Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le scandale du classement des revues scientifiques
de : Bernard Gensane
mardi 23 septembre 2008 - 17h20 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Une analyse de Sophie Basch, professeur de littérature à Paris IV, membre de l’IUF.

Y a-t-il une conscience à l’AERES ?

Depuis quelques mois, l’AERES, Agence gouvernementale chargée de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, créée en 2006, s’efforce d’établir un classement qualitatif des revues en sciences humaines, sur le modèle des palmarès des sciences dures. Cette démarche a suscité une vive contestation Outre Manche : les philosophes des sciences britanniques ont dénoncé cette entreprise de standardisation dont ils démontent les fondements et les aboutissements (Journals under Threat : A Joint Response from HSTM Editors). Les directeurs de revues éminentes ont prié les rédacteurs de l’ERIH (European Reference Index for the Humanities) de retirer leurs publications d’un inventaire dont ils récusent la pertinence, achevant ainsi d’en infirmer la validité.

Les Français doivent leur emboîter le pas. Olivier Boulnois, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, s’est récemment exprimé sur ces classements dont le principe même lui paraît biaisé. Le seul moyen d’évaluer la qualité et le « rayonnement » (ce critère reste insaisissable) d’un article est de le lire, non de le classer en A, B ou C selon le support qui l’a accueilli. Les historiens, les philosophes et les littéraires ne passeraient pas tant d’heures dans les bibliothèques s’ils ne devaient dépouiller des revues anciennes, souvent obscures, à faible tirage, éditées en marge des dogmes dominants et qui ont néanmoins hébergé des contributions importantes. Le temps n’est pas un facteur d’évaluation négligeable. Les classements réducteurs de l’ERIH et de l’AERES ne tiennent aucun compte de cette décantation : ils balisent non seulement la recherche du présent mais celle du futur.

Le but de l’opération est simple : l’évaluation individuelle et collective (chercheurs et équipes de recherche) requiert des compétences spécifiques ; elle demande du temps et des moyens. Le classement des publications en trois catégories présente un inestimable avantage puisqu’il permet l’évaluation machinale. Il suffira à l’évaluateur de tourner la manivelle, comme le joueur d’orgue de barbarie lorsqu’il introduit les cartes de papier perforé dans un instrument qui n’a pas la prétention de produire de grande musique. Les historiens, les philosophes, les littéraires ne peuvent accepter cette orchestration.

Mais le problème est aussi ailleurs. Le malaise règne à l’AERES. Déjà, inévitables, des bruits de marchandage circulent : si vous renoncez à rendre publiques vos récriminations, nous pourrions remonter de B en A telle revue que vous dirigez ou dont vous êtes le collaborateur régulier.… La défaite de la pensée s’accompagne d’une abdication de la conscience, favorisée par l’anonymat : l’ERIH et l’AERES, dont le maître mot est la « transparence », ne publient pas les noms de ceux qui, discipline par discipline, ont constitué leurs listes. Qui fixe ce canon et qui en assume la responsabilité ?

L’ineptie de la démarche a été suffisamment dénoncée ; peut-être n’a-t-on pas assez insisté sur la compromission qu’elle suppose. Les commissions disciplinaires chargées de procéder aux classements sont constituées de chercheurs et d’universitaires chevronnés. Mais leur composition change au fil des réunions : beaucoup de ceux qui sont venus ne reviennent pas, bannis pour indiscipline ou volontairement exilés. L’atmosphère de ces assemblées est cordiale. La gêne est cependant patente : la pertinence de ces classements ne convainc personne. Des voix s’élèvent pour défendre une politique du moindre mal : puisque le Ministère impose l’établissement de ces listes, mieux vaut confier la sélection aux plus compétents (ceux qu’on a choisi de convoquer et qui ont répondu à la convocation). La rengaine est connue : « cette décision est mauvaise, mais elle sera encore pire si ce n’est pas nous qui l’appliquons ». Le raisonnement, qui éveille de mauvais souvenirs, est aussi vicieux que le principe même du classement : comment exécuter de basses œœuvres sans se discréditer ? Ceux qui refusent le statut de petits fonctionnaires de la censure n’ont plus qu’à quitter les lieux. Car il n’y a pas de compromis, comme la suite le montrera : écrémage de plus en plus rapide à mesure que l’heure tourne ; élimination des revues publiées dans des lieux improbables comme Vilnius, Bergen, Ankara, Budapest ou Bratislava (qui a jamais entendu parler de ces publications ?), aux titres plus imprononçables encore que ceux des périodiques allemands, néerlandais ou italiens dont le comité écorche les syllabes. – Les revues anglaises ou américaines, A dans le classement de l’ERIH, sont rarement rétrogradées. À l’heure où la France s’inquiète du déclin de sa culture (mais diminue les crédits de ses Instituts de recherche à l’étranger), ce mépris est particulièrement malvenu.

L’AERES a-t-elle pensé à l’humiliation que ces listes imposeront à ceux qui, dans des régions lointaines et aux ressources souvent limitées, font l’effort de publier en français ou sur la France, chassées du tableau d’honneur sans autre forme de procès ? Nul n’est besoin d’un répertoire pour savoir qu’il est plus prestigieux de publier dans telle vénérable revue que dans un bulletin paroissial. Faut-il pour autant succomber à la manie du fichage et au démon de l’explicitation, aussi offensants qu’inutiles ? Le vrai provincialisme n’est pas où on le traque mais dans l’ignorance de l’étranger.

Quand tous ces arguments auront été avancés, voire admis, des voix s’élèveront pour rappeler un impératif : le regroupement des universités françaises en PRES (Pôles de recherche et d’enseignement supérieur), où les Facultés de sciences humaines ne bénéficieront plus de leur glorieux isolement. « Que répondre l’incompréhension des collègues de médecine, de physique, de chimie, excédés par l’absence de critères objectifs de classement ? Nos disciplines sont vouées à la disparition dans ce contexte. » Mais c’est précisément alors qu’elles seraient laminées. Les sciences humaines ne sont pas exactes par définition. Elles ne sont pas pour autant dépourvues de rigueur mais aucune « objectivité » autre que l’honnêteté intellectuelle ne peut présider à leur évaluation. Il ne s’agit pas de s’abriter derrière une loi d’exception mais de partir de la réalité. L’honneur des humanités est la curiosité : le seul critère admissible est celui de la diversité et de la variété des publications.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le scandale du classement des revues scientifiques
23 septembre 2008 - 19h22 - Posté par paul

Bravo pour cet article qui met en lumière un des mécanisme de la destruction de l’intellectuel, particulièrement en sciences humaines, puisque ceux là observent les comportements humains.

Or cette observation du comportement humains social individuel etc induit forcémetn un jugement et la construction de valeurs... qui dérogent à l’entretien de la volonté égoïste de puissance passant par l’obscurantisme.

La france ; comme d’autres pays, plonge dans l’obscurantisme.

Les fac, hors mis les discipline de gestion et d’économie, se vident tant on sait intuitivement que l’on a peu de chance de s’insérer dans le monde du travail en étant universitaire, méprisé du peuple comme du patronnat car l’école c’est bon pour les fainéants, mais pire encore, scientifiques qui coupent les cheveux en quatre et s’intéressent à ce qui ne les regarde pas ou ce qui ne sert à rien !

c’est la victoire du populisme et de l’obscurantisme encore plus que du capitalisme que l’on voit là être mis en oeuvre : un lent retour au nazisme ordinaire !



Le scandale du classement des revues scientifiques
23 novembre 2008 - 15h13 - Posté par Régis

Le classement des revues scientifiques est une vieille histoire. Il a déjà été proposé sous le gouvernement de gauche. Des universitaires l’avaient repoussé car il aboutissait à recruter des enseignants-chercheurs en additionnant les notes attribuées aux articles publiés par le candidat en fonction de son support. Il n’était plus utile de lire leurs travaux. Bien avant cela nos collègues de gauche parlaient de revues scientifiques et de revues "grises".

Il est probable que l’évaluation empirique des articles considérée comme "progressiste" a été proposée par des responsables de commission appelés au ministère sous le gouvenrement Jospin et toujours en place.
Est-ce que Claude Allégre est opposé à cette quantification des publications ?
Merci de me le faire savoir.

La quantification, l’objectivation ont toujours été valorisés par les "progressistes". J’ai étudié la psychologie générale avec des professeurs communistes qui voulaient mettre toutes les fonctions mentales en équation.

Alors ne jugeons pas trop vite.






MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
jeudi 25 - 23h05
de : Nemo3637
3 commentaires
Près de 70% des policiers d’une compagnie de CRS en arrêt de travail : « Certains sont proches du burn-out »
jeudi 25 - 20h59
de : jean 1
1 commentaire
La police française utiliserait des « armes de guerre » lors des manifestations !
jeudi 25 - 18h20
de : JO
Notre Dame : qui a allumé le feu ?
jeudi 25 - 15h58
de : Patrick Samba
2 commentaires
Des journalistes convoqués pour compromission du secret de la défense nationale
jeudi 25 - 12h49
de : Disclose, ARTE Info, Konbini, Mediapart
ARRESTATION DE GASPARD GLANZ LE 20 AVRIL 2019 À PARIS (ACTE 23 #GILETSJAUNES) (video)
jeudi 25 - 12h39
Le lanceur de balles de défense a été reconnu comme « arme de guerre » par la réglementation internationale.
jeudi 25 - 11h40
de : JO
Mélanie, gilet jaune amiénoise frappée violemment dans la nuque par un policier samedi à Paris (video)
jeudi 25 - 08h51
de : Vanessa Lamarre
2 commentaires
Conférence de presse à haut risque pour Macron
jeudi 25 - 08h24
de : Placide
1 commentaire
Ce qu’a déclaré Gaspard Glanz, repris par Pierrick Tillet, impressionnant de lucidité et de courage
mercredi 24 - 13h33
de : nazairien
1 commentaire
Grande fête du livre Paris samedi 27 avril 2019
mercredi 24 - 11h10
de : Frank
Nous sommes tous des débiles profonds
mardi 23 - 23h37
de : irae
Contre le travaillisme patronal
mardi 23 - 21h35
de : Christian DELARUE
2 commentaires
AP-HP : la grève cherche à s’étendre en l’absence de nouvelles propositions de la direction
mardi 23 - 19h44
de : Stéphane Ortega
Force et Honneur, pour le Journaliste Gaspard Glanz, toute sa détermination et sa volonté, dans le regard (vidéo)
mardi 23 - 14h39
de : nazairien
4 commentaires
Gal Tauzin, Permettez que je vous donne ici ma vision de votre révolte, que je considère comme très saine dans le fond.
mardi 23 - 12h50
de : nazairien
3 commentaires
« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme
mardi 23 - 08h06
de : Frédéric Lemaire, Henri Maler
1 commentaire
Toulouse : “Ne vous suicidez pas, rejoignez nous ! ” lance au mégaphone une Gilet jaune aux policiers (video)
mardi 23 - 07h55
de : Laurent Dubois
À Lyon, des gilets jaunes isérois ont chanté "Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous" aux forces de l’ordre (video)
mardi 23 - 07h49
1 commentaire
Un oligarque, "ça ose tout" Carlos Ghosn aurait dépensé l’argent de Nissan dans des boutiques de luxe
lundi 22 - 20h29
de : nazairien
1 commentaire
Les Gilets Jaunes de France. « Nous ne lâcherons rien ». CQFD !
lundi 22 - 16h49
de : JO
Violences policières acte 23 : des scènes de guerre civile, des propos excessifs et un communiqué inopportun LA PEUR CHANGE DE CAMP" (vidéo)
lundi 22 - 13h29
de : Pierrick Tillet
7 commentaires
Nouvelle polémique suicides policier bel enfumage.
lundi 22 - 09h11
de : irae
3 commentaires
Acte 23 Gilets Jaunes samedi 20 avril 2019
lundi 22 - 08h35
de : jean 1
2 commentaires
Enquètes sur pratiques policières !
dimanche 21 - 16h54
de : JO
1 commentaire
LA RECOMPOSITION DES MONDES
dimanche 21 - 10h52
de : Ernest London
1 commentaire
Acte 23, forte mobilisation à Paris, Les Gilets jaunes chantent leurs carmagnoles
dimanche 21 - 10h06
de : nazairien
1 commentaire
Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
2 commentaires
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
6 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Albert Einstein, 1921.
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite