Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

LA DESINDUSTRIALISATION TUE

de : jodez
dimanche 19 juillet 2020 - 07h52 - Signaler aux modérateurs

La crise sanitaire du covid-19 vient de démontrer à nouveau que la désindustrialisation tue. Elle tue, d’abord, les ouvriers qui en sont les premières victimes en étant condamnés au chômage, à la précarité, à la misère. Le chômage de masse est directement responsable des milliers morts chaque année en France d’après l’INSEM. La désindustrialisation tue également, en privant le pays des moyens de production nécessaires pour disposer des biens indispensables à la satisfaction des besoins de la population. Elle tue dans notre France euro-désindustrialisée, empêchant lors des crises sanitaires la production rapide de masques, tests, respirateur, médicaments et autres bonbonnes d’oxygène, sous contrôle populaire. Les 5 milliards d’euros prêtés par le gouvernement à Renault, les 7 milliards annoncé à Air France qui s’apprête à licencier massivement en France et dans le monde. Et la dizaine de milliards pour la filière aéronautique alors que Airbus veut supprimer plus de 5000 postes en France et 15000 dans le groupe. Ces milliards payés par le peuple seraient donc destinés à licencier et fermer des usines ? Macron nous engage à rembourser ces prêts y compris avec les intérêts dont vont bénéficier les banques privées. Cette garantie de prêt va alourdir la dette de l’Etat. Ces milliards d’euros représente beaucoup d’argent qui permettrait de nourrir la trésorerie pour le paiement des salaires de ces différentes entreprises durant 3 ans voire plus, alors que Bercy annonce un rebond du PIB de la France pour 2021 grâce aux mesures de chômage partiel qui ont été bénéfiques pour les entreprises privées. Le gouvernement fait payer la crise aux travailleurs en supprimant notamment 4600 postes en France chez Renault, qui n’envisage pas de réduction de sa production mais un plan de délocalisation. Il faut nationaliser d’urgence toute l’industrie stratégique française pour la dégager de l’€uro-mondialisation capitaliste : les travailleurs n’ont pas besoin de fusions de leurs usines dans d’autre multinationales qui ne sont que des opérations financières visant uniquement à réduire les coûts et à exploiter durement les travailleurs dans le monde. Notre pays a besoin au contraire d’un pôle public industriel nationalisé en rupture avec les politiques menées depuis des décennies. L’Union européenne, l’€uro et le fumeux « couple franco-allemand » ne sont pas la solution, mais bien le problème ! En effet, c’est bien la "concurrence libre et non faussée" promue par les dogmes européistes et capitalistes qui ont permis à tout le grand capital industriel français de délocaliser la production dans des pays aux salaires de misère. Par conséquent, la reconstruction et la sauvegarde de ce qui reste de notre industrie, pour produire en France, ici et maintenant, voitures, acier, trains, avions, médicaments, respirateurs, électroménager, etc., doit inévitablement passer par la sortie de l’UE et de son maudit euro par la porte de gauche. C’est à ces conditions fondamentales que nous construirons ce grand pôle public industriel nationalisé sous direction ouvrière qui nous permettra d’en finir avec la surexploitation capitaliste des classes laborieuses entraînant licenciements, chômage de masse, misère et autant de vies brisées. Mais n’en doutons pas, tous ensemble et en même temps contre le trio infernal Macron/MEDEF/UE, nous balayerons les exploiteurs et leur imposerons nos choix. C’est d’ailleurs ce qu’ont démontré les ouvriers de Renault à Maubeuge, rejoints par leurs camarades de Douai mais également de PSA, Toyota et toute la population locale. Ils sont le problème et nous la solution, nous vaincrons : Frexit progressiste, et vite !


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite