Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Mon cœur halète, ne sais pour qui…
de : Alina Reyes
dimanche 18 février 2007 - 21h05 - Signaler aux modérateurs
24 commentaires
JPEG - 17.8 ko

de Alina Reyes

Il n’y avait rien dans cette pièce, sinon un livre ouvert, un livre plus grand que moi. L’encre noire sur le papier gravait des caractères géants, les dessinait dans toute leur étrangeté, leur beauté mystérieuse. Je fis quelques pas vers l’ouvrage, le cœur battant d’enthousiasme et d’une vague appréhension, comme si je m’attendais à voir ses ailes se refermer doucement sur moi, pour m’embrasser et m’enlever. (…)

Je m’approchai de la page, la pris entre mes mains pour la tourner. Elle pivota comme une porte et je me retrouvai dans une forêt, au milieu d’un sentier broussailleux. (…)

Le vilain sauta sur ses pieds, dès qu’il me vit vers lui approcher. Je ne sais s’il voulait me toucher, ni ce qu’il voulait entreprendre, et je me tins prête à me défendre. Il se tenait là, debout, tout coi et sans bouger, monté sur un tronc. Et il devait bien faire au moins cinq mètres de haut.

Il me regarda mais ne dit mot, pas plus qu’une bête ne l’eût fait. Toutefois, j’eus la hardiesse de lui demander :

- Dis-moi, es-tu ou non une bonne créature ?

Alors il me répondit qu’il était un homme.

- Quelle sorte d’homme es-tu ? - Comme tu le vois. Je suis comme je suis, je ne change pas de forme. - Que fais-tu ici ? - C’est là que j’habite, et je garde les bêtes de ce bois. - Tu les gardes ? Mais, par saint Pierre de Rome, elles ne savent pas ce qu’est un homme ! Je ne vois pas comment on pourrait garder une bête sauvage (…) - (…) Je suis donc le seigneur de mes bêtes, et tu ferais mieux maintenant de me dire qui tu es et ce que tu veux. - Seigneur, fis-je, dans l’espoir de m’attirer par flatterie sa bienveillance, je suis entrée dans la forêt pour y quêter quelque aventure. De quelle nature, je ne puis le dire, car j’ignore pourquoi je marche parmi les bêtes de ce bois, telles que vous, beau gentil seigneur, et ces vôtres taureaux sauvages, que je vois prêts à m’encorner.

Le fort géant, en m’oreillant, roulait des yeux sous ses sourcils, et je pensai que par ces yeux il me voyait aussi étrange qu’il pouvait l’être à mon regard. - Quelle sorte de femme es-tu ?, dit-il. - Comme tu le vois. Je suis comme je suis, je ne change pas de forme… (…)

Du doigt, le vilain me montra le chemin. (…)

La clairière était toute pleine de silence, comme si la sauvagine, à cette heure, était à reposée.

Soudain les banches du pin se mirent à bruire, de froissements d’ailes et de cris d’oiseaux.

Aussitôt après paraissait devant moi un chevalier, armé de toutes ses armures et monté sur un brun destrier. Il mit pied à terre et, retirant son heaume, me fit paraître le plus charmant visage d’homme que femme pût contempler.

- Gente dame, fit-il en s’inclinant, me permettrez-vous de m’approcher de votre fontaine ? Une flèche à la cuisse m’a tant blessé que jamais, je crois, je ne m’en remettrai. Je vis qu’il avait, sous son haubert, noué sa chemise autour de sa plaie, et qu’elle était tout ensanglantée.

(…) je l’entraînai vers la fontaine, où je le fis asseoir et où je l’aidai à retirer ses armures. Quand il fut libéré de la lourde cotte de mailles, je défis la chemise nouée autour de sa cuisse blessée et la trempai dans l’eau de la fontaine, qui devint plus rouge que son socle de rubis. Ses braies étaient déchirées à l’endroit où la flèche avait percé sa chair, et je lavai soigneusement la plaie. (…)

Quand il eût fini son histoire, il mit ses yeux dedans les miens, et ajouta :

- Voilà comment, chère gente dame, je me trouvai par le destin abandonné entre vos mains.

Par ce regard j’eus l’impression qu’une flèche à mon tour m’avait blessée, cette flèche qui par les yeux touche le cœur des amoureux. Et lui aussi, sans doute, de la même flèche était touché car, tout en finissant de bander sa plaie, je vis dessous ses braies serrées sa pigne d’amour qui brandonnait.

- Dame, fait-il, je meurs pour vous. Mon cœur souffre mille tourments. Si vous ne m’en voulez guérir, alors il me faudra mourir. Je vous demande votre amour, belle, ne me repoussez pas !

- Ami, dis-je avec un sourire, ce serait aller bien vite que d’accéder à votre demande. Et ce n’est pas mon habitude.

- Douce gente dame, je vous en prie, ne vous fâchez pas si je vous dis qu’une femme légère de métier se doit longtemps faire prier, pour se donner du prix, et pour que nul ne la croie coutumière de ce déduit. Mais la dame aux pensées honnêtes, qui garde en elle valeur et sens, si elle rencontre un homme qui lui plaît, ne se fera trop désirer. Sans tarder elle l’aimera, et elle y trouvera sa joie. Avant que nul ne le sache, ils se seront donné de grands bonheurs. Belle dame, finissons-en, je vous en prie, de ce débat !

Nous laissâmes le parlement pour nous regarder doucement.

Auprès de moi je le sentais tout entier frire, tandis que mon cœur pour lui haletait. Il m’accola et se mit à me baiser le visage, à me chérir, à me serrer. Je tendis la main, empoignai cette grosse pigne chaude qui bossoyait dessous ses braies. Sous mes doigts, je sentis ses génitailles si pleines et son braquemart si roide que, défaillante d’ardeur, je ne songeai désormais plus qu’à me laisser broyer le cul.

Il me renversa dans l’herbe avec lui, au pied de la fontaine, et me pelota la coquille. En tirant sur ses braies, je découvris un fier dardel et deux bien blondoyantes bourses, qui attisèrent ma fureur. Je me mis à calefourchies et, d’une empeinte, il me fichia. Nous eûmes vite conjoui. (…)

Au quatrième coup d’estoc, il vint s’épandre entre mes mamelettes et m’esclabota à grand foison, jusqu’au menton. Affriandée par la fragrance de son onguent, je me mis à langueter le top de son dardel devenu flac et puis je l’engoulai, et je lui fis tant de bontés que de nouveau, entre mes lèvres, il se remit à brandonner. Il brailla fort quand j’exprimai tout ce qui lui restait de suc, que j’avalai et dégustai.

- Aurez-vous merci de moi, dites, douce savourée ? dit enfin mon courtois ami.

Et je me mis entre ses bras à reposée, car j’avais grande lassitude, en la bouche, la crevasse et le cul, et aussi les gambettes, et le corps tout entier. L’air était clair, net et serein. Tout rayonnants et fatigués de nos amours enlangourées, nous nous laissâmes emporter dans une douce dormeveille.

Sous la feuillée verte du pin, que traversent des hirondeaux, nous échangeons de doux regards.

- Très belle amie au clair visage, dit mon gentil seigneur, de ton plaisir et de ta main je veux mourir et vivre. En ce vouloir m’a mon cœur mis. - Et qui le coeur, beau doux ami ? - Dame, mes yeux. - Et les yeux, qui ? - La grand beauté qu’en vous je vis.

Mon cœur pour lui halète, encore, encore, car c’est de lui que me viendront bon et mal heur, et tout ce qui me donne vie. Mon front rosoie, dans son épaule je l’enfouis, pour qu’il ne voie ma joie de lui et mon émoi. Entre ses bras je suis enclose, et il m’enlace, et ardemment sa peau je baise où je repose, je ris, et presse mon amant, et aussi pleure, pour autre chose, car grande joie de grand tourment est souvent cause. (…)

Mais apparut un seul chevalier, un inconnu qui menait si grand bruit qu’on aurait dit qu’il était huit. (…)

Sans me laisser le temps de lui répondre, il se pencha sur moi, me souleva de terre et m’enleva en croupe sur son cheval, qu’il lança aussitôt au galop. (…)

Il m’emmena ainsi, sur son noir destrier, jusqu’en un château fort, ceint de hauts murs et d’eau profonde. Pour nous laisser passage, on nous descend un pont-levis. Dès que nous avons mis pied à terre, le chevalier par le bras me tient en son poing, qu’il a fort et dur, et traverse avec moi une très vaste salle et beaucoup de belles chambres, jusqu’en la pièce la plus haute du donjon. Et je ne vis nul autre homme ni femme en ce manoir. Puis il me laisse seule en cette chambre et quitte les lieux, non sans avoir fermé la porte à clé. (…)

Le soir tombait, et il pleuvait, une petite pluie qui pleuvinait, tout doucement, sans se lasser. « Lasse ! dis-je, qui me fera de ce donjon un jour sortir, sinon la mort ? » En bas, très bas, le noir fossé aux eaux sans fond me ceinturait. Le jour passait, et la forêt tout à l’entour disparaissait. Beau doux ami, mon cœur se noie, le bruit s’enfuit et, dans le bois, la vie s’en va avec la brune. Anquenuit ne luira la lune. Et la nuit et le bois me donnent grand ennui, et plus que le bois ni la nuit, la pluie.

Entre les draps je me couchai. Bientôt s’ouvrit la porte, et parut le chevalier funeste.

- Seigneur, dis-je, que ferez-vous de moi ? Me tiendrez-vous ainsi recluse, en agonie ?

Il avait revêtu de riches atours sombres, un bliaut noir tout brodé d’or et un mantel d’écarlate, fourré de petit-gris. Sa figure était longue et plus inquiétante que jamais, quoiqu’il tentât de faire bonne mine. Il me welcoma en des termes fort courtois et me tendit une chemise, une robe de soie et un bliaut fourré d’hermine blanche.

Il m’invite à l’accompagner jusqu’en la salle pour dîner. Il me regarde et ses yeux noirs, fixes, lancent des étincelles. « Cet homme t’aime, dis-je en moi-même. » Et je ne sais s’il me faut plutôt en espérer ou en trembler. (…)

Les jours sont pâles comme mort, les nuits je reste à ma fenêtre, à écouter dans les étoiles le chœur silencieux des cieux. A l’aube, à l’heure où dans les airs plane sans bruit la sombre aiglesse, mon cœur halète, ne sais pour qui. Et je retourne dans mon lit, chercher le sommeil et l’oubli.

La septième nuit, j’entends la clé dans la serrure.

Le chevalier dans la chambre est entré.

- Dame, fait-il, vous êtes libre.

Et il s’apprête à me quitter, en me laissant la porte ouverte.

- Sire ! dis-je, tout angoissée d’amour.

Alors il vient vers moi et dans ses bras me presse, et me chérit, me caresse. Ensemble en la profonde couche nous fait tomber l’ardent désir qui tant s’est tu, et de la bouche, et des mains, et du corps tout entier, nous nous baisons, fol et folle, et de folie perdus. (…)

Toute la nuit et tout le jour, le noir seigneur et moi nous compagnons charnellement. Jamais nous ne nous demandons de quels délices voulons paître, mais paissons tous ceux que nous commandent nos membres et notre tête, et de paumes et de langues, et de culs et de crevasse, et de bourses et de braquemart, et de jambes et de bras, et de ventres et de seins, et de doigts et de cheveux, et d’ongles et de dents. Et l’un par l’autre toujours attisés, toujours évigorés, nous forniquons sans nous lasser, comme, à force de jeu, pour l’un et l’autre nous tuer.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Mon cœur halète, ne sais pour qui…
18 février 2007 - 21h47

Si je retrouve ta forêt, je te le jure belle infirmière, que tu me m’apercevras avec une flèche dans la cuisse.

Grâce à tes soins bien prodigués et tes attentions si raffinées auras-tu l’expérience de prolonger ton étreinte à un terrien émerveillé devant la tigresse affamée ?

Fidèle à toi même,

Érotiquement,

Esteban



Mon cœur halète, ne sais pour qui…
18 février 2007 - 22h16 - Posté par

Alors mon frere ,

ça ne s’arrange pas ton probleme , ça aurait meme tendance à s’aggraver
comme disait le grand george : "" le rut , le rut , le rut !
allons une semaine de repos , fais des mots croisés , lis l’equipe , collectionnes des timbres , mais arretes d’erotiser à tout crin !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
ton ami , ton frere ,

claude


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
18 février 2007 - 22h41 - Posté par

tu vois claude, tout comme toi, j’étais sûr de le retrouver là, le bel adonis....mais comment tient-il le coup ? anna


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
18 février 2007 - 23h16 - Posté par

Nous serions-nous téléportés en dehors du Fou ? ESTEBAN n’as-tu pas encore compris qu’Alina te tendait un piège ? Pauvre ADONIS, au coeur si fragile !
Juliette.


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
19 février 2007 - 18h32 - Posté par

Vous voudriez MON COEUR de pierre ?

Mon coeur est tendre et attentif...
Ouvert et généreux...
Sensible aux mots aux gestes...
Palpitant à l’érotisme...
Emballé devant un coeur qui halète...
Triste face à un autre qui est triste...
Il envoie la pression lorsqu’il est sollicité...par un corps...par un regard...par des mots...Par une odeur...

Vous voudriez MON COEUR de pierre ?
Pas de chance il est fragile...

Besos,

Esteban


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
21 février 2007 - 17h59 - Posté par

Alors, ton coeur est aussi fragile que l’argile ?

La pression, la pression, tu me fais rire Esteban, car la première image qui me vient à l’esprit, c’est la pression des pneus de ma voiture, ramené au contexte présent...

Désolée, mais comme tu me fais rire, toi !
Juju


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
18 février 2007 - 23h19 - Posté par

Entre nous Anna, Claude résiste mieux à la tentation, tu ne trouves pas ? Il est plus rassurant non ?
Juju


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
19 février 2007 - 11h22 - Posté par

CE FRELUQUET D’ESTEBAN EST FERRE PAR L’ALINE DE FOND...

Le problème c’est que Claude et moi sommes de vieux routiers et qu’il nous en faut un peu plus que les romances érotiques moyenâgeuses des preux et des dagues acérées... On en a vu d’autres !!

Tzigane


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
19 février 2007 - 20h20 - Posté par

Racontez ! Racontez ! _ :-))))

Marsacub


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
19 février 2007 - 10h41

BELLE DONZELLE ALINA...

Cà, c’est le portrait tout craché du preux Esteban !!

Tzigane



Mon cœur halète, ne sais pour qui…
19 février 2007 - 11h17 - Posté par

Alina doit absolument faire quelque chose pour Esteban. Il ne va vraiment pas bien. Il a carrément pété un cable.

JMH


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
19 février 2007 - 18h53 - Posté par

Vous êtes tous des rustres !

Aucun de vous n’a dis combien "l’aventure" d’Alina était bandante, personne n’a parlé de ses chauds ébats, cela ne vous a rien fait lorsque elle a enfourché le pieu de chair et de sang après avoir langoureusement...

Et vous les filles vous êtes coincées ?

Un pénis est un pénis, un vagin est un vagin, un clitoris est un clitoris ! na !
Parlez mes chéries, ouvrez votre...coeur...

Çà craint pour moi...q ;D

Esteban


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
21 février 2007 - 17h53 - Posté par

Esteban, je suis morte de rire sur mon clavier. Franchement, t’es pas gynécologue des fois ?


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
19 février 2007 - 11h29 - Posté par

J’ETAIS SÛR DE VOUS TROUVER...

... par là !
Aujourd’hui, si on veut parler à Estéban, il faut chercher... Aline !
Estéban il ne va plus ou quasiment plus au Fou. Point, à l’Aline !
Il se pointe à l’Aline...
Et si vous nous l’invitiez pour une abracadabrantesque tournée de Champagne au Fou ?
Cela ferait plaisir à tous, à Thom et à Roberto aussi, d’ailleurs, et à Bellaciao !
Alors, Estéban, qu’est-ce que t’en dis ?
Moi, je tiens compagnie à Anna, Juju, Léa, Rose (çà fait un bail qu’on l’a pas vue !), Fiona (qui est passé en coup de vent), etc.

Un peu de Khalil Gibran avec le blanc de blanc :

"Chanson de la vague

Le rivage puissant est mon bien-aimé

Et je suis son amante.

Nous sommes enfin réunis par l’amour, et

Ensuite la lune me sépare de lui.

Je vais à lui en hâte et repars

À contrecoeur, avec pleins

De petits adieux.

Je pars rapidement de derrière

L’horizon bleu pour répandre l’argent de

Mon écume sur l’or de son sable, et

Nous nous mêlons dans l’éclat en fusion."

.../...

À rester dehors ainsi, vous allez attraper froid (le temps change et se raffraîchit)...
Il serait plus judicieux de se réchauffer au Fou !

NOSE DE CHAMPAGNE


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
19 février 2007 - 14h43

bonjour

elle voulait etre princesse ou reine peu importe. par une nuit de pleine lune une fée vint lui porté conseil.
a son réveil elle s’empressa de rejoindre le village. Elle fit une proposition au premier homme qu’elle apercu. Fort heureu de cette proposition, il acquiessa avec plaisir, elle se mit à genou et lui fit découvrir avec sa bouche des plaisirs qu’il n’avait jamais connu.

ravi et heureu, il lui demanda pourquoi ce cadeau merveilleu.

elle lui répondit que pour etre princesse il faut que j’abite au palais.

(un petit peu d’humour )

LL



Mon cœur halète, ne sais pour qui…
19 février 2007 - 17h44 - Posté par

LL, tu me rappelles un jaloux de ma connaissance, tout entortillé de pseudos...

Esteban, Claude, Anna, Juliette, Tzigane, JMH, Nose de Champagne... je souris avec vous, mais... personne n’a joui de mes octosyllabes ?

 ;-)

Ciao Bellaciao, je m’en vais, à bientôt !

(principessa) Alina


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
19 février 2007 - 18h19 - Posté par

Alina s’il te plaît,

Ce sont mes ami(e)s. ils disent que je m’éparpille, c’est faux...je suis toujours fidèle avec ceux et celles qui m’aiment, d’ailleurs je suis là...et j’ai joui spirituellementet...Et j’ai envie de tes phrases si captivantes et érotiques, je ne me lasse pas.

Les filles sont avares ou trop prudes des mots qui sont les tiens...Pourtant ils sont si efficaces dans les préliminaires...

J’aime ta poésie, Alina...me crois-tu ?

Esteban


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
19 février 2007 - 18h51 - Posté par

Je te crois, Esteban. Sérieusement, je me plais ici parce que s’y sent le goût de la vie. En ces temps de nihilisme, rien ne peut être plus politique, résistant et combatif. J’aime ce lieu haut en couleurs, je m’y sens bien. Tu sais quoi ? Tout le monde se bat pour le pouvoir d’achat, mais il faudra bientôt réclamer le droit à une certaine pauvreté, dans le sens de légèreté, gratuité de la vie, contrairement à l’esprit bourgeois qui veut thésauriser et tirer profit de tout et ne rien lâcher. Ce n’est pas de pauvreté que nous souffrons, c’est de misère, misère morale, misère sexuelle, toute sorte de misère, et notamment sur internet, du fait de l’anonymat, veulerie plus débridée que sous n’importe quel régime fasciste.
Bref, la mort peut attendre, vive la vie !
Alina


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
20 février 2007 - 11h14 - Posté par

"je suis toujours fidèle avec ceux et celles qui m’aiment,"

Et toi Adonis, est-tu capable d’amour (à prendre dans tous les sens, sans jeu de mots bien-sûr) ?

Juliette


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
20 février 2007 - 18h16 - Posté par

C’est parce que j’aime que je suis heureux, que je suis triste et que je souffre...

Pourquoi les filles ne commentez-vous pas "l’aventure" d’Alina...les mots vous manquent ?

Pourtant ce torrent d’érotisme dégage des sensations...

Esteban émerveillé


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
21 février 2007 - 17h50 - Posté par

Oui, mais des sensations pour toi Esteban...


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
19 février 2007 - 18h39 - Posté par

Mais bien sûr, Alina, que l’on apprécie ta plume sinon, on ne se permettrait pas de charrier Esteban après ton texte. Tu as un style et un de mes amis philosophes me disait un jour : "Rien n’est plus important que d’avoir un style". Et en disant cela, je ne pense pas à Léo Ferré pour qui "Ton style, c’est ton cul". J’ajouterais que j’apprécie beaucoup que Bellaciao publie justement des textes comme les tiens ou comme ceux de Franca qui nous font sortir quelques instants du tourbillon de la politique. C’est bien pour cela que les Amis du Fou s’y retrouvent...

Continue Alina, j’aime...

JMH


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
21 février 2007 - 18h01 - Posté par

Il cache bien son jeu le JeanMimi ! J


Mon cœur halète, ne sais pour qui…
23 mars 2008 - 19h20 - Posté par amari

slt jespare ke ça va bien bon voila mon fel 00213662358278





GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
5 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London
Brésil : un défenseur de la forêt amazonienne de la tribu Guajajara tué
lundi 4 - 19h02
de : élian
artiste lili-oto exposition sur les gilets jaunes
lundi 4 - 14h48
de : lili-oto
1 commentaire
L’Assemblée des Gilets Jaunes vote la jonction à la grève du 5 décembre 19
dimanche 3 - 16h08
de : joclaude
5 commentaires
Qu’ils soient de gauche ou de droite...
dimanche 3 - 14h08
de : jean1
Contre la pudibonderie d’Etat
samedi 2 - 16h21
de : Christian DELARUE
6 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite