Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les leçons du professeur Prodi


de : patrizia
lundi 20 février 2006 - 00h23 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Italie Les leçons du professeur Prodi

de notre envoyé spécial Philippe Broussard, avec Vanja Luksic

A deux mois des élections législatives, le leader du centre gauche incarne l’opposition au chef du gouvernement, Silvio Berlusconi. Enquête sur ses terres, en Emilie-Romagne

Les 7 dates du « Professore »

1939 Naissance en Emilie-Romagne.

1969 Mariage.

1971 Carrière de professeur d’économie.

1978-1979 Ministre de l’Industrie.

1996-1998 Président du Conseil.

1999-2004 Président de la Commission européenne.

2005 Remporte les primaires à gauche.

Ses compatriotes le surnomment « il Professore ». Lui-même apprécie cette marque de respect, si ce n’est d’affection. Après tout, il y a dans ce terme l’essence du personnage : son profil d’universitaire, économiste de formation ; son côté bonhomme, pédagogue à souhait. Un professeur, donc, mais à l’ancienne, discret et rassurant. Un sage au verbe lent, et un rien ronronnant, des hommes de savoir. Bref, tout le contraire d’un show-man comme le président du Conseil, Silvio Berlusconi.

« Il Professore » contre « il Cavaliere », centre gauche contre centre droit : ce sera justement le duel des législatives du 9 avril. En cas de victoire, Romano Prodi apparaîtra, à 66 ans, comme le tombeur du berlusconisme et tentera de créer un parti démocrate. En cas d’échec, cet homme connu à l’étranger pour avoir présidé la Commission européenne de 1999 à 2004, phase du passage à l’euro, retournera, au moins pour un temps, à ses passions : l’économie et le vélo.

L’Union de centre gauche, coalition dont il peine à assurer la cohésion, sait qu’elle tient là un chef atypique : un leader sans parti, réputé honnête, crédible à l’étranger. L’opposé, là encore, de Berlusconi. Cette différence revendiquée trahit une réalité plus profonde : l’Italie du Cavaliere milanais - celle des affaires et de la télévision - n’est pas celle, moins tape-à-l’œil, du Professore.

Romano Prodi, marié et père de deux garçons, est né à Scandiano, à deux heures de route au sud de Milan, en Emilie-Romagne. Une région riche, à la fois rurale et urbaine. Dans un pays où le terroir fait l’homme, pareille nuance géographique a son importance ; elle explique en partie la personnalité du candidat de l’Union : sa discrétion médiatique ; sa méfiance à l’égard des salons romains ; ses allures de père tranquille, qui lui valent d’être portraituré en curé ou en mortadelle ! Son Italie, même si elle a beaucoup changé en cinquante ans, n’est-elle pas celle de la charcuterie et de Don Camillo ?

L’intéressé revendique ses racines provinciales. L’Emilie-Romagne, terre de militantisme (à gauche) et de foi (catholique), est son fief ; il y compte ses plus fidèles soutiens, ses réseaux. Le premier est familial : c’est le clan Prodi. Une grosse centaine de personnes, en comptant les petits-enfants. Leurs ancêtres étaient paysans. Non loin de Reggio Emilia, la ville où ils ont grandi, un hameau en témoigne : Ca’dei Prodi (la Maison des Prodi). Leur destin a basculé avec Mario, le père de Romano. Le premier, il a étudié pour devenir ingénieur des Ponts et Chaussées. Ses enfants - sept garçons, deux filles - ont suivi son exemple, malgré les moyens limités de la famille. Résultat : un cancérologue, un architecte, deux mathématiciens... et un Professore au destin international.

« Romano parlait beaucoup avec papa, confie l’une de ses sœurs, Maria Pia, psychiatre. Très rapidement, il s’est intéressé à l’économie locale, passée après la guerre de l’agriculture à la petite industrie. » Durant ses études, Romano Prodi est allé à la découverte des PME des environs (céramique, salaisons...) et a fait de sa région un laboratoire où, en 2006, il prend encore le pouls du pays.

L’été, le clan se retrouve dans les collines des Apennins. A Bebbio, un village sans prétention, il possède une maison acquise en copropriété en 1965. L’appellation « château » (Il Castello) donnée à celle-ci est sans doute due à ses deux tourelles, mais le luxe n’y est pas de mise. Et chacun, des jeunes aux anciens, est mis à contribution : vaisselle, ménage, cuisine... « C’est plus un kibboutz qu’une villa ! dit, amusé, l’un des frères Prodi, Paolo, historien à Bologne. Les premières années, on discutait sans cesse des sujets d’actualité : l’école, l’emploi... Les petits sont désormais si nombreux que c’est difficile. »

Bebbio, avec sa piscine et sa chapelle, n’en reste pas moins un refuge pour le Professore. Il y reçoit, par exemple, ses copains cyclistes, avec lesquels il avait pédalé, voilà quelques années, jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle. Dans un livre coécrit avec son épouse, Flavia (Insieme [Ensemble], éditions San Paolo), Romano Prodi évoque ce périple et accorde une large place à la religion. « Elle joue un rôle primordial chez lui. Il est l’archétype du catho de gauche à l’italienne », estime le politologue Angelo Panebianco.

Autre lieu clef : Bologne, sa ville d’adoption. La capitale intellectuelle de l’Emilie-Romagne, siège de la plus ancienne université d’Europe, est la place forte du Professore. Dans cette cité bourgeoise lovée autour de son cœur historique, tout le monde se connaît. Romano Prodi y a sa garde rapprochée, ses lieux de vie. Ses voisins de la via Gerusalemme le croisent à la messe dominicale en compagnie de sa femme, très impliquée dans les bonnes œuvres.

Ses principaux pourvoyeurs d’idées sont à Bologne, eux aussi. Ils constituent même une sorte de confrérie du « prodisme », omniprésente dans deux institutions locales : Il Mulino, une maison d’édition dont Prodi est l’un des piliers, et Nomisma, un institut économique qu’il a fondé en 1981. Enfin, Bologne est le siège d’un laboratoire d’idées, la Fabbrica del programma, installée dans une ancienne usine où le Professore a tenu, en 2005, 15 réunions publiques. En vue des élections, l’endroit s’est mué en QG de campagne.

C’est donc bien là, dans les cercles bolognais, et non à Rome, que l’on connaît le mieux ce Prodi dont la bonhomie est, paraît-il, trompeuse. « L’image du curé est erronée ; c’est un dur, capable d’être cinglant », assure l’un de ses proches, l’écrivain Edmondo Berselli. « Il peut se montrer rigide, intransigeant, vindicatif », poursuit Giorgio Gazzotti, journaliste au quotidien bolognais Il Resto del Carlino. Sandro Rovinetti, l’un des responsables locaux des Démocrates de gauche (ex-communistes, pro-Prodi), confirme : « Les gens d’ici sont parfois surnommés les “têtes carrées”. Ils savent prendre des décisions. »

Les Italiens feront-ils pour autant de Romano Prodi leur président du Conseil, comme en 1996 ? Ses détracteurs dénoncent son manque de charisme. Ses partisans soulignent sa différence avec Berlusconi. A lui, maintenant, d’exister autrement qu’en étant seulement l’antithèse du Cavaliere. Il lui reste deux mois pour convaincre les électeurs qu’il peut relancer ce pays en proie à un profond mal-être.

http://www.lexpress.fr/info/monde/d...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Les leçons du professeur Prodi
20 février 2006 - 11h11

Voilà un article qui ne s’interesse qu’aux aspects "people" de la carrière de Romano Prodi !
Franchement, on en a rien a foutre de la petite famille de Prodi !

Ce que j’aimerais comprendre c’est comment et pourquoi Rifondazione et son leader Bertinotti a pu raccrocher une nouvelle fois au wagon social-démocrate et se choisir comme chef de train l’ancien Président de la trés libérale Commission Européeenne..... Prodi fut et reste un farouche partisan du TCE.

Il est vrai qu’en face c’est Berlusconi.... et qu’il veut s’allier aux neo-fascistes...
Mais tout de même Rifondazione, en s’alliant avec à la gauche libérale ne risque t’il pas de desespérer les gens les rendant orphelins d’une véritable alternative anticapitaliste ?

Jips






SEXYPHOBIE à condamner, généralisation raciste aussi !
mardi 11 - 08h29
de : Christian Delarue
1 commentaire
La CGT cheminots a renoué avec Cuba socialiste
mardi 11 - 06h58
de : jodez
RASSEMBLEMENT D’ÉTÉ ZADENVIES NDDL et semaine intergalactique !
dimanche 9 - 22h32
de : Sala Mandre
Pour une masculinité non prédatrice
dimanche 9 - 14h29
de : Christian Delarue
2 commentaires
Injustice mondiale : le schéma de la coupe de champagne
vendredi 7 - 21h29
de : Christian DELARUE
2 commentaires
La France en passe d’être sous-développée !
vendredi 7 - 12h02
de : Claude Janvier
3 commentaires
Contre RTE et EDF, rencontrons nous
jeudi 6 - 21h40
de : amassada Pas res nos arresta
RTS : Suisse, la mortalité 2020 inférieur à celle de 2019, malgré le covid !
jeudi 6 - 14h06
de : RTS - Suisse
2 commentaires
LIBAN : LA FSM EN SOLIDARITÉ AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE DU LIBAN APRÈS LES EXPLOSIONS
jeudi 6 - 09h47
de : jodez
Trois quart de siècle plus tard…
mercredi 5 - 22h49
de : Pierre Péguin
A Sara Dura ! Un été de mobilisation contre le TAV en Val Susa
mercredi 5 - 22h42
de : No TAV
LE SOUVERAINISME AU SERVICE DE QUI ?
mercredi 5 - 19h42
de : Nemo3637
2 commentaires
Desabrahamisation de l’anthropologie pour la PMA
mardi 4 - 01h26
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Désabrahamisation de l’anthropologie : ouverture hors dogmes
mardi 4 - 01h12
de : Christian DELARUE
2 commentaires
FATIGUÉE
samedi 1er - 18h47
de : jean1
6 commentaires
BLACK AND WHITE
samedi 1er - 16h21
de : Nemo3637
Pénurie de gants ? La honte de ce régime ripoux !
vendredi 31 - 17h26
de : joclaude
VENEZUELA : L’IRAN ouvre à CARACAS son premier supermarché !
vendredi 31 - 16h48
de : joclaude
Report des élections Présidentielles en Bolivie.
vendredi 31 - 11h00
de : joclaude
Des personnalités appellent Darmanin à « soutenir » le policier « lanceur d’alerte »
jeudi 30 - 23h31
de : Christian DELARUE (MRAP)
1 commentaire
ATTAC : Gisèle Halimi n’est plus, Attac est en deuil
jeudi 30 - 00h06
de : Christian DELARUE (ATTAC)
Gisèle HALIMI, une grande militante - MRAP
mercredi 29 - 21h19
de : Christian DELARUE (MRAP)
BOLIVIE : La Centrale Ouvrière Bolivienne déclare une grève générale illimitée
mercredi 29 - 16h01
de : joclaude
29 juillet 1900 : un ouvrier anarchiste tue le roi d’Italie
mercredi 29 - 15h14
de : jean1
PLAN DE RELANCE EUROPÉEN : L’ARNAQUE MACRON
mardi 28 - 16h34
de : joclaude
1 commentaire
Fin des prospectus : les c…, ça ose décidément tout !
mardi 28 - 11h10
de : Michel B.
5 commentaires
Ceux qui doivent vivre et ceux qui doivent mourir ; la sélection
mardi 28 - 00h41
de : Jean-Yves Peillard
Affaire Girard-Coffin : Un effet Obono
lundi 27 - 23h03
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un policier révèle des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris
lundi 27 - 19h31
de : jean1
1 commentaire
OMISSION, DÉFORMATION, DÉSINFORMATION
lundi 27 - 17h32
COLOMBIE:L’Ambassadeur de Cuba en ce pays sollicité pour l’envoi de médecins !
lundi 27 - 15h37
de : joclaude
CASTEX : "Monsieur T2A", casseur de l’Hôpital
lundi 27 - 14h43
de : joclaude
L’Espagne se propose de rééduquer les prisonniers politiques
dimanche 26 - 22h51
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !
dimanche 26 - 16h36
de : joclaude
1 commentaire
NICARAGUA:Le président Daniel Ortega, a commémoré le 41e anniversaire de la révolution.
vendredi 24 - 11h21
1 commentaire
MEXIQUE:Certains devraient y réfléchir puisque apparemment, c’est possible !…
vendredi 24 - 10h48
de : joclaude
Séparatisme désormais !
jeudi 23 - 23h17
de : Christian Delarue
4 commentaires
LE MONDE CHANGE, l’impérialisme ne va pas tarder à s’en apercevoir !
jeudi 23 - 18h00
de : joclaude
Je n’ai qu’un cri : scandaleux !
jeudi 23 - 11h34
de : joclaude
LE SEGUR DE LA HONTE !
jeudi 23 - 11h08
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite