Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Italie : Intensification des manifestations étudiantes (videos)
de : Robert Stevens
mardi 18 novembre 2008 - 11h21 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Manifestazione 14 novembre Roma


Manifestazione 7 novembre Napoli


Manifestazione 30 settembre Roma

de Robert Stevens

Etudiants, enseignants et professeurs d’université continuent de manifester contre les attaques sur le droit à l’éducation et la proposition de 130 000 licenciements par le premier ministre Silvio Berlusconi. Le week-end du 7 novembre cela faisait plus de trois semaines que les étudiants manifestaient nationalement contre ces mesures. Une manifestation de masse était encore prévue pour le 14 novembre.

Ce mouvement de masse proteste contre le vote de la Loi 133, aussi appelée la réforme Gelmini (du nom de la ministre de l’Education Mariastella Gelmini.) Ce décret conduira à la suppression d’au moins 87 000 postes d’enseignants et 44 500 postes administratifs dans les établissements scolaires publics sur trois ans d’ici 2012. De nombreux établissements scolaires plus petits vont être fermés, résultat de coupes budgétaires s’élevant à 8 milliards d’euros. Les universités aussi se voient menacées de privatisation.

Dans les écoles primaires, le nombre de maîtres par classe passera de deux à un seul. La semaine de travail scolaire sera aussi réduite et passera de 40 à 24 heures.

La réforme gouvernementale de l’enseignement supérieur n’est pas encore arrêtée, mais ses lignes directrices, indiquant encore plus d’attaques, ont été présentées par Gelmini le 6 novembre. On y trouve une réduction des heures d’enseignement, la rationalisation du nombre de cours de licence proposés et un projet d’accorder 30 pour cent du financement public sur la base des résultats.

L’article 66 prône la rationalisation du personnel dans les universités. Seul un poste vacant sur cinq chez les professeurs sera pourvu dans les prochaines années. L’autorisation est accordée permettant aux universités italiennes de mettre en place des fondations qui pourront bénéficier de financement privé, ce qui est le signe avant-coureur de la privatisation.

Le mouvement s’est rapidement développé en une confrontation ouverte avec le gouvernement et l’Etat. Des statistiques du ministère de l’Intérieur ont révélé que depuis le début du mois d’octobre il y avait eu jusqu’à 300 manifestations avec 150 établissements scolaires et 20 départements universitaires occupés par les étudiants. D’après le mouvement de protestation, 60 lycées ont été occupés à Naples et 120 dans la région de Campania, rien que dans le sud de l’Italie.

Le 27 octobre, quelque 10 000 étudiants ont occupé l’Université La Sapienza de Rome avant d’aller bloquer plusieurs artères principales de la ville et la gare ferroviaire centrale Roma Termini. Les protestations se sont poursuivies et les étudiants sont finalement allés encercler le bâtiment du Sénat dans la ville.

Le 29 octobre, le gouvernement a voté en faveur de la Loi 133 par 162 voix pour et 134 contre. Le Sénat a été contraint de lever la séance lorsque des milliers d’étudiants ont assiégé le bâtiment. Les étudiants et leurs partisans étaient arrivés sur la place après avoir participé à sept manifestations partant de divers endroits de la ville. Au moment où la loi était votée, les étudiants ont organisé un sit-in devant le bâtiment du Sénat, le Palazzo Madama, à Rome en scandant, « Clowns ! Clowns ! » à l’intention des hommes politiques qui se trouvaient à l’intérieur.

Le 30 octobre, on a estimé à un million le nombre d’enseignants, d’étudiants et de lycéens qui ont manifesté à Rome suite à la ratification de la réforme Gelmini. La manifestation avait été appelée par plusieurs syndicats conduits par la Confédération générale du travail (CGIL.) un certain nombre d’étudiants ont exprimé leur écoeurement envers le gouvernement en jetant des œufs et autres projectiles sur le bâtiment du ministère de l’Education à Trastevere.

La manifestation faisait partie d’une journée de grève générale des enseignants. Durant la journée, 90 pour cent des établissements scolaires sont restés fermés dans tout le pays. A Milan, 5000 étudiants au moins ont fait un court sit-in devant la Bourse de Milan sur la Piazza Affari. A Turin, on a évalué à 50 000 le nombre de personnes qui ont défilé accompagnés par l’orchestre du théâtre de la ville. A Venise, la voie reliant la ville lagon au reste du pays a été occupée par plusieurs milliers de jeunes.

JPEG - 41.4 ko

Le 7 novembre, il y a eu des manifestations et des protestations nationales dans toutes les grandes villes dont Rome, Torino, Bari Bologna, Cagliari, Florence, Milan, Naples, Pise, Lecce, Padoue, Turin ainsi qu’à Palerme en Sicile. Quelque mille étudiants essayaient d’occuper la gare d’Ostiente à Rome lorsqu’ils ont été attaqués par la police anti-émeute. Un étudiant a été blessé à la tête durant les heurts tandis que d’autres étaient aussi blessés par les matraques des policiers.

A Naples, les étudiants ont défilé par milliers et à Pise des étudiants ont organisé des sit-in sur plusieurs quais de la gare. Le 10 novembre, des étudiants de Florence ont annoncé qu’ils organiseraient encore une manifestation et un sit-in éducatif (teach-in.)

En réponse aux manifestations unitaires des étudiants, professeurs, lycéens et parents le gouvernement et l’élite dirigeante ont adopté un ton de plus en plus belliqueux et menaçant. Berlusconi a qualifié les manifestants de « violents » et Gelmini a parlé de menace « terroriste » et comparé les manifestations aux Brigades rouges qui avaient émergé en Italie dans les années 1970.

Au commencement des manifestations, Berlusconi avait lancé cet avertissement, « Je veux lancer cette mise en garde : Nous n’autoriserons pas les occupations d’établissements scolaires et d’université... Je vais téléphoner au ministre de l’Intérieur et lui donner des instructions détaillées sur la manière d’intervenir avec les forces de police pour mettre fin à ces agissements. »

Suite aux manifestations du 30 octobre, il avait déclaré, « Je regrette que les jeunes soient manipulés par la gauche… Je vois une gauche scandaleuse qui est capable de renverser la vérité et de raconter des mensonges. »

Francesco Cossiga a fourni un avertissement très clair sur le type de mesures en préparation, lors d’une interview le 28 octobre avec le quotidien d’extrême-droite Quotidiano Nazional. Cossiga est un ancien premier ministre démocrate chrétien et président d’Italie de 1985 à 1992. Il est à présent membre à vie du Sénat.

Lorsqu’on lui a demandé si Berlusconi était « allé trop loin quand il avait menacé de recourir à la force de l’Etat contre les étudiants », il a répondu, « Je crains que ses paroles ne soient pas suivies par des actions. »

Il a ensuite conseillé que Roberto Maroni de la Ligue du nord, l’actuel ministre de l’Intérieur, fasse « ce qu’il avait lui-même fait lorsqu’il était ministre de l’Intérieur. »

« Retirez les policiers des rues et des universités, infiltrez le mouvement avec des agents provocateurs prêts à tout et laissez les manifestants faire ce qu’ils veulent pendant une semaine, dévaster les magasins, brûler des voitures, causer des dégâts dans les rues… »

« Ensuite quand l’opinion publique se range de votre côté, le bruit des sirènes d’ambulances devraient recouvrir celui des sirènes de voitures de police et de carabinieri… Les forces de l’ordre devraient massacrer les manifestants sans aucune pitié et les envoyer tous à l’hôpital. Il ne faut pas les arrêter, les magistrats les laisseront libres quelque soit le délit commis, mais les frapper jusqu’au sang et frapper les enseignants qui les manipulent, les frapper eux aussi jusqu’au sang. »

A la question, « les enseignants aussi ? » il a répondu, « Surtout les enseignants. Pas les plus âgés, bien sûr… mais les jeunes femmes. Avez-vous seulement une idée de la gravité de la situation ? Il y a des enseignants qui endoctrinent des enfants et les encouragent à manifester. C’est un comportement criminel ! »

L’interviewer a répliqué, « Mais vous vous rendez compte de ce que l’on dira en Europe par rapport à ce que vous suggérez ? Ils diront "le fascisme est de retour en Italie". »

Cossiga a répondu, « N’importe quoi... C’est la voie démocratique. Eteignez la flamme avant que le feu ne se propage. »

Le gouvernement utilise tous les moyens pour attiser un climat de droite et intimider le virage à gauche qui s’affirme parmi les larges couches de la population. Des groupes de droite ont été mobilisés pour attaquer les manifestations et les rassemblements organisés par les étudiants. Aussitôt après que la Loi 133 fut votée au Sénat, une bande de voyous de droite a attaqué des étudiants qui manifestaient sur la Piazza Navona. Des milliers d’étudiants venaient juste d’arriver sur la place après avoir occupé la faculté des sciences de la communication et de sociologie à l’Université La Sapienza. Les voyous sont liés au mouvement néofasciste Casa Pound et étaient armés de gros bâtons et matraques enveloppés dans des drapeaux italiens.

Les mobilisations de masse des étudiants et des jeunes se produisent dans le contexte d’un mouvement de plus en plus combatif de la classe ouvrière pour la défense des emplois, des salaires et des droits existants. Les travailleurs des transports en commun, de la santé et d’autres secteurs du service public se sont mis en grève ces dernières semaines. D’autres travailleurs dont les pompiers, le personnel des compagnies aériennes et les employés des centres d’appel et des compagnies privées comme les fabricants de meubles IKEA, se sont aussi joints à ces actions. Le 9 novembre, les travailleurs des transports ferroviaires et des transports en commun ont commencé une grève nationale de 24 heures. La plupart des bus, tramways, services de trains locaux et réseaux de métro ne circulaient pas du fait de cet arrêt de travail.

http://www.wsws.org/francais/News/2...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Italie : Intensification des manifestations étudiantes
18 novembre 2008 - 18h37 - Posté par Copas

Le jeunesse explose et défile par centaines de milliers en Espagne :
« En défense de l’enseignement public. Aux capitalistes de payer la crise ».à Madrid
« Queremos becas, no hipotecas » à Séville
« L’école publique n’est pas à vendre » à Barcelone

La video là montre l’importance de la mobilisation .

Indéniablement, entre les mobilisations en Espagne, en Italie et en Allemagne de la jeunesse, nous sommes confrontés à un printemps en Automne.

Ces batailles n’ont strictement rien à voir avec les batailles étudiantes d’antan mais sont profondément marquées par la bataille économique, la lutte contre la privatisation de l’enseignement, la lutte contre la bourgeoisie, la lutte contre les partis de la bourgeoisie , PSOE et PP.

En Allemagne la majorité de droite et de gauche de Merkel est dans le viseur des protestation.

Nous allons vers une convergence des secousses dans la jeunesse et celles sur le terrain social, une même politique égalisant les sorts entre futures travailleurs et travailleurs.

Nous allons probablement, par l’enchainement des combats vers une politisation de la jeunesse sur plusieurs états européens, une compréhension d’un sort commun des jeunesses et travailleurs européens.



Italie : Intensification des manifestations étudiantes (videos)
19 novembre 2008 - 13h41 - Posté par Copas

Rifondazione maintient le cap vers la grève générale pour faire plier la bourgeoisie. le 12 décembre, en soutenant l’appel de la CGIL (l’équivalent de la CGT en France).

Le 12 décembre en Italie est prévue une grève générale et PRC y appelle.

Avis à ceux qui déclarent qu’une grève générale ne se décrète pas. Elle ne se décrète peut-être pas dans le désert mais elle doit être recherchée comme moyen d’unifier des combats disparates, et, à un moment, il faut bien se décider à y appeler.

L’appel s’articule autour d’une phrase simple et coulant de source :

LA VOSTRA CRISI NON LA PAGHIAMO !

La crisi la paghi chi l’ha causata !

Au delà du reste du texte, on sent comme une recherche de synthétiser et faire converger les 3 grosses secousses qui ont lieu en Italie : Le mouvement étudiant, la bataille des travailleurs et les démonstrations de force de la gauche qui, grâce au changement de cap (bisounours bureaucrates mis en minorité, cap à gauche), a transformé les rapports de force politiques en peu de temps.

D’une gauche agonisante et discréditée, ayant soutenu, PRC compris, les pires vicissitudes du libéralisme de Prodi et ayant ramené Berlusconi aux mangeoires, en quelques mois, l’attitude ferme , le sursaut politique de PRC, au bord du gouffre, a tordu le champ politique italien de loin en loin, obligeant le Parti Démocrate à descendre à son tour dans la rue, et donnant un arrière fond solide au mouvement étudiant et au mouvement social.

La préparation de l’affrontement passe par la réhabilitation de l’idée de structures unitaires de combat des travailleurs (comme le furent les lointains ancêtres des conseils ouvriers de Turin en 1920), se préparer à occuper l’ensemble de l’appareil productif et financier, le mettre sous contrôle des travailleurs, faire de la propagande auprès des forces répressives afin qu’elles ne suivent pas des ordres fascisants contre la démocratie sociale ("Démocratie Sociale" pas au sens de "PDS", merci, mais dans la réalité).

S’interroger sur ces questions et mener une propagande dessus peut aider à unifier et contrer Berlusconi.

Le contraste est saisissant entre le PCF et PRC, du moins pour les appareils dirigeants, les uns préparent une grève générale et les autres manœuvrent pour faire une alliance avec le Parti de Gauche de Mélenchon.

Ca ne veut pas dire que PRC n’est pas exempte de déformations qui pourraient l’amener un jour à faire à nouveau une politique de droite avec le PD mais, dans la phase actuelle, l’indépendance vis à vis des libéraux, la mise de côté des sornettes électoralistes, la volonté d’aider le mouvement social, aide PRC, la gauche italienne entière, le mouvement social et le mouvement de la jeunesse.

Le service minimum du combat social paye.

Et quand on discute, du NPA à LO, du PCF au PdG, des Politis and co, il ne s’agit pas de discuter comment on va construire une belle alliance électorale, mais de discuter sur comment on va aider le mouvement social et la jeunesse à se développer, à s’unifier, à se démocratiser, à avancer vers l’extension de la démocratie à la sphère dominante, le pouvoir économique.

L’Espagne montre d’énormes forces en réserve par son mouvement de la jeunesse, scandalisé par le pacte de Bologne qui prévoit la privatisation de l’enseignement supérieur et de la recherche en Europe, pendant que des fripons comme Zapateros déversent des sommes colossales d’argent public dans les poches de financiers "nécessiteux" .

Cette force de la jeunesse doit trouver son chemin au côté du mouvement social espagnol, et avec l’appui de ce qui reste d’une gauche honnête , pour faire reculer la droite, PSOE et PP, dans ses mesures favorables aux bourgeois, défavorables aux travailleurs.

La question d’une mobilisation européenne de la jeunesse est posée face aux multiples tentatives coordonnées de la nomenclatura bourgeoise européenne pour privatiser et casser à son profit un système éducatif qui fut construit au cours de centaines d’années en Europe, au travers de grandes batailles.

L’information doit circuler sur ce qui se passe dans les états juste à côté.

La nomenclatura européenne est elle unie contre les peuples d’Europe, elle mène bataille coordonnée contre tout ce qui est social et mène bataille pour que la bourgeoisie soit hors champ de la démocratie, intouchable et ayant des droits supérieurs çà l’humanité.

Il est plus que temps d’affirmer la nécessité d’une coordination des batailles sociales, de la jeunesse, et politiques à échelle européenne.






3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
1 commentaire
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Plus l'histoire d'un pays est ancienne, plus nombreuses et pesantes sont ces couches stratifiées de paresseux et de parasites qui vivent du «patrimoine des ancêtres», de ces retraités de l'histoire économique. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite