette impasse, ne serait-il pas profitable de cesser les débats interminables sur la laïcité qui ne règlent rien ? Puisque ce débat concerne essentiellement la question du hijab, pourquoi ne partirait-on du point de vue des femmes musulmanes ?

Si les femmes musulmanes font des choix opposés sur la question du hijab, ne serait-il pas logique de s’en tenir à ces choix et de les respecter ?

Les faits sont clairs : dans certaines circonstances, des femmes rejettent le port du hijab qu’une partie externe leur impose (État, époux, famille). Dans d’autres situations, les femmes revendiquent de pouvoir porter le hijab, en dépit des interdictions et des discriminations qu’elles doivent encourir de la part de la société. À partir de cette double observation empirique, émettons l’hypothèse suivante : si les femmes musulmanes font des choix opposés sur la question du hijab, ne serait-il pas logique de s’en tenir à ces choix et de les respecter ? Les communautariens et les pluralistes s’accordent au moins sur ce point : les femmes sont des êtres autonomes et libres. Si tel est le postulat de chaque camp, alors il convient de respecter les choix qu’expriment les femmes sur la question du hijab.

La gauche pluraliste qui défend le droit des femmes à porter le hijab en France au nom du respect des minorités et de la lutte contre l’islamophobie peine à répondre à l’objection suivante : « En Iran, des femmes se battent pour ne pas avoir à porter le hijab, symbole du pouvoir patriarcal des ayatollahs, et vous soutenez en France celles qui font le choix inverse ».

Pour un pluraliste, la position à adopter ne devrait pas faire l’ombre d’un doute : il faut sans hésitation prendre la défense des Iraniennes qui, avec un courage inouï, retirent leur hijab dans les rues de Téhéran et s’exposent à des sanctions sévères de la part des « gardiens de la révolution ». Ces femmes ont notre soutien et notre affection. L’une des premières décisions de ce régime théocratique et autoritaire, en 1979, a été d’instaurer un contrôle sur le corps des femmes, sur leur habillement et leur apparence. Il faut donc espérer que la campagne actuelle #WhiteWednesday prenne de l’ampleur et aboutisse à faire respecter le droit élémentaire des femmes de se vêtir en public comme elles l’entendent.

Les femmes qui refusent le port imposé en Iran (ou ailleurs) expriment un choix clair qui nécessite le soutien inconditionnel des démocrates et des féministes. De la même manière, le choix des femmes, en France ou ailleurs, de porter le hijab (quelle que soit leur raison ou motivation) doit être totalement respecté. Les femmes qui portent librement le hijab ont également notre soutien et notre affection face aux insultes, vexations et discriminations qu’entraîne souvent leur décision dans une société qui se veut libre et démocratique.

En résumé, dans ce débat lancinant sur le port du hijab, il n’existe qu’une seule position progressiste et cohérente : celle qui défend l’autonomie et les choix individuels des femmes. Un État et des individus qui prétendent « émanciper » des femmes contre leur gré, adoptent en réalité une position condescendante et autoritaire. Il est donc logique et nécessaire de soutenir les femmes qui enlèvent leur hijab à Téhéran ainsi que celles qui souhaitent le porter en France ou dans tout autre pays.

La non-domination justifie le rejet de l’imposition par l’État du port du hijab. Mais elle permet aussi de justifier la position inverse.

Cette position dite « cohérente » qui privilégie la défense de l’autonomie et de la liberté des femmes s’inspire de la philosophie de Philip Pettit, un philosophe politique irlandais qui enseigne à Princeton. À l’aide du concept de non-domination, Pettit propose de dépasser la vieille opposition libérale entre « liberté négative » (on s’abstient d’intervenir dans la sphère privée d’autrui) et la « liberté positive » (l’individu a les moyens de réaliser sa propre autonomie, avec ou sans l’intervention des pouvoirs publics). La non-domination exclut que toute relation de pouvoir puisse assigner à la personne dominée une position sociale subalterne ou vulnérable. Ce principe envisage que l’État puisse intervenir au-delà d’un stade qui apparaîtrait “intrusif” dans le cadre de la « liberté négative ». Toutefois, l’État ne peut imposer aux individus une conception positive de ce que devrait être leur autonomie morale.

La non-domination justifie le rejet de l’imposition par l’État du port du hijab. Mais elle permet aussi de justifier la position inverse : la non-domination implique que l’État ne peut « émanciper » autoritairement des femmes qui portent librement le hijab au nom d’un « idéal de citoyenneté républicaine ». Ce principe s’oppose à la tendance républicaine française qui assigne aux individus une identité uniforme au nom de la « volonté générale ».

Ce paternalisme autoritaire de l’État doit d’autant plus être combattu qu’il ethnicise les minorités en stigmatisant leur particularisme supposé. En sommant la musulmane “déviante” de retirer son hijab, on insiste sur son altérité de musulmane et on la rejette comme corps étranger à la nation. Cet État-là est partisan car il s’embarque dans une politique d’émancipation spirituelle des femmes contre leur volonté. Cette imposition est contraire aux prescriptions de la loi pluraliste de 1905 qui pose le principe de la neutralité de l’État à l’égard des pratiques et des croyances religieuses. Ajoutons à cela qu’assigner au port du hijab une connotation strictement religieuse, c’est méconnaître sa vraie nature. Lorsqu’il est le fruit d’un choix librement consenti, le port du hijab n’est ni la marque de la domination masculine, ni simplement une déclaration religieuse : c’est aussi l’expression autonome d’une quête de soi.

Pour les démocrates, pluralistes et progressistes, le mot d’ordre devrait donc être : « Enlever le hijab en Iran, le porter en France : défendre partout l’autonomie des femmes ! »

http://www.ujfp.org/spip.php?article6232

JPEG - 41.2 ko


Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Hijab : pour le principe de non-domination
5 mars 2018 - 02h10 - Posté par Christian DELARUE

A l’heure de la montée des intégrismes musulmans et des "campagnes de hidjabisation" comme en Algérie récemment mais aussi en Turquie et finalement partout ou il y a massivement des musulmans et donc une fraction d’intégristes et de salafistes il apparait contestable de tenir une position aussi complaisante, aussi intégristophile.

Car il n’y a pas que le voilement forcé des adultes il y a aussi le voilement des gamines de 3 ans, même moins puisque certaines marchent en titubant.

Bref il y a un rejet légitime de cette pratique.

Au delà du voilement autoritaire il y a le voile lui-même qui apparait de plus en plus comme un lourd symbole crypto-fasciste islamiste. Il est franchement et assurément détestable. Il est légal de le porter mais c’est un signe à vomir !

Est-ce de l’islamophobie ? Non !

Ce terme a plusieurs sens. Je lui donne celui de l’essentialisme anti-musulman. Haïr et rejeter un musulman parce que musulman. La judéophobie est la haine et le rejet du juif parce que juif.

Il n’y a pas plus de problème juif qu’il n’y a de problème musulman. Par contre il y a un problème des intégristes juif (juifs haredim sexyphobiques) comme il y a un problème des intégristes musulmans haineux du féminin et voileur de femmes.

Par ailleurs, je ne suis pas campiste. Je ne défends ni l’occident (ou la France) avec son identité et sa culture et je ne défends pas plus le monde musulman en bloc. Je défends un antiracisme non campiste et non confusionniste entre un croyant intégriste et un croyant non intégriste.



Hijab : pour le principe de non-domination
5 mars 2018 - 20h00 - Posté par Panchito

Quand on ne comprend rien à un article, le mieux c’est de le relire au lieu de raconter n’importe quoi !

« un lourd symbole crypto-fasciste islamiste » ! ! ! ! Sans déconner ? Rien que ça ?

Décidément, c’est toujours des hommes qui veulent imposer aux femmes comment elles doivent s’habiller, selon bien sûr les normes occidentales. On leur parle de NON DOMINATION, et ils répondent crypto-fasciste islamiste. Bravo la langue de bois !

Sur l’islamophobie, voir plutôt ce que disent les antiracistes :

https://www.youtube.com/watch?v=tpp...

Lutter contre l’homophobie, lutter contre l’islamophobie : une double évidence
https://blogs.mediapart.fr/merome-j...

Appel des Libertaires contre l’islamophobie
http://www.ujfp.org/spip.php?article2383

https://www.bboykonsian.com/Liberta...


Hijab : pour le principe de non-domination
12 mars 2018 - 00h12 - Posté par Christian DELARUE

Est-ce que les hommes et les femmes peuvent se balader librement en string seulement selon leur conscience ? Non sauf sur la plage !
Autrement dit il existe des limites au libre habillement !
Que ce soit pour l’hypotextile ou pour l’hypertextile !


Hijab : pour le principe de non-domination
5 juin 2018 - 08h30 - Posté par Christian DELARUE

Et l’intransigeantisme de ceux et celles qui portent librement un étendard de religion çà ne vous dérange pas ! Pourtant cela perturbe grandement le discours social ou syndical (cf unef) ! Faut cesser de soutenir les identitaires des religions comme d’ailleurs des nations (bzh, bar ou ue)





Fête de la musique à l’Elysée ! Incroyable mais vrai !
samedi 23 - 18h36
de : JO
1 commentaire
Les cadenas de l’EPR de Flamanville : la piste du sabotage de plus en plus sérieuse
vendredi 22 - 13h59
de : Patrick Samba
La grève à Enedis et Grdf est extraordinaire….
vendredi 22 - 13h55
de : dakota
1 commentaire
Quelques critiques anarchistes de la médecine
jeudi 21 - 23h08
de : jean 1
Annonce des (f)estives de la décroissance. 20-23 juillet. Le sens de la technique est une question politique
jeudi 21 - 22h18
de : Brulavoine
À QUOI SERVENT LES POLITIQUES DE MÉMOIRE ?
jeudi 21 - 19h40
de : Ernest London
MÉTÈQUE(S) / C’est l’heure de l’mettre (Radio Campus Lille)
jeudi 21 - 19h11
de : Hdm
Palestine : des entreprises françaises participent à la colonisation de Jérusalem-Est
jeudi 21 - 16h40
Sur l’« intégrisme laïque » français
jeudi 21 - 09h22
de : Christian DELARUE
Fête des secteurs en lutte pour la grève générale : C’est dans la rue que ça se gagne !
mercredi 20 - 10h41
François Ruffin à l’Ass.Nat. : Charge sur la vaisselle de l’Elysée "vieillissante" !
mercredi 20 - 10h09
de : JO
Palestine : face aux massacres, l’insupportable, ce serait le silence.
mercredi 20 - 09h55
de : UD CGT PARIS
1 commentaire
LA CONQUÊTE DU PAIN
mardi 19 - 20h14
de : Ernest London
YEMEN : Une guerre oubliée ?
mardi 19 - 18h20
de : JO
2 commentaires
Après Arago, Rassemblement Mercredi 20 juin à 8h au TGI de Nanterre pour la relaxe des inculpés suite évacuation par les
mardi 19 - 11h46
1 commentaire
Mouvement de grève chez les gazierEs et les électricienEs de GRDF et ENEDIS (video)
mardi 19 - 07h12
de : jean 1
En Alaska, les pétroliers gèlent le sol réchauffé par l’augmentation des températures
mardi 19 - 01h44
de : nazairien
2 commentaires
L’ESCLAVAGISTE RICHEPANCE DOIT QUITTER LA GUADELOUPE
lundi 18 - 20h20
de : LIYANNAJ KONT PWOFITASYON (L.K.P.)
L’ex-FO Mailly rejoint le cabinet d’un ancien conseiller de Sarkozy
lundi 18 - 17h37
1 commentaire
Photographier les exactions de l’armée d’occupation bientôt puni de plusieurs années de prison (photos, vidéos)
lundi 18 - 15h58
de : CAPJPO-EuroPalestine
PSA : mort sur ordonnance des 35 heures à Vesoul
lundi 18 - 08h47
1 commentaire
MENACES SUR LE REGIME DES ARTISTES-AUTEURS : MOBILISATION !
lundi 18 - 08h02
de : FNSAC CGT
1 commentaire
Méditerranée : l’escalade dans l’ignominie
lundi 18 - 07h47
de : MRAP
1 commentaire
Quand l’Aide publique au développement finance les garde-côtes libyens
lundi 18 - 07h34
de : Jérôme Duval
URGENT : CAMARADES EN GARDE-À-VUE SUITE À UNE ACTION CONTRE LE SALON DE L’ARMEMENT EUROSATORY.
vendredi 15 - 22h46
de : jean 1
Ivry en fête aura lieu les 16 et 17 juin 2018
vendredi 15 - 17h08
Interpellations du 22 mai : les parents appellent à manifester ce vendredi devant le tribunal
vendredi 15 - 08h37
QUE NOUS RESTE-T-IL ?
jeudi 14 - 19h49
de : Raymond H
Ernesto Rafael Guevara né le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, il aurait 90 ans...
jeudi 14 - 14h57
de : Roberto Ferrario
L’ÉCOLOGIE RÉELLE / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 14 - 12h47
de : Hdm
1 commentaire
LES MIGRANTS
jeudi 14 - 11h54
Soutien au Jargon Libre : Bourse aux livres et Concert de Dominique Grange
mercredi 13 - 12h32
Etat espagnol. Gouvernement de gauche, ah bon ?
mercredi 13 - 11h05
de : Antoine (Montpellier)
KURDISTAN, AUTOGESTION, RÉVOLUTION
mardi 12 - 09h25
de : Ernest London
2 commentaires
Fête la grève !
mardi 12 - 07h35
1 commentaire
QUAND L’ESPAGNE RÉVOLUTIONNAIRE VIVAIT EN ANARCHIE
mardi 12 - 07h17
de : Frédéric Goldbronn & Frank Mintz
Présentation-débat : Tout !
lundi 11 - 22h47
de : jean 1
Congrès du MRAP et CNCDH
lundi 11 - 20h55
de : Christian - MRAP
1 commentaire
Eurosatory 2018 : des collectifs veulent redynamiser la lutte contre le salon de l’armement
lundi 11 - 18h50
Propaganda - La fabrique du consentement (video)
lundi 11 - 15h19
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le progrès technique est comme une hache qu'on aurait mise dans les mains d'un psychopathe. Albert Einstein
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite