Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Laurence Parisot pire que le baron Seilliéres
de : stop medef
lundi 4 juillet 2005 - 15h57 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Présidence du Medef des coullisse sanglantes

A la lecture des evenements se deroulant en coulisses . (voir article Le Monde)

on apprend que la ligne politique de zero dialogue pronée par Seilliére sera poursuivie avec vigueur par L.Parisot presidente de l’Ifop et candidate tardive pour barrer la route aux candidats trop roses a son gout : Mer et Schweitzer elle est trés proche d’Alain Madelin et des think tanks ultraliberaux avec les acquis sociaux en ligne de mire.


Bluff et trahisons au Medef : récit d’une bataille cinglante pour la présidence du patronat

de Caroline Monnot

Quelque 550 grands électeurs patronaux devaient s’emparer, mardi 5 juillet, de leur boîtier électronique pour désigner le ou la futur (e) président (e) du Medef. Ils sont trois à devoir être départagés : Yvon Jacob, Hugues-Arnaud Mayer et Laurence Parisot. Mais la succession d’Ernest-Antoine Seillière, non préparée par l’intéressé, a réveillé les ambitions depuis plusieurs mois déjà.

Printemps-été 2004 : dîners multiples dans le Midi. Le mandat d’Ernest-Antoine Seillière, dit "EAS", court formellement jusqu’à janvier 2006. Pierre Bellon, PDG de Sodexho, personnalité importante du conseil exécutif du Medef, s’inquiète pourtant de ne rien voir venir. En mai, il convie à dîner dans sa villa sur les hauteurs de Cassis (Bouches-du-Rhône) quelques responsables patronaux. Et glisse un petit mot à l’un d’entre eux, Hugues-Arnaud Mayer : le président du Medef-Auvergne et du comité innovation de l’organisation patronale est invité à participer à un mystérieux petit groupe chargé de " réfléchir au profil que devra avoir son futur président" . Rendez-vous à la rentrée, à Paris.

En juillet, Yvon Jacob est lui aussi dans le Sud. Ex-député RPR, président de la Fédération des industries mécaniques, il fréquente les arcanes de l’organisation patronale depuis de longues années. Il a invité à dîner Anne Meaux, qui conseille en communication une bonne partie du CAC 40, à la tête de sa société Image 7. C’est une amie : ils ont tous deux été proches d’Alain Madelin. Il lui fait part de son intention de se présenter. "Tu as raison. Reparlons-en à la rentrée", l’encourage-t-elle. Jacob croit, ravi, qu’il pourra compter sur ses conseils.

Octobre 2004 : Laurence Parisot dévoile ses cartes en petit comité. Le petit monde patronal bruisse : il s’y dit que Denis Gautier-Sauvagnac, le numéro deux de l’UIMM et président de l’Unedic, pourrait briguer la présidence ; queLouis Schweitzer, qui va quitter Renault, peut être candidat.

Hugues-Arnaud Mayer se rend au restaurant des Arts et métiers, où l’attend Pierre Bellon. Il y a là plusieurs membres du conseil exécutif du Medef : Pierre Fonlupt, dirigeant du groupe d’intérim Plus SA, Georges Drouin, président du Groupement des fédérations du secteur des services, Raymond Vidil, le patron du Medef-Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Et Laurence Parisot. Chacun est convié à analyser la succession. La PDG de l’IFOP prend la parole. Pour descendre en flèche une éventuelle candidature du "socialiste" Schweitzer. Elle enchaîne : "Je l’ai déjà dit à EAS depuis plusieurs mois. Je souhaite être candidate." Pierre Bellon lui précise que son comité informel n’est pas fait "pour l’instant" pour appuyer un (e) candidat (e) et lui demande de s’en retirer.

Yvon Jacob reçoit une douche froide. Anne Meaux l’a rappelé à la rentrée : "On avait dit qu’on reparlerait du Medef. Quand se voit-on ?". Mais, lorsqu’ils se retrouvent, c’est la déconvenue. " Ecoute, tu te présentes, c’est bien , lui explique la patronne d’Image 7, mais je soutiendrai Laurence Parisot. C’est une femme, elle renouvellera le style, je suis d’accord avec ce qu’elle veut." L’IFOP est client d’Image 7 et Laurence Parisot a un temps réalisé des études pour Alain Madelin.

Hiver 2004-2005 : EAS accepte la présidence de l’Unice. Le "groupe Bellon" a rédigé un profil en onze points et s’est mis discrètement en quête d’un patron pour l’endosser. Xavier Fontanet, le PDG d’Essilor, fait l’unanimité. Mais, après consultation de ses actionnaires, il décline l’offre. "Dans cinq ans, les choses seront différentes", juge-t-il. Prend-il date ? Luca Cordero di Montezemolo, président de la Confindustria (le patronat italien), presse habilement Seillière de prendre la tête, en juillet 2005, de l’Unice, l’union des patrons européens. Le président du Medef se laisse convaincre. Membres de la délégation qui l’accompagne à Rome, Laurence Parisot, Hugues-Arnaud Mayer et Charles Beigbeder, ne doutent plus désormais que son mandat sera écourté. A l’aéroport, EAS prend à part Hugues-Arnaud Mayer : "Tu ne veux pas prendre le Medef ?" "Vous avez déjà fait le coup à une vingtaine de personnes." "Il y en a marre. Tout le monde dit : il faudrait faire ceci ou cela, mais personne n’a le courage de s’engager", grogne Seillière.

Mars-avril 2005 : Guillaume Sarkozy construit son tandem. Mayer se décide : il sera candidat. Chez lui, en Auvergne, il s’en ouvre à Valéry Giscard d’Estaing. "Apprenez à parler simple, mais surtout il faut que vous ayez un slogan. C’est très important, le slogan", lui conseille VGE. Dans les starting-blocks depuis plusieurs semaines, Guillaume Sarkozy, l’homme qui a pris en charge la protection sociale au Medef, enrage. Son patronyme lui barrant la route de la présidence ­ "un Sarkozy au pouvoir suffit" ­, Guillaume Sarkozy se met en quête d’un grand industriel avec lequel faire tandem. Un samedi soir, Yvon Jacob dîne avec Francis Mer, ex-patron de la sidérurgie et ancien ministre de l’économie du gouvernement Raffarin. Ce dernier se montre curieux de tout : des règles statutaires, de la façon dont on doit mener une campagne. Jacob parle, parle. Mer, lui, ne dit rien. Le dimanche, sa candidature en tandem avec Guillaume Sarkozy est rendue publique. Et Jacob a l’impression d’avoir participé la veille "à un vrai dîner de cons"... Charles Beigbeder, PDG de Poweo et frère de l’écrivain Frédéric Beigbeder, s’apprête à faire un tour de piste. Le casting est complet.

Mai 2005 : grands oraux et référendum. Devant l’assemblée permanente du Medef, EAS commet un lapsus (volontaire ?) : il appelle "Nicolas" Guillaume Sarkozy. La confusion se répétera sur des affiches, ce qui met dans une rage noire le colistier de Francis Mer. Entre Laurence Parisot et Hugues-Arnaud Mayer, le ton monte. "On n’est pas à la "Ferme célébrités", a décrété le second après que la candidature de la première a été évoquée dans Gala. Les grandes fédérations entrent en jeu. Candidat unique de l’Union des industries et métiers de la métallurgie, traditionnelle faiseuse de rois, Yvon Jacob suscite l’ire des fédérations des services. Le non au référendum paraît inéluctable, et Seillière décrète l’état d’urgence. "C’est la guerre ! Cela prouve qu’il faut au Medef quelqu’un qui parle encore plus fort que moi."

Juin 2005 : Parisot est favorite, le tandem Mer-Sarkozy sombre. Le 30 mai, le conseil exécutif du Medef donne un net avantage à Laurence Parisot. François Pinault et Michel Pebereau la soutiennent publiquement. Claude Bébéar, lui, assure à Hugues-Arnaud Mayer qu’il est son favori, mais... qu’il a été mis en minorité au sein de la Fédération française des assurances, pro-Parisot. Charles Beigbeder se désiste en faveur de la PDG de l’IFOP. Francis Mer jette l’éponge. Guillaume Sarkozy s’apprête à rallier la candidature Mayer. Le "deal" sera stoppé net. "Michel Pebereau a dit tout de go à Sarkozy de dégager", racontent les autres candidats : "Guillaume n’avait pas d’autre choix, vu la situation financièrement tendue de sa boîte." La dernière bataille peut s’engager.

http://www.lemonde.fr/web/article/0...

JPEG - 30.2 ko
GIF - 5.2 ko


Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Laurence Parisot pire que le baron Seilliéres
5 juillet 2005 - 23h07

Elle Mettera la France au travail






Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
7 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La religion est le soupir de la créature opprimée, l'âme d'un monde sans cœur, comme elle est l'esprit des conditions sociales d'où l'esprit est exclu. Elle est l'opium du peuple. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite