Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE
de : Ernest London
mardi 21 mai 2019 - 08h50 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 376.1 ko
« L’extinction finale vers laquelle nous entraîne la perpétuation de la société industrielle est devenue en très peu d’années notre avenir officiel. » René Riesel et Jaime Semprun, intimement convaincus de la « réalité du désastre en cours » fustigent ceux qui prétendent gérer les problèmes en maintenant le système qui les a produit, en « renforçant toutes les coercitions et en asservissant plus profondément les individus à la collectivité ». « Le sort de l’humanité est donc scientifiquement scellé : il ne lui reste plus qu’à optimiser la maintenance de son fragile biotope terrestre. C’était le programme de l’écologie scientifique, c’est en train de devenir celui de tous les États. »

« Le catastrophisme d’État n’est très ouvertement qu’une inlassable propagande pour la survie planifiée – c’est-à-dire pour une version plus autoritairement administrée de ce qui existe », pour justifier « la dictature des plus savants, ou de ceux qui sont réputés tels ». Face à la menace, il n’y aurait plus d’alternative qu’entre « la soumission repentante aux nouvelles directives du collectivisme écologique et le pur nihilisme ». Si les auteurs se déclarent hostiles à ce qui pourrait tout de même passer pour une prise de conscience, ou du moins un début de lucidité », c’est qu’ils considèrent que cette catastrophe n’est qu’un fragment de la réalité, qui persiste dans l’aveuglement, refuse d’agir sur les causes et se montre incapable de les considérer lucidement. En effet, la critique de la dégradation irréversible de la vie terrestre due au développement industriel n’a pas été un facteur de révolte mais au contraire elle s’est intégrée sans heurts à la soumission et participe surtout à l’adaptation à de nouvelles formes de survie en milieu extrême  ». En achevant de saper toutes les bases sur laquelle reposait la société industrielle, celle-ci crée des conditions d’insécurité « telles que seul un surcroît d’organisation, c’est-à-dire d’asservissement à la machine sociale, peut encore faire passer cet agrégat de terrifiantes incertitudes pour un monde viable ». Les auteurs observent dans l’histoire moderne, chez les masses, « une assez constante détermination à ne pas se révolter en dépit de ce qu’elles savaient », ou du moins à se comporter en dépit de tout comme si on ne savait pas, à croire encore et toujours, malgré tant de démentis, à « l’idéal maintenu de la rationalité technique », au modèle déterministe de la connaissance objective, à l’efficacité promise par une telle connaissance. En réalité, les scientifiques ne savent rien de certain des processus qu’ils s’affairent à modéliser. La réalité du désastre « est inconnaissable par les moyens qui ont servis à la produire ». « La science et la technologie modernes s’apparentent à un mouvement de masse totalitaire ; et pas seulement (comme l’avait révélé Theodore Kaczynski) parce que les individus qui y participent ou s’y identifient en retirent un sentiment de puissance, mais aussi parce qu’une fois admis le but profondément délirant qu’est celui d’un contrôle total des conditions de vie, une fois abdiqué tout sens commun, aucun désastre ne suffira jamais à ramener à la raison le progressiste fanatisé. Il y verra au contraire un motif supplémentaire de renforcer le système technologique, d’améliorer la sécurisation, la traçabilité, etc. C’est ainsi qu’il devient catastrophiste sans cesser d’être progressiste. »

René Riesel et Jaime Semprun fustigent les idéologues de la décroissance, les plus valeureux marxistes qui veulent croire que « l’autodestruction du capitalisme » laissera un « vide ». Ils raillent aussi Vaneigem, le Comité invisible, Latouche et d’autres. Ce qui leur permet de préciser leur position. Puis ils décortiquent « l’artifice de la propagande » qui prétend que « l’avenir de la planète est l’objet d’un choix conscient » : « vivre selon les directives des organisateurs du sauvetage de la planète, ou périr parce qu’on sera resté sourd à leurs mises en garde ». « La fabrique du consensus décore donc du nom de « prise de conscience écologique » l’effet de ses propres opérations, la docilité à répéter ses slogans, à se soumettre à ses injonctions et prescriptions. Elle célèbre la naissance du consommateur rééduqué, de l’éco-citoyen, etc. » Ils distinguent « les principales représentations catastrophismes de l’avenir diffusées par la propagande » :

  • « L’école apocalyptique » qui « renforce l’acceptation par le sentiment d’un délai inespéré », « colore la très commune résignation d’un carpe diem de condamnés en sursis ».
  • « L’école du réchauffement » qui rapporte de multiples périls et ravages à un facteur unique.
  • « L’école de l’épuisement » qui compte sur un recours étatique, industriel et civique pour imposer un « changement de cap », une « société plus sobre ».
  • « L’école de l’empoisonnement » qui fait déjà tourner un vaste secteur de la production marchande (aliments labellisés « bio » et parapharmacie).
  • « L’école du chaos » qui met l’accent sur la dislocation sociale et « géopolitique » et soupire « après une « bonne vieille gouvernance » mondiale ».

À ceux qui trouveront excessive l’assimilation de ces représentations à une propagande, ils rappellent comment l’industrie nucléaire est parvenue à disparaître du « catalogue des menaces » pour figurer comme « énergie propre », « dans la panoplie des remédiations technologiques grâce auxquelles nous sommes censés passer le cap difficile qui s’annonce, pour atteindre la Terre promise d’une économie durable ».
« Le déchaînement de calamités sans nombre, avec leurs combinaisons imprévues et leurs accélérations brutales, ouvre un prodigieux chantier aux trusts planétaires du capitalisme. » La débâcle de la nature s’avère être une chance pour la raison économique puisqu’il va falloir « tout fabriquer de neuf, une vie artificielle entière, avec ses succédanés et ses palliatifs technologiques toujours plus coûteux, c’est-à-dire profitables à l’industrie ». « On connaît le rôle qu’ont chaque fois joué les guerres, au cours de l’histoire moderne, pour accélérer la fusion de l’économie et de l’État. Et c’est justement une guerre qu’il faut livrer, pour vaincre la nature détraquée par les opérations antérieures de la raison économique et la remplacer par un monde intégralement produit, mieux adapté à la vie dans l’aliénation. » Les « défenseurs de notre civilisation » sont à peu près d’accord sur la nécessité d’une « gouvernance renforcée face à la crise écologique totale », « réorganisation bureaucratique-écologique » qui laisse planer la menace d’ « écofascisme ». La « bureaucratie des experts », « par ses diagnostics et ses prospectives, formulés dans la novlangue du calcul rationnel », entretient l’illusion d’une maîtrise techno-scientifiques des « problèmes ». Les décideurs de l’économie la soutiennent, « voyant dans un désastre sans fin la perspective d’une relance permanente de la production par la poursuite de l’ « éco-compatibilité » », tout comme les « « gentils apparatchiks » des justes causes environnementales et humanitaires », armés d’un parfaite bonne conscience, « convaincus d’incarner l’intérêt supérieur de l’humanité, d’aller dans le sens de l’histoire », réclamant toujours plus de lois et de règlements. « Dans la voix de ceux qui répètent avec zèle les statistiques diffusées par la propagande catastrophiste, ce n’est pas la révolte qu’on entend, mais la soumission anticipée aux états d’exception, l’acceptation des disciplines à venir, l’adhésion à la puissance bureaucratique qui prétend, par la contrainte, assurer la survie collective. » Les idéologues de la décroissances relayent par leurs appels à l’autodiscipline, la propagande pour le « rationnement volontaire ». « Les « contraintes du présent » que se plaît à seriner le réalisme des experts sont exclusivement celles qu’imposent le maintien et la généralisation planétaire d’un mode de vie industriel condamné. »

René Riesel et Jaime Semprun sont convaincus que cette bureaucratisation ne « résoudra » rien, si ce n’est « avec une indéniable efficacité à étouffer par la propagande et l’embrigadement toute tentative d’affirmer une critique sociale qui serait à la fois anti-étatique et anti-industrielle », occultant la causes historiques réelles, exerçant un « chantage à l’urgence et à l’efficacité ». Ils n’oublient pas cependant que l’action de quelques individus, « avec un peu de chance, de rigueur, de volonté », peut avoir « des conséquences incalculables ».
 

Ce texte remarquable présente le mérite de formuler les bonnes questions, de mettre à nu les multiples contradictions des discours ambiants, de conduire son lecteur à la racine des « problèmes » et de l’obliger à ne pas se contenter de « solutions » illusoires. Soucieux des questions environnementales, on ne peut faire l’économie d’une telle lecture.

CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE
René Riesel et Jaime Semprun
138 pages – 10 euros
Éditions de l’Encyclopédie des nuisances – Paris – Juin 2008

https://bibliothequefahrenheit.blog...



Imprimer cet article





Rendez-vous dans 100 ans.
lundi 17 - 18h40
de : L’iena rabbioso
VENEZUELA : Cette expérience Socialiste qui donne des frayeurs à l’impérialisme !
lundi 17 - 17h47
de : JO
Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27
ADRESSE À TOUS CEUX QUI NE VEULENT PAS GÉRER LES NUISANCES MAIS LES SUPPRIMER
lundi 17 - 09h25
de : Ernest London
L’ESCROQUERIE DU REVENU UNIVERSEL D’ACTIVITÉ DE MACRON
dimanche 16 - 16h35
de : JO
2 commentaires
ACTE 31 Gilets Jaunes de Toulouse : les brutes de macron dans ses oeuvres !
dimanche 16 - 15h51
de : JO
Européennes : de la montée de l’extrême-droite à une autre perspective
dimanche 16 - 13h18
de : Eve76
Alternative Nouvelle au Capitalisme (?)
dimanche 16 - 09h47
de : Jean Roussie
Taha Bouhafs : « Je ne suis pas plus militant qu’un journaliste du “Point” ou de BFM TV »
samedi 15 - 23h51
de : reporterre
CONGRÈS DE FONDATION DE L’UNION COMMUNISTE LIBERTAIRE (UCL) : DÉCLARATION FINALE
samedi 15 - 19h29
de : jean 1
NON à l’amalgame honteux du régime israélien avec l’Antisémitisme !
samedi 15 - 10h22
de : JO
École de la confiance : la loi passe, la défiance reste, les mobilisations continuent
samedi 15 - 07h50
CE CAUCHEMAR QUI N’EN FINIT PAS - Comment le néolibéralisme défait la démocratie
vendredi 14 - 19h24
de : Ernest London
GILETS JAUNES : PAUSE AVANT LA REPRISE ?
vendredi 14 - 18h23
de : Raymond H
Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour « crime contre l’humanité »
vendredi 14 - 17h41
de : JO
Interview de Maître Sophia Albert Salmeron après s’être rendue à la C.P.I à La Haye (vidéo)
vendredi 14 - 17h32
de : nazairien
Entre Pôle emploi et Françafrique, le gagne-pain de Benalla après l’Élysée
vendredi 14 - 15h20
de : JO
SOUTIEN AUX POSTIER-ES DU 92 EN GREVE / RDV LUNDI MATIN
vendredi 14 - 11h03
Les "cons" , ça ose tout : la cheffe de l’IGPN « réfute totalement le terme de violences policières
jeudi 13 - 22h43
de : nazairien
4 commentaires
La Grande-Bretagne livrera Julian Assange aux Etats-Unis
jeudi 13 - 17h03
de : JO
1 commentaire
« Ensemble on nous opprime, les femmes, ensemble révoltons-nous ! »
jeudi 13 - 11h51
de : jean 1
Le gong vient de sonné en Chine : l’hégémonie nord-américaine, c’est bien fini !
jeudi 13 - 10h33
de : JO
6 commentaires
L’union fait la force : La Coordination des Groupes Anarchistes (CGA) se dissout pour contribuer à la création de l’UCL
jeudi 13 - 10h31
de : jean 1
1 commentaire
Fête de soutien aux postier-e-s du 92 en grève
jeudi 13 - 09h33
1 commentaire
Votez Info’Com-CGT ! Élection du comité social et économique UES L’Équipe 1er tour, 17 au 21 juin 2019 (video)
mercredi 12 - 20h30
de : Info’Com-CGT
Trou de la Sécu : merci Macron !
mercredi 12 - 07h40
4 commentaires
A Genève, macron nous fait le coup du "nouveau capitalisme" sans doute à la sauce sarkozy
mardi 11 - 19h13
de : nazairien
7 commentaires
LUNDI DE PENTECÔTE : une arnaque de plus !
mardi 11 - 15h47
de : JO
Le grand remplacement ?
lundi 10 - 20h24
de : Claude JANVIER
5 commentaires
MONTPELLIER : ACTE XXX, L’ART ET LES GILETS JAUNES
lundi 10 - 17h52
de : jean 1
1 commentaire
A Montpellier, meme avec sa violence, la "flicaille" , n’est plus aussi fringante et perd rapidement pied (vidéo)
lundi 10 - 17h20
de : nazairien
1 commentaire
L’Armée Arabe Syrienne, réplique face aux terroristes du Front Al-Nosra, armé et financé par la France (vidéos)
lundi 10 - 16h36
de : nazairien
50 Printemps - C’est l’heure de l’mettre !
lundi 10 - 16h26
de : Hdm
Quand les renseignements convoquent les journalistes
lundi 10 - 15h38
de : JO
Le Peuple "Gilet Jaune" en Seine Saint Denis, meme avec leurs "lacrymos" , les CRS décrochent (vidéo)
lundi 10 - 15h01
de : nazairien
3 commentaires
Entre "çà" de domination et "surmoi" d’interdiction
lundi 10 - 10h14
de : Christian DELARUE
2 commentaires
L’ambigu Monsieur Jadot
dimanche 9 - 22h49
de : frustration
Barcelone. Le dérapage de Ada Colau face à la manoeuvre de Valls...
dimanche 9 - 14h53
de : Antoine (Montpellier)
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Quand l'argent d'un gouvernement dépend des banques, ce sont elles et non les chefs du gouvernement qui contrôlent la situation. Napoleon Bonaparte
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite