Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le petit comédien, de Melfi à Berlin


de : Collectif Bellaciao
dimanche 2 mai 2004 - 16h50 - Signaler aux modérateurs

Une famille ouvrière du nouveau Sud immatriculé Fiat, entre équipes de nuit et grèves. Et la grande occasion du cinéma, avec un fils engagé pour un film de Salvatores. Expériences et rêves des parents de Giuseppe, qui interprète Michele dans "Io non ho paura" (Je n’ai pas peur : NdT). En voyage en Italie et en Europe, comme cela n’était jamais arrivé auparavant. Et la découverte d’un enfant capable d’une grande autonomie et maturité même dans sa vie familiale normale.

de ANTONELLO CATACCHIO

Vittorio est un des ouvriers du thermodestructeur Fenice. Donata, sa femme, travaille à la Sata, elle vit donc directement l’expérience des équipes de nuit et des repos ficelés pour être exténuants. Ils veulent, ainsi que leurs collègues, que des droits et des salaires analogues à ceux des autres établissements Fiat leurs soient reconnus. Les divisions syndicales les rendent perplexes. Les charges de la police les ont effrayés. Ils participent aux piquets de grève. En somme, ils sont deux des nombreux ouvriers qui sont en train de vivre le moment chaud de Melfi, petite ville de la Basilicate arrivée de façon inattendue à la une des journaux grâce à l’attitude de Fiat. Parce que il s’agit de leur ville et de leur réalité. Et Vittorio et Donata, comme on le disait, sont un couple. Avec deux enfants à charge, l’un de quatorze et l’autre de cinq ans. C’est Donata qui parle et qui dit que "elle a cru opportun de participer à chaque grève. Mais ce n’est pas comme ça qu’on peut continuer, ils ne nous respectent pas et la chose est devenue un peu dure. De toute façon pour moi c’est juste, aussi en tant que mère, parce qu’on ne doit pas perdre nos droits. Ce sont des droits pour lesquels les grands parents et les parents ont tant fait et nous sommes en train de les perdre." Une vision qui lie ensemble les générations, le passé, le présent et l’avenir. Donata raconte les menus problèmes quotidiens qu’elle, comme beaucoup d’autres, vit depuis des années en relation avec les équipes de nuit. Qui signifient le bouleversement des rythmes de vie pendant deux semaines, la difficulté de récupérer ensuite les rythmes normaux, "parfois on doit faire appel aux anxiolytiques. Mais pourquoi faut-il les faire pendant deux semaines -se demande-t-elle- cela change quoi si on fait une semaine équipe de jour et une de nuit ?" C’est une question sans réponse. La réponse ne pourrait venir que des patrons.

En parlant de ces choses, Donata tient à préciser aussi comment ces équipes sont articulées, quand intervient le repos, l’horaire etc., en espérant toujours que quelques améliorations arrivent après tant de promesses jamais tenues. Quand Donata arrête de travailler avec l’équipe de nuit et rentre chez elle, elle trouve la famille à peine réveillée, doit "envoyer les enfants à l’école et ensuite aller dormir. Mais ce n’est pas facile. Tu dois t’habituer et quand tu es habituée tu changes d’équipe à nouveau et ainsi tu n’as plus sommeil une nouvelle fois. Je préfère travailler 12 heures en journée plutôt que faire ces équipes". Espérons nous qu’on ne la prenne pas au mot, pour sa première affirmation. Jusqu’ici l’expérience de Donata et de Vittorio ressemble à celle de tant d’autres travailleurs de la zone de Melfi. Mais il y a deux ans, en été, il leurs est arrivé quelque chose de décidément inhabituel "une expérience soudaine et belle qui nous a donné plus d’harmonie et d’espoir. Elle nous a mis de bonne humeur, nous a offert des émotions différentes de la routine habituelle".

Protagoniste

Voila l’expérience : leur fils ainé, Giuseppe, a été choisi pour être le protagoniste du film Io non ho paura de Gabriele Salvatores, adapté et tourné entièrement dans la zone. Parce que Nicolo’ Ammaniti, dans son roman et dans son scénario du film, a imaginé son histoire précisément dans ces lieux. L’histoire d’un enfant séquestré, enfermé au fond d’un puits et trouvé par hasard par un autre enfant du même âge qui, désobéissant aux ordres de sa famille, arrive à la fin à le sauver. Décors d’été, grande chaleur, avec les champs de céréales à perte de vue, les enfants qui jouent durant les vacances et une histoire terrible qui plane. Mais le paysage est celui de la campagne qui semble contredire la nouvelle réalité de l’usine. Mais le cinéma est fiction.

Pour Vittorio, Donata et la famille toute entière commence ainsi une aventure complètement nouvelle et imprévisible. Jusque là ils n’avaient pas eu beaucoup d’occasions pour se déplacer. Certes, il y avait eu cette fois où ils avaient dû aller à Turin pendant quelque temps, parce que Vittorio avait dû s’installer dans la capitale de la Fiat pour suivre un cours interne à l’entreprise. Maintenant, au contraire, les possibilités de mettre le nez dehors de la zone, même en faisant des sauts périlleux pour les permissions et les congés, augmentent remarquablement. Il s’agit d’un film important, appelé aussi à représenter le cinéma italien à l’étranger. En effet, la première sortie du film est à Berlin, au festival du cinéma, où le film est présenté pour la première fois en absolu. Personne ne l’a encore vu. L’attente est forte. Y compris celle de la famille de Giuseppe, qui part pour l’inédit voyage en avion vers le Nord, en laissant le plus petit au village. A l’aéroport de Tegel une voiture les attend pour les amener tous les trois dans un hôtel cinq étoiles. Mais la famille ne doit pas s’inquiéter pour l’addition, ils sont les hôtes du festival. Après il y a la projection officielle au Berlinale Palast. Quoiqu’il soit à quelques pas, une voiture embarque la délégation pour l’amener devant l’imposant palais avec des portes et des fenêtres vitrées constellées d’ours, symbole de la ville et du festival. Et là, devant un tas de gens qui viennent des quatre coins du monde, Giuseppe remplit l’écran en tant que protagoniste. A la fin du film le public applaudit, mais en famille les larmes coulent à flots.

"A cause de mon travail, je n’avais pas pu suivre ce qui était fait sur le plateau, je n’avais vu que quelques prises de vue - raconte Donata - et quand j’ai vu le film complet je n’ai pas pu résister à l’émotion. Cela a été une nouveauté pour moi, je ne m’y attendais pas. J’étais émue par la trame, par le fait que dans le film Giuseppe agit pour sauver un enfant séquestré et je me suis sentie sa mère et je me demandais où j’avais été tandis que mon fils faisait tout cela". Une espèce de court-circuit entre réalité et fiction. Donc des larmes. De joie, d’émotion, de satisfaction. Mais ce n’est pas fini, parce qu’il y a la conférence de presse, avec les journalistes internationaux rangés devant une table où s’assoient le réalisateur, les producteurs, le scénariste et les interprètes, y compris Giuseppe. "Cela a été le moment où j’ai eu le plus peur - avoue Donata - je craignais que Giuseppe n’arrivât pas à contrôler la situation, je l’ai même dit à ceux qui s’occupaient du film, "vous devez le préparer". Au contraire, ils m’ont répondu que non, que Giuseppe devait ’être spontané et dire ce qu’il se sentait de dire’. En effet, tout s’est bien passé et je me suis sentie fière, parce que lui aussi a fait tant de sacrifices avec nous, parce que les parents qui travaillent ainsi ne peuvent pas passer assez de temps avec leurs enfants. Parfois c’est Giuseppe qui doit s’occuper de son petit frère et alors tu te rends compte qu’il y a des résultats, qu’il sait être autonome".

Voyage dans un autre monde

L’expérience berlinoise a été comme "un voyage dans un autre monde, une fable où on voit des choses différentes de celles que nous voyons dans le monde où nous vivons depuis toujours, cela a été la première fois que nous nous sommes rendus à l’étranger, nous étions dans un hôtel avec les acteurs et un tas de personnes. Dehors tout était propre, pour parler nous devions nous faire comprendre par gestes parce que nous ne connaissons pas l’allemand", raconte Donata, encore extasiée par cette expérience, qui a été suivie par d’autres dans différentes villes italiennes. " Nous aimerions voyager - ajoute-t-elle - connaître d’autres gens, faire d’autres expériences et pour cela, quand nous en avons eu la possibilité, nous avons toujours essayé de suivre Giuseppe à Bologne, à Rome, même si pour le faire nous avons dû batailler pour changer les tours et les repos. Aussi avec nos collègues cela a été beau, ils étaient contents eux aussi de cette histoire, parce qu’au fonds tu passes plus de temps avec eux qu’avec tes enfants et donc se crée une sorte de fraternité. Nous avons eu beaucoup de chance, mais tu dois penser au lendemain avec de la force de volonté. Parce que notre vie est une autre, ce sont les équipes, le travail, la famille. Voila notre réalité à présent, peut-être un jour je changerai de travail, il faut comprendre comment arrivent les belles choses, mais je ne peux pas me monter la tête. Après parfois tu rêves les yeux ouverts... si demain Giuseppe avait une occasion...mais tu le rêves, comme s’il s’agissait de gagner à la loterie".

Il Manifesto

Traduit pour Bellaciao par Karl et Rosa

02.05.2004
Collectif Bellaciao



Imprimer cet article





A Lyon, la grève se durcit chez General Electric
mardi 24 - 17h36
La Commission européenne met fin aux indemnités de licenciement en Belgique avec une trouvaille juridique
mardi 24 - 09h54
de : Bruno Schmitz
Etats-Unis : Même les morts chez les Pauvres sont encore trop chers !
lundi 23 - 14h59
de : joclaude
1 commentaire
ISLAM, MUSULMAN, VOILE : Pas d’essentialisme, mais triple critique maintenue
dimanche 22 - 23h24
de : Christian Delarue
6 commentaires
Acte 4 des Sans-Papiers : Liberté, Egalité, Papiers !
dimanche 22 - 16h43
Non à l’acharnement contre Jean-Marc Rouillan
dimanche 22 - 16h36
de : CNT relations medias
Les Gilets Jaunes et la loi Sécurité Globale (Video) !
dimanche 22 - 14h49
de : joclaude
Racisme post-colonial et intégrismes religieux (I)
vendredi 20 - 22h20
de : Christian Delarue
1 commentaire
Appel aux autorités françaises à favoriser la paix au Haut-Karabakh
vendredi 20 - 20h47
de : Christian Delarue
La communauté internationale doit assurer l’exercice du droit à l’autodétermination du Peuple sahraoui
vendredi 20 - 20h39
de : Christian Delarue
Stop EDF Mexique refusons la transition énergétique coloniale !
vendredi 20 - 18h33
de : AMASSADA
L’EMPRISE, un concept critique de l’intégrisme
vendredi 20 - 17h19
de : Christian Delarue
2 commentaires
Communiqué de presse de la C.G.T.
jeudi 19 - 15h41
de : joclaude
Médicos cubanos - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 18 - 21h33
de : Hdm
Contrôles ciblés à Pôle emploi pendant le confinement
mercredi 18 - 19h16
LES ANGLES MORTS DE CLÉMENTINE AUTAIN
mardi 17 - 20h24
de : Christian DLR
5 commentaires
Voté au Sénat : Recul de l’âge légal de la retraite à 63 ans !
mardi 17 - 15h02
de : joclaude
2 commentaires
Marwan Muhammad, une plateforme inclusive des intégristes musulmans
lundi 16 - 20h32
de : Christian Delarue
7 commentaires
Contre la loi de "sécurité globale"
lundi 16 - 17h19
de : CNT relations médias
« La faiblesse de la croissance impose la sortie du capitalisme »
lundi 16 - 15h59
Crise du coronavirus aux États-Unis. 90 000 emplois supprimés dans le secteur aérien
lundi 16 - 15h22
de : nazairien
partage avec Edgar Morin
lundi 16 - 09h26
de : jean1
3 commentaires
MRAP :Menaces sur les droits et les libertés : la protestation monte
lundi 16 - 09h21
de : Christian Delarue (CN du MRAP)
La pudeur ou l’enfermement des religions abrahamiques
dimanche 15 - 13h59
de : Christian Delarue
1 commentaire
ICEBERG RACISTE et INTEGRISME
samedi 14 - 19h41
de : Christian Delarue
3 commentaires
Bolivie : Discours du vice président David Choquehuanca pour l’investiture du président Luis Arce
samedi 14 - 15h29
de : nazairien
Mickaël Wamen : Ce qui se passe chez Bridgestone, c’est exactement le scénario qui était écrit d’avance.
samedi 14 - 13h22
de : Mickaël Wamen
Comment l’épidémie de Covid-19 est redevenue "hors de contrôle" en Italie
vendredi 13 - 17h43
de : nazairien
5 commentaires
J.L. Mélenchon : Je veux éradiquer la pauvreté !(video)
vendredi 13 - 14h36
de : joclaude
Loi liberticide
vendredi 13 - 11h33
de : pierrot
COVID 19:Voici le lien afin de visionner le film documentaire "Hold up"
vendredi 13 - 11h32
de : joclaude
J.L.Mélenchon : son côté Humaniste ne le quitte pas !
vendredi 13 - 11h08
de : joclaude
2 commentaires
Point sur le Covid-19 : « Les aides financières aux commerces ne font que décaler les faillites »
jeudi 12 - 17h05
de : joclaude
1 commentaire
La laine de verre
jeudi 12 - 00h52
de : jy.D
L’avidité au temps du covid - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 11 - 19h38
de : Hdm
Covid-19 : l’activité partielle rétablie pour les personnes vulnérables
mercredi 11 - 15h11
MACRON MET LES LYCÉENS AU GARDE-À-VOUS
mercredi 11 - 10h40
de : joclaude
Affaire Vincenzo Vecchi : nouveau pourvoi en cassation pour extrader le militant italien, installé dans le Morbihan
mercredi 11 - 10h26
France : avec un coût salarial de 185 millions d’euros, le gouvernement Castex est le plus cher de la Vème République
mercredi 11 - 09h56
de : jean1
Amérique Latine, ce n’est pas l’empire qui gouverne !
mardi 10 - 16h44
de : joclaude
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite