Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Londres résignée
de : Philippe Marlière
mercredi 17 août 2005 - 15h37 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 13.5 ko

de Philippe Marlière Maître de conférences en science politique à University College London (université de Londres)

"Esprit du Blitz", "réaction de défiance" : laissons cette romantisation obscène aux commentateurs paresseux. Depuis les attentats terroristes des 7 et 21 juillet, deux sentiments prédominent à Londres : la peur et la résignation. La comparaison avec le précédent madrilène est tentante.

Tout comme la Grande-Bretagne, l’Espagne avait initialement envoyé des troupes en Irak. Dans les deux cas, cette intervention militaire avait été décidée malgré l’opposition d’une majorité de la population des deux pays.

Certes, le rejet de la guerre avait été encore plus virulent en Espagne qu’en Grande-Bretagne. Il faut aussi se souvenir que José María Aznar avait fini par exaspérer les Espagnols en assénant, à tort, que les attentats étaient l’œuvre de l’ETA. Son comportement avait provoqué une manifestation gigantesque contre le gouvernement et sa défaite dans les urnes quelques jours plus tard. Même si l’on tient compte des différences entre les deux pays, il n’en reste pas moins que l’absence de réaction des Britanniques peut surprendre.

Dès le 7 juillet, M. Blair s’est efforcé de dépolitiser les attentats-suicides. Il refuse depuis catégoriquement de reconnaître que la présence britannique en Irak ait pu en partie motiver les attentats de Londres. Selon lui, ces actes auraient été causés par une « idéologie totalitaire anti-occidentale ». Leurs auteurs chercheraient à déstabiliser « nos valeurs et notre mode de vie ». Ces actes terroristes ont pourtant été perpétrés par des « Britanniques-musulmans » ; des individus relativement bien intégrés et issus de familles stables.

L’explication culturaliste fournie par Tony Blair n’est donc pas convaincante. Elle ne permet pas de comprendre les biographies accidentées de ces individus : l’intégration communautaire et religieuse certes, mais aussi un rapport longtemps positif aux « valeurs britanniques ». Leur conversion à un islam fondamentaliste est souvent survenue après des pratiques « impures » (alcool, drogues, petite criminalité). Dans certains cas, elle a accompagné des trajectoires sociales respectables (éducateur dans une école pour l’un, diplôme d’université pour l’autre). Comment des hommes évoluant dans un environnement plutôt favorable ont-ils pu commettre de tels actes ? Le premier ministre se garde bien de poser une question aussi cruciale qu’embarrassante.

En dépit des efforts déployés par le gouvernement, les principaux partis politiques et la majorité des médias, la thèse culturaliste a été écartée par une série d’interventions issues de l’Establishment. Il y eut d’abord le rapport de Chatham House (ex-Royal Institute of International Affairs) qui a souligné que l’invasion de l’Irak avait « renforcé Al-Qaida » et que les liens étroits qu’entretenait la Grande-Bretagne avec les Etats-Unis compliquaient la lutte anti-terroriste.

Un mois avant les attentats, le Joint Terrorism Analysis Centre - une dépendance de MI5, les services de sécurité et d’espionnage - avait averti le gouvernement que les événements en Irak constituaient un terreau de radicalisation terroriste en Grande-Bretagne. Dans un sondage publié dans The Guardian après le 7 juillet, 64% des Britanniques estimaient que Tony Blair était « beaucoup » ou « un peu » responsable des attentats-suicides. Seul Tony Blair - ou presque - considère aujourd’hui que les attentats de Londres n’ont rien à voir avec la présence britannique en Irak. En réalité, il n’a pas le choix. S’il reconnaissait que les deux sont liés, il lui faudrait alors admettre qu’il s’est trompé sur l’Irak, un pas qu’il ne franchira jamais.

Lorsqu’il fut reconduit à Downing Street en mai, la majorité des médias et du public voyaient en Tony Blair un leader « affaibli ». Depuis le 7 juillet, bien que tenu indirectement responsable des attentats, on salue son action politique. Comment rendre compte d’une telle contradiction ? Il est probable que dans une période de danger, le peuple britannique fasse spontanément bloc autour du gouvernement. La politique reprendra son cours lorsque la menace de nouveaux attentats semblera écartée. Cela pourrait expliquer le silence quasi-général qui a suivi la bavure de la police qui a abattu un innocent dans le métro. Une approche psychologisante dressera le type-idéal de l’homo britannicus : passif, peu exigeant, affrontant avec stoïcisme l’adversité, le fameux British stiff upper lip.

Le politologue évitera le terrain marécageux des stéréotypes nationaux et se concentrera sur des facteurs politiques tangibles. Il se penchera sur le champ politique britannique et observera les forces politiques en présence. Il notera que l’ensemble des médias britanniques - pour la plupart des critiques impitoyables du premier ministre - applaudissent aujourd’hui avec emphase son action. Plusieurs journalistes sont allés jusqu’à célébrer sa « stature churchillienne » ! A gauche, Respect, une coalition anti-guerre emmenée par l’ex-député travaillliste George Galloway, a tenté de briser le consensus national. Elle a insisté sur le lien de causalité entre la guerre d’Irak et les attentats de Londres.

Ce message n’a eu que peu d’impact car il est porté par un rassemblement peu crédible, qui va de l’extrême-gauche trotskyste à des groupes musulmans pour la plupart réactionnaires. La thèse culturaliste du premier ministre a été reprise sans état d’âme par les deux institutions les plus conservatrices du pays (avec la monarchie) : le parti travailliste et les syndicats du TUC. Le parti libéral-démocrate s’est noyé dans une critique par trop subtile et ambivalente de la politique irakienne de M. Blair. En conséquence, sa position anti-guerre est devenue inaudible. A droite, les conservateurs ont continué de surenchérir le discours droitier et sécuritaire du premier ministre le plus atlantiste de l’histoire britannique.

Une majorité de Britanniques considère que Tony Blair est le principal responsable de leurs malheurs actuels. Pourtant, ce sentiment ne s’accompagne pas d’un mouvement de révolte semblable à celui des Madrilènes. Cette apparente contradiction est explicable sur un plan politique. De fait, la résignation affichée par nombre de Londoniens est éminemment politique. Ceux-ci se rendent compte que leur opposition démocratique à la guerre d’Irak n’aura servi à rien. Ils savent aussi qu’aucune des grandes formations politiques et syndicales ne va articuler et relayer leur opposition à la politique blairiste.

Ils lisent des quodidiens nationaux qui poursuivent à travers cette question leurs combats partisans habituels (The Guardian - centre gauche - ne perd jamais une occasion de célébrer un leader travailliste ; à droite, la presse tabloïde se réjouit du discours musclé de M. Blair sur la sécurité et à l’égard des demandeurs d’asile). Le décalage entre les attentes populaires et l’offre politique est énorme. Il incite le public à l’attentisme, voire à la résignation. Cette inaction n’est pas synonyme d’apathie ou d’indifférence. Elle est le produit du système institutionnel britannique : une démocratie sans choix politique. La « troisième voie » blairiste - de fait, voie unique - triomphe à ce prix.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Londres résignée
18 août 2005 - 14h53

Les Londoniens vont-ils pouvoir se protéger du froid cet hiver ? Les vêtements amples ne sont-ils pas propices à la dissimulation de bombes ? C’est en tous cas ce qu’affirme la police.
Dans ces conditions, les plus frileux doivent s’attendre à faire le vide dans le métro.
Une foule angoissée peut rapidement céder à la panique. Des incidents sont donc à craindre.
JiPi






Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
5 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1
BOLIVIE : La CIA partout, les dollars pleuvent à flots pour les complots, pas pour la pauvreté !
lundi 25 - 12h06
de : JO
1 commentaire
Le patriarcat compris comme dynamique sociale
lundi 25 - 01h23
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Toujours contre la prostitution et le viol ici ou ailleurs avec Zéromacho - Christian Delarue
dimanche 24 - 12h07
de : Christian Delarue
3 commentaires
L’ANARCHIE - Théories et pratiques libertaires
dimanche 24 - 11h37
de : Ernest London
Pigeons.
samedi 23 - 20h40
de : L’iena rabbioso
Réforme des retraites : « les carrières gruyère des femmes vont se payer cash »
samedi 23 - 10h57
La haine de l’Indien
vendredi 22 - 18h55
de : Álvaro GARCIA LINERA
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire. Voltaire
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite