Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Manifeste progressiste pour la langue francaise


de : moeffe
lundi 15 janvier 2007 - 20h40 - Signaler aux modérateurs
22 commentaires

Manifeste progressiste

pour la défense

de la langue française

Georges Hage, député du Nord, doyen de l’Assemblée nationale,

et Georges Gastaud, philosophe, auteur de la Lettre ouverte aux bons Français qui assassinent la France (Temps des cerises, 2005)

et 145 militants politiques et syndicaux, anciens résistants, écrivains, ouvriers et employés, artisans, étudiants, écrivains, enseignants, ingénieurs, chercheurs…

appellent les travailleurs manuels et intellectuels, les étudiants et les démocrates à la résistance sociale, politique et… linguistique !

Défendons

la langue française

contre la langue,

la pensée, la politique

et l’économie uniques !

Si incroyable que cela paraisse, la langue de Molière et de Racine, de Descartes et de Pascal, de Diderot et de Rousseau, de Victor Hugo et de Rimbaud, de Proust et d’Aragon, de Jeanne d’Arc et de Louise Michel, de Prévert et de Brassens, de Lavoisier et de Langevin, de Piaget et de Lacan, d’Aimé Césaire et de Mouloud Feraoun, la langue dans laquelle furent écrits le Discours de la méthode et la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, la langue native de la Marseillaise et de L’Internationale, la langue française est en danger.

Non seulement elle est de plus en plus privée des moyens nécessaires à son rayonnement international, mais elle est assiégée en France, en Europe et dans nombre de pays francophones par des groupes politiques, économiques et idéologiques liés au grand patronat ; c’est que ainsi le Baron Seillière, l’ex-patron du MEDEF devenu président de l’UNICE (le syndicat patronal européen) a fait officiellement part à Bruxelles de sa décision de promouvoir l’anglais comme unique « langue des affaires et de l’entreprise » ; relayant ce choix patronal, des forces puissantes, qui ont la haute main sur la direction de l’UE, s’acharnent à faire de l’anglais la langue officielle unique de l’Europe des 30. En France même, cer-tains états-majors du CAC 40 communiquent en anglais « à l’interne »… en attendant de pouvoir imposer la chose à l’ensemble de leur personnel !

Le français est menacé par l’industrie américaine de la chanson et du spectacle qui impose ses normes unilingues jusque dans les titres jamais traduits des films made in Hollywood avec l’objectif d’unifier linguistiquement le marché mondial de la culture et d’en éliminer les productions non anglophones.

Le français est menacé par une bonne partie de la « France d’en haut », qui répudie la nation républicaine, déchire son « modèle social » et vomit tout ce qui évoque les luttes passées et présentes pour une République sociale, laïque et démocratique. Fascinée par ce que le monde anglo-saxon a de pire, cette « élite » méprise son peuple, coupable de garder au cœur l’héritage des Lumières et de la Révolution, de la Commune et du Front populaire, de la Résistance et de Mai 68 ; en adoration devant l’Europe supranationale et la mondialisation néo-libérale, ladite « élite » veut anéantir tout ce qui, de la langue nationale à l’histoire commune, permet aux travailleurs et aux citoyens de s’unir pour résister au néolibéralisme prédateur.

Le français est menacé par un Conseil constitutionnel qui autorise les transnationales à submerger le marché français de produits dont l’emballage et le mode d’emploi sont exclusivement rédigés en anglais.

Le français est menacé par un Conseil Supérieur de l’Audiovisuel complaisant, qui laisse les chaînes publiques et privées ignorer la création française et internationale non anglophone tout en multipliant les publicités en anglais destinées à la jeunesse.

Le français est menacé par la direction de l’Education nationale qui réduit les horaires de français, marginalise les langues anciennes et régionales et qui impose de fait l’anglais utilitaire comme unique langue étrangère première.

Le français est menacé par le snobisme de ceux qui cherchent à se placer au-dessus de leur peuple en faisant parade de ce qu’ils croient être de l’anglais et qui n’est en fait que du globish ou pire, du franglais, ce sabir qui ridiculise ceux qui l’emploient auprès des vrais anglophones. Le français est menacé par l’aliénation de nombreux consommateurs qui n’écoutent que de la chanson anglo-saxonne et qui ignorent tout ce qui se crée dans les parties non anglophones du monde.

Le français est menacé par des mouvements séparatistes qui prennent prétexte de la défense des langues régionales (lesquelles peuvent jouer un rôle, à côté du français, pour résister à l’uniformisation culturelle) pour promouvoir « l’Europe des régions » au détriment de la République une et indivisible.

Cette menace n’est pas seulement linguistique : elle est idéologique et politique puisqu’elle sape ces valeurs progressistes que sont la souveraineté des peuples, la liberté de pensée, la pluralité des cultures, l’attachement au progrès social, la coopération pacifique entre peuples égaux : ainsi, laisser assassiner le français, et avec lui la littérature, le théâtre, la philosophie, la chanson, le cinéma et la science d’expression française, c’est capituler devant l’idéologie insidieusement totalitaire de la mondialisation néo-libérale qui règne encore plus « naturellement » quand elle est portée « spontanément » par la prétendue « langue de l’avenir ».

Quand demain tous les jeunes Français ne baragouineront plus que le basic english à l’entreprise, quand ils ne répondront plus dans nos rues qu’en globish aux étrangers européens (auxquels on n’enseignera plus dans leurs pays que cet idiome en guise de langue étrangère), le français sera réduit au rôle de langue domestique ; l’heure aura sonné de son extinction ou de sa momification sous la forme d’une langue morte, dite « de culture », réservée à cette même « élite »… qui l’aura assassinée ! Que restera-t-il alors de la France et de l’idéal républicain qui l’inspire depuis deux siècles ? Quelle déchéance, quelles humiliations subira alors, cette majorité de Français et d’immigrés qui continueront à parler français en France, soit par choix, soit parce que leur situation sociale les exclura de tout accès au nouveau code mondialisé de la domination ?

Mais ce n’est pas seulement pour défendre le peuple de France et la francophonie, gravement menacée en Wallonie, en Suisse romande, au Québec, etc., qu’il faut que se développe un mouvement populaire de défense du français. Si le français, l’une des langues les plus « reconnues » au monde, est attaqué en France même, quelle autre langue n’est-elle pas en péril de mort, notamment dans le tiers-monde ? A travers le français, c’est le droit à la différence culturelle, politique et idéologique que met en cause mondialement une entreprise totalitaire qui menace l’humanité d’un appauvrissement sans précédent. D’ailleurs, la langue anglaise et ses prolongements américains périraient à leur tour si le français finissait par sombrer ; car le globish est moins une langue, porteuse d’histoire, de poésie, de sentiments, de pensée, d’expérience humaine en un mot, qu’un code commercial idéologiquement chargé dont le rôle insidieux est de normaliser le marché des idées.

C’est pourquoi nous appelons notre peuple et sa jeunesse à la résistance linguistique.

Cet appel s’adresse d’abord au monde du travail, car l’éviction programmée du français de la sphère économique prépare et accompagne le démontage de l’industrie nationale, des entreprises nationalisées et des conquêtes sociales. Notre appel s’adresse donc aux travailleurs salariés, à leurs organisations politiques et syndicales, dont certaines mènent déjà l’action collective contre les tentatives d’évincer la langue française de la communication interne des entreprises.

Le présent appel interpelle les jeunes, « précaires », chômeurs, étudiants, lycéens, qui ont montré leur capacité de résistance sociale et idéologique, mais qui restent la cible privilégiée des ennemis de notre héritage linguistique.

Le manifeste s’adresse aux agriculteurs, artisans, petits commerçants et membres des professions libérales dont la responsabilité est d’obliger les marques à respecter la clientèle francophone et à travers elle, l’existence même d’un marché national et local dont dépend l’existence même de la petite et moyenne entreprise.

Le manifeste interpelle également les intellectuels, enseignants, chercheurs, ingénieurs, créateurs, écrivains, journalistes, producteurs d’émissions audiovisuelles, qui ont la charge de transmettre notre héritage en l’ouvrant sur l’avenir. En particulier, nous demandons aux chercheurs de publier et de communiquer en français, a fortiori s’ils exercent leur métier en France, quitte à exiger de l’Etat qu’il fournisse les moyens nécessaires pour traduire et de diffuser, si nécessaire, les articles scientifiques en anglais.

Nous interpellons aussi les travailleurs immigrés qui nous font l’honneur de vivre en France, de parler français ou d’apprendre cette langue. Pas plus que nous n’opposons la défense du français à la langue anglaise en tant que telle, nous n’opposons le français aux langues arabe, berbère, swahili, wolof, etc. : certes, le français est, ou a pu être utilisé comme une arme de ségrégation par les colonisateurs et certains Etats néo-coloniaux ; par principe, nous soutenons donc tout effort visant à permettre aux peuples anciennement colonisés d’étudier, d’écrire et de créer dans leurs langues maternelles respectives ; nous ne sommes pas non plus hostiles aux efforts pour diffuser une langue internationale indépendante telle que l’espéranto. Mais d’abord, ce n’est pas la langue française qui est coupable de l’usage qu’en ont fait les colonisateurs ; et aujourd’hui, ce n’est pas le français, lui-même assiégé par l’anglo-américain, qui menace la diversité linguistique dans le tiers-monde ! Au contraire, il nous est insupportable que le « l’usage domestique » du français serve de critère au ministre de l’Intérieur pour chasser de France des familles africaines pauvres… alors que le pouvoir en place laisse les conseils d’administration de grandes sociétés françaises (et même de certains états-majors militaires !) se tenir en anglais sur notre sol !

Nous appelons aussi les citoyens étrangers épris d’humanisme à soutenir notre action ; cela concerne ceux qui pratiquent le français, ceux qui, sans parler français, veulent défendre une langue qui appartient au patrimoine de l’humanité, ceux qui voient dans la défense du français un rempart contre la langue mondiale unique.

Enfin, nous invitons les amoureux de l’Europe des échanges culturels à défendre le français sans confondre la « construction européenne », triste résultat des traités néo-libéraux et supranationaux, avec le projet universaliste initialement porté par l’« Europe des Lumières ».

Pour défendre le français, les signataires du présent manifeste constitueront un Collectif populaire de résistance linguistique ; il recensera, analysera et dénoncera les agressions politiques, économiques, publicitaires, médiatiques, contre la langue française (il ne s’agit pas de pointer les « fautes de français », la création verbale, les parlers régionaux ou argotiques… nous ne sommes pas des puristes !).

Il proposera et promouvra des expressions françaises là où la domination commerciale des Etats-Unis impose des expressions américaines.

A partir de son objet propre, ce Collectif interviendra auprès des travailleurs en lutte contre les délocalisations et les dénationalisations... De même, dans l’esprit unitaire du 29 mai 2005 (date du référendum qui permit au peuple français de refuser la constitution européenne), ce Collectif interviendra de manière non politicienne dans les débats sociaux, politiques, culturels et sociétaux. Il soutiendra toute action visant à empêcher l’anglo-américain de s’ériger en langue unique « des affaires et de l’entreprise ». Il interpellera et au besoin, dénoncera, les décideurs politiques, économiques, médiatiques, qui « accompagnent » le déclin planifié du français.

De même, ce comité militera-t-il pour que la francophonie, d’outil néo-colonial qu’elle fut (et reste pour une part ?), devienne un outil international de résistance en alliance avec tous les peuples qui veulent défendre leur langue sans opprimer d’autres groupes linguistiques.

Le comité dénoncera les publicités en anglais, exigera que les titres des films américains soient, sauf cas particuliers, traduits en français ainsi que la dénomination et le mode d’emploi de tout produit importé ; il pourra appeler au boycott des marques et des magasins qui privilégient l’anglais dans leur intitulé ou leur communication en direction du public francophone.

Le comité exigera également que l’enseignement des langues étrangères, mais aussi, celui des langues régionales et des langues anciennes, soit élargi et diversifié à l’école, dans le Second degré et à l’Université.

Enfin, le comité militera pour que l’enseignement du français soit rétabli dans toute sa force, car la maîtrise par tous de la langue nationale est la clé de la citoyenneté.


Je soutiens ce MANIFESTE – à renvoyer à Georges Gastaud, 10 rue Grignard, 62300 Lens

NOM/PRENOM
QUALITE
ADRESSE POSTALE ET INFORMATIQUE
SIGNATURE SOUSCRIPTION

PS/ pour mesurer le siège que subit la langue française, il est conseillé de lire le livre de Cl. Hagège, Combat pour le français (O. Jacob 2005) ainsi que le compte-rendu de ce livre dans Initiative communiste sous la signature de Vincent Flament, juillet 2006 (199 rue Zola, 62800 Liévin).


Assemblée générale des signataires, samedi 3 février 2007 à 16 h précises

à l’Assemblée nationale, Paris 7ème

Entrée au 126 rue de l’Université. Se munir d’une carte d’identité et de cet Appel. Exactitude de rigueur !

contact Georges Gastaud, 10 rue Grignard, 62300 Lens, gg.ic@wanadoo.fr



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Manifeste progressiste pour la langue francaise
15 janvier 2007 - 21h08

Face à l’uniformisation culturelle, il faut jouer toutes les langues ensemble face à la menace anglosaxonne induite par la mondialisation ultra liberale.Et il ne faut surtout pas jouer le français seul contre tous comme c’est souvent le cas dans la gauche française.

Il faut aussi developper les langues régionales sinon comment justifier l’exception culturelle française garante de la pluralité culturelle ?

òme d’Oc

A voir :
http://gardaremlaterra.free.fr/



Manifeste progressiste pour la langue francaise
15 janvier 2007 - 21h22 - Posté par

Voici un autre site, proche du Pcf, ou la diversité culturelle n’est pas un vain mot.

http://languesculturefrance.free.fr...


Manifeste progressiste pour la langue francaise
15 janvier 2007 - 22h36

Si on ne savait pas comment nos langues régionales ont été tuées, maintenant tout le monde connaît le processus, que je crains irréversible. C’est toujours parti d’en haut, qui de langue maternelle, devient un patois, puis un parler vulgaire, grossier, qu’on finit par étouffer, grâce au chantage. Ex. pour passer un concours administratif, entrer dans telle école, etc...

Et dans pas longtemps, on vous dira, comme notre bon roi d’antan (Louis XIV, je crois) pour la suprématie du français, que l’anglais est notre bonne langue maternelle. Je suis pratiquement sûre que Bruxelles nous pondra d’ici peu cette ineptie.



Manifeste progressiste pour la langue francaise et les autres langues historiques de la République
15 janvier 2007 - 23h26

Je ne signerai pas ce manifeste si son titre s’arrête à la langue française parce qu’il ne prend pas suffisamment en compte le fait que la langue française subit aujourd’hui ce que l’Etat, monarchique puis républicain, en lien avec les classes dominantes et plus particulièrement les puissances financières, a fait subir aux langues historiques de l’hexagone ; elles restent sous le coup de leur interdiction officielle dès le XVIème siècle par l’édit de Villers-Cotterets qui fait toujours partie du droit auquel se réfère le Conseil Constitutionnel se réfère pour entraver le traitement des langues sur un pied d’égalité avec le français, tardivement proclamé langue officielle de la République, sans mention garantissant la sauvegarde et la promotion de la riche diversité linguistique qui imprègne un grand nombre de régions ; de l’occitan (lui-même bariolée dans ses parlers) au breton, en passant par le catalan, le basque, l’alsacien, le flamand, le franco-provençal, le corse, sans parler des créoles et autres langues parlées dans les collectivités publiques de la République outre mer et leurs ressortissants venus travailler dans l’hexagone , ce fonds véritablement multilingue (s’ajoutant à ce qui reste de diversité dialectale du français) donne à une majorité de citoyen-ne-s une capacité de parler et d’écrire bien plus importante que celle d’un monolinguisme français (ce plurilinguisme sous-jacent, même quand il est méconnu, voire nié, est une clé de la créativité littéraire en français)...

Bien sûr qu’il est tout à fait scandaleux que l’anglais soit utilisé (pas seulement en fond sonore de clips télé) et dans la publicité et comme langue de communication à l’intérieur de sociétés françaises en France ; en tant qu’expert socio-économique travaillant dans un cabinet spécialisé dans l’assistance aux CE il arrive que je sois confronté des documents juridiques et économiques en anglais alors même que la tête de groupe est bien dans la République française, preuve de l’échec de l’art 2 et de la loi Toubon face à la généralisation de l’anglais qui était affiché comme leur finalité première. Mais il n’est pas moins scandaleux que l’initiation à la langue hisorique du "pays" où vivent les enfants ne soit pas systématique dès la maternelle (et même dans les crèches ), alors que la transmission familiale a été pratiquement éradiquée par des méthodes donnant la honte de la langue maternelle autre que le français, prétendant qu’elle est inutile ou d’usage strictement local ( François Mauriac citait ainsi un adverbe occitan en prétendant qu’il ne se parlait qu’à quelques lieues de son domaine girondin alors qu’il est utilisé de l’Aquitaine Atlantique aux Alpes fi p>

Les propos de Jean Jaurès (lui-même assez érudit en littérature d’oc depuis les troubadours et occitanophone y compris dans les réunions politiques publiques en pays occcitan) sur l’importance de la place à donner aux langues "régionales" dans l’éducation sont très généralement occultées (voir quelques pages méconnues sur le site http://gardaremlaterra.free.fr) : pour bien apprendre le français à un enfant vivant en terre occitane et l’ouvrir à un véritable multilinguisme, il faut lui donner la chance d’un bilinguisme naturel occitan-français (naturel parce que l’occitan est toujours présent dans les noms de lieu, de famille, l’histoire locale etc) et il est tout à fait inadmissible que, mettant en oeuvre les orientations des chefs d’Etat et de gouvernement lors du conseil européen de Barcelone, la loi FILLON institue l’obligation d’une initiation à une langue vivante étrangère dans le cycle primaire alors qu’elle ne fait pas place, comme pilier d’un bilinguisme précoce, aux langues historiques de France autres que le français. Pour moi, c’est dans chaque bassin de vie de tout l’espace géographique imprégné d’une de ses langues que l’on devrait trouver, au-delà d’une initiation générale obligatoire, une filière complète, de la maternelle à la terminale, où cette langue soit langue d’enseignement et pas seulement langue enseignée comme option secondaire. Il faut que les possibilités d’étudier chacune de ces langues soient au moins aussi développées que celles d’apprendre l’anglais...

Je pourrais encore développer sur la place à donner à ces langues dans l’usage public (en particulier signalétique des routes, rues et lieux publics des territoires concernés) ou dans les médias (notamment radio, télévision,internet...) : en matière de chansons, par exemple et notamment, des quotas maximaux pour anglais et minimaux pour les langues de la République (tenant compte de la langue historique du territoire de diffusion) mériteraient d’être instaurés, en particulier durant les heures de forte audience.

Bref, comme le demanderont plusieurs milliers de manifestants le 17 mars à Béziers pour l’occitan (nous étions plus de 10 000 le 22 octobre 2005 à Carcassonne), on ne peut pas se battre pour le français face à l’anglais sans exiger que les langues de la République autres que le français aient pleinement droit de cité : si des tenants de la défense du français à l’image de certains académiciens continuent de considérer les autres langues historiques de l’hexagone comme dangereuses pour le français, ou à négliger que l’anglais n’est pas le seul porteur de la logique du libéralisme financier, il ne faudra pas s’étonner que de plus en plus de jeunes préfèrent arborer une "camiseta" arborant "made in Occitània" au lieu de "aux langues, citoyens !"... Enfin il serait temps d’imaginer que dans une économie mondialisée, la régulation démocratique par des politiques demande à la fois plus d’autonomie au niveau de véritables régions proches des citoyens (cf par exemple la Generalitat de Catalunya) et des institutions européennes et mondiales reposant sur le peuple européen ou sur le peuple de la terre plutôt que sur la seule représentation par des Etats qui sont, y compris le plus puissant milititairement et économiquement, largement sous la coupe de puissances financières exerçant déjà un pouvoir transnational...

Donc d’accord pour les revendications tendant à éviter une hégémonie linguistique de l’anglais (ce qui ne signifie pas une négation de l’anglais comme langue fonctionnelle de communication internationale) à l’intérieur de la Républlque française à condition que celle-ci reconnaisse pleinement et réellement que son unité n’implique pas centralisme étatique et monolinguisme. Dans ce sens il faut en particulier modifier l’article 2 de la constitution pour préciser que le français est la langue officielle commune de la République, dans le respect de la sauvegarde et de la promotion de ses autres langues historiques pour garantir en son sein les richesses d’une diversité linguistique vivante s’inscrivant dans l’exercice des droits fondamentaux universels.



Manifeste progressiste pour la langue francaise et les autres langues historiques de la République
16 janvier 2007 - 01h51 - Posté par

En réponse à 87.240 du 15/01 à 23h27,
je voudrais dire ceci :

 sur la loi Toubon d’abord :

une loi n’agit pas par elle-même, par une opération du Saint-Esprit.
Pour qu’elle agisse, il faut l’utiliser. Si vous constatez qu’elle est enfreinte, portez plainte en justice ou rapprochez vous de vos syndicats pour entamer une action. Se plaindre et attendre ne suffit généralement pas.

 vous dites aussi "ce qui ne signifie pas une négation de l’anglais comme langue fonctionnelle de communication internationale"
Eh si, bien sûr. Car reconnaître l’importance et la place de l’anglais comme langue internationale unique revient à reconnaître l’infériorité et l’inadaptation de toutes les autres langues. Et revient à faire de tous ceux qui ne sont pas anglophones natifs des citoyens de seconde zone.

 d’accord pour renforcer l’enseignement et la situation des langues régionales, mais attention à ne pas jouer le jeu très dangereux et ambigu de nombreux défenseurs de ces langues, qui n’hésitent pas à promouvoir l’anglais contre le français, pour se venger de l’Etat français qui a presque éradiqué ces autres langues de France.

 ce n’est pas en poussant au tout-anglais en Europe et dans le monde, en appelant à la régionalisation de l’Europe et à la disparition des Etats, que les langues régionales seront forcément renforcées.
Souvenez-vous des tribus d’Italie qui ont fait appel à Rome pour les aider contre les Grecs, et que Rome a également conquises et annexées.
Compter sur l’anglais pour protéger les langues régionales est un mauvais calcul, quand l’anglais sera la langue officielle unique de l’Europe, les langues régionales ne se porteront pas mieux pour autant.

 il est important de chercher des solutions pour construire une véritable démocratie linguistique. L’utilisation d’une langue internationale alternative neutre politiquement, comme l’espéranto, non seulement n’est pas à exclure, mais est même à encourager explicitement.
Pour le droit à chacun à une communication équitable, l’Europe démocratique passe par une démocratie des langues.

 je soutiens donc le Manifeste progressiste pour la langue française, et pour la démocratie linguistique.


Manifeste progressiste pour la langue francaise
16 janvier 2007 - 00h23

première leçon (à compléter) de rééducation linguistique

 on ne dit pas charges sociales mais cotisations sociales

 on ne dit pas acquis sociaux mais conquêtes sociales

 quand on parle des habitants des etas-unis, on ne dit pas américains mais étatsuniens

 on ne dit pas tsahal mais, au choix, armée sioniste, troupes coloniales, ...

 on ne dit pas la gauche quand on parle du parti socialiste

 on ne dit pas flexibilité mais surexploitation

 ni flexisécurité mais surexploitation honteuse

 on ne dit pas bravitude mais on ferme sa gueule

 on appelle les gens par leurs noms : galouzeau de villepin, sarkozy de nagy bocsa, marine nazionale, françois mimolette...

 on ne dit pas les medias, mais le PPA (le parti de la Presse et de l’Argent)

 on ne dit pas fête du Travail mais fête des Travailleurs

 on ne dit pas CFDT, mais comme le veut notre tradition : les jaunes

 on appelle un chat un chat

 on ne dit pas banlieue mais quartier populaire

 on ne dit pas les... tu sais quoi... enfin... les beurs quoi... mais les arabes

 on ne dit pas ben laden mais retraité de la CIA

 on ne dit pas philosophe quand on parle de finkielkraut

 on ne dit pas finkielkraut sauf sous la torture

 on ne dit pas classe moyenne mais petite bourgeoisie

 ...



Manifeste progressiste pour la langue francaise
16 janvier 2007 - 15h12 - Posté par

Très drole 83.***.234.** !!!

Mais sinon pour revenir à l’article ;

Je me rappelle très bien que juste après mon diplome , j’ai pas été retenu
par une entreprise d’informatique de marne la vallée par je ne parlais pas couramment
l’anglais. (bon en fait je parle anglais comme une truie hongroise)
Dans cette entreprise, il y a 15 ans, tout le monde était obligé de parler en anglais,
même entre collègues pour les relations professionnelles, car les cadres étaient majoritairement anglophones.

Actuellement, pour la documentation en entreprise,
c’est même plus la peine d’en parler (sans jeu de mot)

Mais je ne soutiendrais pas ce manifeste car trop de gens voient dans la langue une
forme de possession, d’identité qui les opposent aux autres.

Le français disparaitra comme le latin, comme toutes les civilisations ont disparues.
Mais l’usage de la langue anglaise telle qu’elle est pratiquée ne correspond pas à une
influence culturelle.

En fait, l’appauvrissement culturel ne vient pas de l’anglais lui même, mais de la restriction
de l’usage de la langue au seul usage professionnel ou commercial.

Le fait de savoir parler plein de langues vivantes, pour communiquer avec le monde et pas seulement avec les Gaulois de souche, c’est-t-y pas un brin de gauche, moussaillons ?

Et puis ça ferait plein de profs en plus, juste pour faire enrager l’autre gommitude de Robien.

jyd.


Manifeste progressiste pour la langue francaise
16 janvier 2007 - 05h20

J’ai pas été au bout de cet article tant il est populiste et nationaliste ! Les Immigré-e-s s’ils parlent le Français c’est avant tout par la colonisation qu’il leur a été inculqué. Combien sont-ils/elles, dans nos usines, nos quartiers...a avoir accés a une véritable culture ! Le langage du RAP est tout aussi noble que les écrits des Voltaire et autres Brassens.....Que le Monde ne parle qu’une langue et bien des barrières tomberont.



Manifeste progressiste pour la langue francaise
16 janvier 2007 - 07h30 - Posté par

Je signerai ce manifeste, car je ne vois pas comment je peux lutter pour la défense de la dignité et la liberté des autres peuples, si je ne suis même pas capable de le faire pour le mien.

Dire que les immigrés parlent le français à cause de la colonisation, c’est dire n’importe quoi. Ma belle-fille d’origine sierra-léonaise ne parlait que le créole anglais et elle parle aujourd’hui français parce qu’elle est devenue volontairement française. Quand à l’influence du français en Afrique du Nord par exemple, on pourra se demander si elle n’a pas aussi à voir avec l’influence des idées des Lumières, de la révolution, etc. Et pour les incultes on rappellera que les Algériens, les Marocains, etc., ne parlent l’arabe qu’à cause de la colonisation arabe !


Manifeste progressiste pour la langue francaise
16 janvier 2007 - 15h12 - Posté par

Oh oui vite vite !!!! Parlons tous anglais et les dernière barrière douanière tomberont ! Vive la fin néo libérale de l’Histoire !!!!

Léo.


Manifeste progressiste pour la langue francaise
18 janvier 2007 - 09h58 - Posté par

Je signe ce manifeste.

Première langue internationale pendant environ trois siècles, langue des Lumières et de la Révolution, le français doit rester une grande langue plurinationale et internationale. C’est une langue plus claire que l’anglais, ce qui est essentiel pour le droit ou la diplomatie notamment.

Cependant à l’ère de la révolution de la communication, l’anglo-américain bénéficie de son statut de première langue internationale et d’un effet boule de neige qui favorise la domination yankee et l’hégémonie néo-libérale. Les 94 pour cent de non anglophones de naissance doivent ils alors accepter cette soumission qui s’exprime dans le sabir globish ou le y’a bon inglish ? Cette discrimination linguistique s’exerce surtout contre les classes populaires et moyennes non parfaitement bilingues (99% de la population) qui devront accepter de plus en plus souvent de ce fait des emplois moins qualifiés et plus précaires.

Que faire ? Les défenses du français et du plurilinguisme vont de pair. Claude Hagège a écrit sur ce point que l’esperanto peut être le meilleur alliè du plurilinguisme. Le grand linguiste André Martinet disait que le choix de la première langue internationale devrait se faire entre l’anglais et l’esperanto.

Écrivain et secrétaire perpétuel de l’Académie Française, Maurice Genevoix avait dit, le 18 février 1954, sur la Radio-Télévision Française (RTF) : “L’espéranto est en mesure d’exprimer les nuances les plus subtiles de la pensée et du sentiment, il est propre à permettre, par conséquent, l’expression la plus juste, la plus littéraire, la plus esthétique et de nature à satisfaire les esprits les plus ombrageux et les plus particularistes, et il ne peut pas porter ombrage aux fidèles des langues nationales.“

La contribution de Claude Piron "Vers un nouvel ordre linguistique mondial " est intéressante.

http://claudepiron.free.fr/articles...

George Kersaudy, auteur de Langues sans frontières, polyglotte parlant plus de 20 langues, préconise la diffusion de l’esperanto comme langue pont à côté des grandes langues reconnues pour l’Union Européenne et donc dans l’enseignement
http://ps-esperanto.ouvaton.org/art...


Manifeste progressiste pour la langue francaise
16 janvier 2007 - 09h32

UNE SALUTAIRE INITIATIVE !!!

Je souscris totalement aux idées de ce texte et je le signerai. Le débat sur la langue française et in fine sur la diversité culturelle, menacée comme jamais aujourd’hui, est enjeu crucial dont il faut s’emparer à bras le corps. Continuons le combat, il ne faut rien lâcher.

Khamsin



Manifeste progressiste pour la langue francaise
16 janvier 2007 - 10h20 - Posté par

OUi tout à fait d’accord avec toi, mais la diversité culturelle est piétinée en France par les ennemis actifs ou passifs des langues régionales.
Alors defendre le français oui mais avec les autres langues de France.

Occitan


Manifeste progressiste pour la langue francaise
16 janvier 2007 - 10h47 - Posté par

les autres langues de france sont très menacée aussi...

Il n’y a déjà plus d’accent régional, il a été uniformisé, de l’Alsace à la Provence en passant par la région Centre toute notre jeunesse à l’accent "de la cité" on y peut rien c’est comme...
Il faut être dans le coup, et le style "racaille" qu’il soit dans la manière de se vêtir ou celle de s’exprimer à pris le dessus dans notre pauvre pays en perte totale d’identité...

Max


Manifeste progressiste pour la langue francaise
16 janvier 2007 - 10h53 - Posté par

Bravo ! vive la cuistrerie française !


Manifeste progressiste pour la langue francaise
16 janvier 2007 - 15h23 - Posté par

Arrêtons de mettre sur le même plan les langues régionales et le Français !

Je suis d’une famille provençale, chez moi on parle provençal (moi je ne dit pas occitan...je sais c’est mal...) et pourtant j’ai conscience que le Français objectivement, nous unis mais nous unis aussi avec de nombreux peuples de la planète.

Les langues régionales sont à conserver mais quand je vois des programme de télévision publique en provençal non soustitré je m’imagine un enfant de l’immigration ou d’une autre régions française se dire :"je ne suis pas ici chez moi"...

Donc regardons ce qui nous unis, ce qui nous fédère et arrêtons par "orgueil identitaire" de faire "comme si" le Français avait la même importance que les langues régionales...

Léo.

PS:particulièrement ce qui concerne ma région, je n’oublirais jamais les fameuses affiches "votem oc" subventionnées par le PS qui traduisaient le renoncement des régionalistes à la lutte des classe et au combat anti libéral devant la promesse vague et bourgeoise de "respect des identités européenne".


Manifeste progressiste pour la langue francaise
16 janvier 2007 - 17h08 - Posté par

Arrete les almagames, ce n’est pas parce que certains sont proches du ps et ont appelé à voter oui au traité européen que tous les défenseurs de l’Occitan était pour le oui. Loin de là !
Tu n’as qu’à lire cela : http://gardaremlaterra.free.fr/arti...

Et arrêtons l’amalgame entre une langue et les choix idéologiques de certains de ses défenseurs ;
Donc selon toi l’occitan ne mérite pas de vivre parce que certains occitanistes ont appelé à voter oui au traité européen, c’est un peu court.
çà me fait penser aux raisonnements à courte vue de certains ennemis des langues régionales et qui se réclament des Lumières ; (sic)en déclarant que les langues régionales, c’est réac, cela sent Vichy etc... Cependant que je sache les lois immondes de Vichy n’étaient pas rédigées en Occitan, en Basque et encore moins en Breton mais tout simplement en Français et il n’est venu à l’idée de personne de demandé la mort du Français, m^me pas chez le plus forcenné des régionalistes !!!

Alors du calme et de la tolérance, merci.

Un occitan de Provenca


Manifeste progressiste pour la langue francaise
18 janvier 2007 - 14h42

La langue française mérite tout le respect ,toute la considération dans le concert des nations.La plupart des grandes découvertes ,des grands hommes et des grandes idées sont passés par ELLE. Son soleil doit toujours briller plus haut.

Mr Lassana Keita,professeur de lettres modernes au lycée Massa Makan Diabaté ,Bamako/Mali.
E-mail:lassanak53@yahoo.fr



Manifeste progressiste pour la langue francaise
23 janvier 2007 - 12h06 - Posté par

Oui le français doit être reconnu mais surtout en FRANCE ! Et vous utilisez vous - même un anglicisme :e- mail dites courriel adopté par l’académie française . Si vous écoutez France - inter , imitez M Alain BEDOUET , JOURNALISTE
Mais attention au chauvinisme qui a conduit trop souvent à l’affrontement . pourquoi seul le français ?? alors que des peuples acculés à la misère par l’économie britoétusanienne qui impose le tout -anglais . Certains pays ( leurs politiques ) se défendent peu , il est vrai Voyez l’hégémonie actuelle de l’anglais ( plus de 95% ) dans les écoles primaires françaises alors que les textes affirment que plusieurs langues sont posibles : mais on a supprimé ls postes d’allemand en particulier au collège et l’Education nationale a fait paser sans décision au conseil supérie un décret obligeant les élèves à continuer au collège l’étude de la langue apprise en primaire et pour laquelle il y a plus de profeseurs des écoles qui la connaissent ; l’anglais .. Le TOUR est jOUE.
Les valeursde démocratie , justice , solidarité dont nos éminents se gaussent n’appellerait elle pas l’utilisation d’une langue neutre , d’une langue vecteut à la portée de TOUS même ceux qui ne font pas de longues études et n’ont pas les myens de se perfectionner par des séjours ?
cette langue fonctionne ; c’est L’ESPERANTO que je n’ai malheureusement découvert qu’à 56ans
on se demande pourquoi cette solution est régulièrement rejetée ou plutôt si : Ce Ne seraitent plus seulement les ELITES qui pourraient communiquer Et dans les réunions officielles on utiliserait TOUTES les langues à partir des traductions en utilisant l’espéranto comme langue - pont d’où un gain de temps et d’argent et égalité de tous les pays
les participants pourraient se parler dans les couloirs de façon informelle ...
à bon entendeur , Salut !aux candidats aux élections futures
Jocelyne Monneret
institutrice retraitée Syndicaliste Saône et Loire
jocelyne.monneret@club-internet.fr


Manifeste progressiste pour la langue francaise
5 février 2007 - 11h16 - Posté par

Je ne soutiendrai pas ce manifeste, j’y sens plus de la jalousie vis à vis de l’anglais qu’autre chose !

C’est ca le problème avec les défenseurs de la francophonie ! Plutot que de s’émouvoir de la disparition de tout un ensemble de langues européennes, régionales, nationales, non-européennes, devant l’anglais ou plutot le globish, ils s’émeuvent toujours en priorité pour le français. Parfois, s’ils sont charitables, il en reste un peu pour les langues régionales et les autres langues...
Je ne peux pas m’empêcher d’avoir ce doute, ce doute qui m’empêche d’être solidaire d’un tel combat : qu’auraient dit ces braves gens si les USA avaient été francophones et que la langue internationale avait été le français ?
N’y aurait-il pas dans ce pays un écrasant consensus, une majorité presque totale de gens qui trouveraient cela normal ? Ce gens trouveraient tout un tas d’explications, la soi-disant clarté du français, comme cela a été dit plus haut (cette personne connait-elle bien l’anglais ? La richesse du vocabulaire anglais est infiniment supérieure à celle du français), la fascination des autres peuples pour cette culture d’exception, enfin bref, les mêmes salades que celles qui ont déjà été servies il y a quelques siècles.

OK pour faire en sorte que l’Espéranto, ou une autre langue internationale, mais tant qu’à faire l’Espéranto puisqu’il est déjà très abouti, soit mis en avant. Il ne privilégie aucune culture, contrairement à l’anglais, mais aussi au francais, donc n’est une menace pour aucune langue.

Je suis Alsacien, je parle français mieux que l’alsacien et l’allemand puisque l’Etat français en a voulu ainsi. Je n’arrive pas à être attaché à une langue qui s’est voulue supérieure aux langues vernaculaires et qui les a traitées avec tant de mépris.
Tel le bourgeois du Titanic sur son canot de sauvetage, qui, se sentant en sécurité et bientot hors de cause, a refusé de sauver d’autres passagers criant au secours, et qui à son tour pousse des cris d’orfraie quand il s’apercoit que son canot a un trou !
On pourra me dire que je suis habité d’un certain sentiment de "vengeance" face à la disparition plus ou moins programmée de l’alsacien et autres langues réagionales (enfin je crois encore aux miracles, qui sait un renouveau se profil peut-être !). Ce ne serait pas totalement faux, mais je suis conscient, justement puisque cela s’est produit à des échelles régionales, que la disparition du français serait une catastrophe pour l’humanité.
Ce serait une catastrophe, mais au MEME TITRE que la disparition de toute autre langue.

Alors arrêtez de nous servir les vielles soupes du français comme moteur de la résistance face à l’anglicisation de nos cultures ! Ce n’est vraiment pas crédible... Franchement, si le futur c’est d’être monolingue, que je sois monolingue francophone comme le veut la République une et indivisible, ou monolingue anglophone, cela m’est égal. Les deux sont aussi tristes !

Ps :
a propos de la soi-disant disparitation des productions en français, ce matin encore un article du Monde indique que plus de 60% des ventes de disques en 2006 ont été des productions d’ "artistes" francais, les gens ont certes mauvais gout (un autre débat) vu le niveau de la plupart desdites productions, mais au moins ils ont mauvais gout en français ! Tant mieux pour les défenseurs de la franchouillarderie, pardon la francophonie !


Manifeste progressiste pour la langue francaise
9 février 2007 - 23h09

Votre manifeste a été publié le 17 janvier sur le site de l’Observatoire européen du plurilinguisme assorti du commentaire suivant :

C’est très volontiers que nous publions cet appel dont nous ne partageons pas cependant tous les aspects.

D’abord, c’est peu connaître la francophonie que l’assimiler à un outil néo-colonial. C’est oublier que la francophonie a été fondée dans les années soixante par Leopold Sedar Senghor, Habib Bourdguiba et le Prince Norodom Sihanouk. Dire le contraire, c’est réécrire l’histoire sans souci d’objectivité.

Ensuite, déduire du fait qu’aujourd’hui une grande partie du patronat français et des "élites" soit acquise au tout-anglais, que toutes les entreprises, toutes les élites, etc le sont, et trouver dans cet amalgame des accents révolutionnaires, c’est un point de vue intéressant, mais peu pertinent.
On peut au contraire démontrer que les entreprises qui généralisent l’usage de l’anglais dans leur fonctionnement interne, croient être modernes mais font en réalité fausse route, comme les familles qui massivement choisissent l’anglais comme première langue pour leurs enfants font aussi fausse route et les envoient dans le mur. S’il y a corruption, il s’agit d’une corruption intellectuelle qui est elle même favorisée par la mise en oeuvre d’une stratégie impériale extrêmement puissante dont R. Phillipson a bien montré les mécanismes dans Linguistic imperialism (Oxford University Press, 1992). Impossible de ne pas voir dans tant de comportements pro tout-anglais, non la manifestation d’une rationalité économique, mais un comportement de classe et de soumission.

Saluons donc cette reconnaissance et affirmation que le français est notamment la langue du peuple français, qu’elle est une langue de liberté, d’émancipation et de dignité
et que pour cela, elle mérite que l’on combatte pour elle.

Christian Tremblay
Observatoire européen du plurilinguisme
http://www.observatoireplurilinguis...



Manifeste progressiste pour la langue francaise
23 mars 2007 - 17h02

Vive l’espéranto et toutes les langues du monde, à bas l’impérialisme linguistique
Vivu esperanto kaj ĉiuj mondoj lingvoj, fek’ al lingva imperiismo !






lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
6 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
6 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite