Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Sharon, du faucon au vrai prestidigitateur.


de : François GERALD
jeudi 19 janvier 2006 - 15h24 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 60.4 ko

de François GERALD

A voir l’empressement avec lequel les media se sont emparés dans un bel unanimisme du bilan politique de Sharon, on en vient à se demander si le premier ministre israélien ne serait pas devenu une icône publicitaire centralisant les désirs et satellisant leurs sujets avec une plasticité de bon aloi. "Une ère d’incertitude" titrent les uns, "Sharon est irremplaçable, qui va le remplacer ?" s’alarment déjà les autres , "Après Sharon le déluge ?" se demandent finalement les plus troublés. Sur i-télé, le politologue Frédéric Encel rappelle en guise d’hommage, que le président Moubarak ("le leader le plus puissant du monde arabe") aurait récemment déclaré son espoir que Sharon remporte les prochaines élections législatives et Jack Straw, ministre britannique des affaires étrangères, de saluer "les actes courageux de Sharon qui avaient été approuvés par l’ensemble de la population israélienne."

On pourrait multiplier ainsi les exemples d’hommages rendus à travers le monde, on peine à croire qu’ils s’adressent au faucon parmi les faucons de la politique israélienne. C’est pourtant à un singulier renversement d’étiquette auquel nous avons assisté depuis la prise de pouvoir d’Ariel Sharon en 2001.

Les premiers pas dans la vie publique israélienne de Sharon ne furent guère, il est vrai, empreints du sceau de la subtilité. En 1953, après une incursion palestinienne qui fit trois morts coté israélien, le gouvernement d’alors chargea le jeune commandant Scheinerman qui ne s’appelait pas encore Sharon de monter une opération de représailles à la tête de l’unité 101 formée par ses soins. A Qibya, petit village palestinien, on releva 69 morts, l’envoyé des Nations Unies, le général Vagn Bennike témoignant : « Des corps criblés de balles près des portes de sorties et de nombreux impacts sur les portes des maisons démolies prouvaient qu’on avait forcé les habitants à rester à l’intérieur alors qu’on faisait sauter les maisons. »

Dans le même ordre d’idée (du crime de guerre), on pourrait revenir longuement sur les massacres de Sabra et Chatila en 1982 où environ 1200 civils firent massacrés par des phalangistes chrétiens sous contrôle du ministre de la défense d’alors Ariel Sharon, mais ces faits ont déjà été largement commentés.

Quand il arrive au pouvoir en 2001, Sharon commence par décréter Arafat personna non gratta à Tel Aviv. Premier fait curieux du mandat de Sharon, l’ensemble de la communauté internationale n’émet guère de réserves malgré l’élection du chef palestinien au suffrage universel, une première dans le monde arabe, ce qui rend de facto toute possibilité de négociation nulle et non avenue. Certes, Sharon avance comme argument qu’Arafat est un « assassin », mais on l’a vu il n’est guère en position de donner la moindre leçon à qui que ce soit sur le sujet. Pour le moment le fin tacticien qu’est Sharon a un besoin : gagner du temps. Quelques années plus tôt, on l’oublie trop souvent, Ytzak Rabin avait fait un drôle de pari en obtenant d’Arafat un accord de reconnaissance mutuelle entre Israël et l’OLP.

A l’époque, Sharon avait qualifié les accords d’Oslo d’erreur historique et de trahison. Dans la foulée le parti de Sharon, le Likoud, organisait moult manifestations de protestation dans les rues de Tel Aviv dans lesquelles les militants du parti conservateur paradaient sous des pancartes grimant le premier ministre d’alors... en officier gestapiste. On connaît la suite et les accords d’Oslo se révélèrent finalement la plus formidable escroquerie dont furent victimes les Palestiniens, l’ensemble de la classe politique israélienne concourrant unanimement depuis l’assassinat de Rabin à en trahir aussi bien l’esprit que la lettre.

De fait, la haine tenace dont Sharon témoigna à propos des accords d’Oslo résidait en ceci que Rabin avait compris que ce conflit avait atteint un point de non retour où il ne pourrait y avoir que deux vainqueurs ou deux vaincus. Sharon, lui, en bon militaire qui n’avait jamais témoigné qu’une très grande méfiance envers les politiques (lesquels le lui rendirent généreusement, cf. la phrase de Ben Gourion disant de lui qu’il pourrait faire « un bon homme politique s’il était seulement capable de dire la vérité »), savait qu’aussi bien contre la Syrie que contre les Palestiniens le combat militaire était gagné et qu’il ne fallait à aucun prix laisser la diplomatie entraver la latitude qu’avait Israël d’en jouir librement.

Il faut dire, quitte une fois encore à prendre le contre-pied de ce qui s’émet copieusement de commentaires actuellement, que, dans l’histoire politique d’Israël, Sharon s’est singularisé en se faisant sur la scène intérieure l’un des principaux promoteurs d’une colonisation des territoires palestiniens qui n’a jamais cessé et sur la scène diplomatique celui qui en toutes occasions s’opposa à tous les plans de paix de tous les gouvernements d’Israël avec tous ses voisins. Sans aucune exception. Certes l’évacuation des colonies de Gaza fait incontestablement partie de ces actes qu’on ne saurait critiquer d’emblée. Mais de deux choses l’une, ou bien Sharon a décidé l’évacuation parce qu’il est contre la colonisation, ou bien c’est parce qu’il en est arrivé à la conclusion que la situation n’était plus tenable pour Israël.

Il n’est qu’à écouter les déclarations qu’il fit seulement quelques semaines après la fin de l’évacuation des colonies où il réaffirma à plusieurs reprises et en public qu’Israël allait « continuer, étendre et renforcer la colonisation », pour comprendre que cette décision servit avant tout les intérêts du Hamas, en particulier de sa branche militaire. Aucun média ne releva cette déclaration qui ne suscita aucun commentaire dans les chancelleries. Sharon semble avoir comme anesthésié le monde occidental en maniant la carotte du dialogue constructif et le bâton du chantage à l’antisémitisme. Si bien qu’aujourd’hui encore il semble impossible d’appeler au respect du droit international sans redouter l’insulte d’antisémitisme. Il n’y a pas si longtemps, au cours du banquet annuel du Crif, son président, en présence de nombreux ministres, n’hésita pas à expliquer que la raison de l’antisémitisme en France, c’était la politique arabe de la France ! La plupart des média ne relevèrent même pas ces propos et aucun des ministres présents ne s’indigna.

Nombre de journalistes semblent de nos jours littéralement obnubilés par la mythologie du pouvoir (pas seulement à la télévision). A ce titre ils vivent dans la permanente nécessité de trouver des justifications aux pouvoirs en place par où ils espèrent légitimer le leur. Après les louanges sur « l’homme de paix », viendront donc les effluves de la peopôlisation nous demandant « qui était vraiment Ariel Sharon ? » (i-télé), et dont le suite logique serait donc : « Le boucher sanguinaire de Sabra et Chatila nous aurait-il changé en truffes ? » Au fond l’icône Sharon ressemble de plus en plus à une de ces figures de la « télé-réalité » que quelques spécialistes en spécialités auraient finalement travesti de faucon en colombe, pour le bien du conformisme ambiant.

Certes, la « communication » d’Israël n’a pas toujours été aussi radieuse et encore aujourd’hui certains journalistes n’hésitent pas à faire leur métier contre le vent des modes, mais le besoin de passer les plats d’un puissant dépasse largement le cadre d’un conflit particulier où les indices des véritables intentions du général ne manquaient pourtant pas. Sa disparition de la scène politique se produit finalement à un moment clé de sa carrière. Il ne fait guère de doutes aujourd’hui que son projet politique qui consistait en une séparation unilatérale des Palestiniens sur la base de la frontière actuelle du mur englobant la plupart des colonies israéliennes en Cisjordanie était à bout de souffle en termes de communication et n’aurait pas pu se prolonger très longtemps sans qu’il dévoile plus ses cartes. Elle laisse donc un double vide pour les Palestiniens et pour les Israéliens.

Pour les premiers, c’est assurément une excellente nouvelle, aucun gouvernement Israélien ne semblant en mesure avant longtemps de conjuguer une « communication » aussi efficace auprès des grands média et des actions militaires et une colonisation aussi éloignées des nécessités d’un processus de paix. Pour les Israéliens, la question de la gestion de l’héritage par Ehoud Olmert est la principale interrogation. Il n’est pas impossible en effet que le peu de charisme de celui-ci pose problème dans la campagne électorale au fur et à mesure de son avancement. Face à un Likoud désaxé dans une stratégie clairement No future qui ne manquerait pas de conduire Israël vers un isolement international comparable à celui de l’Afrique du sud il y a vingt ans, et face à un parti travailliste qui s’est clairement recentré à gauche avec l’éviction de Pérez, Kadima ne semble pas à première vue manquer d’espace pour prospérer.

Mais pour peu que le leader travailliste Amir Peretz parvienne à grignoter quelques points dans les sondages sur les questions économiques et sociales, Olmert serait vite tenté de regagner ces voix par un recentrage à gauche qui ne manquerait pas de provoquer des tiraillements de la base de Kadima qui vient essentiellement du Likoud. Olmert se retrouverait alors dans la position d’appoint que Sharon souhaitait réserver à ses deux ailes. Ce serait finalement une cruelle ironie pour lui que le parti qu’il avait créé avec une feuille de vigne recouvrant la droite israélienne soit devenu le cache sexe du parti travailliste le plus à gauche depuis vingt ans ! Mais cela, ce sera aux électeurs d’en décider.

 http://freefrancois.blogspot.com



Imprimer cet article





Contre RTE et EDF, rencontrons nous
jeudi 6 - 21h40
de : amassada Pas res nos arresta
RTS : Suisse, la mortalité 2020 inférieur à celle de 2019, malgré le covid !
jeudi 6 - 14h06
de : RTS - Suisse
LIBAN : LA FSM EN SOLIDARITÉ AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE DU LIBAN APRÈS LES EXPLOSIONS
jeudi 6 - 09h47
de : jodez
Trois quart de siècle plus tard…
mercredi 5 - 22h49
de : Pierre Péguin
A Sara Dura ! Un été de mobilisation contre le TAV en Val Susa
mercredi 5 - 22h42
de : No TAV
LE SOUVERAINISME AU SERVICE DE QUI ?
mercredi 5 - 19h42
de : Nemo3637
1 commentaire
Desabrahamisation de l’anthropologie pour la PMA
mardi 4 - 01h26
de : Christian DELARUE
Désabrahamisation de l’anthropologie : ouverture hors dogmes
mardi 4 - 01h12
de : Christian DELARUE
2 commentaires
FATIGUÉE
samedi 1er - 18h47
de : jean1
6 commentaires
BLACK AND WHITE
samedi 1er - 16h21
de : Nemo3637
Pénurie de gants ? La honte de ce régime ripoux !
vendredi 31 - 17h26
de : joclaude
VENEZUELA : L’IRAN ouvre à CARACAS son premier supermarché !
vendredi 31 - 16h48
de : joclaude
Report des élections Présidentielles en Bolivie.
vendredi 31 - 11h00
de : joclaude
Des personnalités appellent Darmanin à « soutenir » le policier « lanceur d’alerte »
jeudi 30 - 23h31
de : Christian DELARUE (MRAP)
1 commentaire
ATTAC : Gisèle Halimi n’est plus, Attac est en deuil
jeudi 30 - 00h06
de : Christian DELARUE (ATTAC)
Gisèle HALIMI, une grande militante - MRAP
mercredi 29 - 21h19
de : Christian DELARUE (MRAP)
BOLIVIE : La Centrale Ouvrière Bolivienne déclare une grève générale illimitée
mercredi 29 - 16h01
de : joclaude
29 juillet 1900 : un ouvrier anarchiste tue le roi d’Italie
mercredi 29 - 15h14
de : jean1
PLAN DE RELANCE EUROPÉEN : L’ARNAQUE MACRON
mardi 28 - 16h34
de : joclaude
1 commentaire
Fin des prospectus : les c…, ça ose décidément tout !
mardi 28 - 11h10
de : Michel B.
5 commentaires
Ceux qui doivent vivre et ceux qui doivent mourir ; la sélection
mardi 28 - 00h41
de : Jean-Yves Peillard
Affaire Girard-Coffin : Un effet Obono
lundi 27 - 23h03
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un policier révèle des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris
lundi 27 - 19h31
de : jean1
1 commentaire
OMISSION, DÉFORMATION, DÉSINFORMATION
lundi 27 - 17h32
COLOMBIE:L’Ambassadeur de Cuba en ce pays sollicité pour l’envoi de médecins !
lundi 27 - 15h37
de : joclaude
CASTEX : "Monsieur T2A", casseur de l’Hôpital
lundi 27 - 14h43
de : joclaude
L’Espagne se propose de rééduquer les prisonniers politiques
dimanche 26 - 22h51
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !
dimanche 26 - 16h36
de : joclaude
1 commentaire
NICARAGUA:Le président Daniel Ortega, a commémoré le 41e anniversaire de la révolution.
vendredi 24 - 11h21
1 commentaire
MEXIQUE:Certains devraient y réfléchir puisque apparemment, c’est possible !…
vendredi 24 - 10h48
de : joclaude
Séparatisme désormais !
jeudi 23 - 23h17
de : Christian Delarue
4 commentaires
LE MONDE CHANGE, l’impérialisme ne va pas tarder à s’en apercevoir !
jeudi 23 - 18h00
de : joclaude
Je n’ai qu’un cri : scandaleux !
jeudi 23 - 11h34
de : joclaude
LE SEGUR DE LA HONTE !
jeudi 23 - 11h08
de : joclaude
Tensions au Caucase : une diversion opportune pour Nikol Pashinyan ?
mercredi 22 - 20h58
2 commentaires
HONG-KONG : Pour savoir de quoi on parle !
mercredi 22 - 15h02
de : joclaude
3 commentaires
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH
mercredi 22 - 09h46
de : jodez
MACRON PUTAIN, ENCORE 600 JOURS
mardi 21 - 21h05
de : joclaude
L’ODEUR DU CACA BRUN
lundi 20 - 18h47
de : Nemo3637
1 commentaire
20/07/2001 - 20/07/2020 : Carlo Giuliani
lundi 20 - 13h55
de : Roberto Ferrario

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite