Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Simone de Beauvoir et la reconnaissance du ventre...
de : Catherine Wendell
samedi 17 février 2007 - 03h01 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

de Catherine Wendell

Enceinte L’actualité avec une présidentiable bardée de quatre enfants et la sortie de "Qui gardera les enfants ?", par l’historienne et féministe icônoclaste Yvonne Kniebiehler m’incite à ouvrir la question du féminisme et de la maternité.

Selon l’historienne, les militantes féministes ont fait fausse route en décidant d’ignorer la maternité, plutôt que de la défendre.
Ce qui a eu pour effet de culpabiliser des générations de femmes depuis les années 60 et d’entretenir une ambiguité malsaine sur le rôle que les femmes peuvent tenir dans la société : "plus femme que maman, plus force de travail que maman, la femme doit être tout plus que maman".

Il est vrai que les féministes avaient de quoi se méfier : le ventre des femmes n’ayant jamais eu grand chose à attendre des idéologies. Les besoins de grandeurs nationales des états totalitaires, dictatoriaux ou libéraux ayant fait basculer depuis le XIXème siècle la maternité dans le domaine public.
Au service de l’église, de la patrie et de la famille dans l’Occident libéral et populationniste. Au coeur des priorités du national socialisme nazi avec les "3 K" (Kinder, Kirche, Küche : enfants, église, cuisine) réduisant la femme à sa fonction reproductrice de la race supérieure. Corvéable à merci car pivot de la "famille socialiste forte et unie" dans le modèle soviétique.

Simonedebeauvoir De fait, les grandes figures du féminisme, telle Simone de Beauvoir (entretien avec P. Viansson-Ponté ici), ont longtemps défini la maternité comme un obstacle à la vocation humaine de transcendance. En d’autres termes, "la femme ne peut consentir à donner la vie que si la vie a un sens ; elle ne saurait être mère sans essayer de jouer un rôle dans la vie économique, politique, sociale".

Mais justement, au sein des combats des militantes sur la sexualité, la maîtrise de la fécondité, le pouvoir et le travail, la maternité aurait dû devenir un enjeu central de l’identité féminine car elle est avant tout une fonction sociale.
Et non un fait social se traduisant surtout par de lourdes inégalités au foyer et au travail, entre les sexes ET entre les femmes.
La véritable libération de la femme passe par la défense et la valorisation de la réalité maternelle.

S’il faut aider les femmes à ne pas être mère quand elles ne le souhaitent pas, il faut tout autant les aider à l’être quand elles le souhaitent.
Sinon, la conquête de la maîtrise de leur fécondité n’aura eu que peu de sens.
Choix_1 Et la vie plus généralement : "écouter ses élans du coeur et ne pas faire les choses à contre-coeur... un bébé élevé par une maman heureuse de ses choix, même s’ils ne correspondent pas à une norme sociale stricte, a plus de chance de devenir un adulte heureux un jour... le regard critique des autres est renforcé par le poids des médias. Magazines, journaux, télé, pas une semaine sans qu’on y décortique un comportement, qu’on donne une recette pour être au "top" de n’importe quoi... la dictature des média n’est pas une vaine expression. Ils figent les idées, normalisent les comportements. Cela crée beaucoup d’angoisses dans une société basé sur l’image qu’on donne de soi."

L’erreur de nombreux courants féministes, notamment anglo-saxons, et la confusion qui s’est ensuite installée durablement dans les esprits, est d’avoir tenté d’assexuer la société (rappelez-vous les ciseaux brandis !), de remettre en cause l’identité des hommes, voire même leur existence.  

En France, le courant féministe s’est fondé majoritairement sur l’égalitarisme avec une approche universaliste de l’espèce humaine.
En recherchant une égalité complète entre les deux sexes, il nie la spécificité des femmes en les sacrifiant sur l’autel du patriarcat d’où est né le mythe de la "wonder woman", jonglant avec le bureau, la famille, les amis, tout en cultivant un physique de top model.
Peut-on y voir un progrès de l’humanité ? Pas vraiment.
Par contre, cet archétype véhiculé par la société culpabilise les femmes qui ont le sentiment de ne jamais être "à la hauteur".

Man_aubade_1 Bref, à force de mélanger les rôles, de vouloir "féminiser" les hommes, les pères, le monde du travail, on a abouti à un malaise chez les hommes vis-à-vis de leur identité et de profonds malentendus entre hommes et femmes, pénalisant ces dernières : "ah ! vous avez voulu être nos égales, et bien démerdez-vous à présent !"

Le véritable enjeu de la libération de la femme (et de l’homme dans la foulée) était et demeure, pour le siècle naissant, de tordre le cou aux inégalités sexuées.

Car pour l’heure, les femmes contemporaines ont, dans une large majorité, perdu toute illusion sur le partage des tâches éducatives et ménagères et la juste reconnaissance de leurs compétences au travail, avec pour seule perspective d’être doublement exploitées à la maison et au boulot !

La parité est-elle la solution ? Voter la parité, c’est souligner une différence de nature entre hommes et femmes et risquer de renforcer l’identification des secondes à une catégorie humaine différente et n’ayant donc pas les mêmes droits...
Certaines féministes rétorquent à cela que la parité n’a pas pour objet de gommer la différence biologique entre les sexes, mais de tendre à un effacement de la différences des genres : ce n’est pas la nature qui empêche les femmes d’accéder à l’Assemblée Nationale ou les hommes de rester à la maison s’occuper des enfants, c’est la construction du genre qui veut que les petits garçons jouent à la guerre et les filles à la poupée... Le "on ne nait pas femme, on le devient" du Deuxième Sexe n’est jamais très loin.

La discrimination positive, très en vogue aux Etats-Unis, me met personnellement mal à l’aise : favoriser les femmes parce qu’elles ont longtemps été exclues du système... parce qu’elles étaient des femmes...

Le courant américain dualiste plaide, quant à lui, pour des femmes cantonnées dans la sphère privée, les hommes se réservant le public. Tout ce qui fait la spécificité des femmes -et notamment la maternité- y est célébré.
Et, ainsi que le note Elisabeth Badinter dans son ouvrage "XY, de l’identité masculine" : "on assiste à un retour en force de la célébration du sublime maternel. Là serait le destin des femmes, la condition de leur puissance, de leur bonheur et la promesse de la régénération du monde si mal traité par les hommes".

En attendant la fin des inégalités sexuées et le début de la régénération du monde...
les acquis pour les femmes et leur ventre doivent être maintenus et défendus
, car incertains, fragiles et menacés (par exemple, la fermeture de nombreux centres de planning familiaux en France par "manque de moyens", la fin du remboursement de la pilule, la montée en puissance des curetons de toutes obédiences, etc...).

A vos témoignages et à vos humeurs, idées et opinions !

>> A lire également, chez Corinne :
"Les femmes 3 en 1 ont la santé !"... Conclusion des chercheurs : les femmes peuvent tout mener de front : une carrière, un vie en couple, des enfants. C’est même excellent pour leur santé.
"Lire" mai 2006 : une interview fleuve d’Elisabeth Badinter, grande spécialiste des rapports homme-femme. Titre de l’article : "Les femmes retournent à la maison. Pourquoi ?" Cette philosophe constate un phénomène nouveau qu’elle date d’il y cinq à sept ans...

Amazone_1

Sources :
Témoignage d’Aline dans Maternage
Yvonne KNIBIEHLER, Francine DESCARRIES et Gérard NEYRAND
Françoise Thébaud 
Olivier Berthelot et Natacha Henry 
Nicole Edelman

Icônographie : Getty images, AFP, Aubade

"Chaque pas mène vers un résultat escompté ; l’espoir se mesure au degré de combativité."
Fatou Diome - Le Ventre de l’Atlantique

http://planetargonautes.typepad.fr



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Simone de Beauvoir et la reconnaissance du ventre...
17 février 2007 - 10h03

S’il faut aider les femmes à ne pas être mère quand elles ne le souhaitent pas, il faut tout autant les aider à l’être quand elles le souhaitent.
Sinon, la conquête de la maîtrise de leur fécondité n’aura eu que peu de sens.

Sinon, la conquête de la maîtrise de leur fécondité n’aura eu que peu de sens.

Tout à fait !
Combien de temps pour nos enfants ?
Quand l’extrême droite propose de payer les femmes au foyer, nous pensons, à juste titre que c’est pour eux une façon de ramener les femmes au foyer. Du côté des progressistes on dit : ce n’est pas la qualité de temps qui compte c’est la qualité !
Il est aujourd’hui presque obligatoire de laisser ses enfants bébés dans des structures plus ou moins adaptée. Résultat des mères malheureuses qui partent au boulot avec la rage au ventre de laisser leur bébé en pleure, des parents qui galèrent quand les enfants sont malades, et des enfants stressées et très souvent malades à qui on offre de plus en plus de choses inutiles pour compenser le manque de temps. A mon avis la qualité de suffit pas et est surtout illusoire car lorsqu’on revient fatiguée d’une journée de travail on ne peut pas dire que nous soyons des parents de qualité.
Bref, il y a là un vrai problème.
Quand S Royal est revenue au conseil des ministre 4 jours après son accouchement, elle voulait montrer aux caméras qu’une femme peut être mère mais aussi présente et efficace comme les hommes.
Pour moi son attitude était insultante envers les hommes et les femmes qui se battent pour prendre des congés parentaux et surtout cette attitude niait radicalement le besoin que les nourrissons ont de leur mère !
Donc, il faut, absolument
1- prolonger le congés maternité jusqu’à 1 ans pour celles qui le désirent,
2- proposer à tous les parents des congés parentaux jusqu’à ce que l’enfant puisse aller à l’école (environ 3 ans).
Tout en préservant l’emploi des personnes évidemment et en faisant en sorte que leur retraite n’en pâtisse pas.

L’allaitement : alors que l’OMS préconise l’allaitement jusqu’à 6 mois minimum, il n’y a en France que 4% des femmes qui allaitent leur bébé au moins 1 mois.
Allaiter est encore équivalent d’aliénation dans la tête de certaines féministes. Pourtant allaiter est sain, économique et surtout épanouissant.
Il faut donc donner aux maternités les moyens d’informer les femmes et de les aider dans cette démarche mais aussi lutter contre les idées reçues et les belles mères qui, féministe vielle école, viennent dans notre dos donner des biberons aux bébés.

La place de l’homme.
C’est vrai que la parité à la maison est un combat quotidien et que ce n’est pas une loi qui va changer les choses.
A nous les femmes, d’élever nos fils dans l’idée qu’il doivent partager les taches quotidiennes. Et aux employeurs de laisser aux hommes le temps de de prendre leur place à la maison.

La femme au foyer.
S’il y a une catégorie de population dont on ne parle jamais c’est bien la femme au foyer. sans doute parceque les politiques pensent qu’elle vote comme son mari . ?
Il n’y a encore une fois que l’extrême droite pour s’intéressé à elles et c’est extrêmement dommageable.
Toutes les femmes au foyer que j’ai rencontré dans le quartier n’ont qu’une envie : travailler. ce qui les arrête : les problèmes de garde d’enfant même quand il vont à l’école et surtout bien sûr le chômage et le manque de formation.
Francesca



Simone de Beauvoir et la reconnaissance du ventre...
17 février 2007 - 10h34 - Posté par

Entièrement d’accord avec vous Francesca, la femme au foyer est très mal vue, alors qu’elle contribue au bien être de sa famille, et de la société, les enfants ne trainant pas dans la rue. Indépendamment de la droite, de la gauche, du féminisme, ou de "travail, patrie, famille", il serait temps de se pencher sur leur cas, de leur donner un véritable statut salarial sur la base du smig pour élever correctement leurs enfants, puis de leur permettre d’accéder au monde du travail à l’extérieur. Le bilan est en général positif : des enfants bien élevés, socialisés, instruits, qui rapportent à la société, en termes d’impôts et d’économies (moins besoin d’éducateurs, de psychologues, de médecins, de policiers, de voitures brûlées, de vols, de drogue, d’alcool...de mal être, de désamour, d’abandon...).

Pourquoi y-a-t-il la paix dans les pays nordiques ?


Simone de Beauvoir et la reconnaissance du ventre...
17 février 2007 - 17h10 - Posté par

je crois que le probleme du feminisme c’est que l’on considere la femme comme...une femme avec les préjugés hérité de plusieur siecle d’education judeo chretienne et de tradition machiste.
a quand va t’on considere la femme rellement comme un etre humain et donc l’egal de l’homme


Simone de Beauvoir et la reconnaissance du ventre...
17 février 2007 - 17h26 - Posté par

j’ai oublié:jean-françois,villiers sur orge





Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
9 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
5 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La paix universelle se réalisera un jour non parce que les hommes deviendront meilleurs mais parce qu'un nouvel ordre, une science nouvelle, de nouvelles nécessités économiques leur imposeront l'état pacifique. Anatole France
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite