Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Entreprises du CAC40 : regarder derrière l’écran de fumée de la communication
lundi 25 juin 2018 - 09h39 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 121 ko

« Le véritable bilan annuel du CAC40 », édité par l’Observatoire des multinationales, sort jeudi 28 juin. Il s’attaque aux questions qui fâchent : répartition des dividendes, lobbying, environnement, conditions de travail, en écartant les rideaux de fumée de la communication des entreprises. Olivier Petitjean, journaliste à l’Observatoire des multinationales et à Bastamag, a répondu à nos questions.

 

 

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à faire ce travail ?

Les mêmes raisons pour lesquelles nous avons créé l’Observatoire des multinationales il y a presque 5 ans. Parce que l’information indépendante sur les multinationales manque cruellement. Les multinationales et leurs soutiens contrôlent très largement l’information sur leurs activités et disent beaucoup de choses trompeuses. Il est nécessaire de leur répondre. Enfin, il faut aborder le problème du pouvoir des multinationales dans son ensemble, de manière globale, au lieu de le compartimenter entre social, environnement, lobbying, corruption, etc. L’enjeu ultime est démocratique. Pour nous, c’est aussi une manière de faire notre propre « rapport annuel » — tout ce dont nous avons traité au cours de l’année écoulée.

 

Quels objectifs poursuivez-vous ?

L’objectif politique est simplement d’encourager et de créer un débat critique, solide, informé, exigeant, sans concessions sur les multinationales et leurs pratiques. Et ce aussi bien au sein des entreprises qu’à l’extérieur, dans la sphère politique. Autrement dit, exactement ce qu’essaient d’empêcher le secret des affaires ou l’idéologie du « there is no alternative ».
En ce sens, nous espérons vraiment que tout le monde y trouvera de la matière utile. Depuis ceux qui croient en un capitalisme éthique et à la « responsabilité sociale des entreprises », jusqu’à ceux qui veulent en finir avec le capitalisme. Personnellement, je me placerais plutôt du côté de ceux qui pensent que si nous ne gardions que les multinationales qui apportent vraiment quelque chose aux gens, il n’en resterait pas beaucoup.

 

Que pourra trouver le lecteur dans ce contre-bilan ?

« Le véritable bilan annuel du CAC40 » est divisé en huit parties : le partage des richesses, l’énergie et le climat, les droits des travailleurs, les ressources naturelles et les droits humains, la géopolitique et les ventes d’armes, les pratiques économiques, la santé, les enjeux démocratiques.

La publication traite des multinationales françaises en général. Mais pour les chiffres, nous avons rassemblé les données de toutes les firmes du CAC40 plus d’autres – une petite soixantaine en tout, y compris des entreprises publiques (La Poste, SNCF) ou d’autres qui ne sont pas cotées en bourse et ne publient donc pas beaucoup de chiffres (Lactalis, Auchan).

 

Quelles tendances se dégagent du rapport ?

Il est un peu difficile de dégager un sujet en particulier dans la mesure où il s’agit de dresser un tableau général. Globalement, je dirais qu’on a l’impression d’une sorte de fuite en avant vers toujours plus de dividendes, des rémunérations patronales de plus en plus hautes, des délocalisations de plus en plus importantes, et des émissions de gaz à effet de serre qui augmentent (directement ou indirectement). Derrière tous les progrès apparents — par exemple les nombreuses annonces sur le climat depuis la COP21 ou celles sur l’égalité hommes/femmes depuis quelques mois — il n’y a vraiment pas grand-chose de concret. À entendre ces entreprises, on a l’impression que les multinationales françaises sont des modèles en matière de lutte contre le changement climatique, mais quand on regarde les chiffres, seules une grosse douzaine d’entreprises dans tout le CAC40 voient leurs émissions de gaz à effet de serre diminuer.

Un autre enseignement, c’est que tout ce que certaines entreprises font de mieux que les autres — par exemple en termes de rémunérations patronales ou de transparence — peut directement être mis en relation avec des lois ou des décisions des pouvoirs publics. Par exemple, la limitation des salaires des patrons d’entreprises publiques, une des rares réformes à saluer du quinquennat Hollande. Ou encore, en matière d’égalité hommes/femmes, le fait d’imposer la parité dans les conseils d’administration : elles sont désormais à peu près 40 %. Par contre, dans les directions, qui ne sont pas couvertes par la loi, elles ne sont que 13 %.

 

Le fossé entre leur communication et la réalité concerne-t-il toutes ces entreprises ?

Clairement oui. Et celles qui communiquent le plus sur leur « éthique » (comme Danone) sont celles pour lesquelles le fossé est le plus béant. Si l’on regarde des données comme les inégalités salariales, les dividendes, les délocalisations, le lobbying, les émissions de gaz à effet de serre, Danone est exactement comme n’importe quel autre groupe du CAC40, voire pire. C’est une illusion de penser que certaines entreprises peuvent être plus éthiques quand ce sont les règles du jeu économique qui sont fondamentalement viciées.

 

Alors quelle est la finalité de cette débauche de communication, et quel budget cela représente-t-il ?

La finalité est claire et nette : éviter les lois, les régulations, les regards extérieurs qui contraindraient leur activité et leur stratégie financière ou les obligeraient à rendre des comptes. Nous avons eu quelques petites surprises en regardant les données. Par exemple celle de voir que le niveau des dépenses de publicité et de marketing de certaines entreprises se chiffre parfois en milliards. Ou encore d’observer à quel point le CAC40 supprimait des emplois en France et se délocalisait : -20 % d’effectifs en France depuis 2010, alors que leur chiffre d’affaires augmentait de 10 %, et leur effectif mondial de 2 %.

Outre les dépenses de publicité et de marketing, nous avons des données un peu plus complètes sur les dépenses de lobbying, qui se chiffrent plutôt en millions. Mais nous n’avons pas de chiffres précis sur les dépenses de com en général — tout dépend d’ailleurs ce qu’on range sous cette catégorie. Mais clairement, c’est beaucoup, beaucoup plus que le budget d’une association ou d’un média, même de taille significative.

 

Leur image est-elle le talon d’Achille de ces entreprises ? Les mouvements sociaux devraient-ils intégrer cette dimension dans leurs stratégies ?

Je ne dirais pas que les multinationales ont un talon d’Achille. Il faut les attaquer de plusieurs côtés à la fois, et surtout ne pas oublier les enjeux de fond. Clairement, la réputation est importante pour les multinationales, parce qu’elle est liée à leur capitalisation boursière et à leur capacité à faire du business avec les élus, etc. Mais les stratégies basées exclusivement sur l’atteinte à la réputation (« name and shame », en anglais) ont pour limite qu’elles peuvent encourager les multinationales à se défausser des problèmes sur d’autres sans les résoudre. C’est ce qu’on voit lorsqu’une entreprise comme Engie revend ses centrales à charbon à d’autres au lieu de les fermer, qu’une firme comme Auchan rompt ses relations avec un fournisseur au lieu d’améliorer les conditions de travail chez lui. Pour être efficace face aux multinationales, il y a certainement besoin d’agir sur plusieurs niveaux à la fois, y compris la réputation, en nouant les alliances nécessaires avec les syndicats et les consommateurs.

L’objectif de ce « véritable bilan annuel » est de dire que tout doit être sujet à un débat démocratique, y compris la légitimité même des multinationales, et le fait que nous ayons besoin d’elles ou non. Si nous partons d’une position où nous avons besoin d’elles de toute façon pour créer de l’emploi, etc., elles nous feront tout accepter. Au contraire, si nous partons d’une position où nous n’avons pas besoin d’elles (cf. la remunicipalisation des services publics, la relocalisation de l’économie, l’économie sociale et solidaire), ce sera à elles de faire la preuve qu’elles apportent quelque chose.

https://rapportsdeforce.fr/classes-...



Imprimer cet article





LA HAVANE : Ouverture du 24ème Forum des Mouvements Sociaux de Sao Paulo
mardi 17 - 20h54
de : JO
SYRIE : Un menteur nommé Macron !
mardi 17 - 20h35
de : JO
Nous au Red Star de St Ouen !
mardi 17 - 13h28
de : Un vrai rouge
MORTS PAR LA FRANCE - Thiaroye 1944
mardi 17 - 07h35
de : Ernest London
Adieux aux armes : à Deraa, des radicaux remettent des dizaines de chars à l’armée syrienne
lundi 16 - 14h55
de : JO
2 commentaires
Foot-identitaire : un make-up BBR pour femmes et hommes... en luttes !
dimanche 15 - 16h18
de : Delarue Christian
5 commentaires
OTAN : La guerre qu’ils ne pourront jamais gagner : celle contre les Peuples !
dimanche 15 - 10h40
de : JO
NATIONALISME FESTIF ! VRAIMENT ? ...
dimanche 15 - 09h16
de : philippedechatillon
2 commentaires
Déconnexion massive avant la coupe du monde
dimanche 15 - 01h20
de : CLAP‎
Le sénat Irlandais vote l’interdiction des produits issus des colonies israéliennes
samedi 14 - 20h24
de : JO
MAUVAISES MINES - Combattre l’industrie minière en France et dans le monde
samedi 14 - 19h14
de : Ernest London
L’équipe de France de football : des fantassins en uniforme bleu blanc rouge frappé du coq.
samedi 14 - 16h37
de : René HAMM
Ce matin, nouvelle action sur le Tour de France d’Info’Com-CGT (reportage photo + video)
samedi 14 - 15h58
de : Collectif Bellaciao
Concert : 14 Juillet des luttes et des résistances
vendredi 13 - 14h57
de : Info’Com-CGT
Maurice Lévy, le premier des premiers de cordée, préfère investir au Luxembourg !
vendredi 13 - 11h10
de : Hervé Nathan
Les constructions en bois, prisonnières de l’industrie chimique ?
vendredi 13 - 11h00
de : Pierre Fournier
Stand Info’Com-CGT – Sipc-CGT à la Fête de l’Huma !
jeudi 12 - 22h06
de : Info’Com-CGT
La Féline, mort imminente du bar le plus rock’n’roll de Paris
jeudi 12 - 21h36
de : Laurent Jézéquel
TRÈS BRÈVE RELATION DE LA DESTRUCTION DES INDES
jeudi 12 - 20h29
de : Ernest London
Sommet de l’OTAN : Mais qui a peur de quelques pacifistes ?
jeudi 12 - 16h06
de : jean 1
RASSEMBLEMENT SOUTIEN À GAËL, MOUNIR ET XAVIER CONVOQUES AU COMICO
mercredi 11 - 15h55
NICARAGUA : S’informer autrement !
mercredi 11 - 11h03
de : JO
Au château de Versailles, le discours creux du roitelet Macron
mardi 10 - 18h25
de : JO
Concert : 14 Juillet des luttes et des résistances
mardi 10 - 14h22
1er Festival des Passeurs d’Humanité du 12 au 15 juillet dans la vallée de la Roya !
mardi 10 - 10h55
de : Les Ami.e.s de la Roya
Penser l’oligarchie, la classe dominante et le peuple-classe
mardi 10 - 00h42
de : Christian DELARUE
5 commentaires
BRESIL : LULA RESTE EN PRISON ! (à suivre)
lundi 9 - 11h11
de : JO
J.LUC MELENCHON : MACRON, C’EST LA MONARCHIE PRÉSIDENTIELLE ABSOLUE
dimanche 8 - 20h34
de : JO
BRESIL : LULA libéré après d’immenses MANIFS. populaires !
dimanche 8 - 20h09
de : JO
Livreurs à vélo : pas de pizzas pour la fin du Mondial
dimanche 8 - 12h30
SUR-TRAVAIL en Autriche et extrême-droite : 12H/j et 72 H/sem !
dimanche 8 - 12h27
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA BOMBE - De l’inutilité des bombardements aériens
samedi 7 - 10h08
de : Ernest London
Uranium Gate sur Léman
samedi 7 - 07h14
de : iwou
Migrants : le Conseil constitutionnel censure le "délit de solidarité", aider un clandestin ne doit pas être puni
vendredi 6 - 13h03
3 commentaires
Pinkwashing : la Marche des fiertés objet de toutes les récupérations
jeudi 5 - 08h48
2 commentaires
Destruction du village palestinien de Khan el-Ahmar par Israël (video)
jeudi 5 - 08h09
1 commentaire
TAZ - ZONE AUTONOME TEMPORAIRE
jeudi 5 - 07h44
de : Ernest London
2 commentaires
Repas de soutien aux Postiers du 92
mercredi 4 - 20h43
Postiers 92 : Toujours là !
mercredi 4 - 20h38
80 Kms./h. : Et si ?
mardi 3 - 20h07
de : JO
10 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Voici le fondement de la critique irréligieuse : c'est l'homme qui fait la religion, et non la religion qui fait l'homme. Karl Marx
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite