Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Jean Rouch : 1917-2004 Le griot venu de France
de : Collectif Bellaciao
jeudi 26 février 2004 - 01h05 - Signaler aux modérateurs

Traduction

Réalisateur parisien, auteur d’au moins 120 films uniques, Jean Rouch fut le grand documentariste d’une Afrique mythique et surréelle. Expérimentateur infatigable, il filma les hommes comme des paysages et les paysages comme des hommes. Il fut le père du documentaire moderne.

De ROBERTO SILVESTRI

Jean Rouch, parisien, réalisateur, auteur d’au moins 120 films "uniques", tournés pour la plupart en Afrique. Ingénieur civil, envoyé en ’41 par le colonialisme français pour construire des routes et des ponts ("comme les Romains") au Niger et au Mali. Il revient en Europe, fait de la Résistance, entre dans Berlin libéré, il est journaliste et homme de lettres, aux accents surréalistes. Acteur culturel infatigable, il tombe amoureux du continent noir parce qu’il trouve la cosmogonie Songhay analogue à l’inconscient bretonien dans le défi aux linéarités logiques. Il devient le griot venu de la Gaule, le "grand frère" d’un cinéma naissant : il est ethnographe ("le filleul" de Marcel Griaule, patron au Musée de l’Homme à Paris), contre-anthropologue visuel, africanisant, directeur de festival et d’institutions, instigateur d’entreprises artistiques (comme les Cahiers du Cinéma), animateur enthousiasmant de groupes d’action immatérielle continuée.

Il défend Langlois en ’68, auquel il participe et qu’il ne trahit jamais, contribue à la naissance du cinéma sud-saharien indépendant. Le nigérien Moustapha Alassane, réalisateur désacralisant de dessins animés qui l’a guidé dans son ultime incursion en brousse était un de ses "élèves". De même que le premier cinéaste humoriste du Niger, Oumarou Ganda, qui fut sa star dans Moi, un noir. Et le Sénégalais Dijbril Diop Mambety, le "Godard de Dakar", mort il y a quelques années ou son compatriote Gaye Ramaka... Mais Rouch fut le "père" que les cinéastes du continent, à la fin, durent, avec sympathie et respect, dépasser, presque "tuer" ("ses films nous observent comme si nous étions des insectes" fut la perfide phrase libératrice, par laquelle Sembene Ousmane s’est définitivement décroché). Entomologiste ? On ne dirait pas. Dresseur "d’insectes" ? Encore moins.

Si jamais, provocateur, instigateur jamais paternaliste de leur transformation d’objets filmés en sujets d’histoire, comme le feront Grifi et Kiarostami et autres déconstructeurs du plateau et du mythe du cinéma d’auteur, aussi bien industriel qu’underground...Jean Rouch, au contraire d’autres documentaristes de l’époque, comme Richard Leacock, entretenait avec les rites et les mythes (archaïques et métropolitains) un rapport chaud et interne et communiquait avec les gens qu’il filmait, les invitant à réagir et à se "disputer" avec l’oeil scrutateur (autre chose que l’enregistrement objectif de la réalité telle qu’elle est). D’où son originalité et son hérésie : au documentariste ethnographique s’ajoutaient l’auteur d’essais socio-psychologiques et le créateur de fictions conçues comme un instrument supplémentaire de connaissance/changement de réalités, individuelles ou rituelles, en progrès.

Si jamais, le vrai conflit avec les réalisateurs africains c’est que l’on ait reproché au maître Rouch sa perspective frontale, sa "constitution d’images" diminuée qui ne tient pas compte de la pression du hors champ, des 360 degrés qui l’entourent, encore moins de ce qui se trouve dans le dos du réalisateur (institutions, jeu politique, forces sociales en conflit, un "vrai destinataire" du film qui ne soit pas son fidèle cénacle cosmopolitain). Ce qui, dans les notes critiques, très dures et pointues de Serge Daney, sera la preuve que ne sont "de gauche" ni cet "esthète anarchiste"de Rouch, ni les Cahiers (tous sauf Godard), ni lui-même : "Rouch a cessé de penser que c’était le devoir d’un cinéaste d’aller au-delà de sa propre expérience sociale...Il ne croit pas à l’histoire, il sait seulement que le temps linéaire accueille un moment agité et violent de liberté désordonnée et anti-autoritaire, et qu’il faut en garder la trace et le souvenir dans un film-jeu, jeu comme contraire du rite, mais rite malgré tout".

Jamais Rouch n’affronte les problèmes des rapports féodaux, violemment non égalitaires entre Africains. Jamais il ne dit rien des différences sociales et sexuelles. Rossellini, qui pourtant adorait Jaguar, se disputa avec lui : il est honteux de se servir de cet instrument comme d’un jouet, il doit servir à quelque chose. A quoi ? Le mystère de Rouch est d’observer et de conserver l’image d’une Afrique unique et mythique. Et de quelques Africains en particulier (Damouré ou Lam de Jaguar, 1954). Le même Damouré Zika qui voyageait dans l’auto de la mort avec la femme de Rouch. Le même Damouré sur les initiales duquel se base le nom de la société soixante-huitarde pour les droits d’auteurs des acteurs africains, la Dalarouta ("La" pour Lam, "Rou" pour Rouch et "Ta" pour Tallou). Rouch, le griot "cinématique" à qui Paul Stoller, l’élève, a dédié 250 pages d’éloges comme radiologue de la culture Songhay du Niger, c’est ce qui s’approche le plus, en excusant la contradiction, du "roi anarchique" : grand, imposant, fascinant, enthousiasmant, possesseur d’une aura de bonheur permanent qui en ’84 signe Dionysos, manifeste du "cinéma-plaisir", prophétie d’une autre façon de vivre possible et qui déclare : "Pour moi, le cinéma, c’est la complicité avec les gens que l’on filme.

Quand la TV fait un reportage sur la pâtisserie du Xème arrondissement, les pâtissiers ne gagnent rien. Mais ce sont eux qui parlent". Prévert pourrait nous venir en aide : "L’anarchiste aime l’ordre à un tel point qu’il n’en supporte pas la contrefaçon". Rivette ne serait pas d’accord avec Daney : "tous les films de Rouch sont exemplaires, même ceux qui sont ratés. Il est plus important que Godard dans l’évolution du cinéma français car Godard va dans une direction qui ne vaut que pour lui". En réalité, Rouch expérimente toujours, il tourne par exemple en ’62 La punition, long-métrage, en un seul jour ("à l’époque, c’était possible, la technologie était infiniment meilleure"), travaille souvent avec Godard, dans Paris, vu par... et aussi dans un film jamais monté que Labarthe a perdu. Ce serait beau d’en discuter. Mais Jean Rouch est un inconnu pour nous, comme ses grands amis d’autrefois, Enrico Fulchignoni ou Mario Ruspoli. Ignoré. Qui n’a jamais vu un de ses films  ? Et pourtant. C’est un des inventeurs du documentaire moderne, avec Godard, Warhol, Perrault.

Et en même temps le plus passionné des "documentaristes didactiques" (il greffe Robert Flaherty à l’intérieur de Dziga Vertov) de l’histoire, qui "filme les hommes comme des paysages et les paysages comme des hommes", "le cinéma de la réalité" et "la réalité du cinéma", comme le reconnaissait, plein d’admiration Enzo Ungari. Dans Petit à petit (’69), des hommes d’affaires africains analysent la vie parisienne, non sans un humour à la Ruiz : Rouch oppose explicitement à l’anthropologie colonialiste (enquêtes de haut en bas), "l’anthropologie partagée", c’est-à-dire le dialogue anthropologique entre des personnes semblables qui appartiennent à des cultures différentes. Dangereux, en Italie ? Oui, parce que trop concentré sur l’Afrique, son unique objet culturel d’affection, de ’46, quand il filme La chevelure magique, jusqu’à la mort, près de Konni.

Jean Rouch accomplit la première descente du fleuve Niger en pirogue. Et avec sa caméra légère, la Bell-Howell à 16mm achetée au marché aux puces, il étudia et transforma en cours scientifiques rigoureux et gratuits, en Kodachrome, les voyages et les travaux fluviaux, les mythes et les rites Songhay, les migrations saisonnières au Ghana (à l’époque Côte d’or), les griots possédés de la secte Hauka, les problèmes de fuite vers la ville, les danses sacrées de la pluie, les circoncisions, les cérémonies funèbres...Ce n’est qu’à partir de ’54, une fois achevé ce nécessaire apprentissage, ou plutôt enracinement dans le milieu pour ne pas se faire traiter par la suite de "marine envahisseur", qu’il passa à des formes hybrides de documentaires à sujet, Moi, un noir (un docker en chasse de salaire), La pyramide humaine, Moro naba et, réalisé avec le sociologue Edgar morin, Chronique d’un été (1961). Aujourd’hui ces matériaux de l’époque sont précieux parce qu’ils enregistrent la transformation meurtrière advenue en Afrique (et diaspora) et dans son inconscient collectif, le conflit campagne-ville, le trauma entre colonialisme, post-colonialisme interrompu, néo-colonialisme et auto-colonialisme.

Ils nous parlent aussi un peu, magiquement, d’Aristide, l’ex-séminariste haïtien dans son involution messianique criminelle, après avoir perdu la bataille démocratico-illuministe. Lumumba, qui s’inquiétait d’avoir perdu pour ne pas avoir doté son mouvement révolutionnaire d’un ultérieur esprit messianique, survécut dans le lumumbisme. Parcours néo-traditionnaliste que Rouch, selon Lanternari, a bien montré dans ses films : les cultures traditionnelles réinterprètent à leur façon les faits, les institutions, les personnes propres à la civilisation européanisante de la ville.

Les Songhay, depuis ’26, ajoutent des divinités aux Hauka (le panthéon traditionnel) : des généraux, des juges, des gouverneurs, des caporaux et "prazidan di la Republik". Rouch rappelait en ’64 à Bouaké que dans la nouvelle religion du prophète Atcho (Côte d’Ivoire), le président du pays à l’époque, Houphouet Boigny, apparaît dans le mythe fondateur du mouvement prophétique, dans la triade élue de Dieu pour le salut du continent.

Il Manifesto

traduit de l’italien par Karl et Rosa

25.02.2004
Collectif Bellaciao



Imprimer cet article





LIBERTE POUR VINCENZO VECCHI
vendredi 20 - 18h39
La liste des 11 membres du gouvernement à avoir « oublié » des biens dans leur déclaration de patrimoine
vendredi 20 - 17h20
de : joclaude
La France équipe les troupes égyptiennes soupçonnées d’exactions dans le Sinaï
vendredi 20 - 14h11
de : joclaude
1 commentaire
TROIS QUESTIONS À CORINNE MOREL DARLEUX à propos de PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE
jeudi 19 - 09h40
de : Ernest London
1 commentaire
Climat : comment les syndicats préparent-ils la grève du 20 septembre ?
jeudi 19 - 08h46
1 commentaire
D’aucun devrait apprendre que nous vivons un monde Multipolaire et non plus unipolaire !
mercredi 18 - 17h02
de : joclaude
Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
3 commentaires
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
1 commentaire
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi. Dalaï Lama
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite