Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Sharon, du faucon au vrai prestidigitateur.
de : François GERALD
jeudi 19 janvier 2006 - 15h24 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 60.4 ko

de François GERALD

A voir l’empressement avec lequel les media se sont emparés dans un bel unanimisme du bilan politique de Sharon, on en vient à se demander si le premier ministre israélien ne serait pas devenu une icône publicitaire centralisant les désirs et satellisant leurs sujets avec une plasticité de bon aloi. "Une ère d’incertitude" titrent les uns, "Sharon est irremplaçable, qui va le remplacer ?" s’alarment déjà les autres , "Après Sharon le déluge ?" se demandent finalement les plus troublés. Sur i-télé, le politologue Frédéric Encel rappelle en guise d’hommage, que le président Moubarak ("le leader le plus puissant du monde arabe") aurait récemment déclaré son espoir que Sharon remporte les prochaines élections législatives et Jack Straw, ministre britannique des affaires étrangères, de saluer "les actes courageux de Sharon qui avaient été approuvés par l’ensemble de la population israélienne."

On pourrait multiplier ainsi les exemples d’hommages rendus à travers le monde, on peine à croire qu’ils s’adressent au faucon parmi les faucons de la politique israélienne. C’est pourtant à un singulier renversement d’étiquette auquel nous avons assisté depuis la prise de pouvoir d’Ariel Sharon en 2001.

Les premiers pas dans la vie publique israélienne de Sharon ne furent guère, il est vrai, empreints du sceau de la subtilité. En 1953, après une incursion palestinienne qui fit trois morts coté israélien, le gouvernement d’alors chargea le jeune commandant Scheinerman qui ne s’appelait pas encore Sharon de monter une opération de représailles à la tête de l’unité 101 formée par ses soins. A Qibya, petit village palestinien, on releva 69 morts, l’envoyé des Nations Unies, le général Vagn Bennike témoignant : « Des corps criblés de balles près des portes de sorties et de nombreux impacts sur les portes des maisons démolies prouvaient qu’on avait forcé les habitants à rester à l’intérieur alors qu’on faisait sauter les maisons. »

Dans le même ordre d’idée (du crime de guerre), on pourrait revenir longuement sur les massacres de Sabra et Chatila en 1982 où environ 1200 civils firent massacrés par des phalangistes chrétiens sous contrôle du ministre de la défense d’alors Ariel Sharon, mais ces faits ont déjà été largement commentés.

Quand il arrive au pouvoir en 2001, Sharon commence par décréter Arafat personna non gratta à Tel Aviv. Premier fait curieux du mandat de Sharon, l’ensemble de la communauté internationale n’émet guère de réserves malgré l’élection du chef palestinien au suffrage universel, une première dans le monde arabe, ce qui rend de facto toute possibilité de négociation nulle et non avenue. Certes, Sharon avance comme argument qu’Arafat est un « assassin », mais on l’a vu il n’est guère en position de donner la moindre leçon à qui que ce soit sur le sujet. Pour le moment le fin tacticien qu’est Sharon a un besoin : gagner du temps. Quelques années plus tôt, on l’oublie trop souvent, Ytzak Rabin avait fait un drôle de pari en obtenant d’Arafat un accord de reconnaissance mutuelle entre Israël et l’OLP.

A l’époque, Sharon avait qualifié les accords d’Oslo d’erreur historique et de trahison. Dans la foulée le parti de Sharon, le Likoud, organisait moult manifestations de protestation dans les rues de Tel Aviv dans lesquelles les militants du parti conservateur paradaient sous des pancartes grimant le premier ministre d’alors... en officier gestapiste. On connaît la suite et les accords d’Oslo se révélèrent finalement la plus formidable escroquerie dont furent victimes les Palestiniens, l’ensemble de la classe politique israélienne concourrant unanimement depuis l’assassinat de Rabin à en trahir aussi bien l’esprit que la lettre.

De fait, la haine tenace dont Sharon témoigna à propos des accords d’Oslo résidait en ceci que Rabin avait compris que ce conflit avait atteint un point de non retour où il ne pourrait y avoir que deux vainqueurs ou deux vaincus. Sharon, lui, en bon militaire qui n’avait jamais témoigné qu’une très grande méfiance envers les politiques (lesquels le lui rendirent généreusement, cf. la phrase de Ben Gourion disant de lui qu’il pourrait faire « un bon homme politique s’il était seulement capable de dire la vérité »), savait qu’aussi bien contre la Syrie que contre les Palestiniens le combat militaire était gagné et qu’il ne fallait à aucun prix laisser la diplomatie entraver la latitude qu’avait Israël d’en jouir librement.

Il faut dire, quitte une fois encore à prendre le contre-pied de ce qui s’émet copieusement de commentaires actuellement, que, dans l’histoire politique d’Israël, Sharon s’est singularisé en se faisant sur la scène intérieure l’un des principaux promoteurs d’une colonisation des territoires palestiniens qui n’a jamais cessé et sur la scène diplomatique celui qui en toutes occasions s’opposa à tous les plans de paix de tous les gouvernements d’Israël avec tous ses voisins. Sans aucune exception. Certes l’évacuation des colonies de Gaza fait incontestablement partie de ces actes qu’on ne saurait critiquer d’emblée. Mais de deux choses l’une, ou bien Sharon a décidé l’évacuation parce qu’il est contre la colonisation, ou bien c’est parce qu’il en est arrivé à la conclusion que la situation n’était plus tenable pour Israël.

Il n’est qu’à écouter les déclarations qu’il fit seulement quelques semaines après la fin de l’évacuation des colonies où il réaffirma à plusieurs reprises et en public qu’Israël allait « continuer, étendre et renforcer la colonisation », pour comprendre que cette décision servit avant tout les intérêts du Hamas, en particulier de sa branche militaire. Aucun média ne releva cette déclaration qui ne suscita aucun commentaire dans les chancelleries. Sharon semble avoir comme anesthésié le monde occidental en maniant la carotte du dialogue constructif et le bâton du chantage à l’antisémitisme. Si bien qu’aujourd’hui encore il semble impossible d’appeler au respect du droit international sans redouter l’insulte d’antisémitisme. Il n’y a pas si longtemps, au cours du banquet annuel du Crif, son président, en présence de nombreux ministres, n’hésita pas à expliquer que la raison de l’antisémitisme en France, c’était la politique arabe de la France ! La plupart des média ne relevèrent même pas ces propos et aucun des ministres présents ne s’indigna.

Nombre de journalistes semblent de nos jours littéralement obnubilés par la mythologie du pouvoir (pas seulement à la télévision). A ce titre ils vivent dans la permanente nécessité de trouver des justifications aux pouvoirs en place par où ils espèrent légitimer le leur. Après les louanges sur « l’homme de paix », viendront donc les effluves de la peopôlisation nous demandant « qui était vraiment Ariel Sharon ? » (i-télé), et dont le suite logique serait donc : « Le boucher sanguinaire de Sabra et Chatila nous aurait-il changé en truffes ? » Au fond l’icône Sharon ressemble de plus en plus à une de ces figures de la « télé-réalité » que quelques spécialistes en spécialités auraient finalement travesti de faucon en colombe, pour le bien du conformisme ambiant.

Certes, la « communication » d’Israël n’a pas toujours été aussi radieuse et encore aujourd’hui certains journalistes n’hésitent pas à faire leur métier contre le vent des modes, mais le besoin de passer les plats d’un puissant dépasse largement le cadre d’un conflit particulier où les indices des véritables intentions du général ne manquaient pourtant pas. Sa disparition de la scène politique se produit finalement à un moment clé de sa carrière. Il ne fait guère de doutes aujourd’hui que son projet politique qui consistait en une séparation unilatérale des Palestiniens sur la base de la frontière actuelle du mur englobant la plupart des colonies israéliennes en Cisjordanie était à bout de souffle en termes de communication et n’aurait pas pu se prolonger très longtemps sans qu’il dévoile plus ses cartes. Elle laisse donc un double vide pour les Palestiniens et pour les Israéliens.

Pour les premiers, c’est assurément une excellente nouvelle, aucun gouvernement Israélien ne semblant en mesure avant longtemps de conjuguer une « communication » aussi efficace auprès des grands média et des actions militaires et une colonisation aussi éloignées des nécessités d’un processus de paix. Pour les Israéliens, la question de la gestion de l’héritage par Ehoud Olmert est la principale interrogation. Il n’est pas impossible en effet que le peu de charisme de celui-ci pose problème dans la campagne électorale au fur et à mesure de son avancement. Face à un Likoud désaxé dans une stratégie clairement No future qui ne manquerait pas de conduire Israël vers un isolement international comparable à celui de l’Afrique du sud il y a vingt ans, et face à un parti travailliste qui s’est clairement recentré à gauche avec l’éviction de Pérez, Kadima ne semble pas à première vue manquer d’espace pour prospérer.

Mais pour peu que le leader travailliste Amir Peretz parvienne à grignoter quelques points dans les sondages sur les questions économiques et sociales, Olmert serait vite tenté de regagner ces voix par un recentrage à gauche qui ne manquerait pas de provoquer des tiraillements de la base de Kadima qui vient essentiellement du Likoud. Olmert se retrouverait alors dans la position d’appoint que Sharon souhaitait réserver à ses deux ailes. Ce serait finalement une cruelle ironie pour lui que le parti qu’il avait créé avec une feuille de vigne recouvrant la droite israélienne soit devenu le cache sexe du parti travailliste le plus à gauche depuis vingt ans ! Mais cela, ce sera aux électeurs d’en décider.

 http://freefrancois.blogspot.com



Imprimer cet article





Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Plus l'histoire d'un pays est ancienne, plus nombreuses et pesantes sont ces couches stratifiées de paresseux et de parasites qui vivent du «patrimoine des ancêtres», de ces retraités de l'histoire économique. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite