Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
de : snesup
mercredi 3 septembre 2008 - 13h28 - Signaler aux modérateurs
14 commentaires
JPEG - 23.4 ko

Occupation de tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.

Ne plus former les enseignants est une cata même si les IUFM n’étaient pas le Pérou !

appel du SNESUP


Nuit des IUFM, jeudi 4 septembre enseigner est un métier qui s’apprend

Au moment où le gouvernement entreprend une déconstruction de la formation des enseignants, en laissant croire à une revalorisation du métier par un recrutement au niveau master, le SNESUP lance une « Nuit des IUFM » le jeudi 4 septembre pour assurer la promotion d’une formation professionnelle de qualité imbriquant les dimensions disciplinaires, didactiques et professionnelles pour les enseignants : enseigner est un métier qui s’apprend.

Dans chaque IUFM, seront organisées des actions diverses pour informer les personnels, les usagers, partenaires de l’Ecole (parents d’élèves, élus locaux…), préparer les Etats généraux de la formation des enseignants du 4 octobre, en rédigeant des propositions concernant à la fois les formations et les concours.

Cette première journée de mobilisation s’inscrit dans le cadre des jeudis d’action de la FSU. Les formateurs mettront tout en œuvre, avec les personnels de tout statut et les usagers, pour défendre et promouvoir le savoir faire et l’expertise des équipes de formateurs des IUFM.

L’intégration des IUFM à l’université ne devrait en aucun cas conduire à la disparition d’une structure spécifique pour la formation des enseignants. Cette structure, tout entière consacrée à cette mission, constitue une garantie majeure de l’égalité de l’accès à une même formation dans un cadre national et de manière identique sur tout le territoire.

Ainsi la formation des enseignants de la République restera une prérogative de l’Etat avec les garanties d’indépendance et de financement que cela entraîne.

Le SNESUP est attaché à

 un recrutement par concours nationaux de fonctionnaires d’Etat,

 une formation professionnelle de tous les enseignants qui doit être fortement ancrée dans la Recherche,

 un cadrage national des masters réellement professionnalisés,

 un accès démocratique aux métiers de l’enseignement qui suppo se des allocations pour tous les étudiants ou des pré-recrutements,

 des équilibres entre les aspects disciplinaires, didactiques et professionnels de la formation,

 des structures de formation équitablement réparties sur le territoire,

 des équipes pluri-catégorielles de formateurs

Nous invitons les journalistes à participer à ces journées et à s’en faire largement l’écho.

Paris, le 27 août 2008

http://www.snesup.fr/navigation/gen...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
3 septembre 2008 - 13h54

Les IUFM n’étaient effectivement "pas le Pérou" :

 le dogme pédagogiste instrumentalisé pour harceler - et licencier ! - des professeurs stagiaires a causé de grands dégats dans les promotions IUFM, et les IUFM ont su jusqu’à leur mise à mort aujourd’hui être des outils du pouvoir au service de la casse du service public d’éducation.

 Les doctrines fumeuses des pseudo-sciences de l’education et l’ideologie pédagogiste ont contribué à transformer les conditions d’enseignement, de manière très défavorable aux enseignants, et in fine à réduire considérablement la transmission des connaissances.

 L’idéologie péadogogiste diffusée dans les IUFM a été un vecteur de la propagande gouvernementale, de gauche comme de droite, visant à affaiblir le statut de fonctionnaire des enseignants.

Aujourd’hui, le "travail" est fait et le pouvoir n’a plus besoin de l’outil IUFM.
Les anciens Kapos des IUFM poussent des cris d’orfraie, en prétendant qu’ils "formaient" les professeurs.

Merci, mesdames et messieurs les petits chefs-pédagos, les professeurs se passeront de vos conseils une fois encore, comme ils l’ont toujours fait.



tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
3 septembre 2008 - 15h06 - Posté par

mais il faut tt de même former les profs !!!!


tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
3 septembre 2008 - 15h30 - Posté par

"Former les professeurs" ?

On entend souvent ca, au MEDEF, qui se désole que les professeurs n’adaptent pas leur enseignement aux besoins des entreprises.

 La formation des enseignants, en particulier dans le second degré, se déroule à l’Université.
La réussite aux difficiles concours du CAPES et de l’AGREGATION (que le gouvernement entend supprimer car il donne des droits aux professeurs en tant que salariés) est une reconnaissance par la République de la qualification d’un professeur de l’Education nationale. L’enseignement privé se passe souvent de la réussite à des concours pour recruter ses enseignants, l’arbitraire et le clientélisme étant jugés préférables.

 En prétendant parer des atours du discours scientifique la communication de techniques pédagogiques à l’efficacité sujette aux modes pédagogiques, les "sciences" de l’Education se sont engagées sur un chemin sectaire (On transforme l’élève en "apprenant", le redoublement "traumatise" l’apprenant, la notation du professeur "humilie" l’apprenant, le savoir du professeur est une "violence symbolique" pour l’apprenant, le cours magistral est insupportable pour l’apprenant, ...).

 Depuis une vingtaine d’année, les divers gouvernements ont réussi à utiliser les "sciences" de l’Education et son bras armé IUFM, ses plus médiocres apprentis-sorciers (Mérieu est le plus connu de ceux qui sévissent dans les IUFM) pour démanteler l’école de la République, et surtout s’attaquer au statut de la Fonction Publique. En n’hésitant pas, dans les établissements, à opposer les familles et les enseignants à l’aide du concept foireux de "communauté educative", et grace à la complicité veule de la grande majorité des proviseurs, de quelques syndicats jaunes (Se-UNSA, SGEN-CFDT) et des courants pédagogos du SNUIPP, du SNES, voire du SNESUP).


tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
3 septembre 2008 - 15h32 - Posté par

Alors, non, les UIFM ne sont pas le Pérou. Plutôt un goût étrange venu des USA...


tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
3 septembre 2008 - 17h16 - Posté par

Je suis entièrement d’accord avec ce qu’écrit 194.***.110.*


tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
3 septembre 2008 - 20h34 - Posté par anjou

Je ne prends jamais en considération ce qu’écrit un anonyme. Son discours peut paraître sensé mais l’anonymat empêche sa crédibilité : est-ce quelqu’un qui se moque ? quelqu’un qui provoque ? de bonne foi ? On ne sait pas et donc pas de débat.
Anjou


tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
3 septembre 2008 - 15h51

Réponse à Philippe Meirieu : le pédagogisme est bien l’allié du libéralisme

mardi 2 septembre 2008, par Christine Tasin

Suite à l’article que j’ai écrit la semaine dernière sur la réforme des lycées(1), Philippe Meirieu m’a envoyé un document(2), désireux de me prouver que son ralliement à Sarkozy et au libéralisme était "très relatif" .

Navrée de vous décevoir, cher monsieur, mais ce document non seulement ne peut me convaincre que le pédagogisme n’est pas un allié objectif du libéralisme mais il concourt à le prouver. Je ne retiendrai, dans un souci de concision, que quelques points emblématiques de nos divergences.

D’abord, la critique des nouveaux programmes du primaire et du collège, caricaturés sous votre plume « retour aux programmes de la 3° République » parce qu’ils osent revenir aux fondamentaux : "lire, écrire, compter, connaître grammaire et orthographe, connaître les classiques pour participer à la culture commune de son pays", en dit long sur votre idéal. Laisser croire aux élèves qu’il suffit de faire des choses faciles, attrayantes, immédiatement accessibles ou d’utilité immédiate pour grandir, évoluer et progresser, est contraire à ma conception de l’école républicaine. Il faut des bases solides pour construire, se construire et être capable de maîtriser la langue française. Sinon, c’est un parcours d’élève en risque d’échec scolaire qui va se profiler, bien propre à alimenter la machine à chômeurs dont a besoin le libéralisme.

Ensuite il y a de l’hypocrisie à dénigrer l’organisation du soutien et de stages de remise à niveau au motif que « les transformations de pratiques » et le travail en équipe seraient la solution à tout ! Cela fait 20 ans qu’on demande aux enseignants de « transformer leurs pratiques » et de travailler en équipe, qu’ils le font, quoi que vous en disiez …et la situation ne cesse d’’empirer ! A force de se poser des questions existentielles, de se transformer en Gentil Organisateur de la classe, en spécialiste es psychologie de l’enfant ou en assistante sociale, l’enseignant fait peut-être passer de bons moments à ses élèves, il les rend peut-être plus créatifs, mais il ne résout pas le problème de l’échec scolaire. La solution, on la connaît, c’est celle qu’appliquent, avec bonheur et efficacité, un certain nombre de parents, et notamment les parents- professeurs : UN adulte qui s’assied à côté d’UN enfant, et qui l’aide à comprendre, à se questionner, à chercher, à utiliser des outils. Impossible en classe entière, impossible en cours de soutien collectif. Le vieux cours particulier a encore de beaux jours devant lui, tant que les effectifs des classes, l’encadrement et l’exigence de niveau à atteindre ne seront pas revus. Utopique car trop cher, tant que les tenants du libéralisme, qu’ils soient de gauche ou de droite, veilleront sur l’Education Nationale. Impossible tant que les tenant du pédagogisme, sous prétexte d’égalité de tous les enfants, s’opposeront au travail à la maison en primaire et prétendront que de simples "pratiques" peuvent tout résoudre. Impossible tant que nombre de parents et d’enfants, méprisants l’école gratuite qui leur est offerte (imposée disent certains) n’auront de cesse de payer des officines privées, considérant que, comme chez le psy, ça ne marche que quand c’est cher.

Puis, regretter l’absence de toute réflexion sur le collège "qui reste le maillon le plus faible de notre système éducatif" est de la provocation simple. Le collège unique, ses classes trop hétérogènes, l’absence de solution pour les cas lourds ou difficiles qui doivent, paraît-il, à tout prix bénéficier d’une instruction qu’ils rejettent violemment, on vous les doit et on vous doit l’échec de toutes les tentatives de rendre au collège ses lettres de noblesse. Pour ne pas mettre à l’écart ceux qui empêchent le système de fonctionner, on réduit les exigences pour tous…

Quant à la suppression de la carte scolaire, que vous dénoncez… elle montre nettement ce que d’aucuns ne voulaient pas admettre, à savoir que, depuis des lustres, il y a des établissements où on ne réussit pas/plus à travailler, et que les parents – et on les comprend- souhaitent les fuir. Le scandale n’est pas que l’on fuie, il est que le service public d’éducation ne soit pas proposé également sur tout le territoire, que l’on ait laissé à tel point se déliter les exigences, qu’on ait laissé à ce point les élèves et les parents se mêler de pédagogie, attendre des professeurs qu’ils soient tous charismatiques et faire retomber sur leur dos la responsabilité de l’"ennui" et de l’échec des élèves sans jamais remettre ceux-ci en question. Au contraire, les enseignants sont contestés par les élèves et leurs parents, abandonnés par leur hiérarchie, sommés par les tristes sires de la pédagogie et certains tristes sires de la sociologie d’abandonner une autorité que les parents veulent voir appliquée aux autres élèves mais pas à leur propre progéniture. A qui profitent les ghettos, sociaux et scolaires ??? Encore une fois l’ultralibéralisme a besoin de ces zones sinistrées pour faire peur et faire passer la majorité des travailleurs sous les fourches caudines des exigences de l’exploitation et de la rentabilité. On est toujours content de ne pas être celui qui est en bas de l’échelle et on est prêt à tout pour voir plus malheureux que soi. Ne voyez-vous pas que, depuis des lustres, les ZEP et compagnie ont bénéficié de moyens … essentiellement pour faire baisser la violence scolaire (et avec quels résultats ???) mais bien peu sont parvenus à faire réussir ces élèves "défavorisés". Ce n’est pas une question de pédagogie, et pas complètement de mixité sociale. Malgré vos antiennes. C’est, encore une fois, qu’à force de vouloir acheter la paix sociale, la paix scolaire, on a accepté que des adolescents fassent la loi, mettent en doute l’école de la République et ses programmes, s’arrogent le droit de traiter un professeur de "connard" (la gifle méritée(3) coûte un procès et 500 euros au professeur !). N’est-il pas étrange d’ailleurs de voir la très libérale Union Européenne lancer une campagne pour interdire les gifles, même à la maison ? Alors que, c’est, parfois, la seule –et inoffensive – façon de remettre en place certains enfants sans limites. Nous voyons ici le même état d’esprit que celui qui sévit à l’école, en grande partie grâce à vous : l’enfant-roi est intouchable, il a tous les droits et aucun devoir.

Je suis néanmoins d’accord avec vous, sur un point : la gauche est bien co-responsable de la situation actuelle ; par contre nous différons quant à l’analyse, vous lui reprochez de ne pas être allée assez loin dans le pédagogisme, je lui reproche d’avoir voulu supprimer toutes les étapes, redoublements, seuils d’orientation, difficultés… Même les sociétés dites primitives savent que, pour devenir un homme, il faut des rites de passage, il faut vaincre des difficultés, des peurs… La gauche et vous avez fait en sorte que l’adolescent soit bercé (ou s’attende à l’être) dans une espèce de bain rose et bleu, avec des esclaves (les enseignants ) aux petits soins, sur lesquels il est de bon ton de cracher. A force de répéter que c’est l’élitisme des enseignants, l’échec qu’ils mettent en scène, consciemment ou pas, qui génère la violence de l’élève, vous nous avez conduits à simplifier abusivement les programmes, les examens (n’importe quel élève de 6° normalement constitué est capable de répondre à la plupart des questions de l’épreuve de français du brevet ; celle d’histoire ne nécessite plus guère que de savoir lire pour utiliser des documents…). Qui a-t-on sauvé avec ce système ??? Qui cela a-t-il encouragé ??? Le résultat, c’est qu’il y a, pour un grand nombre d’élèves, mépris de l’école, refus de tout travail à la maison, voire même en classe…. Que dire, d’ailleurs, des IUFM, grande invention de la gauche et des adeptes du pédagogisme, censés avoir formé des milliers de jeunes professeurs aux méthodes que vous préconisez ??? L’ascenseur républicain ne fonctionne plus, on se rue dans les établissements publics ou privés qui travaillent avec des méthodes que vous qualifieriez de "dignes de la III° République"… Je vous conseille de parcourir le blog d’un€ ancienne stagiaire IUFM qui en montre les limites et l’inutilité pour ne pas parler de nocivité(4). Que dire d’une formation qui fait la part belle à "la culture" de l’élève, à ses traditions familiales ou géographiques mais oublie délibérément LA culture républicaine, la citoyenneté et l’exigence de laïcité ?

Pour tout dire, à force de vouloir changer les choses, vous avez opposé un "enfant-sujet" à ce que vous avez nommé un "enfant-objet", vous avez voulu "éduquer" et non plus "instruire", comme si jamais un enseignant digne de ce nom avait ignoré qu’il avait un être humain face à lui et qu’il devait l’"eduquer" c’est-à-dire " e – ducere" le conduire hors de lui-même, hors de l’état ignorant pour l’aider à devenir… sujet. Vous avez mis la charrue avant les bœufs. Vous avez cru encourager quand vous dissuadiez, vous avez cru aimer quand il fallait simplement de la bienveillance et de l’exigence. Et vous avez rejoint les chantres du libéralisme, en permettant que soient appliquées à la lettre les recommandations de l’OCDE : "Pour réduire le déficit budgétaire, une réduction très importante des investissements publics ou une diminution des dépenses de fonctionnement ne comportent pas de risque politique. Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles ou aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d’élèves ou d’étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement et l’école peut progressivement et ponctuellement obtenir une contribution des familles, ou supprimer telle activité." Nous y sommes. La réforme des lycées que vous encensez permet effectivement à l’Etat de faire des économies substantielles en remplaçant des heures de transmission de connaissance par des heures "à tout faire", ce qui permet de ne pas diminuer la quantité du service, tout en rognant sur la qualité, qui a bien disparu. Alors oui, même si vous souhaitez vous démarquer de Sarkozy et du libéralisme, vous avez œuvré en leur faveur, malgré vous sans doute, mais le résultat est là. Et le pire est que vous avez été relayés par un certain nombre de syndicats enseignants, voire même par une fédération de parents d’élèves Un exemple parmi des dizaines : nous ne formons plus les scientifiques dont nous avons besoin, trop de jeunes n’ont pas les bases nécessaires pour suivre en Université et trop encore n’ont pas suffisamment pris goût à l’effort, au plaisir intellectuel, voire ne sont pas assez curieux pour choisir cette voie. Alors on s’efforce de faire venir des étudiants indiens ou chinois, qui, parce qu’ils vivent dans des pays émergents où l’on connaît le prix et le rôle de l’éducation, rigoureuse et bien plus exigeante que celle de notre III° République, sont bien formés et capables. Alors on laisse nos jeunes croupir dans les files d’attente de l’ANPE, errer à la recherche de petits boulots ou d’emplois mal payés, le chômage de masse faisant baisser les salaires…. Tout ça pour le plus grand bonheur des actionnaires !

Christine Tasin

http://christinetasin.over-blog.fr

(1) http://www.ripostelaique.com/Lycees...

(2) http://metier-prof.blogspot



tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
3 septembre 2008 - 17h01

Défendre les IUFM ? Hors de question.

Les IUFM sont des sortes d’écoles coraniques dans lesquelles des talibans de la pédagogie enseignent aux jeunes titulaires du Capes à culpabiliser (ils appellent cela l’ "analyse des pratiques") :

Ils inculquent des notions totalement déconnectées de la réalité, en utilisant un vocable pédant issu de la sociologie ou des sectes pédagolâtres de type Célestin Freinet : "référent bondissant" (=un ballon !), "espace classe", "groupe classe", "pédagogie différenciée", "remédiation", "connaissances appéritives", "connaissances sommatives", etc, etc, etc... L’enseignement obscurantiste des formateurs d’IUFM leur sert à cacher leur ignorance.

Il faut savoir aussi que de nombreux formateurs sont des collègues qui se sont fait tellement bordéliser par leurs élèves qu’ils ne peuvent même plus enseigner devant des classes. Et ce sont ceux-ci qui prétendent former les professeurs...

L’ambiance dans les IUFM est totalement aliénante : derrière une apparence "grande famille" se cache d’énormes pressions concernant la titularisation des stagiaires.

Enfin, les IUFM sont les laboratoires pour les politiques libérales : c’est ici que l’on formate les jeunes professeurs à enseigner du vide, détruisant ainsi le système scolaire. Le principal représentant de la destruction de l’Ecole via les IUFM se nomme Philippe Meirieux, idéologue et ancien directeur de l’IUFM de Lyon.

Une mesure saine serait donc au contraire de détruire les IUFM et de revenir au système des CPR.

Le problème n’est donc pas de sauvegarder cette institution du méta-langage, cette école de l’ignorance scientifiquement élaborée, mais de sauvegarder le système des stagiaires rémunérés (stagiaires PLC2), qui est dans le collimateur. Il serait question en effet de ne plus rémunérer les jeunes professeurs durant leur formation, ce qui constituerait une mesure honteuse et indigne.



tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
3 septembre 2008 - 18h34

Ces propos sont le signe du chaos comme aime à le semer la droite la plus extrème
extrèmes les propos qui consistent à dévaloriser le travail magnifique des vrais pédagogues et des scientifiques
j’ai bien dit scientifiques et pas scientistes
j’ai bien dit pédagogues et pas pédagogistes mot qui n’ existe pas ;
Pour enseigner il faut des ingrédients, des volontés, du personnel enseignant
très qualifié mais aussi un tempérament altruiste ; enseigner relève en premier lieu de la volonté de donner, d’apporter , de stimuler ,de réfléchir.
ce ne sont des recttes de cuisine mais des approches fines des personnalités apprenantes.
ne s’improvise pas prof qui veut
et si aujourd’hui on etait aussi victime de tout ceux qui se prétendent profs parce que ils ont des diplomes mais ne dévellopent pas une once de pédagogie ?
ne serait ce pas ceux là qui fustigent à tout va la vraie pédagogie traitant les spécilaistes de pédagogistes, l’intelligence tuerait elle l’intelligence ou bien est la bétise qui tue l’intelligence ?
Pourtant la vraie pédagogie porte toujours ses fruits et tous vous avez en t^te un nom d’un de vos profs un vrai, un respectable , un à la Pennac si si !
En premier lieu il convient de lutter contre tout ce qui discrimine l’ élève le place en infériorité ; l’apprenant apprend avec ses compétences et la stimulation du plaisir d’apprendre , l’ élève réussit quand ses efforts lui apportent résultats et satisfaction alors ils relance ses efforts et continue d’apprendre si les conditions sont créées . Aujourd’hui le systeme rejette ceux qui s’adaptent mal et on veut encore les accuser ainsi c’est plus facile que poser l’application les vrais fondements des pédagogies qui permettent la réussite et elles sont connues
et en pédagogie rien n’est manichéen tout est affaire de dosage de respect de psychologie
de comprehension du mode de fonctionement de chacun
oh la la oui ca leur en donne du boulot à ceux qui aiment les élèves donc aiment les enseigner mais ils sont rares et hélas rarement reconnus par les chantres du libéralisme à l’ école qui veut une ecole qui reproduit les classes sociales et forme les élites !
allez je m’emporte mais stop cela révèle la droite la plus mauvaise que de fustiger la vraie pédagogie
ah si Feinet revenait masi ils seraient capables de le clouer au pilori !
Un livre
Pierre Merle L’ élève humilié Education et formation PUF
et oui devenir Professeur avec un grand P ça s’apprend et c’est une vocation un sacerdoce
Diop



tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
3 septembre 2008 - 19h00 - Posté par

 1- L’un parle du "fig-mag", l’autre carrément de l’extrême-droite. Voila des méthodes qui ressemblent à celles utilisées par BHL, Ph. Val ou A. Adler. Et pourquoi ne pas prétendre que "être contre les IUFM, c’est être antisémite" ? Ce serait encore plus class, n’est-ce pas ?

 2- Avant de faire de la "pédagogie" (en fait, ce que vous pensez être la seule forme de pédagogie) et d’employer des mots pédants ("apprenants"), améliorez votre orthographe, qui laisse vraiment à désirer. Même en collège, un enseignant qui écrit en faisant de telles fautes aurait des problèmes avec les élèves et leurs parents.


tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
4 septembre 2008 - 11h03 - Posté par

Il y en a qui palent de "vraie" pédagogie (et donc de fausse pédogogie).
Ca me fait irréstistiblement penser à une querelle de religieux... !

Pour bien comprendre en quelle estime le minsitère et les IUFM tiennent les professeurs stagiaires, il est bon de connaitre les 10 "critères" parfaitement arbitraires qui pemettent légalement aux IUFM de fliquer, de titulariser ou de lincencier le professeur stagiaire, ca en dit plus qu’un long discours !

Les 10 compétences professionnelles des maîtres

Agir de façon éthique et responsable
Maîtriser la langue française pour enseigner et communiquer
Maîtriser les disciplines et avoir une bonne culture générale
Concevoir et mettre en œuvre son enseignement
Gérer la classe
Prendre en compte la diversité des élèves
Évaluer les élèves
Maîtriser les technologies de l’information et de la communication
Travailler en équipe et coopérer avec tous les partenaires de l’école
Se former et innover

La question est bien de se battre pour le maintien de la rémunération de l’année de stage et non de se battre pour sauver "ceux qui savent tellement mieux que les autres pédagogiser".


tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
3 septembre 2008 - 19h13

Dans les IUFM les enseignants ne reçoivent pas vraiment de formation. La plupart des lauréats du Capes sont mis devants les élèves sans aucune préparation, les cours à l’IUFM commençant après la rentrée. Et d’une manière générale, la plupart des formations dispensées dans ces centres n’ont aucun rapport avec la réalité d’une classe. Alors, avec ou sans les IUFM...

Pourquoi, par ailleurs, devoir choisir entre la peste (= les IUFM) et le choléras (= embauche à bac+5 sans formation à la pédagogie) ? Il existait auparavant d’autres systèmes, notamment celui des CPR : un an rémunéré en tant que stagiaire ; le stagiaire suit quelques cours dans les Ecoles normales, mais surtout observe son tuteur dans ses classes ; et régulièrement le stagiaire dispense des cours dans les classes du tuteur qui le conseille. Résultat : moins de pressions sur le stagiaire ; et au moins six heures de cours libérées permettant de construire un poste (1/3 d’un poste de certifié).

Enfin, pourquoi défendre les IUFM et focaliser sur eux alors que le problème, avec cette idée d’embauche à bac + 5 sans formation est d’un autre ordre ? D’une part le fait que le néotitulaire arrivera devant des classes sans aucune formation (cela dit, les contractuels le font malheureusement déjà, et bien peu de personnes dénonce cette situation grotesque) et d’autre part, le fait que l’étudiant à qui l’on confiera des classes ne sera pas rémunéré, contrairement aux actuels stagiaires PLC2.



tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
3 septembre 2008 - 19h15 - Posté par

"dénoncENT cette situation grotesque..."


Tous les sites IUFM de France bloqués dans la nuit du 4 septembre.
6 septembre 2008 - 09h03 - Posté par fcourvoisier

 Pendant que "nos" spécialistes se chamaillent...le temps passe et L’Enseignement Privé(pas privé de moyens comme l’a écrit un ou une camarade)est ,publicité aidant,l’objet de tous les désirs des parents d’élèves pour leurs enfants...
 pendant qu’on dépouille NOTRE ECole,les fonds publics arrosent le secteur privé de l’Education ..comme (pas plus ni moins) tous les secteurs privés (présents et à venir rapidement).
 Si (et je m’en suis aussi rendu coupable)l’on avait pas claironné "Ecole Publique=fonds publics,Ecole Privés=fonds privés,MAIS :
 "Il n’y a qu’un seule Ecole:L’Ecole Publique"
on n’en serait(peut-être) pas là !
 Réhabilitons les Collectivité ,pas les communautés !

PS:Je ne suis pas "enseignante"mais suis née dans l’Ecole (de mon village)et ai milité pour l’Ecole Publique(Laïque) toute ma vie (entre autres).






Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
1 commentaire
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La musique exprime ce qui ne peut être dit et sur quoi il est impossible de rester silencieux. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite