Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le prodisme antipolitique, maladie sénile du girotondisme
de : Rina Gagliardi
vendredi 20 janvier 2006 - 02h36 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 19.3 ko

de Rina Gagliardi traduit de l’italien par karl&rosa

Dans son histoire, longue désormais de trente ans, "La Repubblica" a privilégié un objectif par rapport à tous les autres : la "modernisation" du système politique italien. Les protagonistes des campagnes soutenues (De Mita contre Craxi, Lama contre Berlinguer, Occhetto et Segni contre la loi électorale proportionnelle et différents autres) changeaient au fur et à mesure mais l’idée restait en substance la même : en finir avec l’anomalie historique de ce pays, qui était donnée par l’existence des partis de masse et spécialement du Parti communiste italien ; dépasser, d’une façon plus ou moins définitive, la nature fortement idéologique de notre culture politique nationale ; marcher vers le bipolarisme de type européen, voire anglo-saxon. Cela reste encore aujourd’hui le "programme fondamental" du quotidien fondé par Eugenio Scalfari : lequel, avec cohérence, depuis des années se range nettement aussi bien contre Berlusconi et la droite qu’en faveur des composantes les plus modérées de la gauche et du centre-gauche.

Dans ce dernier rassemblement [l’Union, dirigée par Prodi, ndt] - voila la nouveauté relative - "La Repubblica" tend aujourd’hui à enfourcher le "prodisme pur" : pas le simple (et escompté) soutien au leader de l’Union, mais unappui quasiment inconditionnel de son leadership dans sa variante, appelons-la ainsi, anti-partis et anti-politique la plus extrême. Tantôt c’était le professeur Parisi qui esquissait l’essence authentique du projet, c’est-à-dire une sortie "radicale" du XX siècle et de ses idéologies, une solution de continuité très nette par rapport à toutes les traditions de la gauche. Tantôt c’était Carlo De Benedetti qui imprimait une connotation plus précise, de classe, à la proposition plus générale du Parti Démocratique : comme quand il en a demandé la "carte numéro un" et en a nommé, sur le champ, les leaders authentiques, Walter Veltroni et Francesco Rutelli. En rendant évident par là sa propre attitude et celle d’une partie de la bourgeoisie "illuminée" vis-à-vis de Romano Prodi ; la phase du Professeur n’est rien d’autre qu’une phase aussi "nécessaire" que contingente et passagère.

Mais, en attendant, c’est encore Prodi le leader sur le terrain : à tel point qu’il essaie de remettre en discussion le choix de la Margherita [composante démocrate-chrétienne de l’Union, ndt] et des Ds [les postcommunistes, composante social-démocrate de l’Union, ndt] de se présenter séparément au Sénat, jusqu’à faire miroiter la possibilité, le 9 avril, de donner vie à sa propre liste. Dans l’Olivier [le rassemblement de centre-gauche des législatives de 2001, ndt] tend donc à se rouvrir la dialectique entre le leader désigné et les forces majeures de sa coalition et, dans un cadre qui n’est pas du tout résolu, "La Repubblica" tend à devenir justement l’organe du "prodisme". L’article dominical d’Ilvo Diamanti avait presque anticipé l’initiative du Professeur.

Poussé par la préoccupation que l’affrontement encore brûlant sur l’Unipol [compagnie d’assurance et banque de la Ligue des Coopératives, ndt] finisse par redonner trop de force aux Démocrates de gauche, le politologue s’était lancé dans une "dénonciation" affligée des partis et de leur rôle encombrant. Il demandait à Prodi de dépasser sa prudence et à la Chaîne [symbole des Ds, ndt] de se dissoudre - ni plus ni moins - en livrant aux archives toute trace, même la plus résiduelle, de son histoire. Ce sont les positions exprimées avec une vigueur presque quotidienne par d’autres commentateurs de "La Repubblica" (Maltese, Berselli et d’autres). D’ailleurs, Eugenio Scalfari n’avait-il pas été justement l’un des protagonistes du référendum de ’93, à tel point qu’il le définissait à la télé comme "une bombe à retardement placée sous les partis" ? Et n’est-il pas vrai que les principaux organes de presse (le "Corriere della Sera" aussi) sont désormais des supporters forcenés du Parti Démocratique, en faisant presque complètement abstraction de ses contenus, de sa possible physionomie, de ses programmes ?

Essayons de comprendre de quoi il s’agit vraiment. De la façon dont il est sollicité, souhaité, préconisé, le Parti Démocratique serait un sujet politique flambant neuf : la véritable clé de voûte pour dépasser tous les retards italiens. Modelé sur son homologue états-unien, décroché de tout lien organique avec les intérêts des travailleurs et avec le conflit social, dépourvu de toute physionomie forte, il aurait la tâche de constituer autour de lui un rassemblement électoral - capable d’entraîner la "moyenne" de l’opinion de gauche, les intellectuels, un peu de "liberal", un peu de bourgeois progressistes, un brin d’écologisme et aussi un peu de mouvementisme, pourvu qu’il s’autocensure dans ses sphères d’intervention et dans sa pratique toujours et de toute façon "compatible" avec l’existant. Il serait, en somme, l’un des deux pôles où partager une politique enfin normalisée : absolument pareils l’un à l’autre sur les grandes discriminantes (la politique internationale et la politique économique), le choix serait réduit aux "humeurs" - entre un front vaguement progressiste et un, plus ou moins, réactionnaire. A tout le reste serait réservé, au plus, un droit de tribune, au sein d’un destin de marginalité.

Mais pourquoi une idée pareille fascine-t-elle, presque avec la même intensité, des intellectuels (presque) "radicaux" et des entrepreneurs ? Des "Girotondini" antiberlusconiens et des bourgeois comme il faut ? Des extrémistes prodiens et des extrémistes "réformistes" ?

Réponse numéro un.

En réalité, dans l’imaginaire idéologique postcommuniste et dans les campagnes de "La Repubblica", le Pd, le Parti Démocratique doit être compris justement comme un raccourci : ce n’est pas un parti, mais la fin des partis. Ce n’est pas une nouvelle force politique, mais le but "nécessaire" de la dissolution des forces actuelles. Ce n’est pas un nouveau début, mais la conclusion souhaitable de la crise des grandes narrations du XX siècle. On écrit Pd mais on doit lire - au moins pour une partie substantielle - comme la fin de la politique classique, celle qui se fonfde sur les grandes catégories de la politique européenne (communisme, socialisme, social-démocratie et même libéralisme). C’est pourquoi on comprend bien la raison pour laquelle il plait à une partie, la moins vulgaire, du capitalisme italien. En même temps il - le Pd - ne peut que plaire à des intellectuels qui sont en même temps en crise et en critique, "libres" et séparés, à savoir dépourvus de rapports directs avec la réalité sociale, mais qui ont besoin de retrouver une fonction et d’exercer une influence. A la fin, les uns et les autres répondent à la crise des partis (qui est là) et à la dégradation de la politique (qui est là) par une recette apparemment simple : l’antipolitique.

Réponse numéro deux.

En tant qu’idéologie antipolitique, le Pd correspond aux mythes les plus répandus aujourd’hui par le système médiatique : l’efficacité, la compétence, le mérite, compris comme des valeurs "en soi", quelque part neutres et de toute façon toujours bénéfiques. Si la politique est représentée comme le règne des bavardages, de la rhétorique inepte, de la "fainéantise" (comme l’a dit Berlusconi dans le face-à-face avec Bertinotti) et si par conséquent les politiques de métier sont identifiés avec des bureaucraties aussi coûteuses que voraces, le Technicien - à savoir le Non Politique de métier - est exalté en tant que tel, en tant que détenteur en soi et pour soi d’un pouvoir salvateur.

A droite, Berlusconi a fait de cette recette - la fierté de l’entrepreneur et de l’entreprise - une clé de son succès et en son temps aussi de son consensus populaire. A gauche, on exalte de Romano Prodi, dans cette optique, le rôle du Professeur, du Technicien, d’ "expert" (ce qui est aussi objectivement fondé). Et pourtant, dans la phase toute récente, s’il y a un échec proclamé, visible par tous, n’est-ce pas celui des Grands Techniciens (Fazio), des managers ex malins, des entrepreneurs, des ramasseurs purs de richesse ? Mais la rhétorique de la "société civile" - vague et indifférenciée, interclassiste, dépourvue de sujets et d’intérêts sociaux définis - reste forte. Une icône quasiment irrésistible.

Réponse numéro trois

Les fans du prodisme et du Parti Démocratique, même ceux qui y croient vraiment, sous-estiment radicalement le rapport entre qualité de la démocratie - de la démocratie libérale et représentative aussi - et présence des partis. Que cela ne semble pas un paradoxe polémique : mais il est même curieux de remarquer le peu d’intérêt des "démocrates en devenir" pour la démocratie, combien ce thème apparait peu (presque pas) dans leur réflexions. Comme si l’ancienne formation actionniste - celle sortie du réflexe hyper jacobin et paternaliste qui constitue une si grande partie de la culture politique de "La Repubblica" et de son fondateur - se projetait "naturellement" sur des intellectuels, des opinion maker, des analystes. Comme si l’obsession de la sortie des grandes narrations du XX siècle représentait, aujourd’hui encore, la véritable priorité.

Mais c’est aussi grâce à ces narrations que, pour la première fois dans l’histoire moderne, s’est brisée - ou fêlée - la domination des oligarchies : les classes subalternes se sont donné des instruments de participation, de réflexion et d’intervention, elles ont découvert le militantisme à la première personne, en un mot, elles ont inventé les partis de masse. La politique de transformation révolutionnaire mais aussi, en même temps, une innervation nouvelle et déterminante de la démocratie libérale elle-même. La politique, en somme, qui n’est plus une technique réservée à une élite de spécialistes, destinés à administrer au mieux les intérêts des classes dominantes, mais comme réconciliation entre le citoyen abstrait et la personne en chair et en os - avec son être social, ses besoins, ses souffrances, ses joies. Il est vrai que cette épopée extraordinaire connaît depuis longtemps une crise profonde - pour plusieurs raisons que nous ne pouvons pas analyser ici. Il est vrai que la plus grande tentative révolutionnaire du XX siècle s’est soldée par un désastre - pas seulement dans ce qui a été l’Union soviétique. Et il est vrai que, par conséquent, non seulement le mouvement communiste mais la gauche, en tant que telle, dans toutes ses variantes, ne semble plus capable de promettre l’avenir. Mais la réponse peut-elle être celle, au fond très banale, du nœud gordien ? Si les partis sont en crise, s’ils déçoivent, et gravement, s’il sont - parfois - une véritable cochonnerie, peut-on vraiment penser qu’il soit bon de les éliminer ? Les couper comme s’ils étaient des excroissances fastidieuses et encombrantes ? Les éradiquer par la force ? Et sans payer des prix très salés du point de vue de l’état de santé de la démocratie ?

Conclusion (provisoire). Donc, de Diamanti à Panebianco [journaliste du Corriere della Sera, ndt], la demande est univoque - et il est logique que la cible privilégiée de la campagne pour le Parti Démocratique soient les Ds. Bien que ses groupes dirigeants aient fait (presque) tout ce qu’on leur a demandé - depuis la Bolognina [le congrès qui a décidé la dissolution du Pci, ndt] - il ne sont ni satisfaits ni apaisés : parce que les Ds, malgré tout, sont un parti, viennent de la gauche, en portent des traces profondes et répondent en tout cas à un peuple. Ses dirigeants (et ses militants) viennent, pour la plupart, du Pci - un autre pêché, une "diversité", une histoire, qu’on ne peut expier que par une bonne euthanasie. Finalement, peut être que les sirènes de "La Repubblica" ensorcellent la Chaîne : chacun décide librement de son propre destin. Mais il y a une devise classique de la politique classique qui pourrait être utile aussi dans cette circonstance : "primum vivere"...

http://www.liberazione.it



Imprimer cet article





Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
8 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce n'est pas la crainte de la folie qui nous forcera à laisser en berne le drapeau de l'imagination. André Breton
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite