Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Un nouveau consensus


de : Uri Avnery
jeudi 29 septembre 2005 - 04h04 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 54.6 ko

de Uri Avnery

Malgré le spectacle dramatisé du déracinement des colonies, où tout était planifié jusqu’au moindre détail par les rabbins et l’armée, il n’y a pas eu de véritable crise populaire, aucun traumatisme national. "Le centre a tenu."

Dans "The Second Coming", le poète irlandais W.B. Yeats a ainsi décrit le chaos : "Tournant et tournant en larges cercles,/ Le faucon ne peut entendre le fauconnier ;/ Tout s’écroule ; le centre ne peut tenir ;/ L’anarchie se répand sur le monde,/ La marée descendante du sang est là et partout./ La cérémonie de l’innocence est submergée ;/ Le mieux manque de force, alors que le pire/ Est plein d’une intensité passionnée."

La phrase déterminante, à mon sens, est : « Le centre ne peut tenir ». C’est une métaphore militaire : sur un champ de bataille classique, la force principale se trouvait au centre alors que les flancs étaient protégés par des forces plus légères. Le but de l’ennemi était de briser le centre, souvent en contournant les flancs. Même si les flancs lâchaient, tant que le centre tenait, la bataille n’était pas perdue.

Cela vaut également en politique. Tout repose sur les gens du centre. Si on veut faire une révolution, il faut saper la stabilité du centre.

C’était le but des colons quand ils ont commencé leur campagne à l’échelle nationale contre le retrait de Gaza. Cela s’est terminé par un échec total. Une défaite d’importance historique. Malgré le spectacle dramatisé du déracinement des colonies, où tout était planifié jusqu’au moindre détail par les rabbins et l’armée, il n’y a pas eu de véritable crise populaire, aucun traumatisme national. Pour employer le langage de Yeats : « Le centre a tenu. »

Pour comprendre Israël, il faut saisir la nature de ce centre. Qu’est-ce qui lui a permis de garder sa cohésion ?

Un consensus national n’est pas immuable. Il change tout le temps, mais très, très lentement, dans un processus invisible, non perceptible. Ce n’est que rarement, en cas de situation dramatique, qu’il change rapidement. Cela s’est produit, par exemple, lors de la guerre de 1967. La veille du déclenchement de la guerre, nous étions très peu à oser rêver que le monde arabe reconnaîtrait l’Etat d’Israël dans ses frontières d’alors. Le lendemain de la guerre, le rêve s’est transformé pour nous en cauchemar ; quiconque parlait des « frontières de 1967 » était considéré comme un traître. Mais c’était un événement exceptionnel. Ordinairement le consensus évolue aussi silencieusement qu’un glacier polaire.

Le consensus de la majorité israélienne juive à l’automne 2005 repose sur trois piliers :

Premièrement : Un Etat juif. C’est le dénominateur commun de presque tous les Juifs en Israël. Si l’on ne comprend pas la centralité de cette conviction, on ne comprend rien à Israël.

« Un Etat juif » est un Etat habité par des Juifs. Certes, il est inévitable que certains citoyens ne seront pas juifs mais leur nombre doit être maintenu au minimum absolu afin qu’il ne puissent pas avoir d’influence sur le caractère et sur la politique de l’Etat. Ce but est inhérent à la substance même du mouvement sioniste, qui est né avec un livre intitulé « L’Etat des Juifs ». Il tire sa force des centaines d’années de persécutions, alors que les Juifs, sans aide et sans défense, étaient à la merci de tous.

Les Juifs veulent vivre dans un Etat qui leur appartienne, à eux seuls, où ils seront maîtres de leur destin. Ce désir est si profondément ancré dans le cœur de la plupart d’entre eux qu’il n’y a aucune chance de leur faire admettre un autre projet, que ce soit « le Grand Israël » ou un « Etat binational ». Par conséquent, il n’y a aucune chance pour que la majorité soit d’accord pour un retour massif des réfugiés arabes sur le territoire d’Israël.

Deuxièmement : Agrandir l’Etat. Le mouvement sioniste voulait s’emparer du pays appelé alors Palestine, dans sa totalité ou dans sa plus grande partie, et s’y installer.

Cela également est un désir profond, ancré dans le caractère même du mouvement, une partie de ses « gènes ». Mais ce second désir est subordonné au premier. S’il était possible de conquérir tout le pays et de « se débarrasser » de toute la population palestinienne, comme veut le faire l’extrême droite, cela en séduirait beaucoup. Mais la majorité sait maintenant que ce n’est pas matériellement possible. La conclusion est que les parties du pays densément peuplées de Palestiniens doivent être « abandonnées ».

Troisièmement : Reconnaissance du peuple palestinien. C’est un grand changement. Il contredit la position classique du mouvement sioniste adopté par tous les gouvernements israéliens jusqu’à l’accord d’Oslo, exprimé par la célèbre phrase de Golda Meir : Il n’y a pas de peuple palestinien. Quand, dans les années 50, nous demandions la reconnaissance du peuple palestinien, nous étions considérés comme des traîtres ou des imbéciles, ou les deux. Mais deux intifadas, la situation internationale, et nos campagnes d’opinion cohérentes ont fait leur œuvre.

La combinaison de ces trois principes donne l’image du consensus actuel. Israël doit annexer certaines zones de la Cisjordanie et renoncer au reste.

Ce consensus englobe la majeure partie du paysage politique israélien, d’Ariel Sharon, Benjamin Netanyahou et Uzi Landau à Shimon Peres et Yossi Belin. Les désaccords ne portent que sur l’étendue de l’annexion. Cela rappelle - mutadis mutandis - une des histoires attribuées à Bernard Shaw qui offrait de payer à une duchesse un million de livres pour qu’elle couche avec lui. Quand elle y a consenti, il a réduit son offre à 100 livres, lui déclarant : « Maintenant que nous sommes d’accord sur le principe, il reste à fixer le prix. »

Dans le passé, Sharon a parlé d’annexer 58% de la Cisjordanie, comprenant les blocs de colonies, le Grand Jérusalem (avec le territoire allant jusqu’à Maale Adumim), la vallée du Jourdain et les zones qui les relient. Il était prêt à laisser aux Palestiniens leurs villes et leurs zones rurales densément peuplées. Récemment, il a laissé entendre qu’il pourrait abandonner la vallée du Jourdain. Il affirme que le Président Bush a été d’accord avec son plan, mais, alors que Sharon parle de « blocs de colonies », Bush a parlé de « centres de population ». Il y a une grande différence entre les deux expressions : un « bloc de colonies » comprend non seulement la grande colonie elle-même, mais également les petites colonies autour d’elle et les zones entre elles toutes. Un « centre de population » signifie seulement la grande colonie, ce qui réduit beaucoup la zone à annexer.

A Camp David, Ehoud Barak a proposé l’annexion de 21% de la Cisjordanie, d’une manière qui aurait coupé le territoire palestinien en morceaux. Il voulait également « louer » 13% supplémentaires de la vallée du Jourdain. Plus tard, à la conférence de Taba, l’annexion envisagée a été réduite à 8% mais l’accord a été refusé par le gouvernement israélien.

Yossi Beilin était le père du concept de « blocs de colonies » quand, il y a longtemps, il était parvenu à un accord non officiel avec Abou Mazen (Mahmoud Abbas). L’initiative de Genève, plus récemment, proposée par Yossi Beilin et Yasser Abed-Rabbo, ne parle d’annexer que 2,3% de la Cisjordanie dans le cadre d’un échange de territoires 1/1.

La clôture de séparation, en cours de construction par le gouvernement Sharon, est destinée à favoriser l’extension actuelle des colonies. Elle annexe 8% de la Cisjordanie le long de sa frontière occidentale avec Israël. L’annexion de la vallée du Jourdain à l’est reste pour l’instant ouverte.

Tels sont les contours du consensus actuel. Le débat en Israël, dans un avenir proche, se concentrera sur l’étendue et les moyens de l’annexion.

Selon une version, il ne doit pas y avoir de négociations avec les Palestiniens, puisqu’ils ne seront pas d’accord pour des annexions importantes. Donc, Israël devrait continuer à prendre des « mesures unilatérales » comme il l’a fait pour le retrait de Gaza - et annexer des territoires sans chercher un accord. Slogan : « Israël fixera lui-même ses frontières ». La version contraire est qu’on peut obtenir un accord pour des annexions limitées dans le cadre d’un échange de territoires.

L’extrême droite rejette le consensus. Elle ne veut aucun compromis. Elle brandit le titre de propriété divin, signé personnellement par le Tout-Puissant, et veut annexer la totalité de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. Sans que ce soit dit explicitement, cette conception implique l’expulsion totale des Palestiniens de la Palestine.

Le mouvement de la paix radical s’oppose au consensus dans le sens inverse. Il croit que l’avenir d’Israël ne sera assuré que dans une paix durable, fondée sur un accord entre égaux et sur la réconciliation des deux peuples. Ce camp croit que l’accord doit être basé sur la frontière de la Ligne Verte d’avant 1967, et que ce n’est que par des négociations que l’on parviendra à un accord sur un échange de territoires équitable.

Quoi qu’il en soit, l’essentiel est que le consensus évolue. Le Grand Israël est mort. La partition du pays est désormais acceptée par l’écrasante majorité. Ce qui signifie que l’on peut influencer l’opinion publique. L’affaire du « désengagement » a montré que les colonies peuvent être déplacées. L’opinion a accepté ce précédent sans broncher. Maintenant, la tâche est de convaincre les gens que de véritables négociations doivent être engagées.

Il y a quelqu’un à qui parler, et il y a quelque chose à discuter.

Article publié le 25 septembre 2005, en hébreu et en anglais, sur le site de Gush Shalom - Traduit de l’anglais « A New Consensus » : RM/SW

liste de diffusion ASSAWRA



Imprimer cet article





Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude
Reportage en direct sur la manif. à Paris
samedi 27 - 14h23
de : joclaude
CGT : Philippe Martinez à l’Elysée (video)
samedi 27 - 11h53
de : joclaude
Narbonne élection 28 juin
samedi 27 - 11h14
de : Lili Oto
DÉMENCE SOUS AIR CONDITIONNÉ
vendredi 26 - 18h55
de : Lukas Stella
La macronie kiffe le glyphosate et truque l’enquête
vendredi 26 - 16h08
de : jean1
1 commentaire
Isolement et contention en psychiatrie : bientôt un contrôle par les juges - Basta !
vendredi 26 - 11h57
de : Ch Delarue (santé)
Le Pr Raoult accuse des responsables sanitaires de conflits d’intérêts
vendredi 26 - 11h00
de : Ch Delarue (com demo)
2 commentaires
QUAND LA RAISON TONNE EN SON CRATERE
vendredi 26 - 10h55
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite
La CGT condamne sans aucune réserve les affiches de Info’Com
dimanche 10 mai
de La CGT
4 commentaires
La CGT condamne sans aucune réserve ces affiches. Ce type de communication ne fait que décrédibiliser l'action syndicale. A la Cgt, nous avons d'autres arguments que ceux là, ceux de l'intérêt des travailleurs et de la justice sociale. — La CGT ( 82L lacgtcommunique) May 10, 2020 La CGT condamne sans aucune réserve ces affiches. Ce type de communication ne fait que décrédibiliser l’action syndicale. A la CGT, nous avons d’autres arguments que ceux là, ceux (...)
Lire la suite