Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Quand Napoléon a gagné à Waterloo
de : Uri Avnery
vendredi 8 septembre 2006 - 00h14 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires
JPEG - 21 ko

de Uri Avnery

Quand la guerre a éclaté, les gens des médias se sont mis en rang et ont marché au pas comme un bataillon de propagandistes. Tous les médias, sans exception, sont devenus des outils de l’effort de guerre. Le gouvernement et les porte-parole de l’armée, en liaison avec l’entourage d’Olmert, décidaient que publier et quand, et, plus important, que supprimer.

NAPOLEON A GAGNÉ la bataille de Waterloo. La Wehrmacht allemande a gagné la seconde guerre mondiale. Les Etats-Unis ont gagné au Vietnam et les Soviétiques en Afghanistan. Les Zélotes ont gagné contre les Romains et Ehoud Olmert a gagné la deuxième guerre du Liban.

Vous ne le saviez pas ? Eh bien, ces derniers jours les médias israéliens ont fait défiler de nombreux experts, qui n’ont laissé aucune place au doute : la guerre nous a apporté de grands succès, le Hezbollah a été mis en déroute, Olmert est le grand vainqueur.

Les animateurs et les présentateurs des débats télévisés ont mis leurs micros au service de professeurs, experts en publicité, « agents de services de sécurité » et de « stratèges » (un terme qui ne désigne pas des généraux mais des conseillers d’hommes politiques). Tous étaient d’accord sur l’issue de la guerre : une victoire, parole d’honneur.

Hier j’ai allumé la télévision et j’ai vu une personne rayonnante d’assurance expliquer comment notre victoire au Liban ouvre la voie à l’inévitable guerre contre l’Iran. L’analyse, faite presque entièrement de clichés, était du niveau d’un devoir d’élève de collège. J’ai été consterné d’apprendre que l’homme était un ancien chef du Mossad. Quoi qu’il en soit, nous avons gagné cette guerre et nous allons gagner la prochaine.

Il n’y a donc aucun besoin d’une commission d’enquête. Sur quoi enquêter ? Tout ce dont nous avons besoin, c’est de quelques comités pour faire clarifier les erreurs mineures ici et là.

Les démissions sont absolument hors de question. Pourquoi, que s’est-il passé ? Des vainqueurs ne démissionnent pas ! Napoléon a-t-il démissionné après Waterloo ? Les Présidents Johnson et Nixon ont-ils démissionné après ce qui s’est passé au Vietnam ? Les Zélotes ont-ils démissionné après la destruction du Temple ?

BLAGUE À PART, le défilé des comparses d’Olmert à la télévision, à la radio et dans les journaux, nous dit quelque chose. Pas sur les réussites d’Olmert comme homme d’Etat et comme stratège, mais sur l’intégrité des médias.

Quand la guerre a éclaté, les gens des médias se sont mis en rang et ont marché au pas comme un bataillon de propagandistes. Tous les médias, sans exception, sont devenus des outils de l’effort de guerre, encensant Olmert, Peretz et Halutz, s’enthousiasmant à la vue de la destruction du Liban et chantant les louanges de la « ténacité de la population civile » du nord d’Israël. Les gens étaient soumis à un déluge incessant de communiqués victorieux, sans discontinuer du matin tôt au soir tard.

Le gouvernement et les porte-parole de l’armée, en liaison avec l’entourage d’Olmert, décidaient que publier et quand, et, plus important, que supprimer.

Cela s’est traduit dans des euphémismes et des manipulations de langage. Au lieu des mots appropriés on employait des expressions trompeuses : quand de violentes batailles faisaient rage au Liban, les médias parlaient d’« échanges de tirs ». Le trouillard Hassan Nasrallah « se cachait » dans son bunker, alors que notre courageux chef d’état-major dirigeait les opérations de son poste de commandement souterrain (appelé « le trou »).

Les « terroristes » peureux du Hezbollah se cachaient derrière les femmes et les enfants et opéraient depuis l’intérieur des villages, contrairement à notre ministère de la Défense et à notre quartier général qui se trouvent au cœur de la zone la plus densément peuplée d’Israël. Nos soldats n’ont pas été capturés dans une action militaire, mais « enlevés » comme des victimes de gangsters, alors que notre armée « arrête » les dirigeants du Hamas. Le Hezbollah, c’est bien connu, est « financé » par l’Iran et la Syrie, au contraire d’Israël qui « reçoit un soutien généreux » de notre grand ami et allié, les Etats-Unis.

Il y avait, évidemment, une différence de la nuit au jour entre le Hezbollah et nous. Comment peut-on comparer ? Après tout, le Hezbollah a lancé ses roquettes sur nous avec la ferme intention de tuer des civils, et il en a effectivement tué une trentaine. Alors que nos militaires, « l’armée la plus morale du monde » prenaient bien soin de ne pas blesser de civils et donc seulement environ 800 civils libanais, dont la moitié d’enfants, ont perdu la vie dans les bombardements qui étaient tous dirigés vers des cibles purement militaires.

Aucun général ne pouvait être comparé aux correspondants et aux commentateurs, qui passaient quotidiennement à la télévision en prenant des poses martiales, qui donnaient des nouvelles des combats et exigeaient que l’on s’engage plus loin à l’intérieur du Liban. Seuls des spectateurs très attentifs ont noté que ceux-ci n’accompagnaient pas du tout les combattants et ne partageaient pas les dangers et les souffrances de la bataille, ce qui est essentiel pour un reportage honnête en période de guerre. Pendant toute la guerre, je n’ai vu que deux reportages de correspondants qui reflétaient véritablement l’état d’esprit des soldats - l’un de Itay Angel et l’autre de Naoum Barnea.

Les morts de soldats n’étaient généralement annoncées qu’après minuit, quand presque tout le monde dort. Pendant la journée, les médias ne parlaient que des soldats « blessés ». Le prétexte officiel était que l’armée devait d’abord informer les familles. C’est vrai - mais seulement pour ce qui est du nom des soldats tombés. Pas du tout pour le nombre des morts. (Les gens ont vite compris et ont réalisé que « blessés » voulaient dire « tués ».)

BIEN SÛR, parmi le millier de personnes invitées dans les studios de télévision pendant la guerre pour faire connaître leurs points de vue, il n’y a eu presque aucune voix critiquant la guerre elle-même. Deux ou trois, qui furent invités pour servir d’alibi, sont apparus comme des cinglés ridicules. Deux ou trois citoyens arabes ont aussi été invités, mais les maîtres du jeu leur tombaient dessus comme des chiens de chasse sur leur proie.

Pendant des semaines, les médias ont occulté le fait que des centaines de milliers d’Israéliens avaient abandonné le nord bombardé, laissant seulement les plus pauvres. Cela aurait mis à mal la légende de la « ténacité » de l’arrière.

Tous les médias ( sauf les sites internet) ont totalement occulté les nouvelles sur les manifestations contre la guerre qui avaient lieu presque quotidiennement et qui sont passées rapidement de dizaines à des centaines et de centaines à des milliers de participants. (Seule la première chaîne a consacré quelques secondes à la petite manifestation du Meretz et de la Paix Maintenant qui a eu lieu juste avant la fin de la guerre. Les deux avaient soutenu la guerre avec enthousiasme presque jusqu’à la fin.)

Je ne dis pas ces choses en tant que professeur en communication ou homme politique mécontent. Je suis une personne de média de la tête aux pieds. Depuis l’âge de 17 ans, j’ai été journaliste actif, reporter, chroniqueur et directeur de publication, et je sais très bien comment des médias intègres doivent se conduire. (Le seul prix que j’ai eu dans mon propre pays m’a été attribué par l’association des journalistes pour « toute une vie au service du journalisme ».

Je ne pense pas que le comportement de nos médias a été pire que celui de leurs collègues américains au début de la guerre en Irak, ni de celui des médias britanniques pendant la guerre ridicule des Falklands/Malouines. Mais les scandales des autres ne nous consolent pas.

Sur ce fond de lavage de cerveau omniprésent, il faut saluer les rares personnes - qui peuvent se compter sur les doigts des deux mains - qui ne se sont pas joints au chœur général et ont vraiment fait entendre des critiques dans les médias écrits, pour autant qu’on leur ait permis de le faire. Leurs noms sont bien connus et je ne vais pas en faire la liste ici, par crainte d’oublier quelqu’un et de commettre un péché impardonnable. Ils peuvent garder la tête haute. Le problème est que leurs commentaires n’ont paru que dans les pages « opinions », qui ont un impact limité, et ont été totalement absents des pages d’informations et des journaux d’actualité qui forment jour après jour l’opinion publique.

Quand les gens des médias débattent aujourd’hui avec passion de la nécessité de toutes sortes de commissions d’enquête et de comités d’investigation, peut-être pourraient-ils donner l’exemple et mettre en place une commission d’enquête pour examiner les actions des médias eux-mêmes au moment de l’épreuve suprême.

DANS LE « FAUST » de Goethe, le diable se présente comme la « force qui aspire toujours au mal et produit toujours le bien ». Je ne veux pas, Dieu m’en garde, comparer les médias au diable, mais le résultat est le même : par leur soutien enthousiaste à la guerre, les médias ont accentué le sentiment d’échec qui est apparu après coup et qui pourrait avoir en fin de compte un impact bénéfique.

Les médias ont appelé le Hezbollah « organisation terroriste » évoquant l’image d’un petit groupe de « terroristes » aux capacités négligeables. Quand il est devenu clair qu’il est une force militaire performante et bien entraînée avec des combattants courageux et déterminés, des fusées et autres armes efficaces, qui a pu tenir contre une énorme machine militaire 33 jours sans céder, la déception a été encore plus amère.

Après que les médias eurent glorifié nos chefs militaires comme des supermen et traité leurs fanfaronnades avec admiration, presque comme si elles étaient des révélations divines, la déception a été encore plus grande quand de graves échecs en matière de stratégie, de tactique, de renseignement et de logistique sont apparus à tous les niveaux du commandement suprême.

Cela a contribué au profond changement de l’opinion publique qui a eu lieu à la fin de la guerre. Le sentiment d’échec a été d’autant plus fort que la confiance était à un haut niveau. Les Dieux ont déchu. L’intoxication de la guerre a été remplacée par la gueule de bois du lendemain matin.

Et qui trouve-t-on en tête de la foule qui crie vengeance, sur toute la route jusqu’à la Place de la Guillotine ? Les médias, bien sûr.

Je ne connais pas un seul animateur, présentateur, reporter ou journaliste, qui ait reconnu sa culpabilité et se soit excusé pour la part qu’il a prise dans le lavage de cerveau. Tout ce qui a été dit, écrit ou photographié a été effacé des tablettes. Il ne s’était tout simplement rien passé.

Maintenant, alors que les dégâts sont irréparables, les médias prennent la tête de ceux qui demandent la vérité et réclament une punition pour toutes les décisions scandaleuses prises par le gouvernement et l’état-major général : avoir prolongé inutilement la guerre au-delà des six premiers jours, avoir abandonné l’arrière, avoir négligé les réservistes, ne pas avoir envoyé l’armée de terre au Liban le jour X et l’avoir envoyée le jour Y, ne pas avoir accepté l’appel du G8 au cessez-le-feu, etc., etc.

Mais, une minute...

Durant les quelques derniers jours, la roue peut encore tourner. Quoi ? Après tout, nous n’avons pas perdu la guerre ? Attendez, attendez, nous avons gagné ? Nasrallah s’est excusé ? (Par ordre supérieur, l’interview de Nasrallah n’a pas été diffusé dans sa totalité, mais le seul passage où il admettait s’être trompé a été diffusé et rediffusé.)

Le flair des gens des médias a détecté un changement de sens du vent. Certains d’entre eux ont déjà changé de cap. S’il y a une nouvelle vague dans l’opinion publique, il faut surfer dessus, non ?

NOUS APPELONS cela l’« effet Altalena”.

Pour ceux qui ne le savent pas, ou qui l’ont déjà oublié, Altalena était un petit bateau qui était arrivé sur les côtes d’Israël en plein milieu de la guerre de 1948, transportant un groupe d’hommes de l’Irgoun et des quantités d’armes, destinées à on ne sait qui. David Ben Gourion, craignant un putsch, avait ordonné le bombardement du bateau, au large de Tel-Aviv. Certains des hommes avaient été tués ; Menahem Begin, qui était monté à bord, a été poussé à l’eau et a été sauvé. Le bateau a coulé, l’Irgoun a été dispersé et ses membres ont rejoint la nouvelle armée israélienne.

Vingt-neuf ans plus tard, Begin est arrivé au pouvoir. Tous les carriéristes se sont empressés de le rejoindre. Il est alors apparu, rétroactivement, que pratiquement tout le monde avait été à bord de l’Altalena. Le petit bateau s’était transformé en un énorme porte-avion - jusqu’à ce que le Likoud perde le pouvoir et que l’Altalena se retrouve réduit à la taille d’un bateau de pêche.

La seconde guerre du Liban a été un puissant Altalena. Tous les médias se sont entassés sur son pont. Mais le lendemain de la guerre, nous avons appris que c’était une illusion d’optique : absolument personne n’y était, excepté le capitaine Olmert, le Premier officier Peretz et le timonier Halutz. Pourtant cela peut changer d’une minute à l’autre, si l’opinion confiante peut être convaincue que finalement nous avons gagné la guerre.

Comme on l’a déjà dit : en Israël rien ne change, sauf le passé.

Article publié en hébreu et en anglais le 3 septembre 2006 sur le site de Gush Shalom - Traduit de l’anglais « When Napoleon Won at Waterloo » : RM/SW

http://www.france-palestine.org/art...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Quand Napoléon a gagné à Waterloo
8 septembre 2006 - 01h40

Eh ! ben, même les cousins français ont étés solidaires et ils ont fait un remarquable boulot sous une étroite surveillance du patron du crif, de bhl, du petit Nicolas et l’ensemble des médias sans éthiques. Et maintenant tout le monde doit se remettre au travail pour d’autres méchants vénézuelien, iranien, cubain, palestinien.



> Quand Napoléon a gagné à Waterloo
8 septembre 2006 - 18h11

qui a gagné - qui a perdu ? il ne s’agit pas d’une bataille comme Waterloo ou le débarquement ... Israël n’a pas démantelé le Hezbolla, mais les tirs de missiles sur le nord d’Iraël ont cessé, mais l’ONU va contrôler les accès maritimes au Liban pour contrôler les importations d’armes, mais l’ONU va contrôler l’aéroport de Beyrouth, mais Israël ne se retirera du Liban sud que lorsque l’armée libanaise, soutenue par l’ONU, prendra sa place, mais les destructions du Liban auraient condamné à la misère et à l’anarchie ce pays si comme d’habitude l’aide internationale ne venait pas se porter massivement au secours de ce pays, mais pour la première fois depuis disons 40 ans le Liban veut contrôler l’ensemble de son territoire ... Je ne crois pas qu’Israël ait compris qu’il faut négocier pour avoir la paix et la sécurité, mais j’avoue avoir de grandes difficultés intellectuelles pour comprendre ce que pourrait être la victoire du Hezbolla.



> Quand Napoléon a gagné à Waterloo
9 septembre 2006 - 00h28 - Posté par

BONJOUR FAUT IL ETRE ACCROBATE POUR SE RAPPELER QUE M. OLMERS A DIT ET REDIT QU’IL NE SESSERAIT LA GEURRE JUSQU’A CE QUE LES SOLDATS "ENLEVES" SOIENT LIBERES ET SANS NEGOCIATION AVEC LE PARTI "TERRORISTE" ET QU’IL BRISERA LE HIZBULLAH ET JUSQU’A L’APPLICATION DE LA RESOLUTION 1559.COMME VOUS LE CONSTATER LES SOLDATS ONT ETE LIBERES SANS CONDITION ET SANS NEGOCIATION ET LA RESOLUTION 1559 A ETE APPLIQUER ET QUE LE HIZBULLAH A ETE BRISE ET A DEPOSE LES ARMES.DONC CHERCHER L’ERREUR. CELUI QUI PARVIENT A SES FINS EST LE VAINCEUR ET CELUI QUI EMPECHE SON ENNEMI D’ARRIVER A SES FINS EST VAINCEUR. QUE LE MEILLEUR GAGNE.


> Quand Napoléon a gagné à Waterloo
9 septembre 2006 - 01h56 - Posté par

mais j’avoue avoir de grandes difficultés intellectuelles pour comprendre ce que pourrait être la victoire du Hezbolla.
Cher ami, vous avez, j’espère assez de facultés intellectuelles pour comprendre les quelques points suivants :
Lorsque l’IDF (Comme les Israéliens l’appellent = Israel Defense Forces, le terme de Tsahal est plus souvent utilisé en Europe avec une consonnance admirative et élogieuse) Je disais donc, lorsque IDF utilise la tactique de la "guerre éclair" la "blitzkrieg" des allemands qui leur a permis, en 1939, d’occuper d’une façon rapide et non moins dramatique la Pologne, le gouvernement Olmert espérait en 2006 non seulement ELIMINER le hizboulla ("la solution finale" pour ce "ramassis de terroristes") mais aussi déstabiliser le Liban pour casser son économie et faire réssussiter le démon de la guerre civile de sorte que tout le pays se retourne contre "les aventuriers" chiites et s’enlise à nouveau dans une décenie de guerre civile.

Aors que Israël a bombardé et atteint en "plein dans le mil" des objectifs civils à Beyrouth, et tous les villages du Sud Liban notamment à Cana, le Hizbollah, lui a réussi à atteindre l’aéroport militaire du Nord d’Israël quartier général du Commendement Nord, gravement endomagé un ou deux navires israéliens au large de Beyrouth, fait tomber un ou deux Hélicopter Apache et surtout détruit plusieurs chars Mirkava fleuron de l’industrie guérrière américano-israélienne. Les "objectifs" civils du hizboullah sont ridicules par rapport à l’importance des destructions de Beyrouth, de Baalbeck et des villages du Sud. Donc, pendant que Israël s’acharnait sur les civils libanais, le Hizb poursuivait systématiquement des objectifs essentiellement militaires.
En somme, le Goliath israélien frappait indistinctement les civils, les voitures de civils sur les routes (rappelant les sinisres souvenirs de certaines guerres antérieures !!) ainsi que les ponts et les axes routiers libanais, le David libanais assenait des coups peu spectaculaires mais significativement douloureux à la machine de guerre israélienne.
En fin de compte (si l’on peut utiliser le mot compte)
1. L’enfantement du nouveau Proche Orient n’a pas eu lieu : 1er objectif américain non atteint
2. Le Sud Liban est toujours libanais et défendu encore aujourd’hui par la Résistance populaire
3. La guerre civile libanaise n’a pas eu lieu contrairement aux souhaits de M. Olmert
4. Cependant Israël continue encore aujourd’hui à maintenir son blocus maritime pour étouffer l’économie libanaise basée sur l’Import-export, continue à voler l’eau libanaise dans les sources du Wazani et dans les fermes de Chibaa, mais selon les Nations Unis et sous l’insistance du gouvernement libanais de Siniora, cet état de chose ne durera pas longtemps !

Ceux qui ne veulent pas voir resteront aveugles.


> Quand Napoléon a gagné à Waterloo
8 septembre 2006 - 19h06

A quand des journalistes de la trempe de Uri Avnery dans nos gazettes avec le courage en plus ?
Hélas, nous n’avons plus que des courtisans rampants.
Merci Uri.
Tzigane



> Quand Napoléon a gagné à Waterloo
8 septembre 2006 - 23h13

L’"enfant" Israêl immite ainsi parfaitement son parent "U.S.A.". L’exemple est toujours le précepte éducatif le plus puissant, hélas !
Que l’exemple soit bon, ou qu’il soit éxécrable....
Il est d’ailleurs "étonnant" que la chaîne en question ne s’appelle pas encore...comment dit - on "Fox News" en hébreu ?
C.E.






DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso
Hypotextile : Soutien à Constance seins nus
mercredi 4 - 09h25
de : Christian DELARUE
Appel à la mobilisation contre l’OMC et les accords de libre-échange
mardi 3 - 21h27
de : via campesina
Christophe Prudhomme, porte-parole des médecins urgentistes : « Il faut arrêter de gérer l’hôpital comme une entreprise »
mardi 3 - 17h08
de : nazairien
1 commentaire
AFFAIRE BENALLA : suite et... !Pas fin ?
mardi 3 - 15h29
de : JO
IN GIRUM - Les Leçons politiques des ronds-points
mardi 3 - 13h34
de : Ernest London
2 commentaires
Pour exploiter l’uranium kazakh, Orano va raser une forêt protégée
mardi 3 - 11h01
de : jean 1
2 commentaires
Propriétaires terriens, industriels, ministre corrompu : qui sont les pyromanes de l’Amazonie brésilienne
lundi 2 - 22h22
de : bastamag
Acte 42 : 31 Aout Hommage des Gilets Jaunes devant l’ONU à Genève à tous les blessés et mutilés (vidéo)
lundi 2 - 21h51
de : nazairien
5 commentaires
Tita Nzebi à l’Espace Sorano : au-delà de l’engagement contre la dictature
lundi 2 - 14h48

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire. Voltaire
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite