Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Laurence Parisot pire que le baron Seilliéres
de : stop medef
lundi 4 juillet 2005 - 15h57 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Présidence du Medef des coullisse sanglantes

A la lecture des evenements se deroulant en coulisses . (voir article Le Monde)

on apprend que la ligne politique de zero dialogue pronée par Seilliére sera poursuivie avec vigueur par L.Parisot presidente de l’Ifop et candidate tardive pour barrer la route aux candidats trop roses a son gout : Mer et Schweitzer elle est trés proche d’Alain Madelin et des think tanks ultraliberaux avec les acquis sociaux en ligne de mire.


Bluff et trahisons au Medef : récit d’une bataille cinglante pour la présidence du patronat

de Caroline Monnot

Quelque 550 grands électeurs patronaux devaient s’emparer, mardi 5 juillet, de leur boîtier électronique pour désigner le ou la futur (e) président (e) du Medef. Ils sont trois à devoir être départagés : Yvon Jacob, Hugues-Arnaud Mayer et Laurence Parisot. Mais la succession d’Ernest-Antoine Seillière, non préparée par l’intéressé, a réveillé les ambitions depuis plusieurs mois déjà.

Printemps-été 2004 : dîners multiples dans le Midi. Le mandat d’Ernest-Antoine Seillière, dit "EAS", court formellement jusqu’à janvier 2006. Pierre Bellon, PDG de Sodexho, personnalité importante du conseil exécutif du Medef, s’inquiète pourtant de ne rien voir venir. En mai, il convie à dîner dans sa villa sur les hauteurs de Cassis (Bouches-du-Rhône) quelques responsables patronaux. Et glisse un petit mot à l’un d’entre eux, Hugues-Arnaud Mayer : le président du Medef-Auvergne et du comité innovation de l’organisation patronale est invité à participer à un mystérieux petit groupe chargé de " réfléchir au profil que devra avoir son futur président" . Rendez-vous à la rentrée, à Paris.

En juillet, Yvon Jacob est lui aussi dans le Sud. Ex-député RPR, président de la Fédération des industries mécaniques, il fréquente les arcanes de l’organisation patronale depuis de longues années. Il a invité à dîner Anne Meaux, qui conseille en communication une bonne partie du CAC 40, à la tête de sa société Image 7. C’est une amie : ils ont tous deux été proches d’Alain Madelin. Il lui fait part de son intention de se présenter. "Tu as raison. Reparlons-en à la rentrée", l’encourage-t-elle. Jacob croit, ravi, qu’il pourra compter sur ses conseils.

Octobre 2004 : Laurence Parisot dévoile ses cartes en petit comité. Le petit monde patronal bruisse : il s’y dit que Denis Gautier-Sauvagnac, le numéro deux de l’UIMM et président de l’Unedic, pourrait briguer la présidence ; queLouis Schweitzer, qui va quitter Renault, peut être candidat.

Hugues-Arnaud Mayer se rend au restaurant des Arts et métiers, où l’attend Pierre Bellon. Il y a là plusieurs membres du conseil exécutif du Medef : Pierre Fonlupt, dirigeant du groupe d’intérim Plus SA, Georges Drouin, président du Groupement des fédérations du secteur des services, Raymond Vidil, le patron du Medef-Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Et Laurence Parisot. Chacun est convié à analyser la succession. La PDG de l’IFOP prend la parole. Pour descendre en flèche une éventuelle candidature du "socialiste" Schweitzer. Elle enchaîne : "Je l’ai déjà dit à EAS depuis plusieurs mois. Je souhaite être candidate." Pierre Bellon lui précise que son comité informel n’est pas fait "pour l’instant" pour appuyer un (e) candidat (e) et lui demande de s’en retirer.

Yvon Jacob reçoit une douche froide. Anne Meaux l’a rappelé à la rentrée : "On avait dit qu’on reparlerait du Medef. Quand se voit-on ?". Mais, lorsqu’ils se retrouvent, c’est la déconvenue. " Ecoute, tu te présentes, c’est bien , lui explique la patronne d’Image 7, mais je soutiendrai Laurence Parisot. C’est une femme, elle renouvellera le style, je suis d’accord avec ce qu’elle veut." L’IFOP est client d’Image 7 et Laurence Parisot a un temps réalisé des études pour Alain Madelin.

Hiver 2004-2005 : EAS accepte la présidence de l’Unice. Le "groupe Bellon" a rédigé un profil en onze points et s’est mis discrètement en quête d’un patron pour l’endosser. Xavier Fontanet, le PDG d’Essilor, fait l’unanimité. Mais, après consultation de ses actionnaires, il décline l’offre. "Dans cinq ans, les choses seront différentes", juge-t-il. Prend-il date ? Luca Cordero di Montezemolo, président de la Confindustria (le patronat italien), presse habilement Seillière de prendre la tête, en juillet 2005, de l’Unice, l’union des patrons européens. Le président du Medef se laisse convaincre. Membres de la délégation qui l’accompagne à Rome, Laurence Parisot, Hugues-Arnaud Mayer et Charles Beigbeder, ne doutent plus désormais que son mandat sera écourté. A l’aéroport, EAS prend à part Hugues-Arnaud Mayer : "Tu ne veux pas prendre le Medef ?" "Vous avez déjà fait le coup à une vingtaine de personnes." "Il y en a marre. Tout le monde dit : il faudrait faire ceci ou cela, mais personne n’a le courage de s’engager", grogne Seillière.

Mars-avril 2005 : Guillaume Sarkozy construit son tandem. Mayer se décide : il sera candidat. Chez lui, en Auvergne, il s’en ouvre à Valéry Giscard d’Estaing. "Apprenez à parler simple, mais surtout il faut que vous ayez un slogan. C’est très important, le slogan", lui conseille VGE. Dans les starting-blocks depuis plusieurs semaines, Guillaume Sarkozy, l’homme qui a pris en charge la protection sociale au Medef, enrage. Son patronyme lui barrant la route de la présidence ­ "un Sarkozy au pouvoir suffit" ­, Guillaume Sarkozy se met en quête d’un grand industriel avec lequel faire tandem. Un samedi soir, Yvon Jacob dîne avec Francis Mer, ex-patron de la sidérurgie et ancien ministre de l’économie du gouvernement Raffarin. Ce dernier se montre curieux de tout : des règles statutaires, de la façon dont on doit mener une campagne. Jacob parle, parle. Mer, lui, ne dit rien. Le dimanche, sa candidature en tandem avec Guillaume Sarkozy est rendue publique. Et Jacob a l’impression d’avoir participé la veille "à un vrai dîner de cons"... Charles Beigbeder, PDG de Poweo et frère de l’écrivain Frédéric Beigbeder, s’apprête à faire un tour de piste. Le casting est complet.

Mai 2005 : grands oraux et référendum. Devant l’assemblée permanente du Medef, EAS commet un lapsus (volontaire ?) : il appelle "Nicolas" Guillaume Sarkozy. La confusion se répétera sur des affiches, ce qui met dans une rage noire le colistier de Francis Mer. Entre Laurence Parisot et Hugues-Arnaud Mayer, le ton monte. "On n’est pas à la "Ferme célébrités", a décrété le second après que la candidature de la première a été évoquée dans Gala. Les grandes fédérations entrent en jeu. Candidat unique de l’Union des industries et métiers de la métallurgie, traditionnelle faiseuse de rois, Yvon Jacob suscite l’ire des fédérations des services. Le non au référendum paraît inéluctable, et Seillière décrète l’état d’urgence. "C’est la guerre ! Cela prouve qu’il faut au Medef quelqu’un qui parle encore plus fort que moi."

Juin 2005 : Parisot est favorite, le tandem Mer-Sarkozy sombre. Le 30 mai, le conseil exécutif du Medef donne un net avantage à Laurence Parisot. François Pinault et Michel Pebereau la soutiennent publiquement. Claude Bébéar, lui, assure à Hugues-Arnaud Mayer qu’il est son favori, mais... qu’il a été mis en minorité au sein de la Fédération française des assurances, pro-Parisot. Charles Beigbeder se désiste en faveur de la PDG de l’IFOP. Francis Mer jette l’éponge. Guillaume Sarkozy s’apprête à rallier la candidature Mayer. Le "deal" sera stoppé net. "Michel Pebereau a dit tout de go à Sarkozy de dégager", racontent les autres candidats : "Guillaume n’avait pas d’autre choix, vu la situation financièrement tendue de sa boîte." La dernière bataille peut s’engager.

http://www.lemonde.fr/web/article/0...

JPEG - 30.2 ko
GIF - 5.2 ko


Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Laurence Parisot pire que le baron Seilliéres
5 juillet 2005 - 23h07

Elle Mettera la France au travail






Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
6 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien
Baccalauréat 2019 : Blanquer droit dans ses notes
jeudi 4 - 18h07

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je suis pessimiste par l'intelligence mais optimiste par la volonté. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite