Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

mort de Steve : prolongement de la répression et des affaires d’Etat
de : Olivier LONG et Pascal Maillard
samedi 3 août 2019 - 23h26 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Deux textes qui en disent long sur l’état de la France et de la violence d’Etat

JPEG - 95.9 ko

https://lundi.am/Dans-les-couloirs-...

Dans les couloirs du temps avec le chevalier d’Harcourt, préfet de Nantes

Par Olivier LONG

paru dans lundimatin#202, le 2 août 2019

Suite à la mort de Steve Maia Caniço, les journaux s’émeuvent naïvement de la morgue et de l’indifférence du préfet de Loire-Atlantique : Claude d’Harcourt. « Une forme d’indifférence qui confine au mépris » lance Libération.. C’est ignorer qui est réellement le personnage.

Claude d’Harcourt est l’héritier d’une longue lignée des plus anciennes familles de la noblesse française. La maison d’Harcourt débarque aujourd’hui tout droit de l’Ancien Régime avec ses titres, charges, châteaux et baronnies pour occuper l’actualité estivale. Elle est depuis toujours composée de seigneurs, comtes, ducs, marquis, maréchaux, ambassadeurs, prêtres et prélats, généraux de corps d’armée-lieutenant-de-France-émérite-de-l’ordre-du-Saint-Sépulcre-de Jérusalem ; et voilà que tout ce folklore fait retour. La plus vieille dynastie de l’histoire de France vient naturellement réoccuper la place qui fut toujours la sienne au cœur du royaume de France, mais aujourd’hui c’est à l’occasion de la plus grande affaire d’État que le pays ait connu depuis l’assassinat de Malik Oussekine par les voltigeurs de Charles Pasqua. Ce qui nous permet de revivre ici un énième épisode de la saga des Visiteurs.

Suivons le fil de cette incroyable épopée chevaleresque, en marche et surtout à reculons dans Les couloirs du temps.

Bien avant la guerre de Cent ans, dans la maison d’Harcourt on se nomme Torf, Turquetil, Anquetil, Errand, Octavius, Odet, plutôt que « Jojo le Gilet Jaune ». Le nom d’Harcourt est à tel point synonyme de pouvoir que Michel Houellebecq fait d’un certain Aymeric d’Harcourt l’archétype d’une souveraineté multiséculaire et brutale dans son dernier roman : Sérotonine. Aymeric d’Harcourt est l’ami intime du personnage principal de ce livre, Houellebecq en brosse le portrait :

« [Aymeric d’Harcourt] avait sorti un portrait d’ancêtre, appuyé contre un fauteuil, c’était un type trapu, au visage carré et parfaitement glabre, l’œil mauvais et attentif, sanglé dans une armure métallique. Dans une main il tenait un glaive énorme, qui lui arrivait jusqu’à la poitrine, dans l’autre une hache ; dans l’ensemble il dégageait une impression de puissance physique et de brutalité extraordinaire. Robert d’Harcourt dit le Fort commenta-t-il. La sixième génération de Harcourt, bien après Guillaume le Conquérant, donc. Il a accompagné Richard Cœur de Lion à la troisième croisade. » Je me suis dit que c’était bien, quand même d’avoir des racines » [1].

C’est des racines de cette archaïque brutalité et du type de croisade qu’elle mène actuellement qu’il sera question dans les lignes qui suivent.

suite sur lien.

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

https://blogs.mediapart.fr/pascal-m...

Les trois cadavres de la Macronie

2 août 2019 Par Pascal Maillard

Ce 30 juillet 2019 restera dans l’histoire de notre pays comme un jour qui aura révélé l’essence du macronisme : un pouvoir mortifère. Au sens propre de ce mot : qui cause la mort d’individus. Mais aussi en bien d’autres sens.

L’indignation et la colère citoyennes ont atteint leur acmé au cœur d’un second été calamiteux pour le président, son gouvernement et sa majorité. C’est-à-dire pour tout le pays, son image et ce qui lui reste de vie démocratique. Après avoir évité de justesse que De Rugy, après l’été Benalla, ne devienne le second feuilleton des incuries d’un pouvoir hors de contrôle dont les membres abusent des libertés et des avantages que leur procurent leurs fonctions, le voilà pris au piège d’une affaire infiniment plus grave : la mort dans la nuit du 21 au 22 juin d’un jeune homme de 24 ans qui participait à la Fête de la musique, Steve Maia Caniço, dont tout laisse à penser qu’il a été la victime d’un usage disproportionné et dangereux de la force publique.

L’indignation et la colère procèdent d’abord d’une émotion vraie, celle que traduit par exemple la vidéo d’un portrait de Steve, vue plus de 300 000 fois en quelques heures sur le compte twitter de Loopsider : une vie pleine de promesses a été enlevée par la responsabilité de l’État. Elles procèdent ensuite des fautes politiques d’un Premier ministre qui, ce 30 juillet, à l’occasion d’une conférence de presse ubuesque, a couvert et réduit au silence son propre ministre de l’Intérieur et a dévoilé et validé les conclusions d’un rapport mensonger et lacunaire de l’IGPN, quelques heures à peine après l’identification du corps de Steve. Ce qui constitue, de la part du chef du gouvernement, un manque de respect et une violence symbolique à l’endroit de la famille, des proches et des soutiens de la victime. L’indignation et la colère citoyennes procèdent enfin de la contradiction criante, devenue insupportable, entre une accumulation jamais vue de violences policières et le déni qui est systématiquement apporté par les autorités administratives et politiques à cette terrible vérité. Si pour certains, la mort de Steve est à juste titre une affaire d’État, c’est aussi, en définitive, toute la chaine administrative et politique de la répression policière et judiciaire des Gilets jaunes qui constitue une affaire d’État.

Les chiffres sont en effet accablants, effrayants. Ils sont connus, mais il faut les répéter. Du côté des armes employées, entre le 17 novembre 2018 et fin mai 2019 : 19 000 tirs de LBD 40, 5400 tirs de grenades de désencerclement (GMD), 1400 tirs de grenades GLI-F4. Des armes dites sublétales, mais dont on sait qu’elles peuvent être mortelles et dont il faut obtenir l’interdiction (voir ICI). Du côté des victimes, selon le recensement de David Dufresne : deux morts, 24 éborgnés, 5 mains arrachées, 315 blessures à la têtes. Fin mai, 2500 gilets jaunes avaient été blessés à des degrés divers et 560 signalements avaient été déposés à l’IGPN (chiffres du ministère de l’Intérieur). Une IGPN qui couvre dans ses rapports toutes les violences de la police, y compris les plus graves. A ce jour aucun policier n’a été suspendu, de l’aveu même de la directrice de l’IGPN. A ces chiffres jamais atteints en France dans des actions dites de « maintien de l’ordre », il faut ajouter ceux de la répression judiciaire, même si le ministère de la Justice ne communique que des données partielles et datées : du 17 novembre 2018 à fin mars 2019, 2000 condamnations de Gilets jaunes avaient été prononcées, dont 40% avec de la prison ferme (voir l’article de Jérôme Hourdeaux). 800 condamnations à de la prison ferme en 4 mois seulement : une projection vraisemblable permet d’estimer que 1500 condamnations à de la prison ferme pourraient être prononcées d’ici la fin de l’année. Il convient enfin de rappeler le caractère massif des arrestations préventives avant chaque manifestation - qui ont constitué des violations évidentes à la liberté de manifester - et toutes les condamnations pour délits d’intention, la justice de Belloubet-Macron étant devenue largement prédictive : des Gilets jaunes ont été arrêtés et parfois condamnés pour un acte qu’ils auraient pu commettre.

Mais derrière ces morts, derrière tous ces mutilés et estropiés dont la vie a été brisée, derrière tous les gilets jaunes emprisonnés, derrière toutes les victimes de la violence d’un état autoritaire et liberticide, que ce soit dans les banlieues, dans des manifestations et désormais lors de fêtes, il y a encore trois autres victimes, celles que je nomme présentement « les trois cadavres de la Macronie » : la vérité, la justice et la politique.

La vérité est le premier cadavre de la Macronie. Car la Macronie - et son idéologie gazeuse : le macronisme -, c’est l’empire du mensonge, constitutivement, de ses fondations à ses ultimes exactions. Imposture de la promesse de renouvellement de la politique, discours de télévangéliste, faux libéralisme masquant des dérives autoritaires, illusionnisme du « en même temps » comme art du dépassement des contradictions (bravo pour Pétain, « en même temps » un grand soldat…), contre-vérités quotidiennes amplifiées par des médias devenus les relais serviles des mensonges d’État. Bref, un pouvoir qui a institué les fake news en coup d’état permanent. Or la Macronie, après dix lois de régressions sociales, après 9 mois de révolte citoyenne, après ses scandales et démissions en cascade, apparaît désormais pour ce qu’elle est : une puissance du faux, une scène où de très mauvais acteurs répèteraient une pièce de Brecht ou de Ionesco. Ubu Roi à l’Elysée, Benalla en liberté et De Rugy qui rugit de colère de ne pouvoir revenir dans son ministère. Cette puissance du faux excelle dans la communication qui se substitue, en tous domaines et toutes circonstances, au devoir d’information. Car, un gouvernement, faut-il le rappeler, a le devoir d’informer ses citoyens. Au lieu d’exercer ce devoir de vérité, « le gouvernement ment », selon une belle et forte paronomase inventée par un tagueur anonyme. Elle dit la coalescence du mensonge à ce gouvernement : le mensonge est en lui comme le mot est contenu dans l’autre mot.

Cette marque de fabrique du macronisme, le mensonge, s’est illustrée exemplairement, pendant tout le mouvement des Gilets jaunes, par un déni ravageur : « Il n’y a pas de violence policière », a asséné Castaner. La directrice de l’IGPN, le 13 juin 2019, n’a pas dit autre chose : « Je réfute totalement le terme de violences policières ». Or, les analyses d’un simple citoyen ou d’un journaliste contiennent aujourd’hui plus de vérité que l’expertise d’un service d’inspection de l’Etat, alors même que ce dernier est supposé disposer de moyens d’investigation et de sources infiniment plus précises et plus nombreuses. Ainsi, par exemple, les documents rassemblés par le journaliste Ismaël Halissat (voir ICI) permettent d’établir, dans l’affaire de Steve, contrairement aux allégations du rapport de l’IGPN et des autorités, que les policiers ont bien procédé à une charge « préparée », laquelle a durée 20 minutes. En Macronie les hommes politiques et des administrations de l’État bâtissent leur pouvoir sur le cadavre de la vérité. Mais ce n’est pas tout.

suite sur lien



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
mort de Steve : prolongement de la répression et des affaires d’Etat
4 août 2019 - 14h02 - Posté par nazairien

"Flagrant délit de violences policières gratuites" (ce sont des policiers, vraisemblablement de Nantes, casques noirs bandes bleues et non des CRS bandes jaunes) (vidéo)

Malaise à LCI
🤪
.Quand le direct prend de court le journaliste en plateau et montre un policier gazer des manifestants pacifiques à l’antenne ça donne ça :

https://twitter.com/T_Bouhafs/statu...



mort de Steve : prolongement de la répression et des affaires d’Etat
4 août 2019 - 20h43 - Posté par Camille

Ils n’ont plus la décence de faire semblant pour montrer la reconnaissance du ventre. Tout ces merdias se gardent bien d’évoquer le lourd tribu que le peuple est obligé de payer (au sens large du terme) pour entretenir toute cette clique inutile.



mort de Steve
6 août 2019 - 21h05 - Posté par la forêt de Yablokov

reçu de la coordination :
Bonsoir,

Tout d’abord une pétition pour Steve :

https://www.change.org/p/mesdames-e...

et un hommage où chaque mot pèse son poids de sens :

Une voix. Un texte. Magnifiques. De Lila Zarqa. Montage son et enregistrement de Thibaud SC. À entendre et partager.
https://blogs.mediapart.fr/pascal-m...






La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
1 commentaire
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Albert Einstein, 1921.
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite