Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Tensions au Caucase : une diversion opportune pour Nikol Pashinyan ?

mercredi 22 juillet 2020 - 20h58 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Les récents échanges de tir entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan attirent une nouvelle fois l’attention sur le conflit latent entre les frères ennemis du Caucase. Si les origines anciennes de cette confrontation sont indéniables, ce regain de tension semble intervenir à point nommé pour faire oublier la situation interne en Arménie. Entre crise économique, crise sanitaire et dérive autoritaire, le gouvernement de Nikol Pashinyan fait face à une situation explosive. Explications.

JPEG - 5.8 ko
Pour une arménie démocratique et en paix avec ses voisins

La rivalité entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan vient encore de faire la une de l’actualité. Depuis le 12 juillet dernier, Arméniens et Azerbaïdjanais échangent des tirs d’artillerie, suite à ce qui serait une provocation arménienne. (1) Cette fois-ci, les accrochages n’ont pas pour toile de fond le conflit sans fin du Haut-Karabagh, mais mettent sur le devant de la scène la région de Tovuz, au nord du territoire azerbaïdjanais, à proximité de la frontière des deux pays avec la Géorgie. Le bilan varie selon les sources : entre 4 et 7 morts côté azerbaïdjanais, dont le général Gashimov Polad et le colonel Ilgar Mirzaev (2). Par communiqués de presse interposés, les deux capitales se sont accusées mutuellement d’avoir engagé les hostilités, opposant leurs bilans chiffrés : les Azerbaïdjanais affirment avoir constaté 89 violations du cessez-le-feu (3) et tué une centaine de soldats arméniens tandis que l’Arménie ne déplore officiellement aucun tué, affirmant avoir « repoussé l’agression azerbaïdjanaise ». Sans observateurs neutres, il est évidemment impossible de savoir de façon certaine quel est le bilan réel, a fortiori quand ces évènements coïncident avec la tentation de détourner l’attention des vrais problèmes… en Arménie au moins.

L’échec économique de la « révolution de velours » Car rien ne va plus (vraiment) à Erevan. Deux ans après l’arrivée au pouvoir du gouvernement de Nikol Pashinyan à l’issue de la « révolution de velours », les grandes promesses de campagne n’ont guère été suivies d’effets. Au contraire. Avec un taux de chômage stable autour de 18,5% et une économie grise toujours importante, l’Arménie peine à faire bonne figure dans le cadre du Partenariat oriental (4) souhaité par l’Union européenne pour assurer la stabilité de la région. Dans les faits, l’économie arménienne continue de regarder vers Moscou, (5) la Russie restant le principal partenaire commercial du pays (26,6% des échanges), le premier partenaire européen – l’Allemagne – n’arrivant qu’à la 5e place avec seulement 5,3% des échanges commerciaux, un chiffre en baisse continuelle depuis trois ans. Sur la scène intérieure, le gouvernement arménien de Nikol Pashinyan est surtout de plus en plus critiqué. « Les fonctionnaires ineptes doivent être remplacés par des fonctionnaires compétents, n’a cessé de demander Gaguik Tsarukian (6), le leader du principal parti d’opposition, Arménie prospère (BHK). Les autorités ne devraient pas avoir peur de moi. Elles devraient avoir peur des centaines de milliers de personnes sans emploi ni revenu. J’ai des raisons de soupçonner que les autorités ne réalisent pas l’ampleur réelle des problèmes. Elles ne réalisent pas que nous aurons bientôt 200000 à 300000 nouveaux chômeurs, que des dizaines de milliers d’entreprises ferment leurs portes, que si nous ne les sauvons pas aujourd’hui, il ne sera pas possible de les faire revivre demain. » L’état de grâce de Nikol Pashinyan – ancien opposant à l’ex-Premier Ministre Serge Sarkissian – n’aura en effet par duré longtemps. Étiqueté comme libéral et pro-Européen lors de son arrivée au pouvoir en 2018, Pashinyan n’a pas mis en place des réformes promises. Si certains indicateurs économiques restent dans le vert (croissance du PIB de +6,5% en 2019 par exemple), la population arménienne ne voit toujours pas son niveau de vie augmenter. Selon le Fond Monétaire International (7), l’Arménie n’arriverait en 2020 qu’en 104e position sur 187 pays pour le PIB par habitant, avec seulement 11.845 dollars, derrière ses voisins du Caucase.

Crise du Covid-19 : une gestion « catastrophique » La croissance économique en trompe-l’œil ne parvient plus à cacher les défis majeurs auxquels fait face l’Arménie. Et c’est toute la politique du gouvernement qui est aujourd’hui dans le collimateur de l’opposition. Le parti BHK de Gaguik Tsaroukian et celui de l’Arménie lumineuse (LHK) ne se privent pas pour tirer à boulets rouges sur l’administration actuelle, accusant le gouvernement d’incompétence dans tous les domaines, économiques, sociaux et sanitaire. Le BHK vient par exemple de réclamer une enquête parlementaire sur la gestion de la crise sanitaire du Covid-19 (8). Pour Tsaroukian – contaminé par le virus, tout comme le Premier ministre lui-même (9)–, la crise liée au coronavirus est en train de tourner à la « catastrophe ». Et il ne s’agit pas de politique politicienne. Les Arméniens n’ont qu’à comparer ce qui est comparable : leur pays est par exemple 5 fois plus touché (10) que la Géorgie voisine. Une catastrophe que dénonce également RAFFI KALFAYAN (Juriste internationaliste Chercheur au Centre de Recherche des Droits de l’Homme (CRDH) à l’Université Paris II Panthéon-Assas Ancien Secrétaire général de la FIDH) (11) : « L’épidémie progresse de manière incontrôlée à travers le pays et non seulement le gouvernement ne remet pas en cause le « commandant » Avinian (vice-premier ministre) et sa gestion, mais la faute en est rejetée sur le « peuple » et sur l’opposition. Au-delà de l’absurdité de cette accusation, le « peuple » a bon dos. Celui-ci devait être consulté par référendum pour l’adoption d’amendements constitutionnels, mais finalement celui qui ne cesse de clamer sa légitimité au nom de ce peuple n’a semble-t-il plus assez confiance dans la loyauté des forces qui l’ont amené au pouvoir pour aller jusqu’au bout du projet de referendum. Le bouc-émissaire : l’épidémie. » Et la liste des bouc-émissaires ne s’arrête pas là.

Vers une dérive autoritaire du Premier ministre « La situation politique et sociale de l’Arménie est atterrante, poursuit RAFFI KALFAYAN. Son dirigeant a divisé comme jamais le pays. L’état de droit n’existe plus, un régime de facto à parti unique (car majoritaire aux 2/3) adopte des lois anticonstitutionnelles pour prendre le contrôle du dernier pouvoir qui lui échappait, le Judiciaire, sans qu’il n’ait jamais été démontré que les juges aient mal rempli leur mission. » KALFAYAN cite également la prochaine cible du régime : les médias, directement visés par la loi sur l’état d’urgence dans le cadre de la crise sanitaire, intimant aux organes de presse de « ne pas contredire l’information officielle et de la reproduire autant que faire se peut. L’Arménie est le seul pays parmi les 47 du Conseil de l’Europe à avoir osé déroger à la liberté des médias ». Le 4e pouvoir mis sous cloche, le Premier ministre Pashinyan contrôle tout.

Toujours plus nombreuses, les critiques affluent, y compris de Russie, pourtant le meilleur allié de l’Arménie dans la région. Selon Andrei Ivanov, politologue et directeur du Centre d’analyse stratégique de l’Institut russe de développement de l’innovation, « Pashinyan n’a pas pu faire face à la crise économique en Arménie, n’a pas pu démontrer à ses citoyens des réalisations, donc il a eu recours à des provocations politiques franches. De cette manière, le Premier ministre arménien tente de détourner la population des problèmes internes accumulés jusqu’à présent, y compris ceux de nature économique. Nikol Pashinyan a donc décidé de commettre une provocation à la frontière avec l’Azerbaïdjan en vue de renforcer son pouvoir en Arménie ». Ces « problèmes internes » s’accumulent donc depuis 2018 et l’arrivée au pouvoir de Nikol Pashinyan. « La lutte contre la corruption a été bénéfique pour le scrutin électoral de décembre 2018, souligne RAFFI KALFAYAN. Elle aurait pu être le support d’une remise en cause transparente, par l’établissement d’une commission vérité, de l’enrichissement des anciens cadres. Pashinyan en a fait, au contraire, un moyen d’extorsion de fonds qui ne dit pas son nom ou pire un moyen de chantage pour réduire au silence toute opposition politique. En tout état de cause, elle a abouti à une dérive autocratique. » Résultat logique de cette dérive : l’opposant Gaguik Tsaroukian est dans le collimateur du pouvoir. Le 16 juin dernier, le Parlement a voté la levée de son immunité parlementaire, prélude à son arrestation (12) pour malversations financières présumées. En 2017 déjà, le même Tsaroukian s’inquiétait d’une possible tentation totalitaire des hérauts de la « révolution de velours ». Des propos prémonitoires.

1 : https://www.lexpress.fr/actualite/d...

2 : https://southfront.org/armenian-aze...

3 : https://southfront.org/overview-bor...

4 : https://www.consilium.europa.eu/fr/...

5 : https://www.tresor.economie.gouv.fr...

6 : http://www.armenews.com/spip.php?pa...

7 : https://en.wikipedia.org/wiki/List_...)_per_capita

8 : http://armenews.com/spip.php?page=a...

9 : https://www.aa.com.tr/fr/monde/le-p...

10 : https://www.courrierinternational.c...

11 : https://www.armenews.com/spip.php?p...

12 : https://www.courrierinternational.c...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Tensions au Caucase : une diversion opportune pour Nikol Pashinyan ?
23 juillet 2020 - 14h06 - Posté par Pedro

L’Arménie n’a pas pas un gouvernement révolutionnaire internationaliste mais qu’elle soit à ce point suicidaire paraît difficile à croire. Même si elle a de bonnes relations avec la Russie et même l’Iran, il ne faut pas oublier que derrière l’Azerbaïdjan, il y a la Turquie qui "joue au con" en Syrie et en Libye. Selon des sources iraniennes (peut être sujettes à caution) des drones israéliens seraient utilisés par les Azéris.



Tensions au Caucase : une diversion opportune pour Nikol Pashinyan ?
23 juillet 2020 - 18h23 - Posté par Pedro

https://reseauinternational.net/hau...

En effectifs et en équipements, l’armée arménienne est largement inférieure à l’azerbaïdjanaise. D’après l’article, Israël armerait Bakou dans l’espoir qu’il revendique la partie de l’Azerbaïdjan incluse dans l’Etat iranien et que cela provoque une guerre (qui certainement signifierait un embrasement de la région).







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

12912 (test 13 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite