Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
4 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite, commenter l'article...

POUR UN DEVELOPPEMENT SOUTENABLE


de : Avec la souris Verte
jeudi 22 avril 2004 - 23h52 - Signaler aux modérateurs

la Souris Verte

 1. SORTIR DU DOGME DE LA CROISSANCE ET DU PRODUCTIVISME

Aujourd’hui, partout, la société est muée par cette permanente course à la croissance. De gauche, comme de droite, libéral, keynésien ou marxiste, tout le monde attend religieusement un retour à la croissance économique. Cette sacro-sainte reprise nous permettra, selon eux, de résoudre tous les problèmes économiques et sociaux du moment : avec la croissance, zéro chômage et tout le monde sera riche et heureux. Alors que la planète entière se shoote à la croissance notre devoir d’écologistes est de nous interroger plus globalement sur les conséquences écologiques d’une telle course à la croissance ? Alors que nous vivons tous sur une planète aux ressources finies quel est le sens de vouloir toujours courir à l’accumulation des biens sans se soucier du véritable pillage écologique que nous sommes en train de commettre ?

Plus généralement, c’est le problème d’une répartition équitable des ressources naturelles qui se pose. Alors que les pays "développés" du Nord surconsomme, le développement des pays du Sud semble compromis. Sur une planète où une ville comme Londres a une empreinte écologique 120 fois supérieure à sa superficie et où 20% de la population mondiale consomme 80% des ressources planétaires, il semble plus que temps de s’interroger sur l’idée d’une justice mondiale.

On peut qualifier, l’équilibre actuel de la planète en citant Pierre Rabhi « cinq hommes autour d’une table, avec cinq pommes. Le premier prend quatre pommes et laisse le cinquième aux autres. Parmi eux, l’un prend la moitié de la pomme qui reste, un deuxième un quart, et les deux derniers vont se partager inéquitablement le quart restant. Voilà l’état du monde. ». René Dumont, père fondateur de l’écologie politique française, dans son livre "l’utopie ou la mort", cite un économiste capitaliste : « de toute façon, les habitants de la planète Terre ne sont pas tous aussi voraces que les Américains » et commente ainsi « Hé oui ! Heureusement qu’ils ne sont pas aussi voraces ! ».

Le mouvement altermondialiste est aujourd’hui animé de la volonté de changer le monde et son injustice. Pour cela il nous paraît urgent de ne pas s’enfermer dans des schémas avec comme unique ligne directrice le plein emploi et la production pour satisfaire chacun des êtres humains. Alors qu’un mouvement mondial se met en place pour réclamer l’abolition de la dette financière des pays du tiers-monde, il est grand temps de se tourner vers les pays du Nord pour réclamer le paiement de leur "dette écologique". Aujourd’hui pour construire une mondialisation juste, il faut diviser par quatre l’espace écologique occupé par les pays du Nord !

Cette situation est bien issue de plusieurs siècles d’un régime capitaliste et productiviste centré sur la course à l’accumulation. Nous payons les conséquences de ce capitalisme sauvage dont nous sommes tous complices et les solutions alternatives à l’injustice de ce développement ne pourront que se faire en dehors du capitalisme. Mais ne nous trompons pas, derrière ce capitalisme, c’est l’idéologie productiviste dominante qui est la cause de la ruine de la planète. Le productivisme marxiste est lui aussi dirigé vers un toujours plus d’accumulation. La construction d’un autre mode de développement dépasse de très loin la question de la propriété des moyens de production et de la répartition des richesses produites. Comme l’explique Guy Roustang, « l’opposition capitalistes - travailleurs n’est plus déterminante. En effet, à supposer même que la production soit répartie équitablement entre le capital et le travail, la question de l’orientation de la production se poserait de manière tout aussi cruciale. » La véritable question est alors : pourquoi et comment produit-on ?

La contestation de la croissance économique est un fondement de l’écologie politique. Il n’est pas de croissance infinie possible sur une planète finie. Alors que les écologistes ont montré depuis plusieurs décennies, que nos modes de vie étaient catastrophiques face a l’approche de la finitude des ressources naturelles de la planète, l’urgence est là.Nous, écologistes, proposons un nouveau mode développement soutenable ayant pour volonté de créer une véritable justice mondiale face à l’utilisation des ressources planétaires et sortant des schémas productivistes imposés jusqu’ici.

 2. VERS UN DEVELOPPEMENT SOUTENABLE

Pour sortir du « mal-développement » actuel, peut-on se contenter du développement durable tel que proposé dans le Rapport Bruntland et médiatisé au Sommet de la Terre de Rio de 1992, stipulant qu’est durable un développement se situant à l’intersection des trois sphères économiques, sociales et environnementales ? Bien que conscients que cette définition consensuelle est issue d’un rapport de force entre les chantres du productivisme (qu’ils soient néoclassiques ou keynésiens) et les partisans de l’écologisme, le Forum des Jeunes Verts ne peut se contenter d’une conception aussi faible et peu ambitieuse ne sachant ni rompre avec l’économisme ni remettre l’homme au centre de préoccupations de la société.

Même si l’on admet qu’elle représente un progrès certain, la définition du développement durable porte en elle les germes de sa nécessaire évolution tant elle reste inaboutie. Sa faille principale : elle ne fixe aucune priorité entre le social, l’économique et l’environnement, c’est-à-dire aucune priorité entre un objectif, l’homme et le vivant, et un moyen pour y parvenir, l’économique. Cette absence totale de hiérarchisation entre finalité et instrument transforme un concept d’espérance en un simple affichage de bonnes volontés politiques et en un saupoudrage de mesures sociales et environnementales dans une économie triomphante. Soumis par ce biais à toutes les récupérations de la pensée unique économiste, le développement durable doit entrer dans une seconde phase de son existence, celle de la soutenabilité, prochaine étape vers une conception forte et véritablement écologiste du développement. Ainsi, l’adjectif « durable », ne mettant en avant qu’une notion de temps, laissera la place au terme « soutenable », contenant les notions de finitude, d’acceptabilité et de réversibilité.

Pour parvenir à cette évolution radicale du développement et permettre ainsi son passage de la « durabilité » à la « soutenabilité », il est indispensable de s’appuyer sur un principe de base : un sous-système ne peut réguler un système qui l’englobe. En d’autres termes, « la régulation du tout, le vivant, ne peut être effectuée, à partir du bas, par un niveau d’organisation, l’économie, inférieur agissant selon ses propres finalités ». L’économie est incluse dans la société, elle-même incluse dans la biosphère ; ainsi le marché - qui n’est d’ailleurs qu’un constituant parmi d’autres de l’économie - ne peut valablement prétendre imposer son mode de fonctionnement à tous les niveaux du réel . Seule une organisation contrôlée à tous les niveaux par les ressources humaines peut prétendre satisfaire cette dernière.

Ainsi, nous définirons concrètement par développement soutenable, à l’instar de René Passet, « un phénomène complexe - à la fois quantitatif, qualitatif et multidimensionnel - respectant les mécanismes régulateurs des sphères humaines et naturelles dans lesquelles il s’accomplit ». Le développement soutenable a comme objectifs un mieux-vivre des populations humaines et une pérennité des systèmes écologiques assurant le renouvellement de notre environnement. Afin de transmettre un monde viable aux générations futures, toute activité humaine doit se situer dans les limites de capacités de régénération des cycles biogéochimiques, c’est-à-dire respecter la capacité de charge de l’écosystème. Il en résulte que les Jeunes Verts se doivent de prôner la décroissance là où c’est nécessaire et la croissance là où c’est possible et souhaitable. Bien sûr, un développement ne saura se qualifier de soutenable s’il ne s’établit pas dans une démocratie.

Loin de nous, donc, l’économisme ambiant, confondant objectifs et moyens ! l’économique n’est qu’un instrument, et non une priorité, au service de l’humain dont les finalités lui sont bien supérieures. Le développement soutenable ne doit d’ailleurs pas être vu comme une finalité en soi, ni un nouveau dogme, mais bien plus comme un cadre évolutif, non unique, permettant d’assurer, tant aux niveaux intra qu’intergénérationnels, une justice locale et mondiale, un partage équilibré des richesses et des ressources naturelles, la solidarité et l’autonomie, ainsi que l’épanouissement personnel.

 3. ...DANS LES PAYS DU NORD

Pour sortir de l’impasse du développement productiviste des pays du Nord, quatre pistes interdépendantes sont avancées : casser le triangle production-emploi-consommation, construire une économie plurielle, s’acheminer vers la décroissance matérielle et redéfinir la notion de richesses et d’activités humaines.

Casser le triangle production-emploi-consommation

Pour pouvoir fonctionner, le système socio-économique a besoin d’une armée de consommateurs se gavant de la surproduction de la machine économique. Afin de fournir aux petits soldats les munitions pour consommer, il faut alors viser le plein emploi, lui-même permettant d’atteindre toujours un plus haut niveau de production, dégageant un surplus appelant à la consommation etc.. Le système, dont nous sommes tous partie prenante, repose sur une marche en avant infernale autour du triptyque production-emploi-consommation. C’est ce cercle vicieux que nous devons nous efforcer de casser en ayant une réflexion globale sur les richesses, l’activité humaine, l’économique et la décroissance matérielle.

Comptons les vraies richesses, redéfinissons la notion d’activités La richesse ne peut et ne doit pas être considérée comme résultant de la valeur d’échange marchande résultant de la simple application de loi de l’offre et de la demande, reposant sur le désir et la satisfaction personnelle. Il est grand temps de reconsidérer la richesse en la basant aussi sur l’utilité sociale, le don et le débat politique. En d’autres termes, il est temps de mettre fin à la suprématie de la richesse marchande sur toutes les autres richesses. Le bénévolat, l’échange gratuit ou la qualité de l’environnement sont des richesses tout aussi importantes qu’il nous faut prendre en compte dans le calcul du bien-être d’une population. Cette redéfinition de la richesse passe, entre autres, par la fin de la dictature du PIB et l’utilisation d’indicateurs alternatifs mesurant la santé, l’(in)sécurité sociale, la biosphère, les activités non productives, ....

A cette redéfinition des richesses est corrélée une autre problématique : la redéfinition de l’activité humaine. Il faut en finir avec la valeur travail comme valeur centrale de la société indispensable au fonctionnement du productivisme. Du système éducatif à l’organisation de la sécurité sociale, l’homme est perçu principalement dans sa fonction de travailleur productif. Le panel des activités humaines est bien plus large que cette réduction grossière et doit entendre outre les activités productives : les activités associatives, les activités artistiques, les activités politiques et les activités familiales.

Cette définition étendue de l’activité entraîne deux conséquences majeures : la réduction du temps de travail afin de redistribuer les temps de l’activité humaine et la fin de l’objectif de plein emploi, au sens où on l’entend aujourd’hui, afin de dissocier richesse et travail.

Pour une économie plurielle

L’économie ne doit pas être simplement ramenée à sa dimension marchande. Se basant sur la redéfinition des richesses et de l’activité et des finalités du développement soutenable, il est temps d’introniser l’économie plurielle composée de :

 l’économie publique capable d’investissements lourds et répondant à des intérêts d’utilité collective, sociale et écologique.

 l’économie marchande est une source d’innovations et d’initiatives individuelles. Elle s’adresse à une clientèle solvable pour des biens et services ne relevant pas de nécessités premières. Elle est en outre fortement régulée et encadrée et s’oriente vers une éco-économie basée sur les services, l’informationnel et le relationnel.

 l’économie sociale et solidaire : autrement dit, un tiers secteur échappant tout aussi bien à la logique du capital comme à celle de l’Etat et permettant de développer le secteur associatif, coopératif ou mutualiste.

 l’économie distributive assurant une redistribution des richesses et, entre autres, le versement du revenu d’existence à tou-t-es.

La décroissance matérielle du Nord

Afin de rogner un des angles du triangle et ainsi dissocier la conception du bien-être de la possession marchande, diminuer la charge de nos ponctions sur l’écosystème et permettre une plus grande justice mondiale, les Jeunes Verts soutiennent la décroissance matérielle des pays du Nord. Cela passe par une réduction de notre consommation personnelle en biens matériels et en énergie. Il faut aussi remettre sur le devant de la scène la communauté de biens et la possibilité ainsi de partager des biens de consommation. Une machine à laver ou un frigidaire pour cinq ménages apportent les mêmes services que cinq machines à laver ou cinq frigidaires individuels. Face à la société de surconsommation, osons la société de la sobriété et de l’épanouissement personnel !

 4. ... ET DANS LES PAYS DU SUD

Le développement des pays du sud tend à suivre une ligne de conduite présentée comme salvatrice par les pays du nord. Cette ligne de conduite ne semble pourtant pas atteindre son objectif d’offrir un « mieux-vivre » dans les pays du sud. Au contraire, ce sont plutôt les pays du nord qui en tirent le plus profit.

Ainsi, dans le secteur agricole par exemple, les engrais chimiques, les pesticides et autres insecticides, ont permis, il est vrai, d’obtenir de très bons rendements, comme l’avaient prédits les pays producteurs de ces produits. Cependant, l’utilisation intensive et répétée de tels produits chimiques recommandés, a pour conséquence de détruire la richesse des sols et donc de compromettre l’avenir des générations futures. Un autre exemple est trouvé dans le secteur de l’éducation. La science venue du nord est enseignée en tant qu’ultime explication de tout. L’absence d’adaptation de l’enseignement, selon les besoins et les modes de pensée locaux, provoque un déracinement culturel et uniformise la vision du monde et de son fonctionnement.

D’un point de vue plus général, ce sont les mentalités des populations du sud qui n’empruntent pas le bon chemin. Omnibulées par le modèle représenté par le nord, à savoir celui de la prospérité et de l’individualisme, les populations du sud tombent dans la recherche perpétuelle du profit, par tous les moyens et quelles que soient les conséquences, sociales ou environnementales. C’est ainsi que l’on assiste à des spectaculaires détournements d’argent, chose courante dans de nombreux états (et en particulier les états africains), qui constituent un véritable « frein » à l’amélioration des conditions de vie au sud.

Un grand changement doit s’opérer au sein des pays du sud. Et comme le dit Emmanuel N’Dione, spécialiste du développement de l’Afrique : « changement ne signifie pas forcément rupture. Au contraire, il peut résulter de la redécouverte de valeurs ou de pratiques mises en péril par la modernisation et l’idéologie [actuelle] du développement ». Concrètement, et pour reprendre les exemples précédents, l’application de ce changement dans le secteur agricole impliquerait un retour à des pratiques oubliées, respectueuses de la terre et du renouvellement de sa fertilité, dans le but de produire pour consommer localement, et non pour exporter. L’éducation, quant à elle, se doit de s’ouvrir à tous pour réduire les inégalités sociales, et laisser place aux influences culturelles propres à chaque pays ou région, ce qui implique de former des enseignants issus de la population d’origine.

C’est bien là la marche à suivre : rien ne sert d’apporter des solutions toutes faites ; il faut apprendre à les trouver et à les mettre en place localement. Le développement des pays du sud doit être mené au profit de la communauté. Il ne s’agit pas de s’isoler, mais de briser l’aspiration des peuples du sud à suivre la voie indiquée par les pays du nord qui ne peut être que désastreuse sur les plans environnemental et social, à l’échelle mondiale, et qui, c’est certain, ne peut être la voie du « mieux-vivre ».

 5. POUR PARVENIR AU DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, LE REFORMISME RADICAL

Nous sommes conscients que nous proposons une société radicalement différente de celle dans laquelle nous vivons aujourd’hui. C’est un but à long terme que nous nous fixons et nous ne comptons pas sur le mythe du grand soir pour y parvenir mais bien plus sur une logique d’évolution lente de nos modes de vie. Nous nous engageons pour cela dans un processus de réformisme radical. Tout en gardant à l’esprit la société que nous souhaitons construire à l’avenir, nous nous efforçons d’agir dans toutes les sphères de la société pour la faire changer au jour le jour. Il n’y a pas de petites mesures et le réformisme que nous appliquons ne se suffit pas à lui-même mais est guidé par les grands principes radicaux énoncés dans ce texte.

CE REFORMISME RADICAL PASSE PAR :

 sur le court terme  : l’économique qui permet d’orienter les choix de consommation et l’allocation des ressources. Les écotaxes, par exemple, sont de puissants outils privilégiant un type de consommation au détriment d’un autre.

 sur le court et moyen terme, ’action politique, à tous les niveaux et à travers les lois, les grandes décisions stratégiques en termes de production et de structuration de la société.

 sur le long terme, un changement de mentalité que l’on peut obtenir par l’éducation populaire ou l’école mais aussi par nos modes de vie et comportements personnels. Par exemple, le pouvoir du changement est aujourd’hui détenu en grande partie par les consommateurs qui deviennent ainsi des acteurs politiques. Le refus d’acheter ou la volonté de consommer citoyen sont autant d’actes de désobéissance civile et politique pouvant faire vaciller l’idéologie productiviste.

Persévérer obstinément dans l’application du dogme capitaliste productiviste ne peut qu’amener une crise mondiale portant atteinte à tous sans exception. Il est grand temps de remettre l’homme et son environnement au centre des préoccupations et de se diriger vers un développement soutenable permettant son épanouissement sans compromettre celui de ses descendants.

 Position votée lors de la coordination fédérale de la Souris Verte / Forum des Jeunes Verts du 20-21 décembre, 2002

http://sourisverte.org/

http://sourisverte.org/article.php3...



Imprimer cet article





UN PNEU MON’NVEU...
vendredi 3 - 12h36
de : Mickael Wamen
la Défense russe réagit aux articles critiquant l’aide de Moscou à l’Italie !
vendredi 3 - 11h58
de : JO
LQR : La propagande du quotidien
vendredi 3 - 09h37
de : Ernest London
Journal de confiné (2).
jeudi 2 - 22h04
de : L’iena rabbioso
Masques : les preuves d’un mensonge d’Etat
jeudi 2 - 18h55
de : Yann Philippin, Antton Rouget et Marine Turchi
CORONAVIRUS : PAS DE CONFINEMENT POUR LES FRAIS BANCAIRES ...
jeudi 2 - 15h11
de : Mickael Wamen
Covid-19 des médecins Cubains en Bretagne ?
jeudi 2 - 13h06
de : Gael
Le jour d’avant, C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 2 - 10h28
de : Hdm
1 commentaire
Exemplarité et police : Se (re)tenir ou se lâcher !
mercredi 1er - 19h51
de : Christian DELARUE (MRAP)
Des nouvelles de la région rennaise
mercredi 1er - 18h12
de : jean1
CORONAVIRUS, RIEN N’EST TROP GROS POUR LA CLASSE ORDURIÈRE...
mercredi 1er - 17h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Coronavirus : Mais nous(La CHINE) on voit clair, HEIN/HEIN !
mercredi 1er - 14h46
de : JO
1 commentaire
Journal de confiné (1).
mercredi 1er - 12h09
de : L’iena rabbioso
Aérien, grande distribution, courrier, transports, les salariés tombent comme des mouches
mercredi 1er - 08h02
Bâtiment et construction : la Ministre, le patronat , les ouvriers, les syndicats.
mardi 31 - 22h49
de : Ch DELARUE
Survivre au virus : une méthode anarchiste
mardi 31 - 18h59
de : jean1
1 commentaire
Coronavirus aux Etats-Unis : Incroyable mais vrai, la Russie envoie des équipements médicaux !
mardi 31 - 13h37
de : JO
Crise sanitaire - Les derniers billets d’humeur d’un médecin urgentiste !
lundi 30 - 16h24
de : JO
2 commentaires
Mesures de confinement : les contrôles de police ne doivent être ni abusifs ni violents ni discriminatoires
lundi 30 - 13h35
de : la LDH
3 commentaires
CORONAVIRUS : LECLERC-VOYANT...
lundi 30 - 13h18
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Certains et certaines sont "au front de l’essentiel"
lundi 30 - 12h49
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Double peine pour la banlieue (video)
lundi 30 - 11h33
de : azard
1 commentaire
Les conditions idéales
lundi 30 - 11h15
de : UJFP via JYP
1 commentaire
Pour combattre le Covid-19, il faut des mesures radicales et un choc de solidarité !
lundi 30 - 08h56
ENORME Coup de Gueule du Dr Christophe Prudhomme vs un pitoyable C. Barbier Chien de Garde de Macron (video)
lundi 30 - 00h21
de : Jean REX
2 commentaires
Sauvez-nous du coronavirus Covid 19 avant que nos cellules ne se transforment en tombeaux !
dimanche 29 - 22h00
de : Jean Clément
Post-pandémie : refusons 40 ans de thatchérisation du monde !
dimanche 29 - 18h54
de : Christian DELARUE
En cours de tournage "Soigne et créve" (video)
dimanche 29 - 16h47
de : Mourad Laffitte
Incroyable mais vrai, Ian Brossat rend hommage à Patrick Devedjian...
dimanche 29 - 15h16
de : Raphael Da Silva
4 commentaires
La haine des riches (video)
dimanche 29 - 14h53
de : jean1
2 commentaires
Coronavirus : hors de la Chine, point de salut ?
dimanche 29 - 12h44
de : Jean-Marc ADOLPHE
1 commentaire
CORONAVIRUS : LE FRIC C’EST CHOC !
dimanche 29 - 12h25
de : Mickael Wamen
La Russie dévoile son médicament pour traiter le coronavirus
dimanche 29 - 11h54
COVID-19 : la loi organique d’urgence empêche-t-elle les recours devant le Conseil constitutionnel ?
dimanche 29 - 09h57
de : Tam Tran Huy
1 commentaire
Dans les favelas du Brésil, des habitants s’organisent pour freiner la progression du Covid-19
dimanche 29 - 08h46
Difficulté du confinement dans le mal-logement.
dimanche 29 - 00h00
de : Christian DELARUE (co-psdt INDECOSA 35)
Etats-Unis : Refusé de traitement, un adolescent décède du coronavirus (video)
samedi 28 - 18h08
de : JO
COVID-19 : LA COLÈRE MONTE CONTRE LES INCOMPÉTENTS ! (video)
samedi 28 - 17h56
de : Le Média
2 commentaires
CORONAVIRUS:Cuba, Venezuela : Pourquoi ces deux pays Socialistes démontrent leur supériorité au capitalisme ?
samedi 28 - 17h34
de : JO
Coronavirus : Les médecins Cubains seront autorisés d’aller en Martinique !
samedi 28 - 17h15
de : Serge Bilé
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
4 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite