Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

LE CAPITAL CONTRE LA VIE


de : Fédération anarchiste
vendredi 2 juillet 2004 - 19h14 - Signaler aux modérateurs

En dépit des propos anesthésiants de la classe politique, du matraquage pervers des médias, en matière d’environnement, la situation ne cesse de se dégrader. Officiels ou non, les bilans s’alourdissent, les constats sont amers, les clignotants passent au rouge, malgré les injections plus ou moins massives d’argent public. La désinformation systématique ne parvient cependant pas à empêcher la progression, certes toujours trop lente, d’une prise de conscience qui inquiète les milieux d’affaires. Stimulé par son extraordinaire faculté de récupération, et bien que le doute s’insinue même parmi les ardents défenseurs du libéralisme, le capitalisme -high-tech- tente de faire croire qu’il est en mesure de maîtriser la situation, de résoudre les problèmes écologiques qui se posent chaque jour de manière de plus en plus évidente, c’est-à-dire que la crise ne requiert qu’une solution fondamentalement technique. La seule question pertinente aujourd’hui est donc la suivante : la résolution des problèmes écologiques peut-elle, oui ou non, s’effectuer dans le cadre existant du système capitaliste ?

Une coïncidence historique ?

Le premier élément de réponse que l’on peut apporter concerne l’histoire. L’émergence des dégradations infligées à l’environnement correspond à la période d’accélération fulgurante du capitalisme, globalement les "Trente Glorieuses", un éclair à l’échelle du temps. Le commerce global a été multiplié par plus de dix au cours des cinquante dernières années. Il va de soi qu’aucune société n’est écologiquement innocente, c’est-à-dire que le développement d’un groupe humain s’accompagne nécessairement d’une transformation du milieu, dans le sens d’un prélèvement d’énergie et de matières premières, et de rejets de résidus. Mais le capitalisme va engendrer, en à peine un demi-siècle, infiniment plus de dégradations que l’humanité depuis ses origines. S’il faut un repère chronologique, ce sera " Le Printemps silencieux ", l’ouvrage de Rachel Carson paru en 1962, et qui éclate comme une bombe en livrant à l’opinion l’énorme dossier des pesticides aux Etats-Unis.

En France, le concept d’écologie apparaît dans le sillage de mai 68, avec la contestation plus ou moins radicale de la société de consommation (c’est la première fois dans l’histoire qu’une science engendre un mouvement politique). L’érosion, l’épuisement des sols, les diverses pollutions, la dilapidation des ressources naturelles, les multiples nuisances accompagnent cet expansionnisme sans frein, cette croissance déifiée, cette "grande bouffe énergétique", cette dictature des rendements. L’automobile, symbole du capitalisme, met en perspective une angoissante pénurie d’énergie et l’accumulation de déchets de toutes sortes. A l’escalade de la production capitaliste correspond la montée des périls. Le nom de nombreuses catastrophes va s’imprimer dans les mémoires : Seveso, Minamata, Amoco-Cadiz, Torrey Canyon, Three Miles Island, Bhopal… Il apparaît de plus en plus évident que le développement des forces "productives" s’exerce partout au détriment de la nature…et par conséquent de l’homme. Cinquante ans d’option matérialiste ont rendu l’homme malade de son environnement.

Le capital contre la vie

La concentration du capital contient en germe les logiques de prédation, les processus de privatisation de l’environnement. La maximisation des profits dans le laps de temps le plus court possible constitue la cause primordiale des atteintes graves à l’environnement. Tout d’abord, la recherche systématique de l’abaissement des coûts de production induit le passage à la fabrication en grandes, et même très grandes séries. Mais cette perspective est encore insuffisante : il faut entretenir un gaspillage permanent. Plus les volumes de production augmentent, plus les profits s’accroissent. D’où la diminution délibérée de la durabilité des biens de consommation et de leur réparabilité, la fabrication d’objets consommant beaucoup d’énergie, la multiplication des objets jetables, la publicité favorisant le renouvellement incessant des articles, des modèles, le suremballage des produits, la gadgétisation. L’innovation, qui coûte cher, et qui ne correspond à aucune amélioration du service rendu, agit ainsi comme un moteur de l’expansion du capitalisme.

C’est aussi la quête de gains toujours plus importants qui conduit les entreprises à "externaliser" les coûts écologiques (et sociaux d’ailleurs), c’est-à-dire à faire reporter sur l’ensemble de la collectivité, les dégâts qu’elles provoquent sur l’environnement. C’est encore la recherche d’économies d’échelle qui contribue à la construction de super-pétroliers naviguant hors-normes, multipliant les marées noires. La marchandisation de la planète ne laisse rien au hasard. L’historien Marc Bloch a montré que les moulins à vent ont été éliminés pour la seule raison que, le vent étant omniprésent, ils ne permettaient pas la monopolisation. Mais depuis, EDF investit dans les éoliennes ! Alors que sa gestion s’est largement privatisée, le prix moyen du m3 d’eau, en dix ans, est passé de 1.60 euro à 2.65. La gestion des forêts (priorité aux résineux au détriment des feuillus dont la croissance est trop lente) met en lumière le fait que la biomasse n’est conçue qu’en termes de rentabilité.

Deux logiques s’affrontent : celle de l’économique et celle du vivant. Alors que la nature maximise des stocks (la biomasse) à partir d’un flux donné (le rayonnement solaire), l’économie (capitaliste) maximise des flux marchands en épuisant des stocks naturels. Alors que les écosystèmes non perturbés se diversifient, accroissant leur stabilité dans le temps, la gestion capitaliste, en privilégiant les variétés économiquement performantes, introduit l’uniformisation et l’instabilité .

Le réformisme stérile

Le mérite des écologistes a été de problématiser de manière novatrice des questions non seulement essentielles mais vitales. L’impuissance dans laquelle ils sombrent aujourd’hui résulte de leur incapacité à remettre en cause le système économique responsable de ces méfaits environnementaux. On a fait semblant de croire à l’efficacité de l’intervention de la "puissance publique" pour réparer les dégâts des entreprises multinationales (tout en renforçant, d’ailleurs, une Europe économique d’essence libérale : pompier et pyromane à la fois !). On a brandi des armes prétendument efficaces (taxation sur les transactions, suppression des paradis fiscaux et du secret bancaire, contrôle des banques centrales, annulation de la dette du tiers-monde), en "oubliant" de voir que l’économie mondiale voit se développer des zones de "non-gouvernance", c’est-à-dire des domaines où les instances politiques avouent leur totale impuissance : délinquance financière des firmes légales, fraude fiscale, montée en puissance des mafias, rendant tout simplement impossible la maîtrise politique de la mondialisation économique.

L’Etat complice

Pouvait-il en être autrement ? Les prétendues politiques de l’environnement, en Europe et ailleurs, se sont résumées à une inflation de textes législatifs (des centaines de directives, règlements, décisions, avis, recommandations) destinée à rassurer les défenseurs de l’environnement… textes rarement appliqués parce que la majorité des "agents économiques" considèrent les obligations écologiques comme des contraintes difficilement supportables, et que la déréglementation leur sied mieux. Une abondante littérature, mais pas d’actes fermes. Des libellés imprécis qui laissent le champ libre à bien des interprétations. La protection de l’environnement est une excellente idée… tant qu’elle ne heurte pas le principe de la liberté du commerce.

La collusion des pouvoirs politique, militaire, scientifique, industriel et financier n’est plus à démontrer. Censé tempérer le pouvoir économique, l’Etat, le plus souvent, l’appuie et le conforte. Dans leur tentative d’assujettir le consommateur à leurs propres objectifs, les grandes organisations de production rencontrent la bienveillance de l’Etat, souvent prompt à constituer un cadre juridique sur mesure, un environnement stable et propice à leur épanouissement en absorbant la majorité des risques. Fournir ou garantir un marché, participer aux frais de développement, financer la mise au point des connaissances techniques nécessaires et les infrastructures, assumer le coût de diverses pollutions : tels sont les moyens les plus efficaces pour l’Etat de soutenir le capitalisme.

La défense nationale, en d’autres termes le complexe militaro-industriel, est le point de rencontre obligé entre intérêts capitalistes et sécurité de l’Etat. L’armée protège les gouvernements en place ; l’Etat fait vivre les marchands d’armes. Dans la mesure où la guerre permet le gaspillage organisé, créant une demande artificielle propre à écouler les surplus, sa préparation est l’une des conditions essentielles de l’existence d’une dynamique externe du capitalisme. Les dépenses miltaires permettent de maintenir le taux de profit des entreprises d’armement et de l’ensemble du secteur privé bénéficiant directement ou indirectement des commandes de l’Etat. Avec l’utilisation des défoliants, la guerre du Viet-Nam avait innové dans l’impact sur l’environnement ; celle du Golfe de 1991 a franchi un échelon : 613 puits de pétrole ont été incendiés au Koweït et neuf millions de tonnes de pétrole se sont répandus sur la terre ou déversés dans la mer.

De nombreux autres domaines mettent en évidence que l’Etat n’est pas un outil neutre, mais un fervent collaborateur des oligarchies financières. La filière nucléaire constitue un point de convergence entre logique du profit et logique sécuritaire : hypercentralisation, société militarisée, opacité des prises de décision, dilution des responsabilités, surconsommation énergétique. La politique des transports mise en place depuis les années 60, privilégiant scandaleusement la voiture individuelle, pour le plus grand bien du lobby pétrolier, engendre un gaspillage économique et financier au détriment de la voie ferrée, six fois moins énergivore (et 500 fois moins meurtrière). Le développement accéléré de l’urbanisme engloutit de manière irréversible sous le béton et le bitume des milliers de km2 d’excellentes terres agricoles (par ailleurs, une tour de 40 étages consomme autant d’électricité qu’une ville de 20 000 habitants). En développant la filière viande, les politiques agricoles provoquent sciemment la perte d’une part considérable de l’énergie biochimique des plantes.

La rupture nécessaire

Félix Guattari, dans Les trois écologies (Edition Galilée), écrivait, en 1989 : "Il n’y aura de réponse véritable à la crise écologique qu’à l’échelle planétaire et à la condition que s’opère une authentique révolution politique, sociale et culturelle réorientant les objectifs de la production des biens matériels et immatériels." André Gorz, lui, dans Ecologie et politique (Edition du Seuil), s’interrogeait, en 1977 : Que voulons-nous ? Un capitalisme qui s’accommode des contraintes écologiques ou une révolution économique, sociale et culturelle qui abolit les contraintes du capitalisme ?

Parce que le capitalisme, dans son essence, est destructeur de la biosphère, parce que le développement de ses forces " productives " dépasse la capacité de régénération du milieu vivant, la crise écologique globale ne pourra être résolue qu’avec un changement radical du mode de production. Pour la seule survie de l’humanité, il est nécessaire, et même urgent, de mettre en œuvre la décroissance. Or le capitalisme exige, pour se perpétuer, une croissance soutenue. L’exigence de sa destruction est donc clairement démontrée. Plus les ressources seront raréfiées et moins leur répartition sera équitable, plus les tensions et conflits s’accroîtront dangereusement pour leur appropriation et leur contrôle. Le statu quo n’est plus de mise ; l’alternative se resserre : socialisme libertaire ou barbarie.

J-P T.

Texte issu du Monde libertaire, Hebdomadaire de la Fédération anarchiste

Archives sur le net : http://federation-anarchiste.org/ml

Transmis par le Secrétariat aux relations Extérieures de la Fédération anarchiste

relations-exterieures@federation-anarchiste.org

145 rue Amelot 75011 Paris

A lire : Du développement à la décroissance ou de la nécessité de sortir de l’impasse suicidaire du capitalisme. (Editions du Monde Libertaire), en vente à Publico, 145 rue Amelot 75011 Paris



Imprimer cet article





Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite