Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
de : JO
vendredi 29 novembre 2019 - 11h25 - Signaler aux modérateurs

Bolivie : Celui qui pourrait succéder à Evo Morales 28 Novembre 2019, 23:29pm | Source :Publié par Bolivar Infos

Par Julia Muriel Dominzain

Il s’appelle Andrónico Rodríguez Ledesma, il est de Cochabamba, il a 29 ans, il a étudié les Sciences Politiques et il est vice-président des 6 Fédérations du Tropique, une organisation dont est issu le Président Evo Morales et dont il continue à faire partie. Actuellement, Andrónico Rodríguez est l’un de ceux qui sont sur le terrain et organisent la résistance à la dictature. Il est très écouté par les bases qui continuent la lutte.

« Quand j’étais enfant, réellement, l’instabilité était totale. Nous avions classe le lundi, le mardi et parfois le mercredi parce que le reste du temps, nos professeurs allaient marcher à Cochabamba ou à La Paz pour réclamer des augmentations de salaire, des primes de fin d’année, des droits. Les routes étaient bloquées des jours, des semaines, des mois. Nous voyions aussi des affrontements entre les militaires et nos pères, les producteurs de coca, » rappeIle-t-il et il conclut : « La présence de l’Etat était à la pointe des fusils. »

Mais il y avait pire, quelque chose qui indignait Andrónico et qu’il raconte encore comme si c’était aujourd’hui : « J’ai vu les yankees en face. Ils parlaient anglais, ils commandaient les policiers et les militaires boliviens un fusil à la main et avec des lunettes noires. » Il ne savait pas ce qui se passait exactement mais il se rendait compte que c’étaient les étrangers qui décidaient. Il entendait les dirigeants dire : « Respect de la souveraineté, ça ne peut pas être des forces étrangères qui commandent en Bolivie. »

PUBLICITÉ

« Il y avait des ONG qui trompaient nos parents, elles leur faisaient signer pour une aide d’un demi-hectare de bananiers en échange de l’éradication forcée de la coca » mais beaucoup d’entre eux ne savaient i lire ni écrire et par conséquent, ils n’avaient aucune idée de ce qu’ils signaient. « Moi, ça me faisait de la peine, la façon dont ils trompaient les gens ? » conclut-il.

C’est pourquoi tout petit (il est né à Sacaba et a déménagé à Entre Ríos), il suivi les traces de son père, producteur de coca dirigeant des cultivateurs de coca du syndicat du Tropique de Cochabamba. L’homme passait une grande partie de son temps dans les champs mais le reste du temps, il l’occupait à diriger : « Moi, enfant, je le suivais, il me laissait des heures dans les réunions, je l’accompagnais et je dormais sur une chaise. Maintenant, je me demande pourquoi j’y allais mais quelque chose m’attirait. Ils discutaient, débattaient, analysaient des choses hors du commun, hors de ce qui m’était familier. Ils parlaient des problèmes et des besoins de la communauté. »

Mais il voyait, il sentait, il notait qu’il manquait quelque chose : la formation : « A mon père, il manquait quelques connaissances et je pensais que je devais surmonter cela. Je dois litre, je dois étudier et voir comment collaborer avec ma communauté avec plus de sagesse académique, technique. »

Et alors, il s’est mis à lire les auteurs boliviens comme Franz Tamayo (intellectuel et poète du siècle dernier), Marcelo Quiroga (écrivain et enseignant socialiste assassiné en 1980) ou René Zavoleta Mercado (sociologue spécialiste du prolétariat minier). En résumé, Andrónico dit : « Il me semblait très intéressant de comprendre la société en lisant ces grands hommes qui – en vivant dans la vie réelle – ont réussi à comprendre la Bolivie qui est diverse et variée dans sa culture, dans ses formes d’organisation et d production. »

en outre, il s’est toujours beaucoup informé en écoutant la radio, les informations, la télévision et il a étudié les Sciences Politiques à l’Université Mayor de San Simón de Cochabamba.

Il participait de plus en plus activement aux assemblées, aidait le secrétaire de séance etc... : « Déjà, jeunes, ils m’ont proposé comme dirigeant, » raconte-t-il. En 1997, il a vu la première affiche d’Evo Morales. A cette époque-là, le Président était syndicaliste et candidat aux élections législatives pour Cochabamba. Andrónico a attiré son attention. Il a entendu son premier discours au Tropique, et depuis, il l’a toujours suivi : « Il est devenu pratiquement le mentor de ma carrière politique et syndicale. »

En 2012, il l’a vu à 20 mètres de distance. Ils ne s’étaient encore jamais parlé. Mais une fois, quand Andrónico était encore dirigeant de la jeunesse, il s’est enhardi à prendre la parole lors de l’une des milliers de réunions que fait Evo Morales à travers le pays. Il s’est levé et il a dit : « Président, je ne sais pas si vous, en tant que dirigeants ou nous, en tant que jeunes, nous négligeons la formation politique. Nous avons besoin que les jeunes fassent des incursions dans la lecture et la formation. Il y en a beaucoup qui perdent leurs valeurs et je pense qu’il faut que cette initiative vienne des dirigeants. »

Evo lui a répondu. Il lui a dit qu’il perdait son temps et il a utilisé une expression - en quechua – qui signifie : « hier petit poulet, aujourd’hui œuf. » En résumé, il a pu le faire : « Il m’a dit que je devais me mettre en avant, me montrer et ne pas être déçu en pensant à quand les vieux vont m’écouter. »

dès lors, il a su qu’il devait s’impliquer dans la vie syndicale et c’est ce qu’il a fait. Souvent, il attendait des heures et des heures qu’on lui donne la parole dans une assemblée mais à la fin, il y arrivait. « Peu à peu, ils ont commencé à me connaître et ensuite, ce sont eux qui ont commencé à pousser pour que je sois dirigeant du syndicat central. »

Il a eu sa première réunion sérieuse avec le Président il y a un peu plus de 3 ans. En 2017, il était déjà le Secrétaire aux Sports des 6 Fédérations. Rapidement, il a été en charge de 2 institutions clefs pour Evo : l’organisation du Tropique dont il est issu et le sport qui a été l’un des piliers de sa gestion.

Concrètement, construire des espaces pour le sport dans tout le pays a été une politique de l’Etat dès qu’ Evo Morales a été au pouvoir. A la moitié de l’année 2018, 1 781 œuvres avaient déjà été réalisées dans e cadre du programme « Evo fait, la Bolivie change. »

En occupant cette fonction, il a commencé à avoir tous les jours des réunions, des coups de téléphone, des messages : « Il me disait qu’il allait organiser le championnat des 6 Fédérations. Il l’a fait et il l’a contrôlé de La Paz, souvent même de l’étranger. » A ce moment-là, de plus, Andrónico a encouragé le football féminin.

Avec le temps, Evo lui prêtait de plus en plus d’attention : « En septembre 2018, le président en personne l’a donné son approbation pour que je sois élu vice-président des 6 Fédérations. Il l’a proposé à la base et ils m’ont élu presque par acclamation. »

Il est issu de la même organisation qu’ Evo mais pourquoi cette organisation est-elle si importante ? Andrónico répond : « C’est une zone géographique qui comprend 3 provinces (une partie de Chapare, Tiaqui et Carrasco), 5 municipalités et 6 fédérations. Je dirais que c’est « un résumé de la Bolivie. » Dans cette partie se trouvent presque les 9 départements et les 16 provinces de Cochabamba. Le Président l’a qualifié de « résumé de la pauvreté du tropique de Cochabamba à l’époque néolibérale. »

Ici cohabitent les habitants de La Paz, de Potosi, de Santa Cruz, de Tarija,des quechuas, des aymaras, des benianos, des pandos, des guaraníes, des yuracarés. Andrónico en fait la liste pour montrer qu’il n’est pas simple de se mettre d’accord entre tant de cultures aux coutumes différentes et aux formes d’organisation différentes. De là est venue la phrase : « nous devons nous élire nous-mêmes pour nous gouverner nous-mêmes, » dit-il.

Andrónico ne s’arrête jamais : « Certains dirigeants m’ont dit : « Le Président t’a donné l’examen, tu ne dois jamais le décevoir, » se souvient-il. De plus, Evo aime répéter qu’il n’y a pas besoin de chercher les charges, les charges te cherchent. Il a fait sa carrière ainsi, il forme sa troupe ainsi, il dirige ainsi. Si Evo Morales, un dirigeant paysan avec à peine le baccalauréat et sans être un professionnel, a réussi à être président, c’est un motif d’inspiration. Beaucoup d’entre nous ont tant d’opportunités et ne réussissent pas à cultiver nos capacités pleinement... »

Les hommes politiques et les médias considèrent Andrónico comme l’héritier d’Evo Morales. C’est qu’en plus des responsabilités dont nous avons parlé, il en a eu d’autres, grandes et symboliques : en mars, il s’est rendu à Buenos Aires pour inaugurer un local de campagne (la majorité des Boliviens à l’étranger se trouvent en Argentine) et quand Evo a lancé sa candidature, c’est lui qui a été chargé de le présenter.

Pour les élections de ce 20 octobre qui ont provoqué le coup d’Etat, Andrónico a été candidat au sénat. Et il est convaincu : « je ne travaille pas par fanatisme mais quelque chose m’oblige à suivre les traces de mon père. Enfant, j’ai vu la souffrance de toute la société et de ma propre famille et j’ai vu comment les Gouvernements attaquaient. Si à ce moment-là, la présence de l’Etat était à la pointe du fusil, aujourd’hui, la présence de l’Etat, c’est la réalisation de travaux dans tous les coins de la Patrie. »

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos



Imprimer cet article





Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
1 commentaire
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La religion est le soupir de la créature opprimée, l'âme d'un monde sans cœur, comme elle est l'esprit des conditions sociales d'où l'esprit est exclu. Elle est l'opium du peuple. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite