Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Agent Orange au Vietnam : arme chimique illégale
de : André Bouny
samedi 17 mars 2007 - 14h12 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 27.3 ko
Affiche réalisée par Thuy Vy Do Huynh

Affiche réalisée par Thuy Vy Do Huynh

de André Bouny

Tout d’abord, il est nécessaire de faire un effort mental suffisamment grand pour consentir à ce qu’il y ait des armes légales. A la suite de quoi, il faut accepter l’existence des lois et coutumes qui régissent la guerre. Et même si cela est au-dessus de nos forces, ainsi sont les règles de notre monde.

Une arme est illégale de deux manières : soit un traité particulier l’interdit, soit elle viole les lois et coutumes existantes qui régissent la guerre -on aperçoit ici la menace inhérente dans l’emploi du terme "coutumes" qui désigne les us antécédents et, par conséquent, tente d’endiguer un présent toujours enclin à violer les pratiques du passé.

Dans le cas ou un traité interdit une arme, elle est illégale pour les seuls pays qui l’ont signé et ratifié. Mais si cette arme est illégale au regard d’une loi existante, elle devient illégale pour l’ensemble des pays.

Les lois et coutumes existantes de la guerre comprennent tous les traités qui régissent les interventions militaires et l’emploi des armes ainsi que le Droit international coutumier. Ils constituent ainsi l’essentiel du Droit International Humanitaire.

On peut citer les Conventions de La Haye de 1899, 1907, et 1954 ; Conventions de Genève 1864, Protocole de Genève de 1925, 1926 embryon des quatre conventions de 1949, ensuite viennent celles de 1951 et 1957, puis les deux protocoles additionnels de 1977 venus reconnaître les « progrès » techniques dévolus à l’armement durant la guerre du Viêt-nam -que n’ont pas signé les USA- complétés par un troisième protocole additionnel en 2005 ; Convention sur les armes biologique de 1972, dont le renforcement de novembre 2001 a échoué ; Convention sur les armes chimiques de 1993, etc., etc..

A l’époque de la rédaction des textes sur l’interdiction d’utiliser le poison comme arme de guerre, on ne connaissait pas les mots « herbicides » et « défoliants » qui peuvent, comme l’Agent Orange, contenir le pire des poisons. Les Grecs et les Romains de l’Antiquité avaient pour coutume de s’interdirent l’emploi du poison et des armes empoisonnées. En Inde, cinq cent ans av. J. C., les lois de Manu relatives au droit de la guerre interdisaient l’emploi de telles armes. Mille ans plus tard, les Sarrasins tiraient du Coran une conduite de la guerre prohibant l’empoisonnement.

En 1943 et 1944, les Etats-Unis d’Amérique avaient déjà étudié douze mille produits chimiques et en avaient sélectionné sept mille comme possibles armes de guerre… d’ailleurs, en 1945, un crime prémédité contre l’humanité est étudié en vue de détruire les rizières autour des grandes villes du Japon. Ces produits chimiques étaient les précurseurs des Agents chimiques utilisés au Viêt-nam.

L’Agent Orange contenant du poison tombe sous le coup du Protocole de Genève de 1925 que les USA n’ont pas signé. Curieusement, ils le signeront le 10 avril 1975, comme s’il s’agissait d’une culpabilité envers le forfait commis de fraîche date entre 1961 et 1971 au Viêt-nam. Certes, il ne peut y avoir d’effet rétroactif de la loi. Mais l’Agent Orange tombe aussi sous le coup de l’Article 23 de la Convention (IV) de La Haye de 1907, qui dit : « Outre les prohibitions établies par les conventions spéciales, il est interdit : a) d’employer du poison ou des armes empoisonnées » signée par les USA le 18/10/1907 et ratifié le 27/11/1909. Si les arcanes de la procédure actuelle en terre américaine aboutissaient à l’impunité, le seul recourt contre l’utilisation de l’Agent Orange au Viêt-nam pourrait bien être l’arsenal des textes et normes du Droit International Humanitaire.

Le Droit International Humanitaire dégage quatre grandes règles en ce qui concerne les armes :

1) Les armes ne peuvent être utilisées que dans le champ « légal » des combats, défini comme cibles militaires de l’ennemi en guerre. Les armes ne doivent pas provoquer un effet négatif au-delà de ce champ « légal » de bataille : c’est la règle territoriale.

2) Les armes ne peuvent être utilisées que pendant la durée du conflit. Une arme qui est utilisée ou continue d’agir après la fin de la guerre viole cette réglementation : c’est la règle temporelle.

3) Les armes ne doivent pas être excessivement inhumaines. La Convention de La Haye de 1899 et de 1907 utilise les termes « souffrances inutiles » et « blessures superflues » : c’est la règle d’humanité.

4) Les armes ne doivent pas avoir un effet négatif démesuré sur l’environnement naturel : c’est la règle environnementale.

L’Agent Orange viole ces quatre règles.

1bis) L’Agent Orange est dispersé par voie aérienne et n’atteint pas seulement le champ des cibles « légales » mais aussi largement les lieux civils alentours et même les pays voisins avec lesquels l’utilisateur n’est pas en guerre, sans oublier les infiltrations et les ruissellements qui transportent les molécules sur d’autres surfaces de terre, nappes, rivières, mers, et bouleversent les écosystèmes. Il ne peut pas être limité aux champs de bataille « légaux » et viole la règle territoriale.

2bis) L’Agent Orange reste dans les zones d’épandages et de stockages, ses molécules qui ont une vie durable et un potentiel pathogène et tératogène agissent sur les anciens combattants comme sur les civils bien après que la guerre soit terminée et même sur les enfants à naître sur plusieurs générations sans que l’on sache quand cela prendra fin. Il ne peut pas être extirpé quand la guerre est finie et continue d’agir après la fin des hostilités et viole la règle temporelle.

3bis) L’Agent Orange est inhumain à cause de la façon dont il tue –cancers, maladies multiples, malformations génétiques, absence des membres, bébés déformés et non viables, touchant des enfants qui n’ont jamais été des cibles militaires et qui sont nés après la fin de la guerre. Sa nature tératogène et l’atteinte possible du patrimoine génétique des générations futures font qu’il est possible de considérer l’utilisation de cette arme comme un génocide. Il est inhumain et viole la règle d’humanité.

4bis) L’Agent Orange cause des dommages considérables et irréversibles à l’environnement naturel comprenant la disparition des forêts de différentes natures, la contamination des sols et de l’eau, des terres agricoles dont l’exploitation sert à la subsistance des populations civiles, bien au-delà de la durée de vie de ces populations. Le nettoyage est une science inexacte, qui coûte très cher et dépasse les capacités de financement d’un pays pauvre. L’Agent Orange est une arme qui ne peut être utilisée sans causer des dommages excessifs à l’environnement naturel puisque c’est le premier de ses buts, il viole la règle environnementale.

L’Agent Orange est donc bien une arme, une arme chimique, une arme chimique illégale.

L’une des clauses les plus utiles du traité sur le Droit Humanitaire est la « clause Martens » de la Convention de La Haye de 1907 qui est reprise dans les traités suivants concernant le Droit Humanitaire. La clause Martens stipule que dans les situations où il n’existe pas de clause spécifique dans un traité (ce qui est le cas pour l’Agent Orange) la communauté internationale est néanmoins liée par « les règles de principes de la loi des nations, issues des usages établis parmi les peuples civilisés, par les lois humanitaires et ce que dicte la conscience publique. »

Selon le Droit international, il existe un certain nombre d’exigences pour remédier aux violations des Conventions de Genève et autres règles formant les lois et coutumes de la guerre. Une exigence minimum du devoir de réparer l’utilisation d’armements illégaux c’est la compensation des victimes. Cela peut comprendre les victimes civiles et militaires de guerre. Pour remédier au maximum à l’utilisation de l’Agent Orange, c’est un devoir de fournir tous les renseignements sur la fabrication de cette arme et de son épandage. En ce qui concerne les dommages environnementaux, les utilisateurs de l’Agent Orange sont obligés d’effectuer un nettoyage tangible des zones contaminées. Quand des terres et des ressources en eau ne peuvent être effectivement nettoyées, l’état qui a causé les dommages doit payer une indemnité d’un montant égal à la perte d’exploitation des terres et ressources du patrimoine national et du coût des poursuites juridiques. Le nettoyage environnemental pourrait atteindre des chiffres prodigieux.

En plus de la responsabilité pour les dommages causés aux victimes et à leur environnement, les utilisateurs de l’Agent Orange devraient être sanctionnés légalement selon les clauses des lois humanitaires existantes. Par exemple, la Convention de Genève exige des états membres signataires qu’ils aient des mécanismes légaux internes pour juger les personnes qui sont soupçonnées d’avoir commis des violations sérieuses du Droit Humanitaire. De plus, l’Article 146 stipule que tous les états signataires ont le devoir de rechercher les violateurs mis en cause et de les juger devant leurs propres tribunaux quelle que soit leur nationalité. L’Article 148 interdit à tout état de s’absoudre lui-même ou d’absoudre un autre état de la responsabilité de violations sérieuses. Les effets génocidaires sur les peuples bien après la fin des hostilités constituent une autre base pour considérer l’utilisation de l’Agent Orange comme un crime contre l’humanité.

De certains extraits du rapport de Karen Parker sur les armements à l’Uranium Appauvri transposés et développés à l’Agent Orange par André Bouny, père adoptif d’enfants vietnamiens, président du « Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent Orange et au procès de New York » (CIS)



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Agent Orange au Vietnam : arme chimique illégale
18 mars 2007 - 09h31

Pendant encore combien de temps les Etats-Unis continueront-ils à se prendre pour le centre du monde, à dicter leurs lois et bafouer celles des autres ou plutôt combien de temps le reste du monde va-t-il encore supporter ce mépris de la part de la plus grande nation donneuse de leçons ?
A juste titre l’emploi du conditionnel est employé « les Etats-Unis devraient être sanctionnés légalement selon les clauses des lois humanitaires existantes » De moins en moins ils arriveront à convaincre le monde de leur sincérité en appliquant toujours et encore leur sempiternelle « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais » Ce pays se sent et s’estime être au dessus de toutes lois….
Ce que les Etats-Unis ont fait au peuple Vietnammien consciemment et sciemment et ce qu’ils font actuellement à travers le monde ne font pas d’eux des victimes mais des bourreaux.
J’approuve totalement votre conclusion « Les effets génocidaires sur les peuples bien après la fin des hostilités constituent une autre base pour considérer l’utilisation de l’Agent Orange comme un crime contre l’humanité ».
La destruction méthodique d’un groupe humain ne fait aucun doute.
Merci d’écrire encore et encore sur l’agent orange….beaucoup de gens ignorent totalement son horreur, ses conséquences et son actualité puisque tant et tant de familles au Vietnam ont été condamnées et seront encore condamnées de façon irrémédiable par une nation devenue complètement sourde et aveugle au monde qui l’entoure et qu’elle s’obstine à vouloir dominer .

béa






Mais au fait, où sont passés les millions d’Emmanuel Macron ?
lundi 21 - 17h19
de : JO
Manifestation à Paris, grève interprofessionnelle
lundi 21 - 14h39
de : jean 1
2 commentaires
Macron et les "élites", politique de la prostitution
lundi 21 - 11h52
de : Alina Reyes
1958 – La Cinquième République nait d’un coup d’État militaire – Episode 1/2 – Crimes et complots de La Guerre d’Algérie
lundi 21 - 10h55
de : Emission Polémix et La Voix Off
1939-2019 : ami, entends-tu le bruit sourd des bottes qui se déchaîne ?
dimanche 20 - 19h34
de : Claude JANVIER
Postiers du 92 : au 300e jour de lutte, les grévistes sont plus que jamais déterminés
dimanche 20 - 14h51
Podemos, rien ne va plus...
dimanche 20 - 13h46
de : Antoine (Montpellier)
co-destruction du mouvement ps-lrem-medias
dimanche 20 - 10h23
de : irae
1 commentaire
Aude Lancelin du media lance une charge contre la fausse gauche socialiste (video)
dimanche 20 - 00h16
3 commentaires
Marianne
samedi 19 - 22h27
de : Lille
Rosa Luxemburg assassinée la terre violée et contaminée
samedi 19 - 21h07
de : via JYP
1 commentaire
Justice territoriale, justice sociale, justice climatique.
samedi 19 - 12h42
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Un maire nous parlent de la Grande mascarade de Souillac. La lutte doit se poursuivre !
samedi 19 - 02h11
de : nazairien
Alexandre LANGLOIS, Noam ANOUAR, Axel RONDE et d’autres membres actifs de VIGI sont poursuivis par l’administration
vendredi 18 - 23h45
de : nazairien
2 commentaires
Appel de « Gilets Jaunes » de l’Est Parisien
vendredi 18 - 21h50
de : jean 1
Les sociétés d"autoroutes : Péages en hausse de 1,9% au 1er Février : feu vert du pouvoir !
vendredi 18 - 17h54
de : JO
Acte X : à l’aune des Gilets jaunes
vendredi 18 - 17h52
de : Hervé Pitet
Le premier grand débat à Bourgtheroulde était truqué de A à Z
vendredi 18 - 15h26
de : martine
Manifestation à Paris de Gilets jaunes Acte 10 - samedi 19 janvier
vendredi 18 - 14h53
de : jean 1
Hallucinant... !Des gilets jaunes en plein sit-in à Souillac délogés par les forces de l’ordre
vendredi 18 - 14h34
de : nazairien
1 commentaire
R.T. Police : « On voudrait redevenir des gardiens de la paix plutôt que des forces répressives »(vidéo)
vendredi 18 - 12h25
de : nazairien
Fiorina, une jeune femme de 20 ans, quel courage, quelle détermination et quelle lucidité
vendredi 18 - 01h11
de : nazairien
2 commentaires
De NDdL aux Gilets Jaunes – 1 an après l’abandon du projet d’aéroport
jeudi 17 - 23h42
de : nazairien
Alexandre Langlois est policier. Menacé par sa hiérarchie pour "déloyauté", met en cause le gouvernement
jeudi 17 - 22h41
de : nazairien
2 commentaires
Des policiers qui n’attaquent les G
jeudi 17 - 22h22
de : Irae
Un policier courageux balance sa hiérarchie
jeudi 17 - 21h53
de : Irae
Texte intégral et analyse du TRAITÉ FRANCO-ALLEMAND D’AIX-LA-CHAPELLE qui sera signé le 22 JANVIER 2019
jeudi 17 - 19h09
de : Olivier Berruyer - Les Crises
3 commentaires
Macron asphyxie nos libertés !
jeudi 17 - 16h01
de : Jodez
1 commentaire
Macron, une escalade de violence dénoncée par les Institutions des Droits de l’Homme !
jeudi 17 - 16h00
de : JO
GILETS JAUNES ACTE 10 ! La mobilisation s’amplifie !
jeudi 17 - 11h37
de : JO
1 commentaire
Noyer le poisson / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 11h24
de : Hdm
1 commentaire
ZAPATA EST VIVANT !
jeudi 17 - 07h11
de : Ernest London
Appel à converger vers l’AMASSADA
mercredi 16 - 22h53
de : AMASSADA
Plutonium en rafale mauvaise journée pour le social
mercredi 16 - 20h58
de : AIPRI et Savoie Antinucléaire
INTERMEDE DANS LA SEQUENCE "GILETS JAUNES"
mercredi 16 - 20h05
de : Raymond H
1 commentaire
Atomik Tour c’est parti mon kiki
mercredi 16 - 19h49
de : Jean-Yves Peillard
LA LETTRE DE MACRON AUX FRANÇAIS : une MACRO-MANIP pour dévoyer et enterrer l’insurrection citoyenne des #giletsjaunes !
mercredi 16 - 18h25
de : jodez
Affaire Benalla : Le feuilleton n’est pas clos !
mercredi 16 - 17h05
de : JO
300 JOURS DE GREVE ! Fête de soutien à la grève des postier-e-s du 92
mercredi 16 - 15h11
Antisémitisme et gilet jaune sur la 5 :UN AMALGAME SCANDALEUX !
mercredi 16 - 14h50
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Rendez les choses aussi simples que possible, mais pas plus simples. Albert Einstein
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite