Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

LE CAPITAL CONTRE LA VIE


de : Fédération anarchiste
vendredi 2 juillet 2004 - 19h14 - Signaler aux modérateurs

En dépit des propos anesthésiants de la classe politique, du matraquage pervers des médias, en matière d’environnement, la situation ne cesse de se dégrader. Officiels ou non, les bilans s’alourdissent, les constats sont amers, les clignotants passent au rouge, malgré les injections plus ou moins massives d’argent public. La désinformation systématique ne parvient cependant pas à empêcher la progression, certes toujours trop lente, d’une prise de conscience qui inquiète les milieux d’affaires. Stimulé par son extraordinaire faculté de récupération, et bien que le doute s’insinue même parmi les ardents défenseurs du libéralisme, le capitalisme -high-tech- tente de faire croire qu’il est en mesure de maîtriser la situation, de résoudre les problèmes écologiques qui se posent chaque jour de manière de plus en plus évidente, c’est-à-dire que la crise ne requiert qu’une solution fondamentalement technique. La seule question pertinente aujourd’hui est donc la suivante : la résolution des problèmes écologiques peut-elle, oui ou non, s’effectuer dans le cadre existant du système capitaliste ?

Une coïncidence historique ?

Le premier élément de réponse que l’on peut apporter concerne l’histoire. L’émergence des dégradations infligées à l’environnement correspond à la période d’accélération fulgurante du capitalisme, globalement les "Trente Glorieuses", un éclair à l’échelle du temps. Le commerce global a été multiplié par plus de dix au cours des cinquante dernières années. Il va de soi qu’aucune société n’est écologiquement innocente, c’est-à-dire que le développement d’un groupe humain s’accompagne nécessairement d’une transformation du milieu, dans le sens d’un prélèvement d’énergie et de matières premières, et de rejets de résidus. Mais le capitalisme va engendrer, en à peine un demi-siècle, infiniment plus de dégradations que l’humanité depuis ses origines. S’il faut un repère chronologique, ce sera " Le Printemps silencieux ", l’ouvrage de Rachel Carson paru en 1962, et qui éclate comme une bombe en livrant à l’opinion l’énorme dossier des pesticides aux Etats-Unis.

En France, le concept d’écologie apparaît dans le sillage de mai 68, avec la contestation plus ou moins radicale de la société de consommation (c’est la première fois dans l’histoire qu’une science engendre un mouvement politique). L’érosion, l’épuisement des sols, les diverses pollutions, la dilapidation des ressources naturelles, les multiples nuisances accompagnent cet expansionnisme sans frein, cette croissance déifiée, cette "grande bouffe énergétique", cette dictature des rendements. L’automobile, symbole du capitalisme, met en perspective une angoissante pénurie d’énergie et l’accumulation de déchets de toutes sortes. A l’escalade de la production capitaliste correspond la montée des périls. Le nom de nombreuses catastrophes va s’imprimer dans les mémoires : Seveso, Minamata, Amoco-Cadiz, Torrey Canyon, Three Miles Island, Bhopal… Il apparaît de plus en plus évident que le développement des forces "productives" s’exerce partout au détriment de la nature…et par conséquent de l’homme. Cinquante ans d’option matérialiste ont rendu l’homme malade de son environnement.

Le capital contre la vie

La concentration du capital contient en germe les logiques de prédation, les processus de privatisation de l’environnement. La maximisation des profits dans le laps de temps le plus court possible constitue la cause primordiale des atteintes graves à l’environnement. Tout d’abord, la recherche systématique de l’abaissement des coûts de production induit le passage à la fabrication en grandes, et même très grandes séries. Mais cette perspective est encore insuffisante : il faut entretenir un gaspillage permanent. Plus les volumes de production augmentent, plus les profits s’accroissent. D’où la diminution délibérée de la durabilité des biens de consommation et de leur réparabilité, la fabrication d’objets consommant beaucoup d’énergie, la multiplication des objets jetables, la publicité favorisant le renouvellement incessant des articles, des modèles, le suremballage des produits, la gadgétisation. L’innovation, qui coûte cher, et qui ne correspond à aucune amélioration du service rendu, agit ainsi comme un moteur de l’expansion du capitalisme.

C’est aussi la quête de gains toujours plus importants qui conduit les entreprises à "externaliser" les coûts écologiques (et sociaux d’ailleurs), c’est-à-dire à faire reporter sur l’ensemble de la collectivité, les dégâts qu’elles provoquent sur l’environnement. C’est encore la recherche d’économies d’échelle qui contribue à la construction de super-pétroliers naviguant hors-normes, multipliant les marées noires. La marchandisation de la planète ne laisse rien au hasard. L’historien Marc Bloch a montré que les moulins à vent ont été éliminés pour la seule raison que, le vent étant omniprésent, ils ne permettaient pas la monopolisation. Mais depuis, EDF investit dans les éoliennes ! Alors que sa gestion s’est largement privatisée, le prix moyen du m3 d’eau, en dix ans, est passé de 1.60 euro à 2.65. La gestion des forêts (priorité aux résineux au détriment des feuillus dont la croissance est trop lente) met en lumière le fait que la biomasse n’est conçue qu’en termes de rentabilité.

Deux logiques s’affrontent : celle de l’économique et celle du vivant. Alors que la nature maximise des stocks (la biomasse) à partir d’un flux donné (le rayonnement solaire), l’économie (capitaliste) maximise des flux marchands en épuisant des stocks naturels. Alors que les écosystèmes non perturbés se diversifient, accroissant leur stabilité dans le temps, la gestion capitaliste, en privilégiant les variétés économiquement performantes, introduit l’uniformisation et l’instabilité .

Le réformisme stérile

Le mérite des écologistes a été de problématiser de manière novatrice des questions non seulement essentielles mais vitales. L’impuissance dans laquelle ils sombrent aujourd’hui résulte de leur incapacité à remettre en cause le système économique responsable de ces méfaits environnementaux. On a fait semblant de croire à l’efficacité de l’intervention de la "puissance publique" pour réparer les dégâts des entreprises multinationales (tout en renforçant, d’ailleurs, une Europe économique d’essence libérale : pompier et pyromane à la fois !). On a brandi des armes prétendument efficaces (taxation sur les transactions, suppression des paradis fiscaux et du secret bancaire, contrôle des banques centrales, annulation de la dette du tiers-monde), en "oubliant" de voir que l’économie mondiale voit se développer des zones de "non-gouvernance", c’est-à-dire des domaines où les instances politiques avouent leur totale impuissance : délinquance financière des firmes légales, fraude fiscale, montée en puissance des mafias, rendant tout simplement impossible la maîtrise politique de la mondialisation économique.

L’Etat complice

Pouvait-il en être autrement ? Les prétendues politiques de l’environnement, en Europe et ailleurs, se sont résumées à une inflation de textes législatifs (des centaines de directives, règlements, décisions, avis, recommandations) destinée à rassurer les défenseurs de l’environnement… textes rarement appliqués parce que la majorité des "agents économiques" considèrent les obligations écologiques comme des contraintes difficilement supportables, et que la déréglementation leur sied mieux. Une abondante littérature, mais pas d’actes fermes. Des libellés imprécis qui laissent le champ libre à bien des interprétations. La protection de l’environnement est une excellente idée… tant qu’elle ne heurte pas le principe de la liberté du commerce.

La collusion des pouvoirs politique, militaire, scientifique, industriel et financier n’est plus à démontrer. Censé tempérer le pouvoir économique, l’Etat, le plus souvent, l’appuie et le conforte. Dans leur tentative d’assujettir le consommateur à leurs propres objectifs, les grandes organisations de production rencontrent la bienveillance de l’Etat, souvent prompt à constituer un cadre juridique sur mesure, un environnement stable et propice à leur épanouissement en absorbant la majorité des risques. Fournir ou garantir un marché, participer aux frais de développement, financer la mise au point des connaissances techniques nécessaires et les infrastructures, assumer le coût de diverses pollutions : tels sont les moyens les plus efficaces pour l’Etat de soutenir le capitalisme.

La défense nationale, en d’autres termes le complexe militaro-industriel, est le point de rencontre obligé entre intérêts capitalistes et sécurité de l’Etat. L’armée protège les gouvernements en place ; l’Etat fait vivre les marchands d’armes. Dans la mesure où la guerre permet le gaspillage organisé, créant une demande artificielle propre à écouler les surplus, sa préparation est l’une des conditions essentielles de l’existence d’une dynamique externe du capitalisme. Les dépenses miltaires permettent de maintenir le taux de profit des entreprises d’armement et de l’ensemble du secteur privé bénéficiant directement ou indirectement des commandes de l’Etat. Avec l’utilisation des défoliants, la guerre du Viet-Nam avait innové dans l’impact sur l’environnement ; celle du Golfe de 1991 a franchi un échelon : 613 puits de pétrole ont été incendiés au Koweït et neuf millions de tonnes de pétrole se sont répandus sur la terre ou déversés dans la mer.

De nombreux autres domaines mettent en évidence que l’Etat n’est pas un outil neutre, mais un fervent collaborateur des oligarchies financières. La filière nucléaire constitue un point de convergence entre logique du profit et logique sécuritaire : hypercentralisation, société militarisée, opacité des prises de décision, dilution des responsabilités, surconsommation énergétique. La politique des transports mise en place depuis les années 60, privilégiant scandaleusement la voiture individuelle, pour le plus grand bien du lobby pétrolier, engendre un gaspillage économique et financier au détriment de la voie ferrée, six fois moins énergivore (et 500 fois moins meurtrière). Le développement accéléré de l’urbanisme engloutit de manière irréversible sous le béton et le bitume des milliers de km2 d’excellentes terres agricoles (par ailleurs, une tour de 40 étages consomme autant d’électricité qu’une ville de 20 000 habitants). En développant la filière viande, les politiques agricoles provoquent sciemment la perte d’une part considérable de l’énergie biochimique des plantes.

La rupture nécessaire

Félix Guattari, dans Les trois écologies (Edition Galilée), écrivait, en 1989 : "Il n’y aura de réponse véritable à la crise écologique qu’à l’échelle planétaire et à la condition que s’opère une authentique révolution politique, sociale et culturelle réorientant les objectifs de la production des biens matériels et immatériels." André Gorz, lui, dans Ecologie et politique (Edition du Seuil), s’interrogeait, en 1977 : Que voulons-nous ? Un capitalisme qui s’accommode des contraintes écologiques ou une révolution économique, sociale et culturelle qui abolit les contraintes du capitalisme ?

Parce que le capitalisme, dans son essence, est destructeur de la biosphère, parce que le développement de ses forces " productives " dépasse la capacité de régénération du milieu vivant, la crise écologique globale ne pourra être résolue qu’avec un changement radical du mode de production. Pour la seule survie de l’humanité, il est nécessaire, et même urgent, de mettre en œuvre la décroissance. Or le capitalisme exige, pour se perpétuer, une croissance soutenue. L’exigence de sa destruction est donc clairement démontrée. Plus les ressources seront raréfiées et moins leur répartition sera équitable, plus les tensions et conflits s’accroîtront dangereusement pour leur appropriation et leur contrôle. Le statu quo n’est plus de mise ; l’alternative se resserre : socialisme libertaire ou barbarie.

J-P T.

Texte issu du Monde libertaire, Hebdomadaire de la Fédération anarchiste

Archives sur le net : http://federation-anarchiste.org/ml

Transmis par le Secrétariat aux relations Extérieures de la Fédération anarchiste

relations-exterieures@federation-anarchiste.org

145 rue Amelot 75011 Paris

A lire : Du développement à la décroissance ou de la nécessité de sortir de l’impasse suicidaire du capitalisme. (Editions du Monde Libertaire), en vente à Publico, 145 rue Amelot 75011 Paris



Imprimer cet article





Rencontre Macron/Gilets Jaunes ? Jérôme, éborgné, se confie !
vendredi 28 - 18h30
Un député de LREM mise à fond pour la réforme des retraites, et pour cause !
vendredi 28 - 18h15
Reportage : Quel cadre juridique pour la chirurgie esthétique dans les pays gouvernés par la gauche ou la droite
vendredi 28 - 10h55
de : Stella2
Du pain contaminé et des jeux, Boycott des JO radioactifs TOKYO 2020
vendredi 28 - 10h22
de : JY Peillard
La Bourse de Paris dévisse de 3,36% et ça continue ... !
vendredi 28 - 10h11
de : gutknecht
1 commentaire
Le Dow Jones perd près de 1.200 points, panique persistante autour du coronavirus
jeudi 27 - 23h20
de : nazairien
AVOCATS EN GRÈVE : LA RÉSISTANCE CONTINUE
jeudi 27 - 16h36
de : JO
LE VENIN DANS LA PLUME - Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République
jeudi 27 - 14h13
de : Ernest London
1 commentaire
Contre l’interdiction du parti communiste polonais
jeudi 27 - 09h23
de : jodez
2 commentaires
Suppression de tournées : La Poste invente le facteur qui traverse les murs
jeudi 27 - 07h58
Désencerclement : C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 27 - 07h28
de : Hdm
Mme. Belloubet pressentie pour le Cour des Comptes ?
mercredi 26 - 11h22
de : joclaude
3 commentaires
Anti-racisme à gauche et signes religieux. (Fr - Deutsch)
mercredi 26 - 00h26
de : Christian DELARUE - Monique DEMARE
UN ESPACE INDÉFENDABLE - L’Aménagement urbain à l’heure sécuritaire
mardi 25 - 07h03
de : Ernest London
Élections, piège à cons ?
lundi 24 - 13h28
de : jean1
1 commentaire
A paris . 24 février 2020 : Les rendez-vous de Publico. ATTENTION (R)évolution permanente
lundi 24 - 12h18
de : jean1
2 commentaires
La Bourse de Paris s’affole face au coronavirus
lundi 24 - 10h55
de : nazairien
6 commentaires
Retraites : « avec le 31 mars, nous voulons refaire une très, très grosse journée »
lundi 24 - 09h12
2 commentaires
AGRIBASHING : COMMUNAUTARISME & AMALGAME
dimanche 23 - 21h44
de : Christian DELARUE
1 commentaire
No soy un hombre libre .
dimanche 23 - 16h07
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gilets Jaunes : Éric Drouet évacué du Salon de l’Agriculture
samedi 22 - 11h49
2 commentaires
Ça branle dans le manche ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 20 - 06h14
de : Hdm
(video) Quand Castaner étale l’intimité d’Olivier Faure... pour défendre celle de Benjamin Griveaux
mercredi 19 - 17h48
de : Arnaud Benedetti
2 commentaires
DÉMOCRATIE - Histoire politique d’un mot aux États-Unis et en France
mardi 18 - 20h32
de : Ernest London
MICHEL DEBRONDE VIT EN NOUS
mardi 18 - 12h40
de : Nemo3637
Emission : Radio Manif – L’Hôpital saigne !
mardi 18 - 10h29
de : Emission Polémix et La Voix Off
Graeme Allwright est mort (video)
lundi 17 - 21h03
de : jean1
1 commentaire
La délation au service de la pédagogie !!! ???
lundi 17 - 20h55
de : Le moustique socratique
Tita Nzebi, chanteuse humaniste en concert le 28 mars
lundi 17 - 14h39
LE CAUCHEMAR DE DON QUICHOTTE - Sur l’impuissance de la jeunesse d’aujourd’hui
lundi 17 - 12h40
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge 22 février 2020
lundi 17 - 12h04
de : Frank
Boom de l’IA en France : 260 000 microtravailleurs à 21 € par mois en moyenne
lundi 17 - 08h08
Ce que signifie le retour de Lyssenko et pourquoi il faut le combattre !!!
dimanche 16 - 21h39
de : Lepotier
3 commentaires
BOLIVIE - L’enjeu des services privés de santé derrière l’expulsion des médecins cubains.
dimanche 16 - 12h22
de : allain graux
VENEZUELA : LES ETATS-UNIS ACCUSES DE CRIMES CONTRE L’HUMANITE DEVANT LA COUR PENALE INTERNATIONALE
dimanche 16 - 10h17
de : JO
Plaidoyer pour le Rojava - Réflexions d’un internationaliste sur les aléas d’une révolution - ed. Acratie
samedi 15 - 11h58
de : acrate
RETRAITES : le bracage à 72 milliards qu’aucun média n’a vu !
samedi 15 - 10h28
de : JO
3 commentaires
Le Service national universel que le gouvernement veut rendre obligatoire pour les jeunes de 16 ans
vendredi 14 - 18h41
de : Mars
2 commentaires
Deal électoral entre Partis bourgeois traditionnels et l’Alternative für Deutschland/AfD fascisant : La crise politique à
vendredi 14 - 18h34
de : Ollaf
TOULOUSE : Actions Syndicales , la lutte continue ! Et même si Macron ne le veut pas !
vendredi 14 - 16h20
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le domaine de la liberté commence là où s'arrête le travail déterminé par la nécessité. Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite