Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’Etat veut être partenaire des régions pour aider le cinéma
de : Le Monde
samedi 1er novembre 2003 - 16h14 - Signaler aux modérateurs

La plupart des conseils régionaux contribuent au soutien économique de ce secteur. A partir de 2004, le budget national abondera leurs efforts financiers. Mais cette réforme, limitée aux longs métrages, suscite des critiques croisées, à la fois de professionnels et d’élus.

Infographie : l’Ile-de-France et Rhône-Alpes : 42 % des aides régionales à elles seules

Bordeaux de notre correspondant régional

L’Etat va aider les régions à. .. aider le cinéma. Les conseils régionaux financent presque tous le cinéma et la création audiovisuelle, les uns depuis longtemps, d’autres depuis peu. Le 30 avril, le ministre de la culture, Jean-Jacques Aillagon, avait annoncé son intention de participer à la création de fonds d’aides à la production par les collectivités locales. La nouvelle règle du jeu a été rendue publique, le 9 octobre, à Bordeaux, lors d’un colloque sur le financement du cinéma et de l’audiovisuel.

Dix-sept régions, soucieuses de confronter leurs expériences, ont participé à ce colloque, où David Kessler, directeur du Centre national de la cinématographie (CNC), a présenté un mode de financement qui permet d’abonder les efforts régionaux. Le nouveau système sera mis en place en janvier 2004 : 1 euro de l’Etat viendra s’ajouter à 2 euros engagés par les régions.

Une somme de 10 millions d’euros sera inscrite au budget 2004. Ajoutée à l’effort des régions, elle provoquera donc un effet de levier de 30 millions. Le système devrait reposer sur des conventions triennales, avec le souci affiché, de la part de l’Etat, de respecter la logique propre à chaque région : "La seule chose à laquelle nous tenions, c’est l’objectivité des choix artistiques. Nous voulons une vraie politique de soutien à la création. L’Etat doit rester garant de la diversité dans la création et de la qualité artistique", indique M. Kessler.

Autre règle du jeu, précisée par Eric Briat, directeur de l’action culturelle et territoriale du CNC : la "priorité sera donnée aux régions qui se sont engagées depuis le plus longtemps dans une politique d’aide au cinéma, pour éviter que les autres ne profitent d’un effet d’aubaine". Le plafond a été limité à 1 million d’euros par région, et l’abondement subordonné à trois conditions : l’association des professionnels aux projets, la lisibilité de la politique régionale, le pluralisme créatif. Mais seule la production de longs métrages bénéficiera de cette réforme. "Nous voulons inciter les régions à revenir vers le financement du long métrage, c’est clair !", conclut M. Briat.

Le souhait du CNC, selon son directeur, est de donner une ampleur nouvelle à un système qui a permis au cinéma français d’exister, alors qu’il disparaissait dans les pays voisins. M. Kessler cite l’exemple de l’Allemagne, où 90 % des aides publiques pour les tournages ont été orientées vers Hollywood. "Il nous manquait un arsenal fiscal et régional permettant de maintenir chez nous métiers et savoir-faire. Nous avons choisi un crédit d’impôt d’aides à la production cinématographique et nous voulons un développement massif de la collaboration entre l’Etat et les régions."

"RÉCUPÉRATION"

Mais le nouveau dispositif est parfois perçu comme une "récupération" et un soutien trop exclusif à l’industrie du cinéma, se désintéressant du court métrage et de la création audiovisuelle. Les régions sont attachées depuis longtemps à ces secteurs, soit pour une politique d’image, soit pour soutenir un secteur d’activité important.

Les réactions les plus fortes sont venues des régions les plus engagées, depuis longtemps, dans l’aide au cinéma. Par exemple le Nord - Pas-de-Calais ou la Bretagne : "Voilà quinze ans que nous faisons ce que vous êtes en train d’essayer de mettre en musique. Nous avons engagé 3 millions d’euros pour 2003. Mais il n’y a pas que le cinéma qui compte, plaide Michèle Leroux, vice-présidente du conseil régional de Bretagne chargée de la culture. Il y a aussi l’audiovisuel. Nous considérons qu’il est un excellent vecteur de notre identité culturelle très forte. Nous avons bien le droit de nous en servir pour faire de la propagande touristique et culturelle pour notre région, surtout si en plus cela crée des emplois." Il est clair que pour elle, l’industrie cinématographique n’est pas le premier souci. Peu importe le support, pourvu que l’on parle en bien de la Bretagne !

Ce point de vue est manifestement partagé par la plupart des responsables régionaux, qui rêvent tous de tirer un "gros lot" comme l’a fait le département du Gers avec Le bonheur est dans le pré, d’Etienne Chatiliez.

Jacques Peskine, président de l’Union syndicale des producteurs audiovisuels, va évidemment dans le même sens que ces élus : "Nous produisons beaucoup plus que nos voisins d’Europe, mais ce que nous produisons est de plus en plus délocalisé. La concurrence est une réalité et l’enjeu est de relocaliser. Les régions l’ont compris. (...) Nous ne voyons pas pourquoi le CNC ne ferait pas pour l’audiovisuel le même effort que pour le cinéma. La démarche qu’il engage est une bonne pratique mais je ne vois pas pourquoi elle ne nous serait pas appliquée à nous aussi. Notre problématique est la même."

D’autres régions, comme l’Ile-de-France ou Rhône-Alpes, sont engagées depuis longtemps dans un soutien à ce qu’elles considèrent comme une filière économique et une véritable industrie. "Nous n’avons pas d’états d’âme artistiques. Nous avons choisi le soutien aux industries techniques. Nous aidons les prestataires à condition que 50 % du tournage au moins se passe dans la région. Nous voulons que 25 % au moins du coût de production soit dépensé chez nous. Nous devons lutter contre les risques de délocalisation", explique Etienne Achille (Ile-de-France).

Son collègue Christian Martin, de Provence-Alpes-Côte d’Azur, reconnaît n’avoir abordé l’aide au cinéma que depuis peu : "Auparavant, nous aidions des manifestations comme le Festival de Cannes. Depuis quelques années, nous nous sommes engagés dans des aides à l’écriture et à la production : soixante dossiers déposés en 2003, vingt-quatre retenus. Mais pour la production, nos critères sont négociés avec les professionnels. Nous tenons compte des jours de tournage et du recrutement sur place."

Des professionnels présents à Bordeaux ont, eux aussi, critiqué le nouveau système : Marie-Paule Biosse-Duplan, déléguée générale de l’Union des producteurs français, affirme : "Au lieu d’une concurrence entre les régions, nous préférerions une coordination. Et les aides régionales sont soumises à des règles institutionnelles qui ne sont pas compatibles avec les nôtres. Nous souhaitons une meilleure lisibilité des critères de sélection, un assouplissement et une accélération des procédures. Et quand il s’agit de choisir entre la Tchéquie et la France, la différence peut se faire aussi sur l’appui à la diffusion des films."

De son côté, Roger Narbonne, président national de REZO, association qui regroupe les producteurs installés dans les régions - deux cents membres qui font essentiellement du documentaire -, indique : "Nous ne faisons pratiquement pas de long métrage, juste du court métrage. Maintenant on demande aux régions d’aider le cinéma national, et à nous d’aller chercher en Europe l’argent que nous ne trouvons pas en France !"

"Nous sommes très attachés au maintien d’une politique nationale en faveur du cinéma, répond le directeur du CNC. Non dans un processus de décentralisation, mais de complémentarité. Il ne s’agit pas d’atténuer ou de supprimer tout ce qui a été fait en partenariat avec les régions, mais de le compléter et de l’améliorer. Il y a deux choses à éviter : l’uniformité et la cacophonie. Il faut que les régions agissent selon leurs motivations, leur culture, le tissu local. Mais une logique, un sens, sont indispensables pour les professionnels."

Pierre Cherruau

http://www.lemonde.fr/web/article/0...



Imprimer cet article





Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso
Hypotextile : Soutien à Constance seins nus
mercredi 4 - 09h25
de : Christian DELARUE
Appel à la mobilisation contre l’OMC et les accords de libre-échange
mardi 3 - 21h27
de : via campesina
Christophe Prudhomme, porte-parole des médecins urgentistes : « Il faut arrêter de gérer l’hôpital comme une entreprise »
mardi 3 - 17h08
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Tout ce que les hommes ont fait de beau et de bien, ils l'ont construit avec leurs rêves. Bernard Moitessier
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite