Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La bipolarisation inévitable
de : Raul Zibechi
mardi 7 novembre 2006 - 01h13 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 28.1 ko

de Raul Zibechi *

La situation en Amérique latine, qui ne se résume pas aux cycles électoraux, est sujette à de nombreux débats. Nous publions ici un texte de Raul Zibechi, qui contribue à cette nécessaire réflexion d’ensemble.

Diverses remarques peuvent, sur certains points, aller au-delà des frontières de l’Amérique latine. Il va sans dire que, dans un tel maelström, d’autres analyses émergent. Par approximations successives, elles tentent toutes de cerner ce qui est en mouvement dans le continent. - Réd.

Du Brésil au Mexique et du Venezuela à la Bolivie, la scène latino-américaine connaît une croissante bipolarisation qui se manifeste tout autant dans les processus électoraux que dans la vie politique quotidienne.

Un des principaux effets de l’actuelle offensive conservatrice, placée sous la direction de l’administration Bush, contre les gouvernements progressistes et les mouvements sociaux a été de faire passer dans le champ politique la bipolarisation sociale et culturelle approfondie par le néolibéralisme. Peu importe qu’il s’agisse de gouvernements modérés comme ceux de Luiz Inacio Lula da Silva (Brésil) ou de Tabaré Vazquez (Uruguay) ou de gouvernements plus audacieux et transformateurs comme ceux d’Evo Morales (Bolivie) et de Hugo Chavez (Venezuela).

La bipolarisation croît à pas de géant et, en grande partie, a été stimulée par les droites, les élites et la politique George W. Bush. Toutefois, c’est un phénomène complexe qui ne peut être réduit à la seule attitude d’une des parties craignant de perdre ses privilèges - qui ne sont pas toujours en jeu - ou au désir de l’empire de récupérer le terrain perdu. Au-delà de ces facteurs indubitables, il semble que le rôle plus actif que jouent les groupes sociaux, qui jusqu’à maintenant paraissaient condamnés à supporter la domination de façon passive, est un facteur important.

Pourquoi les élites brésiliennes ont-elles cherché à empêcher le triomphe de Lula, quand ces mêmes élites ont bénéficié de sa politique économique ? Andrés Manuel Lopez Obrador [candidat à la présidentielle au Mexique] est-il si redoutable, lui qui se considère comme l’ami du multimillionnaire mexicain Carlos Slim Heliu [un des hommes classés parmi les plus riches d’Amérique latine, très présent dans le secteur de la distribution] ? On peut comprendre l’offensive politique de l’empire et des élites contre Hugo Chavez, aussi bien que contre Evo Morales, qui sont à la tête de gouvernements prêts à engager des changements de fond qui - inévitablement - portent préjudice aux classes dominantes. Mais, dans beaucoup d’autres cas, ni le modèle néolibéral, ni les privilèges dont jouissent les puissants en sont mis en discussion. De manière générale, il n’existe pas une réponse simple [à ces interrogations], mais la situation a atteint un point où les puissants sentent que le sol sur lequel ils vivent est en train de trembler. Ils ressentent l’anxiété que le tremblement se transforme en tremblement de terre.

Il y a au moins quatre raisons à cette bipolarisation croissante : l’empire a besoin de mettre la main sur de plus en plus de ressources naturelles et, dans ce but, il a besoin de gouvernements fidèles ; les élites locales se sentent peu sûres et cherchent à s’amarrer à des gouvernements amis ; les changements minimes, de nature non structurelle, qu’introduisent quelques gouvernements progressistes peuvent donner de la force (empowerment) aux plus pauvres ; et, finalement, les mouvements venant d’en bas continuent à avancer et à croître. Tout cela crée une conjoncture - vue par ceux d’en haut - de croissante « instabilité » pour leurs intérêts.

Elites et empire

Pour ceux d’en haut, ce qui est grave ne réside pas seulement dans ce qui est en train de se passer mais dans ce qui pourrait advenir. Certes, l’empire a besoin de progresser dans le contrôle des ressources naturelles (pétrole et gaz, eau et minerais), comme moyen de freiner aussi bien son progressif affaiblissement que l’imminence de l’épuisement des hydrocarbures à une échéance plus ou moins fixe. La dépendance en ce domaine des Etats-Unis est toujours plus grande et pouvoir compter sur des sources sûres et accessibles est un des objectifs de la stratégie des faucons de Washington. L’échec de l’occupation de l’Irak et les difficultés pour stabiliser toute la région du Moyen-Orient les contraignent à recentrer leur regard sur ce qui, en principe, était un espace et des arrières sûrs ainsi qu’une garantie ultime du contrôle planétaire : l’Amérique latine. C’est ici que « l’accumulation pour la dépossession » (explicitée par David Harvey comme la forme d’enrichissement des élites mondiales dans la période actuelle) fait face à des limites précises élevées par les sociétés.

Mais cela n’est pas l’unique problème de l’empire. Comme on le sait, le contrôle politique est la clé pour assurer l’accès aux matières premières et à tout type de ressources naturelles. En outre, Washington dispose d’une large expérience de gestion des gouvernements qui lui sont opposés et sait concrétiser des formes « d’usure », qu’elles soient directes ou indirectes, dans les domaines politico-militaires et commerciaux. Le problème de fond réside dans le fait que la montée des gouvernements progressistes et de gauche coïncide avec un essor de la mobilisation sociale qui, elle, est hors du contrôle de l’empire comme des élites. Et cette confluence réelle, qu’en l’espèce une alliance existe ou non, est ce qui empêche Washington et les élites d’agir de façon traditionnelle. A quoi sert un coup d’Etat si les gens descendent massivement dans la rue et arrive à le neutraliser ?

Les élites locales se sentent incertaines pour ces raisons et pour d’autres. Ceux d’en bas se sont montrés ingouvernables, et vont de l’avant. L’expérience de la « commune de Oaxaca » [qui est violemment réprimée depuis le 28 octobre par des forces du gouvernement fédéral mexicain] en est l’exemple le plus récent. Ces élites peuvent y répondre par le feu et le sang. Toutefois, qui leur donne l’assurance que l’incendie ne se propagera pas à d’autres Etats, au district fédéral de Mexico lui-même, avec des résultats incertains ? La répression n’est pas une garantie de continuité de la domination, comme par les temps passés. Aujourd’hui, il apparaît inimaginable, y compris dans le Mexique dirigé par la droite, que se produise quelque chose de similaire au massacre de Tlatelolco [quartier de Mexico où en octobre 1968 des centaines d’étudiants protestataires furent assassinés par l’armée et la police] qui, il y a trente-huit ans, a garanti la paix des cimetières durant un certain temps.

Toutefois, il y a quelque chose de plus. Les élites latino-américaines ne se sentent déjà plus sûres, y compris à l’intérieur de leurs enceintes fortifiées, grillagées, surveillées et distantes des pauvres. Elles craignent de se voir contraintes de suivre le chemin de Gonzalo Sanchez de Lozada, l’ex-président bolivien forcé à fuir aux Etats-Unis par une insurrection populaire [octobre 2003]. Elles ressentent une crainte face aux jeunes pauvres - Noirs, Indiens et métis - c’est-à-dire face à l’immense majorité de la population. Elles saisissent qu’elles ne peuvent déjà plus les dominer avec des prébendes propres au clientélisme. Pire encore, elles ne disposent pas même de dirigeants avec lesquels négocier, qu’elles pourraient corrompre ou assassiner. Et des centaines de millions de personnes sont agglutinées dans les périphéries des grandes villes, qui disposent « des dieux du chaos dans leur camp », selon l’heureuse définition de l’urbaniste Mike Davis [allusion à son ouvrage Le pire des mondes possibles - De l’explosion urbaine au bidonville global, La Découverte, 2006]. Cette panique est croissante, ce qui les conduit à chercher « l’un des leurs » pour être gouvernement. Pour cette raison, ces élites détestent Lula, tout en sachant que Lula ne va pas les exproprier ni mettre en question leurs privilèges.

Les pouvoirs d’en bas

Pour nombreux membres des élites, le moment est arrivé de mettre un frein au pouvoir croissant des pauvres. Pour curieux que cela puisse paraître, les politiques centrées sur le « combat » contre la pauvreté, définies par la Banque mondiale et mises en œuvre par les gouvernements d’Argentine, du Brésil et d’Uruguay, entre autres, ne sont déjà plus la garantie de la paix sociale. La récente expérience argentine semble le confirmer : les plans d’aide et les subsides créés par Carlos Menem n’ont pas affaibli la protestation sociale mais au contraire ont accru son potentiel. Des plans tels que la bourse-famille [du gouvernement Lula au Brésil] peuvent contribuer à différer la protestation des plus pauvres, mais ils ne vont pas aboutir à les intégrer en tant que citoyens à part entière. Au contraire, quelques indices montrent un mouvement vers une « force accrue » [une acquisition de forces] des plus pauvres qui peut les motiver à exiger plus ou à s’organiser au moment où existe un gouvernement disposé à les écouter.

Je désire indiquer que ces plans conçus en effet pour disperser et endormir la capacité de mobilisation autonome des plus pauvres peuvent avoir des effets contraires. Avant tout dans l’émergence d’une situation d’essor du mouvement de ceux d’en bas. Je ne suis pas certain que quelque chose de ce type va se passer. Néanmoins, dans l’approche des élites, cela est une possibilité, c’est une éventualité qu’il serait préférable d’éviter. A partir de là découlent les criques faites aux plans sociaux dans tous les pays du continent.

Enfin, les mouvements d’en bas sont déjà imparables. Les élites et l’empire ne savent pas comment agir en ce domaine. Les sociétés commencent à se diviser, y compris des pays entiers apparaissent divisés. Le Mexique du nord vote à droite, alors que celui du sud vote à gauche. Le Brésil du sud et du sud-est vote à droite alors qu’antérieurement ils avaient voté à gauche ; tandis qu’au Brésil du Nordeste, le Brésil pauvre et profond se retourne pour la première fois et vote massivement à gauche. Il en va ainsi dans toutes les parties de l’Amérique latine. En Bolivie, en Equateur et en Uruguay, à Caracas, à Lima et à Buenos Aires, dans chaque lieu, à leur manière et avec leurs caractéristiques propres, les nations, les sociétés et les villes montrent leurs fractures ethniques et de classe. La nouveauté réside dans le fait qu’aujourd’hui la fracture sociale est en train de se convertir en une fracture politique. La bipolarisation sociale et culturelle est en train de se politiser. Aujourd’hui, les territoires des riches votent à droite et les territoires des pauvres votent à gauche. Pour cette raison, les milieux conservateurs deviennent fous, parce que la lutte sociale a fait tomber le masque de la double citoyenneté. Ils se voient forcés de construire des murs qui séparent les quartiers et y compris les pays.

Quand les cercles des puissants s’efforcent de fabriquer « des coups d’Etat médiatiques », c’est le signe d’une désespérance [perte de confiance], et non pas d’une force. Quand le voile de la domination a été arraché par les faits - que ce soit des faits électoraux ou insurrectionnels - c’est la propre domination qui est en jeu.

James Scott nous rappelle dans sons ouvrage Les dominés et l’art de la résistance [publié en anglais en 1990, Yale University, et en espagnol en 2000, Ed. Era], un texte toujours plus actuel, que lorsque les opprimés se risquent à dire leur vérité à visage découvert, en public, c’est parce qu’ils pressentent que les jours de la domination sont comptés. Cela est, précisément, la perception qu’ont les élites, de Washington à São Paulo. (trad. à l’encontre)

* Raul Zibechi est membre du comité de rédaction de l’hebdomadaire uruguayen Brecha, chercheur et enseignant auprès de la Multiversidad Franciscana de America Latina.

http://www.alencontre.org/page/AmLa...



Imprimer cet article





Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
5 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
19 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire
Fouloir, Pouvoir, Vouloir.
mercredi 2 - 19h22
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
ÉCOLE
mercredi 2 - 08h41
de : Ernest London
chirac le pot pourrit infini
mardi 1er - 22h29
de : Jean-Yves Peillard
ALGERIE Louisa Hanoune condamnée à 15 ans de prison : solidarité face à la répression du régime !
mardi 1er - 21h41
de : revolution permanente
1 commentaire
Comment l’exécutif a plombé les comptes de la Sécu et s’apprête à nous faire payer la facture
mardi 1er - 16h48
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Lorsqu'on ouvre une école, on ferme une prison. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite