Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Des facultés occupées de "La sapienza" de Rome, par l’université en mobilisation (videos)

de : italie en résistance
lundi 27 octobre 2008 - 18h14 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 75.3 ko

Vastes mobilisations étudiantes en cours en Italie contre la privatisation prochaines des facs que Berlusconi est ses amis fascistes de la ligue du nord et de alliance nationale veulent livrer clé en mains a l’avidité des banquiers et autres spéculateurs

Rien bien sur dans nos medias "mainstreams" de fRance sur ces mobilisations de la jeunesses italienne qui dis NON a Berlusconi, rien d’étonnant quand on connait la docilitè de ces médias fRancais aussi Sarkozysès que les médias italiens sont Berlusconisès

Aux facultés en lutte, aux étudiantes et aux étudiants, aux doctorants, aux précaires de la recherche

“Nous ne payerons pas la crise” est le slogan avec lequel la mobilisation a commencé au sein de l’Université de la Sapienza (Rome). Un slogan simple, dans cette crise globale qui est la crise du capitale lui-même, de la spéculation financière et immobilière, d’un système sans règle ni droit, d’une gestion sans scrupule de la société. La résolution de cette crise ne peut se faire au détriment de l’éducation, de l’École à l’Université, de la santé et du contribuable en général. Ce slogan est devenu célèbre de ville en ville par le bouche à oreille. Des étudiants aux précaires, du monde du travail à celui de la recherche, personne ne veut payer la crise, personne ne veut mutualiser les pertes alors que les bénéfices sont privatisés. C’est la raison de la contagion qui s’est disséminée cette semaine.

La multiplication des mobilisations dans les écoles, les universités et les villes. Voilà qui suscite la peur, le chien va t’il mordre ? La réaction du président du conseil Silvio Berlusconi ne s’est pas fait attendre : “la police pour les université et les écoles occupées”, “nous allons éteindre la violence du pays”. Hier, Berlusconi a déclaré vouloir augmenter le soutien financier de l’état aux banques et faire de l’état et des dépenses publiques le garant des emprunts aux entreprises. En d’autres termes, réduire le budget de l’éducation, diminuer les ressources pour les étudiants, réduire le budget de la santé mais donner plus d’argent aux entreprises, aux banques et au secteur privé. Nous demandons alors où se trouve la violence : dans les occupations ou dans la loi 133 et dans le décret Gelmini qui n’ont pas été discuté au parlement ? Dans notre désaccord ou dans son étouffement avec l’aide de la police ? Est-il violent de se mobiliser pour défendre notre université et l’école publique ou de les démanteler pour favoriser les intérêt économique de quelques-uns ? La violence est du côté du gouvernement Berlusconi.

De l’autre côté, celui de la faculté et de l’école occupées, c’est la joie et l’indignation de ceux qui luttent pour leur propre futur, de ceux qui n’acceptent pas d’être réduit au silence, qui veulent rester libre. L’état dit que nous savons seulement dire non, que nous n’avons rien à proposer. Rien de plus faux : au cours des occupations et des assemblées de ces derniers jours, nous construisons une nouvelle université, une université sociale, une université de connaissance, une université de conscience. Étudier est pour nous fondamentale. Ce que nous retiendrons de cette protestation : occuper pour faire vivre l’Université publique, protester pour continuer à étudier ou faire de la recherche. Bien des choses dans l’Université et dans l’École vont changés, mais une chose est certaine, ce changement ne passera pas par sa “définanciarisation”. Changer l’Université signifie augmenter les ressources, soutenir la recherche, valoriser le processus de formation, garantir la mobilité (des études à la recherche). En revanche, la “définanciarisation” a un seul but : transformer les universités en fondations privées et décréter la fin de l’Université publique. L’objectif et les moyens sont clairs : la loi 133 a été approuvé au mois d’août et face au désaccord de milliers d’étudiants ils invoquent l’intervention de la police. Ce gouvernement veut détruire la démocratie à travers la peur et la terreur. Mais aujourd’hui, depuis la Sapienza en lutte et depuis les facultés occupées nous déclarons ne pas avoir peur et nous ne ferons pas demi tour. Notre intention est plus que jamais de faire reculer le gouvernement : nous ne mettrons un terme à la lutte que quand le loi 133 et le décret Gelmini seront retirés ! Cette fois-ci nous irons jusqu’au bout, nous ne voulons pas perdre, nous ne voulons pas baisser la tête devant tant d’arrogance. À cette intention nous invitons toutes les facultés mobilisées du pays a en faire de même : continuons la lutte et les occupations et que des milliers d’autres écoles et facultés soient occupées. De plus, suite à l’extraordinaire succès de la grève et de la manifestation du 17 octobre, en accord avec les syndicats, nous croyons qu’il est temps d’élaborer une réponse unitaire et coordonnée. Nous proposons de donner vie à un second appel nationale :

 Une journée de mobilisation le Vendredi 7 novembre avec des manifestations locales dans toutes les villes ;

 Une grande manifestation nationale du monde de l’éducation, de l’Université à l’École à Rome le vendredi 14 novembre, journée au cours de laquelle l’intersyndicale a décrété jour de grève à l’Université, une journée pour rassembler les étudiants, les chercheurs et les doctorants en luttes.

D’autre part, nous considérons comme utile et nous sommes solidaire de la grève générale de l’école promis par l’intersyndicale le Jeudi 30 octobre.

Ce qui se passe ces jours-ci est une mobilisation extraordinaire et ébordante, une nouvelle vague, une vague que nous n’avons pas l’intention d’étouffer mais plutôt voir vaincre. Faisons croître cette vague, faisons croître la volonté de lutter. Ils nous préfère idiots et résignés, mais nous sommes intelligent et en mouvement. Notre vague ira loin !

Depuis la faculté occupée de la Sapienza à Rome.

http://lenumerozero.lautre.net/arti...

Photo et videos trouvées par Dr Furioso


Berlusconi pezzo di merda


LA SAPIENZA ROMA NO RIFORMA GELMINI

Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
Les vieux fourneaux repartent en lutte
vendredi 22 octobre
de reporterre
Corrélation et Bavardagealité
vendredi 22 octobre
de François GÉRALD
La Fabrique des fake news
vendredi 22 octobre
de François GÉRALD
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite