Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les constructions en bois, prisonnières de l’industrie chimique ?
de : Pierre Fournier
vendredi 13 juillet 2018 - 11h00 - Signaler aux modérateurs

Tous les ouvrages de construction composés de bois – des traverses de voies de chemin de fer aux maisons à ossature bois – sont traités afin de garantir leur résistance aux intempéries, aux champignons et aux insectes, source de pollution de l’air à l’intérieur des maisons en bois. Des obligations légales qui font les affaires de l’industrie chimique.

PNG - 139.1 ko

La nouvelle n’a pas fait la une des journaux au printemps, et pourtant elle concerne tous les citoyens français : le 23 avril, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire, chargée de la sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a décrété une restriction drastique sur l’utilisation de bois traité à la créosote. « La créosote est une substance toxique pour la santé humaine et pour l’environnement, constate l’Anses dans son communiqué officiel. Elle a été utilisée dans une période de notre histoire industrielle pour la protection des bois en extérieur dont les usages ont été progressivement restreints. Afin d’assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine et de l’environnement, le ministère de la Transition écologique et solidaire, en lien avec le ministère de la Santé et le ministère de Travail, interdira d’une part, l’importation sur notre territoire des autres produits en bois traités avec la créosote et, d’autre part, la réutilisation des bois traités présents sur notre territoire. » La créosote – substance toxique cancérogène reconnue au même titre que l’amiante – avait en effet été largement utilisée par le passé pour le traitement du bois en extérieur.

Entre « risques acceptables » et « risques inacceptables »

Jusqu’à avril dernier, les bois concernés par ce produit chimique étaient limités aux traverses en bois de chemins de fer, aux poteaux électriques, aux installations maritimes ainsi qu’aux piquets de clôtures. Soit ce qui représentait un « risque acceptable », terminologie sur laquelle l’Anses a finalement tiré un trait, car professionnels et riverains pouvaient encore être largement exposés à ces objets, sources de contamination. Depuis la nouvelle directive, seules les traverses de chemin de fer sont encore autorisées. « Les produits biocides contenant de la créosote ne peuvent être autorisés, estime l’Anses, que pour les utilisations pour lesquelles l’Etat membre (de l’Union européenne) délivrant l’autorisation conclut qu’il n’existe pas de produits de substitution appropriés, sur la base d’une analyse de faisabilité technique et économique de la substitution ». En France, la SNCF a par exemple commencé à remplacer les traverses en bois par des traverses en béton.

Les pouvoirs publics ont décidé de prendre ce sujet à bras le corps, même s’ils ne sont pas encore assez audibles auprès du grand public. Le ministère de la Transition écologique et solidaire, en lien avec ceux de la Santé et du Travail, tente par exemple de mettre en garde les riverains – principalement en zones rurales – sur le fait de ne pas laisser les enfants jouer près d’anciennes lignes de chemin de fer, de ne pas couper ou faire brûler d’anciennes traverses en bois, d’anciens poteaux électriques, ou de planches utilisées pour construire les granges au siècle dernier. Selon l’Anses, les traitements de poteaux électriques et de clôtures présentent aujourd’hui « des risques inacceptables pour l’environnement en raison notamment des quantités de produits auxquelles seraient exposés certains compartiments terrestres ou marins ». Au-delà du grand public, les ministères concernés ont décidé d’associer à leurs efforts plusieurs opérateurs comme la RATP, la SNCF, Enedis, l’Association des maires de France, l’Association Robin des Bois ou encore le Cercle national du recyclage. Objectif : assurer la meilleure prise en charge possible des pièces de bois traitées, en fin de vie.

Le gouvernement Philippe a également mis le sujet au menu des discussions de la Commission européenne, afin d’amener l’Europe à généraliser ce type de dispositions et d’interdictions. Car dans le domaine du bois de construction, la France est largement importatrice et la traçabilité du bois importé d’Europe de l’Est ou de Sibérie est parfois sujette à caution. Le trafic du bois dans ces régions est documenté, et des bois toxiques peuvent encore pénétrer l’espace économique européen. Et à cela s’ajoute un autre facteur d’inquiétude : la créosote n’est pas la seule dans le box des accusés.

La liste des produits chimiques est encore longue

Le processus de traitement du bois – par trempage ou par pulvérisation à haute pression en autoclave – est aujourd’hui obligatoire afin d’éviter les dégâts dus aux champignons, aux insectes et à l’humidité, et pour ralentir la combustion en cas d’incendie. Si, par le passé, certains traitements étaient naturels (cire d’abeille, huile de lin, colophane…) ou dépendaient de techniques propres comme le séchage ou la rétification (procédé de traitement thermique), la plupart font aujourd’hui intervenir des produits chimiques et toxiques pour la santé humaine. L’avènement de l’industrie chimique dans la seconde moitié du XXe siècle n’y est évidemment pas étranger. Et aujourd’hui, les intoxications par les artisans, les ouvriers professionnels ou les simples bricoleurs du dimanche ne sont pas rares, plusieurs pesticides contenant encore des métaux lourds (chrome, arsenic, cuivre, plomb…).

La prise de conscience des autorités et des industriels est finalement assez récente. En 2000, la Commission européenne a poussé les industriels à réduire l’utilisation du principal accusé, l’arsenic : « Quelle que soit sa classification (déchet dangereux ou non dangereux), le bois imprégné ne peut être recouvert ou éliminé qu’en conformité avec les dispositions de l’article 4 de la directive 75/442/CEE, c’est-à-dire sans mettre en danger la santé de l’homme et sans porter préjudice à l’environnement, et notamment sans créer de risque pour l’eau, l’air ou le sol, ni pour la flore et la faune, sans provoquer d’incommodités par le bruit ou les odeurs et sans porter atteinte aux sites et aux paysages. » En France, la réglementation sur les traitements locaux a dressé une liste d’interdiction complète, outre la créosote : distillats de goudron ou de houilles, huiles de naphtalène, fractions acénaphtalènes, huiles anthracéniques, phénols de goudrons, pentachlorophénol ou hexachlorobenzène…

Parmi tous ces produits que l’industrie chimique écoule auprès de l’industrie du bois, ce sont encore les dérivés de l’arsenic qui posent le plus de problèmes. Interdit depuis les années 90 dans presque tous les pays européens car considéré comme extrêmement toxique, l’arséniate de cuivre chromé se retrouve encore dans des bois traités. Des pays producteurs de ce produit, comme la Grande-Bretagne, ont même vendu des stocks importants à des pays africains (ex : 200 tonnes vers l’Ethiopie en 2002). En 2004, la France a quant à elle interdit l’utilisation de l’arsenic et de ses dérivés pour le traitement du bois, tout en octroyant de nombreuses dérogations. Sur la liste de ces produits se retrouvent l’arséniate de cuivre ammoniacal (ACA, toxique pour l’environnement et non biodégradable), l’arséniate de zinc ammoniacal (solvant), l’éthyloamine de cuivre (toxique pour le milieu marin) … L’industrie chimique doit pouvoir proposer aujourd’hui des produits alternatifs à ces produits interdits. Le borate de sodium a, par exemple, été introduit pour pallier l’utilisation de l’ACA, mais présente des propriétés utiles uniquement pour des bois non exposés aux intempéries, et ne convient donc pas à toutes les pièces de bois de construction.

Le respect des normes antifongiques, insecticides et ignifuges est un véritable casse-tête pour les fabricants, entre sécurité et toxicité pour l’être humain. L’industrie du bois est aujourd’hui tributaire des interdictions toujours plus nombreuses en ce qui concerne les traitements, et donc des produits mis au point par l’industrie chimique.



Imprimer cet article





Rendez nous nos rêves !
mardi 25 - 19h31
de : Claude Janvier
urgent appel de sôs
mardi 25 - 19h30
de : rodolphe nettier
Santé : un plan qui ne fera pas taire les mobilisations
mardi 25 - 10h43
aquarius appel au blocage du port autonome de Marseille
mardi 25 - 05h36
de : rodolphe nettier
SONDAGE : Mélenchon en-tête pour la première fois devant Macron !
lundi 24 - 17h23
de : JO
SYRIE : La DCA Syrienne sera considérablement renforcée ! Riposte cinglante !
lundi 24 - 16h42
de : JO
1 commentaire
VENEZUELA : Le point sur la propagande honteuse des trompettes de la renommée impérialiste !
lundi 24 - 12h04
de : JO
Georges Ibrahim Abdallah - Il est urgent de le libérer
dimanche 23 - 16h24
de : Ledesorde
Revendiquer nos droits, et les défendre !
dimanche 23 - 11h19
de : jean 1
Les approches libertaire de l’école du Rojava
dimanche 23 - 09h39
de : Pierre Bance
1 commentaire
SORCIÈRES - La Puissance invaincue des femmes
vendredi 21 - 21h25
de : Ernest London
EPR : l’esprit munichois des dirigeants de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN)
vendredi 21 - 18h32
de : Patrick Samba
5em fete de l’autogestion a quimper
vendredi 21 - 14h52
de : vilkelu
Nos vieux valent mieux que leurs profits
vendredi 21 - 13h19
de : MARTINE LOZANO
Parcoursup : un bilan jugé désastreux par les syndicats
vendredi 21 - 10h29
DES DRONES ET DES CERFS-VOLANTS !
jeudi 20 - 09h41
de : C’est l’heure de l’mettre
Rassemblement de soutien : Assignation au tribunal de Nanterre « La Poste veut empêcher Gaël de militer ! » (video)
mercredi 19 - 22h38
DRAME À LA BIBLIOTHÈQUE COURONNES (Paris XXe) : LA CGT DEMANDE LA TENUE D’URGENCE D’UN CHSCT EXCEPTIONNEL
mercredi 19 - 21h58
de : Ménil Info
Assez de parlotes à Matignon, tous ensemble et en même temps dans l’action !
mercredi 19 - 18h08
de : jodez
2 commentaires
CONDITIONNEMENT TOXIQUE
mercredi 19 - 15h27
de : Lukas Stella
Affaire Benalla en continu !
mercredi 19 - 10h46
de : JO
Hommage de l’UJFP à Gisèle Felhendler
mercredi 19 - 07h18
de : UJFP
Rejoignez le Collectif des pisseurs involontaires de glyphosate
mercredi 19 - 06h46
de : Pissou
1 commentaire
Les petits pas.
mardi 18 - 21h07
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Viols : « Que cette guerre cesse »
mardi 18 - 16h57
3 commentaires
LE MYTHE DE LA THÉORIE DU RUISSELLEMENT
mardi 18 - 08h31
de : Ernest London
6 commentaires
Jann Halexander ’Ceci n’est pas l’Afrique’ 12 octobre, Atelier du Verbe, Paris
mardi 18 - 01h34
de : Bruno
Grande fête du livre Paris samedi 22 septembre 2018
lundi 17 - 23h11
de : frank
ELYSEE , journée du patrimoine : un conseil à un chômeur !
dimanche 16 - 16h54
de : JO
1 commentaire
CLINIQUE DE LA PINEDE (PO)
dimanche 16 - 15h18
La terre dévorée par l’économie ...
dimanche 16 - 12h31
La fête de l’Humanité.
dimanche 16 - 09h22
de : Régis de Nimes.
1 commentaire
Rémo Gary et Debronckart
dimanche 16 - 09h19
de : Norbert Gabriel
Benalla devant le Sénat ?
samedi 15 - 14h48
de : JO
ELYSEE : Un autre raté !
samedi 15 - 14h30
de : joclaude
2 commentaires
Plan pauvreté : Emmanuel Macron en pompier pyromane
samedi 15 - 11h10
2 commentaires
La nouvelle ministre des Sports occupe un logement social !
vendredi 14 - 09h00
de : JO
1 commentaire
ÉCOLOGIE OU CATASTROPHE - LA VIE DE MURRAY BOOKCHIN
vendredi 14 - 07h33
de : Ernest London
Appel des travailleurs iraniens de la métallurgie aux syndicalistes et aux pacifistes du monde entier
jeudi 13 - 21h38
de : Lepotier
Hivers nucléaire.
jeudi 13 - 19h26
de : L’iena rabbioso
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons. Martin Luther King
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite