Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

"Aussi longtemps que les Etats-Unis protègeront Israël, il n’y aura pas de paix possible"
de : Robert Fisk
mercredi 4 avril 2007 - 22h01 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 6.2 ko

de Robert Fisk

L’intégralité du débat avec Dans un chat au Monde.fr, jeudi 29 mars, Robert Fisk, correspondant de "The Independant" au Proche-Orient et auteur de "Liban, nation martyre", A&R - Panama, annonce qu’il a reçu du "plus grand parti de l’insurrection en Irak" un plan de paix en cinq points., jeudi 29 mars, à 11 h .

Katia : Quelles leçons tirez-vous du sommet de Riyad où les pays arabes ont essayé de relancer l’initiative de paix avec Israël qu’ils avaient adoptée en 2002 à Beyrouth ?

Robert Fisk : C’est une bonne idée. Mais vraiment, comme toujours, je suis désolé de dire qu’Israël n’a pas accepté. C’est un mystère pour moi de comprendre pourquoi Israël n’a pas accepté l’initiative en 2002. Vraiment, cela donne à Israël la sécurité et la reconnaissance de la plupart des pays arabes. Mais le roi Abdallah d’Arabie saoudite est très angoissé car il pense que l’occupation américaine en Irak perturbe toute la région, et je pense que les Saoudiens veulent une résolution entre les Palestiniens et les Israéliens maintenant, avant que la grande tempête n’arrive de Mésopotamie.

Joker : Comment l’Arabie saoudite peut-elle refaire exactement la même proposition qu’en 2002, sans en changer un iota, et en affirmant que cette proposition est non négociable ?

Robert Fisk : Pour moi, je ne comprends pas comment c’est possible de changer leur initiative de paix, parce qu’elle inclut la résolution 242 des Nations unies, et je pense que les Saoudiens refuseront d’accepter un retrait par Israël qui ne revienne pas aux frontières internationales. Mais il faut comprendre que toutes les initiatives sont négociables. Tout le monde dit "notre proposition est non négociable", mais la vérité c’est ce que c’est seulement une position au commencement des pourparlers.

tryert : Pensez-vous que le plan proposé par la Ligue arabe (frontières de 1967 contre reconnaissance de l’Etat d’Israël) soit acceptable pour le Hamas et Israël ?

Robert Fisk : Nous savons bien qu’Israël veut garder ses colonies près de Jérusalem. Et il y a deux ans, le président Bush a accepté que "there are facts on the ground" (il y a des faits indéniables). Il voulait dire par là que les grande colonies existent et qu’il faudra que les Israéliens et les Palestiniens décident d’un échange de territoires dans le Néguev. Mais maintenant, nous avons besoin de regarder le nouveau gouvernement palestinien, car si les Israéliens refusent encore de parler avec la coalition palestinienne, il n’y a rien à discuter.

Graphisto : Quelles sont les probabilités de paix aujourdhui ? Ehoud Olmert est-il à la hauteur ?

Robert Fisk : Après la guerre de l’été dernier au Liban, Ehoud Olmert a montré sa faiblesse. La plupart des Israéliens ne le soutiennent plus. C’est toujours la même histoire : quand nous avons une chance pour la paix, nous découvrons que le gouvernement israélien est très faible et, quand le gouvernement d’Israël est très fort, nous découvrons qu’il y a une grande crise dans le gouvernement palestinien. Je répète que ce j’ai écrit dans un article dans mon journal il y a deux semaines, que nous avons besoin d’un gouvernement américain prêt à jouer un rôle neutre au Moyen-Orient. Mais aussi longtemps que les Etats-Unis insisteront pour protéger Israël d’abord et pour placer les Arabes au second rang, il n’y aura pas de paix possible.

Pedro : Etes-vous favorable à moins de proximité dans les relations entre les Etats-Unis et Israël ? Faut-il que la stratégie américaine soit moins sensible aux demandes israéliennes ?

Robert Fisk : Commençons par le discours de M. Obama. Il a dit il y a une semaine que la première priorité pour les Etats-Unis au Moyen-Orient, c’est la sécurité d’Israël. Pourquoi n’est-il pas possible pour lui de dire que la priorité, c’est la sécurité de tous les pays de la région, y compris Israël ? Pourquoi est-il toujours nécessaire d’avoir un interlocuteur valable qui dise "je suis neutre", mais aussi "je suis du côté d’Israël" ? Il y a beaucoup d’Israéliens qui veulent un vrai interlocuteur qui comprenne le besoin d’avoir une résolution juste du conflit. Mais tant que les Etats-Unis acceptent l’extension des colonies juives sur le territoire arabe, je ne vois pas comment il est possible d’avoir un Etat palestinien.

Ours : Pensez vous que le Liban puisse sortir de la crise dans laquelle il s’enfonce ?

Robert Fisk : Oui. J’ai dit de nombreuses fois que si les Libanais sont prêts à donner leur confiance aux Libanais, et non aux Etats-Unis, l’Iran, Israël, la France et tous les autres pays étrangers, peut-être que nous aurons une paix permanente. Mais après une résolution – si M. Siniora revient d’Arabie saoudite avec une solution –, il sera nécessaire pour le gouvernement libanais de répondre à la révolution sociale dans le sud du Liban. Car en réalité, le Hezbollah ne représente pas seulement une milice ou un mouvement politique, mais un peuple qui a été opprimé pendant de nombreuses décennies par le gouvernement central. Il est nécessaire au Liban de mieux redistribuer les richesses du pays. Maintenant, les Iraniens veulent utiliser le Hezbollah pour déclarer que le gouvernement de Siniora est une marionnette des Etats-Unis. Et les Etats-Unis veulent dire que le Hezbollah est un mouvement favorable à un coup d’Etat contre la "démocratie" au Liban. Il nous faut prendre nos distances avec les deux versions. Le problème est interne au Liban.

Corentin : Selon vous, qui détient la plus grande responsabilité dans la détérioration de la situation au Liban ? Les Etats-Unis et la France ? l’Iran ? Israël ? le Hezbollah ? Les "zaïms" (chefs de clans) du gouvernement qui s’accrochent à leur pouvoir ?

Robert Fisk : Pour moi, comme toujours, ce sont les pays étrangers. Mais il n’est pas possible pour les Libanais de toujours dire : "nos problèmes viennent seulement des autres". En fait, c’est la France qui a créé le Grand Liban – le travail du général Henri Gouraud – comme un Etat confessionnel. Et aussi longtemps que le Liban sera un Etat confessionnel, il sera impossible pour le Liban d’être un Etat moderne. Mais le paradoxe, c’est que si l’Etat du Liban n’est pas confessionnel, il n’y aura plus de Liban. Parce que son identité, c’est le confessionnalisme. C’est la tragédie de ce petit pays.

Ramzi : Pourquoi le général Aoun s’est-il allié au Hezbollah ? Le voyez-vous comme président de la République ? Si oui, qu’en pensez-vous ?

Robert Fisk : J’ai écrit de nombreuses fois dans mon journal, The Independent de Londres, que le général Aoun est messianique. Souvenez-vous ce qu’il pensait, pendant sa guerre contre les Syriens il y a seize ans : il était le général de Gaulle ou Napoléon. Vraiment, il a perdu sa guerre. Un jour, il m’a dit que son ennemi, Selim El Hoss, qui était le premier ministre à cette époque, était Judas. Je demande au général Aoun : "Et si M. Hoss est Judas, vous êtes qui ?" En fait, je pense que pendant son exil à Paris, le général Aoun ne savait pas ce qui se passait au Liban. Par exemple, la reconstruction de Beyrouth par Rafic Hariri. Il a retrouvé Beyrouth comme il l’a quittée, comme un homme angoissé, avec un besoin de revanche. Et maintenant, oui, vraiment je pense qu’il croit que c’est possible pour lui d’accéder à la présidence. Mais le Hezbollah est trop intelligent pour avoir un renégat comme Aoun comme président. Il préfère un homme plus docile, comme par exemple le gouverneur de la banque centrale, M. Salameh, peut-être.

Elie : Pensez-vous qu’on aura une troisième guerre du Liban ?

Robert Fisk : Après l’assassinat de M. Hariri – et j’étais à 400 mètres de la bombe qui l’a tué –, je croyais que les fosses communes du Liban s’ouvriraient et que les fantômes de la guerre civile arriveraient encore à nous tourmenter. Mais la jeunesse du Liban, et spécialement la jeunesse éduquée à l’étranger, ne s’intéresse pas au confessionnalisme. Après les violences de janvier dont nous avons été témoins, quand j’ai personnellement vu des milliers de musulmans se combattre, quand les sunnites ont montré un grand portrait de Saddam Hussein pour provoquer les chiites, et quand, près de l’université arabe, j’ai vu pour la première fois après la guerre civile les milices combattre dans les rues de Beyrouth avec leurs fusils, j’avais vraiment peur que la guerre civile ne revienne. Maintenant, je connais bien deux familles chiites qui ont quitté leur domicile en zone sunnite. Et il y a deux semaines, dans le petit village arménien chrétien d’Andjar, ils ont découvert des affiches vertes qui disent : "Quittez votre domicile, cette terre appartient aux musulmans". Maintenant, il y a 400 soldats de l’armée libanaise dans le village pour protéger les Arméniens. Cet événement montre bien la fragilité du Liban aujourd’hui.

Scampee : Quelle serait, selon vous, la meilleure solution pour l’Irak ? Conserver l’unité de ce pays multiculturel ? Créer trois entités indépendantes ? ou une autre solution ?

Robert Fisk : C’est le même problème que nous avons au Liban. Et j’ai écrit la même chose dans mon nouveau livre sur l’histoire du Liban, Nation martyre. L’Occident aime toujours diviser l’Orient. Regardez les cartes qui sont imprimées dans nos journaux. Dans la carte du Liban, les chiites sont toujours situés en bas, les sunnites un peu plus haut, et les sunnites et les maronites à Beyrouth, et les sunnites à Tripoli. Nous créons les mêmes cartes pour l’Irak : les chiites en bas, le "triangle sunnite" (ou un octogone !), et puis les Kurdes. Nous aimons toujours regarder l’Orient comme une collection de tribus. Mais jamais je n’ai vu une carte confessionnelle d’Aulnay-sous-Bois, ou de Marseille, ou de toutes les banlieues de Paris, ou de Birmingham, en Angleterre. Parce que notre grande civilisation est unifiée et forte. Vous voyez ce que je veux dire ? Pendant la guerre entre l’Iran et l’Irak, 70 % de l’armée irakienne était chiite. Mais ils ne se sont pas mutinés contre leurs camarades sunnites. Je ne pense pas que les Irakiens veulent une guerre civile. Mais quelqu’un veut une guerre civile. Pourquoi ? Pour diviser les Irakiens et détourner l’attention de l’occupation ? Vraiment, les Américains ont besoin de quitter l’Irak. Et vraiment, les Américains partiront d’Irak, mais les Américains ne peuvent pas quitter l’Irak. C’est l’équation qui change le sable en sang. Finalement, les Américains ont besoin de parler directement avec les chefs de l’insurrection. Et le plus grand parti dans cette insurrection a envoyé à mon journal, The Independent, à moi à Beyrouth, ses propositions pour un cessez-le-feu et un retrait américain d’Irak. Ils veulent 1) des négociations directes avec l’ambassadeur américain à Bagdad ; 2) des négociations directes avec le commandant en chef de l’armée américaine en Irak ; 3) ils veulent que le gouvernement américain désavoue le gouvernement irakien de M. Maliki ; 4) ils veulent une réparation financière de tous les dommages infligés à l’Irak depuis 2003 ; 5) ils veulent l’annulation de tous les lois et règlements de Paul Bremer, en particulier ils insistent sur le fait que l’or noir d’Irak appartient au peuple d’Irak, et pas aux étrangers. Je sais bien qu’il est impossible maintenant pour M. Bush de désavouer M. Maliki, mais les déclarations que j’ai reçues montrent bien que les insurgés veulent une solution négociée, pas seulement une victoire militaire.

Scampee : Que pensez-vous de la possible intervention de l’armée turque dans le Nord irakien ?

Robert Fisk : Après un retrait américain, je pense qu’il est très possible que l’armée turque arrive encore dans le nord de l’Irak à contrôler les Kurdes. Leur argument serait qu’ils veulent frapper le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan). Mais en réalité, ils voudront supprimer la possibilité d’un Etat kurde qui menacerait les secteurs kurdes en Turquie. Malheureusement, les Kurdes sont nés pour être trahis.

André : A votre avis, comment la crise des marines britanniques va-t-elle se résoudre entre Téhéran et Londres ? Allons-nous vers une escalade ? Ou s’agit-il juste d’une tension liée au dossier nucléaire iranien à l’ONU ?

Robert Fisk : Il y a deux mois, les Américains ont arrêté cinq diplomates iraniens dans le secteur kurde d’Irak, à Erbil. Les Iraniens ont insisté pour que les cinq hommes soient libérés. Les Américains ont refusé. Je soupçonne que les Iraniens veulent un échange – les diplomates contre les marines –, mais vraiment il est impossible de considérer la capture des marines séparément de la crise nucléaire. Il faut se souvenir que les Iraniens ont enlevé les diplomates américains à l’ambassade à Téhéran en 1980, et ils savent comment utiliser les otages pour obtenir des avantages politiques.

Chat modéré par Philippe Lecœur et Gaïdz Minassian

Articles Mondialisation.ca par Robert Fisk

http://www.mondialisation.ca/index....



Imprimer cet article





Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les hommes passent, les idées généreuses restent. Léo Ferré
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite