Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

"Marx penseur de la démocratie"

de : via LL
lundi 9 février 2009 - 16h55 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 24.1 ko

Un texte épatant, daté de mars 2006, trouvé sur le non moins épatant site (à consulter fréquemment) "SémiMarx"

suivi d’autres textes et réflexions de très grande qualité, par exemple (petite sélection perso) :

STATHIS KOUVELAKIS : "Sur l’histoire de la notion de « dictature du prolétariat » : le débat dans le PCF 1966-1972

Slavoj ZIZEK : "Etat d’urgence et dictature révolutionnaire"

Luciano Canfora, « La parabole de la gauche : la fin de l’utopie

Bon appétit !

 ;-)


Introduction

de Norbert Lenoir

"Pourquoi lire Marx aujourd’hui alors que les classes sociales ont été remplacées par les tribus, les ethnies et autres formes de revendications identitaires ? Ah quoi bon le lire alors que le terme même de prolétariat a disparu des discours y compris au sein du parti communiste ?

Alors, Marx n’est-il pas un signifiant sans signifié, une pensée morte pour notre présent qui ne propose plus d’autre programme aux exclus – ils ont remplacé les exploités et opprimés d’autre fois – que de s’intégrer à une société que l’on n’accuse même plus d’exclure ?

Autre fait d’importance qui semble régler le compte de la pensée de Marx : le tribunal de l’histoire : l’effondrement des régimes communistes de l’Est n’est pas un événement parmi d’autres pour le philosophe. Cet effondrement est l’effondrement à la fois économique et moral d’une pensée qui voyait justement dans l’économie le moteur de l’histoire humaine et qui a donc était jugée sur le terrain même où Marx souhaitait qu’on le jugeât.

La réalité sociale a refusé de se plier à ce projet du « règne de la liberté » (note 1) De cet échec, qui est à la hauteur de l’utopie brisée, aucun philosophe ne peut entièrement se réjouir.

Car il est aussi l’échec de la philosophie dans sa volonté, souvent affirmée depuis Platon, de transformer le monde.

Tout semble nous dire – l’événement de la faillite communiste dans les ex-pays de l’Est, les médias – que ceux qui continuent à porter un intérêt aux textes de Marx sont une espèce manifestant les symptômes d’une maladie intellectuelle incurable : fossilisation de l’intellect dans des catégories de pensées illusoires et totalitaires.

Mais précisément, cet échec de la transformation du monde nous impose de réfléchir sur l’interprétation que Marx nous donne de la politique. Cette réflexion sur l’interprétation marxiste de la politique ne se veut surtout pas une énième relecture de toute la pensée de Marx.

Non ! Mais il s’agit bien plus modestement de repérer quelques points conceptuels dans des textes de Marx qui permettent une réflexion intéressante et toujours actuelle sur la nature de la démocratie.

Notre Marx sera ni un doctrinaire qui accouche d’une conception du monde, ni un messie qui dispense une nouvelle religion à vocation historique, mais un théoricien de la démocratie.

Je suis conscient que ce Marx paraît être surprenant, voire même un Marx frelaté tant il semble évident que chez Marx la politique relève que du jeu de la superstructure et que « l’existence de l’Etat et l’existence de la servitude sont indissociables ».(note 2)

Effectivement, Marx développe un discours négatif à l’égard de l’Etat. Il n’est « qu’une communauté illusoire », nous dit-il dans L’idéologie Allemande , qui souhaite cacher la domination de la classe économiquement la plus puissante.

Certes, mais est-ce à dire que Marx n’a pas développé de discours positif sur la politique, est-ce signifier que la politique est éternellement vouée à être le masque d’une domination d’origine économique ?

L’affirmation d’un dépérissement de l’Etat n’est ni synonyme de l’éclipse du politique chez Marx, ni le refus de s’interroger sur l’alliance possible de la liberté et de la politique.

Cette alliance existe bel et bien chez Marx. Et cette existence repose sur une critique de la démocratie. Critique non pas au sens d’une dénégation, mais au sens de discernement : discerner dans des formes historiques de la démocratie, les conditions de possibilité de la liberté politique.

Ce discernement marxiste de la démocratie ne s’est pas effondré avec le mur de Berlin, il est pour nous toujours d’actualité. Il nous permettra de nous interroger sur ce paradoxe contemporain : faire du peuple le souverain et lui refuser la participation au pouvoir.

Si la pensée de Marx a peut-être perdu sa vertu de programme pour une révolution mondiale, elle a la vertu de proposer une rectification de nos concepts que nous utilisons pour légitimer notre démocratie.

Ce qui demeure vivant chez Marx, c’est peut-être moins une pensée économique visant la transformation du monde, qu’une interprétation de la démocratie pouvant nous aider à rectifier certains abus de langage reliés à des tendances oligarchiques de notre présent.

Notre propos aura deux parties et non trois comme le voudrait une pensée marxiste convenue obsédée par la synthèse dialectique :

 La première s’intéressera à la définition critique de la démocratie et à la définition originale de la politique qu’elle engage.

 La seconde tentera de mesurer les effets de cette définition sur notre présent politique.(...)"

La suite ici : (PDF à télé charger)

PDF - 177.7 ko
LENOIR Marx penseur de la democratie

Bio N. Lenoir

"Né à Marseille le 18 septembre 1963, Norbert Lenoir a fait ses études au Lycée Marseilleveyre de Marseille. Par la suite il poursuit des études de Philosophie à l’Université de Provence I qui le conduisent à passer les concours de l’enseignement CAPES et Agrégation de philosophie.

Sa thèse "Domination et légitimité.Deux stratégies d’interrogation du politique chez JJ Rousseau" soutenue en 1998 lui permet d’occuper des fonctions universitaires à Aix-en-Provence.

1989-2007 Professeur de philosophie aux lycées de De Saint-julien en Genvois,de Tournon, de Vitrolles.

1998-2007 Chargé de cours à l’IUFM d’Aix-en Provence

2001-à ce jour Chargé de cours au département de philosophie de l’Université de Provence I

2007 à ce jour Professeur en classes préparatoires au lycée Masséna de Nice. "

http://www.puf.com/wiki/Auteur:Norb...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
"Marx penseur de la démocratie", par Norbert LENOIR
9 février 2009 - 17h00

Je suis conscient que ce Marx paraît être surprenant, voire même un Marx frelaté

Attention dans la transcription du PDF ce terme "frelaté" n’apparaît pas dans le texte qui dit "frôlaté" (?) - j’ignore ce que ça signifie mais c’est le terme employé par Lenoir.

LL



"Marx penseur de la démocratie", par Norbert LENOIR
9 février 2009 - 18h31 - Posté par PT@N@R

REVOLUTION POLITIQUE
REVOLUTION SOCIALE

AU DELA DE TOUS LES APPORTS DE MARX, LE PLUS IMPORTANT ET LE MOINS EVIDENT, EST CELUI DE L’APPROFONDISSEMENT DU CONCEPT DE REVOLUTION

LA REVOLUTION SOCIALE C EST LE RETOURNEMENT DE TOUTE L HISTOIRE DE L HOMME BIEN PLUS QUE LE DEPASSEMENT DU CAPITALISME







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite