Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Fin de l’Histoire, fin de la politique (zaz)
de : Ocséna, contre le Système-Ena
jeudi 16 août 2007 - 11h32 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

 1. Introductif : 1990, fin de l’Histoire, fin de la politique en vérité

Le Mur tombé, l’URSS se désagrégeait à la vitesse grand V, Francis Fukuyama trouvant ça excellent annonçait à toutes volées que ce n’était pas moins que la fin de l’Histoire. Non pas que les horloges, les TGV, les divas du ciné, de la mode, des arts, et même les mimiles de la télé, allaient s’arrêter de tourner, de marcher, en croisant les jambes devant, mais globalement les foules allaient se calmer, n’allaient plus politiser idéologiquement comme avant. Le progrès individuel était là de fait en acte dans votre vie, dans les vitrines, il était prêt à consommer . Fini donc les messes unitaires des masses populaires, fini l’homme nouveau, assez musclé certes, mais qui s’ennuyait de trop. L’Histoire allait devenir l’histoire au sens occidental et normal du grand fleuve sur grand écran des gens tout simplement heureux dans la super-largeur. Encore n’avait-on pas pleinement dans l’idée, le truc de l’épanouissement qui allait s’ajouter tout de suite après : celui du PC, du téléphone portable et du baladeur MP3.

Donc, fini la révolution, fini Babeuf si tu voulais vraiment Babeuf, fini la démocratie dite progressiste à vocation ultra-égalitaire qui était quand même beaucoup trop sévère. Fini le plan (surtout le quinquennal, tellement morfal, tellement vachard), fini l’appartement collectif pour tous, pas cher, pas comme en France en ce moment, mais avec la lunette de WC privée à transporter sur l’épaule quand on voulait y aller et que ça pressait.

Donc vous l’avez compris, le monde, le monde « juste » était fixé, breveté comme il devait dûment l’être dans les esprits : la démocratie c’était la liberté (notamment la libre-propriété, la libre-entreprise) c’était la liberté de dire et d’écouter de la musique. C’était la liberté d’élire aussi, primo, prima, primus ! Tu vois si c’est bien la preuve là qu’on t’invente pas des trucs n’importe quoi !

« Liberté, élections, Etat de droit, libre-entreprise, libre-marché sans distorsions », oui , c’était sans plus chercher le pentalogue sacré de la démocratie épanouie.

C’était, il est vrai, tout autour très mûr déjà pour que ça puisse parfaitement s’admettre, se vouloir, se faire, on peut bien dire en gros que tout le monde a applaudi très fort : on n’imagine pas dix-sept ans plus tard qu’on puisse revenir en arrière, qu’il puisse y avoir l’ombre d’un retour comblé à la vision ante. Le monde après 1990 a d’un coup changé irrémédiablement de paradigme.

Nous marquerons encore, toutefois, pour ceux qui sont lents à comprendre, deux- trois choses fondamentales dans ce mouvement : a/ la sortie absolue du concept « maudit » (criminel selon certains) et supposément contre-performant de l’égalité. b/ le remplacement du « diamat » par une vraie science cette fois complètement garantie et appelée économie libérale. c/ l’idée encore que la fin de l’histoire est en fait en vérité la fin du politique et qu’on n’aurait plus longtemps -avec un peu de chance- à gérer les hommes (à savoir : employer matraques et lacrymos), mais qu’on allait désormais pouvoir gérer les choses (ie agir soft).

 2. On entrait en théorie donc dans un bonheur, un grand calme reposant et plat, bref dans une logique strictement scientifique, non-philosophique, non-intello

 Ho-la ! stop ! halte ! cette image postulée d’un Système global a priori en route pour le bonheur oublie les preuves terriblement contraires que furent ou sont : les Twin Towers, la guerre d’Irak, l’Afghanistan également !

 Ok ! assurément le « trend » commun de tous vers un monde nanti, plus peinard, souffre-t-il quelques regrettables exceptions ! Mais les difficultés, note-le, viennent de la périphérie (d’une certaine périphérie), l’essentiel, l’hinterland, demeure totalement dans le « bon » schéma qu’on t’a indiqué obligeamment supra.

En fait, pour poursuivre la démonstration, ce qu’il faut voir qui fout quand même le camp dans la nouvelle donne, c’est la possibilité même d’une idéologie différente, d’une utopie, d’une alternative politique. Le monde version Larzac, pour ne retenir que cette hypothèse bucolique, somme toute récente, n’est plus un must tellement jouable. Attac a tenté un revival : Sao Paulo, tout ça ! la démo participative, le développement durable. T’as vu aux élections le résultat des écolos, de José et des alter ? M’est avis que c’est pas demain dans l’enthousiasme que tu développeras des phalanstères.

Pour revenir à notre affaire donc, comment pouvait-on lutter contre la machine, sa presse, ses banques, Sciences-po, son blablabla et contre la réalité même, non-éphémère ? En fait, la mondialisation décriée triomphait, elle triomphe, dans une défense sans conteste (si tu prends méthodiquement les chiffres par le haut). Il ne faut pas rester sur le bord de la route, c’est une première leçon, technique. La seconde est éthique, la mondialisation est « enfin » perçue comme la redistribution équitable à l’échelle de la planète, l’abolition des égoïsmes. Chaque chef d’entreprise y devient l’authentique acteur caritatif qu’il pressentait être mais qu’il avait longtemps continué par humilité à ignorer. Ainsi axiomatiquement, et par agrégation, se constitue le monde de la pensée nouvelle.

Et puis, dans cette axiomatique, tu me comprends, y a pas que le Larzac et la mondialisation, y a l’essence propre, y a le moteur. Prends le débat-projet sur l’Université. La nouvelle logique, géniale, c’est que t’as maintenant le projet, sans la lourdeur du débat philosophique, lequel ne progresse jamais en rien et te retarde en tout (Ouais, ce logos-pathos sur les finalités, humaine, démocratique, etc. Pourquoi pas l’ascenseur social pendant qu’on y est.).

Exprimons-le en clair :

a/ La vérité est reconnue d’ordre rationnel. b/ On en sait parfaitement désormais la base économique et gestionnaire. c/ La vérité étant en outre Une, la vérité moderne est forcément unidimensionnelle, il n’y a pas à s’en étonner. d/ La science, la science économique s’entend, a remplacé la politique au haut niveau.

Esthétiquement, bien sûr, pour ceux qui ont un peu de mal à se mettre dans le coup, on voit que ça peut donner incidemment l’idée d’un monde plat tant dans la presse que les médias, et parfois même chez les puissants.

 3 Bravo ! pour le moment, on te le dit, c’est la platitude en politique qu’est le plus sûr

Il est clair que si le champ du politique, défini avec un grand P. comme celui de l’attribution des valeurs et des ressources, est passé entre les mains de la programmation linéaire, il te reste peu de choix pour arriver à t’exprimer pleinement sur quelque chose ayant encore un peu de gueule. Ministricule ou ministre d’Etat t’es condamné au tout-venant. Tu imagines à l’occasion un dispositif sur la sécurité dans les manèges, ou un plan plus large concernant l’alzheimer. Au pire, n’ayant rien d’autre sous la dent, tu demandes une autopsie de l’ourse Frichka.

Dans le politique (la politique veut-on dire, et plus exactement la petite), t’as les rapports relatifs au pouvoir, t’en as le verbe et la cuisine. Là, c’est plutôt le problème de l’opposition, mais c’est pas forcément bon. Le PS a besoin d’exister, il est donc branché sur tous les hits. On a eu la Libye et les contrats malsains (c’était à tel point un dégoût qu’on a vu une lectrice dans Libé demander qu’on rende les infirmières). On a eu les vacances en Amérique, là c’est Mosco qui est monté au créneau, il reste même accroché au rideau. Mosco a du mérite, il travaille en ce moment sur le statut de Cécilia.

C’est peut-être pas idiot, note, il y a à terme les municipales ? Sauf que dans l’immédiat, Sarko se porte bien et même de mieux en mieux (il monte encore dans les sondages, je suppose là-dessus que tu as lu le JDD). Note que Sarko est un cas, on le dit d’autant plus amèrement et franchement qu’on a voté résolument contre lui. En fait, tu te dis que Sarko est peut-être un produit du PS et que sans lui il aurait jamais pu gagner, Sarko en ce sens doit beaucoup à Ségolène.

Un jour on l’aura, ok ok, mais quand ? Nicolas a une sorte de baraka en propre qui ne lui vient pas de l’UMP. Supposons qu’il soit en chute ainsi qu’espéré. Lui ? mais il a son plan B+ : Il nomme Rachida, ou alors c’est Rama Yade, premier ministre, il acquiert toute la banlieue, dès lors Sarkozy est un Peron qui aurait réussi et Cécilia devient l’Evita de toute la nation. "Don’t Cry for Me, Argentina". Ce qui nous en écarte, c’est peut-être le troisième pied qui manque encore dans le mot France.

 4 Le PS réagit. Et là-dessus, Paulo, on te tire notre pauvre conclusion

A quels lointains peut-on encore rêver ? Hum ! le PS réagit, il va bientôt nous dire, on a lu ça dans la presse, le contenu de ses propos. On sent ici qu’on va remonter fortement au paragraphe 2. Les jeunes socialistes sont explicites d’ailleurs, il faut moderniser le PS. Les Echos, La Tribune, Le Figaro l’ont toujours vivement conseillé.

Donc, pour conclure on va te dire notre sentiment en peu de mots. Dans la nouvelle tournure du monde, on se sent presque chanceux d’être franchement pessimistes. Bien sûr on peut toujours se convaincre encore que le pire n’est jamais sûr.

..................................

Les pensées zaz de l’Ocséna

Ocsena, Organisation contre le système-ENA... (et pour la démocratie avancée)
 http://ocsena.ouvaton.org
 ocsena.org@wanadoo.fr



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Fin de l’Histoire, fin de la politique (zaz)
16 août 2007 - 14h57

Un bruit qui court est un mythe errant...
Tout séisme révèle des vérités enfouies, la méthode " tsarko-felonienne" nous fait découvrir à quel point la structure du parti socialiste était vérolée de la base au plafond. Au secours, les termites errants sont de retour !!!! Oasis...oasis...oas... merde y’ a rien ! Putain d’mirage ! Putain d’désert ! Elle est ou la gauche ? Moralité : on a toujours besoin d’une boussole, surtout en politique.
Seuls, d’irréductibles endoctrinés ne s’en étaient pas encore aperçus.
Génial ! Sarko thaumaturge ! Il rend la vue aux aveugles ! S’il te plait Disney moi des mouton de Panurge... ça urge !
Y manquerait plus que les derniers sourdingues se mettent à entendre, et ça va être la mélodie du bonheur.
Sauf que, sa rentrée pourrait très bien ressembler à un bizutage de bruits discordants à faire passer celui des skull and bones pour une danse enfantine. N’oublies pas Nico, bouffer dans la gamelle de l’ogre c’est cracher dans la soupe populaire. Si tu nous ramène ce pantin à la maison, tu le paiera cher !
speed air web.






Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
2 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
9 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

On a voulu, à tort, faire de la bourgeoisie une classe. La bourgeoisie est tout simplement la portion contentée du peuple. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite