Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

KOUCHNER, le riz et les écoliers
de : pilhaouer
mardi 24 février 2009 - 08h09 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 57.2 ko

de Paul Villach

À propos du livre de Pierre Péan : une victime collatérale méconnue de l’humanitaire à la Kouchner : l’École !

On voit d’ici les yeux ronds du lecteur. En quoi donc Kouchner a-t-il pu nuire à l’École, n’en ayant jamais été le ministre ? C’est vrai, mais il l’a utilisée comme personne d’autre. Pierre Péan le rappelle dans son livre, « Le monde selon K. » (1).

La campagne « Du riz pour la Somalie » restera un bel exemple de ce que l’humanitaire dévoyé à la Kouchner peut faire de pire : l’affiche qui a ameuté les établissements scolaires pour que chaque élève apporte un paquet de riz, le 20 octobre 1992, est sans doute l’une des plus obscènes qu’un leurre d’appel humanitaire puisse produire (2).

Un leurre d’appel humanitaire à l’affiche

Elle n’avait pas échappé à un professeur de Nîmes qui avait placé « la relation de l’information » au cœur de son enseignement. Il l’avait étudiée avec ses élèves dans les semaines qui avaient suivi ce grand élan humanitaire où avait été emporté les établissements scolaires de France sur les pas de Kouchner jouant au joueur de flûte de Hamelin d’un conte de Grimm. Cette affiche contenait, en effet, tous les ingrédients qui font l’efficacité du leurre d’appel humanitaire.

1- L’exhibition du malheur d’autrui - un enfant noir squelettique tenant une gamelle vide - captait l’attention jusqu’au voyeurisme.

2- Le réflexe de compassion et d’assistance à personne en danger était stimulé dans la foulée.

3- La mise hors-contexte de la scène la rendait opportunément inintelligible dans ses causes.

4- La distribution manichéenne des rôles était clairement tranchée : l’enfant et ses bienfaiteurs se trouvaient dans le camp du bien, et ses bourreaux comme ceux qui laissaient faire, dans le camp du mal.

5- Un amalgame simplifiait la situation : 1 kg de riz était la solution à la famine. Une situation collective de détresse trouvait son remède dans un geste individuel facile.

6- Ce coût dérisoire en regard d’une vie sauvée était de nature à accroître le sentiment de culpabilité en cas d’abstention. La médiation d’une organisation humanitaire ôtait tout prétexte à une dérobade.

7- Des institutions au-dessus de tout soupçon étaient autant de leurres d’appel autoritarien qui invitaient à se soumettre : les ministères de l’Éducation nationale et de la Santé, et des entreprises connues pour leur philanthropie comme La Poste ou Antenne 2, avec Patrick Bruel dans le rôle de la star au grand coeur.

8- Et, « last but not least », le leurre de la pression du groupe sur l’individu était mise en œuvre par la fixation d’un jour de remise collective du paquet de riz, le 20 octobre 1992 : quel élève pouvait prendre le risque de venir sans son paquet de riz sous peine d’exhiber aux yeux de tous la pierre qu’il avait à la place du cœur ?

La carence de l’École

Pierre Péan cite un communiqué du syndicat FO s’élevant contre l’utilisation de l’École dans ce genre d’opération politique. Il ne semble pas qu’on ait trouvé dans le milieu des professeurs beaucoup plus que ce type de vertueuses indignations, quand ce qui importait, était d’apprendre aux élèves à analyser « une relation d’information ». Aucun syndicat ne paraît s’en être soucié pour le plus grand bonheur d’un aventurier comme Kouchner, faute d’en avoir les moyens sans doute. S’est-il trouvé toutefois sur le territoire quelques professeurs isolés qui se soient emparés de ce qui relevait tout de même de leurs compétences, c’est-à-dire la lecture de l’ information que constituait cette affiche ? C’est possible. Mais, sauf erreur, ils n’ont laissé aucune trace de cette résistance, à une exception près, celle du professeur nîmois signalé ci-dessus. Car mal lui en a pris ! L’anecdote est révélatrice des infortunes du savoir mis au service du pouvoir par l’École d’aujourd’hui. Et gare à qui y fait obstacle !

Une principal adjoint diffame le professeur

Tandis que la droite est revenu au pouvoir, six mois après ces belles images montrant Kouchner portant un sac de riz sur l’épaule et décochant des louches de grumeaux de riz dans la gamelle d’enfants affamés, le 25 mai 1993, la principal adjoint du collège Jules-Verne de Nîmes accuse ce professeur tout à trac en son absence, à la fin d’un conseil d’administration, d’ « avoir interdit à ses élèves sous peine de sanction d’apporter le (fameux) paquet de riz et de les obliger à acheter ses livres ».

Il faut avouer que ces griefs sont originaux : ils n’ont pas été improvisés, mais mûrement réfléchis. Sont visés à la fois l’enseignement particulier du professeur fondé sur une réflexion approfondie que révèle l’existence de livres et un exemple de sa nocuité puisqu’il interdirait de participer à une campagne humanitaire. La principal adjoint a parlé sans être interrompue par le chef d’établissement à ses côtés qui s’est tu.

Les délégués de parents tombent des nues : ils sont quand même les premiers concernés : or, depuis six mois, il ne leur est jamais revenu aux oreilles de pareilles absurdités. Ce sont eux d’ailleurs qui, les premiers, alertent de l’incident le professeur incriminé et lui présentent leur témoignage écrit. Ses « chers collègues », eux, gardent le silence, à l’exception d’un seul. Quand l’accusé veut recueillir aussi leur témoignage par écrit, tous les délégués des professeurs s’y refusent, sauf un. Mais certains professeurs fournissent volontiers à la principal adjoint des attestations de haute moralité en dénigrant leur collègue, lorsque celui-ci est obligé de porter l’affaire en justice : le chef d’établissement a refusé à sa demande de démentir les propos de son adjoint ; il la protège ! De même, puisqu’il est attaqué à l’occasion de ses fonctions, le professeur demande la protection statutaire au recteur au titre de la loi du 13 juillet 1983. Mais celui-ci la lui refuse, en précisant toutefois avec arrogance qu’il l’accorde à son agresseur !

La principal adjoint condamnée

N’empêche, en novembre 1993, la principal adjoint est condamnée par le tribunal d’instance de Nîmes au titre des articles 1382 et 1383 du Code civil. Mais elle fait appel. Pourquoi se gênerait-elle puisque c’est l’État qui paie ses frais ? Or, le 13 juin 1995, la cour d’appel de Nîmes confirme sa condamnation : « Si donc, écrit la cour, une faute ou une simple présomption de faute pouvait être imputée (au professeur), on ne comprend pas que (la principal adjoint) (…) ait choisi de procéder en quelque sorte à une enquête officieuse, non officiellement déclarée, pouvant par un paradoxe aberrant donner lieu à une rumeur dont on pouvait craindre alors qu’elle ne devienne un mode de preuve tout à fait anormal, attentatoire aux droits de la personne. Dès lors, l’action de (la principal adjoint) s’inscrit en dehors du cadre strict de ses attributions ».

Le recteur d’académie de Montpellier et l’État condamnés

Le professeur en profite pour soumettre le refus de la protection statutaire qui lui était due au tribunal administratif de Montpellier : le recteur plaide évidemment l’innocence de sa principal adjoint modèle qui n’a fait que remplir les devoirs de sa charge ! Le tribunal rétorque, lui, que les propos qu’elle a tenus, sont diffamatoires et ne relèvent donc pas des devoirs d’un administrateur : le recteur a commis une faute et l’État est condamné, le 12 juin 1996, pour refus de protection statutaire due, à verser au professeur 15.000 francs de dommages et intérêts.

Entre temps, la principal adjoint qui jouit toujours des deniers de l’État, s’est pourvue en cassation. Ceux qui s’y sont essayés, le savent : un avocat devant la haute cour n’est pas donné ! Manque de chance, le 16 juillet 1997, la cour de cassation confirme l’arrêt de la cour d’appel en dénonçant « l’animosité » de la principal adjoint envers le professeur qui caractérise une faute personnelle.

Ainsi, l’Éducation nationale ne se contente-t-elle pas d’enseigner à ses élèves un formalisme stérile qui interdit de maîtriser « la relation d’information » pour ne pas être le jouet des prédateurs. Mais elle combat toute recherche qui pourrait amoindrir la désorientation de ses élèves qu’elle organise. Jamais une campagne comme celle que Kouchner a mise sur pied en 1992, n’aurait eu l’écho qu’elle a rencontrée dans l’École, si une théorie expérimentale de l’information y était enseignée. L’agression de la principal adjoint quelques mois plus tard, une fois la droite revenue au pouvoir, montre que des vigiles veillent pour tenter de discréditer un professeur qui refuse d’enseigner les erreurs prescrites par les instructions officielles. Par chance, l’époque connaissait encore des juges indépendants capables de condamner une autorité coupable de diffamation. Aujourd’hui, « la culture de soumission », dénoncée par le procureur Éric de Montgolfier, rendrait l’issue heureuse de cette procédure, improbable, voire impossible. Des opérations à la Kouchner ne peuvent prospérer que sur le terreau d’un peuple soigneusement désorienté par l’École. Paul Villach

(1) Pierre Péan : Chapitre V : « Sacs de riz et soutien de la politique américaine en Afrique », p. 105, in « Le monde selon K. », Éditions Fayard, 2009.

AGORAVOX, 21 mai 2007. http://www.agoravox.fr/article.php3...



Imprimer cet article





Rendez nous nos rêves !
mardi 25 - 19h31
de : Claude Janvier
urgent appel de sôs
mardi 25 - 19h30
de : rodolphe nettier
Santé : un plan qui ne fera pas taire les mobilisations
mardi 25 - 10h43
aquarius appel au blocage du port autonome de Marseille
mardi 25 - 05h36
de : rodolphe nettier
SONDAGE : Mélenchon en-tête pour la première fois devant Macron !
lundi 24 - 17h23
de : JO
SYRIE : La DCA Syrienne sera considérablement renforcée ! Riposte cinglante !
lundi 24 - 16h42
de : JO
1 commentaire
VENEZUELA : Le point sur la propagande honteuse des trompettes de la renommée impérialiste !
lundi 24 - 12h04
de : JO
Georges Ibrahim Abdallah - Il est urgent de le libérer
dimanche 23 - 16h24
de : Ledesorde
Revendiquer nos droits, et les défendre !
dimanche 23 - 11h19
de : jean 1
Les approches libertaire de l’école du Rojava
dimanche 23 - 09h39
de : Pierre Bance
1 commentaire
SORCIÈRES - La Puissance invaincue des femmes
vendredi 21 - 21h25
de : Ernest London
EPR : l’esprit munichois des dirigeants de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN)
vendredi 21 - 18h32
de : Patrick Samba
5em fete de l’autogestion a quimper
vendredi 21 - 14h52
de : vilkelu
Nos vieux valent mieux que leurs profits
vendredi 21 - 13h19
de : MARTINE LOZANO
Parcoursup : un bilan jugé désastreux par les syndicats
vendredi 21 - 10h29
DES DRONES ET DES CERFS-VOLANTS !
jeudi 20 - 09h41
de : C’est l’heure de l’mettre
Rassemblement de soutien : Assignation au tribunal de Nanterre « La Poste veut empêcher Gaël de militer ! » (video)
mercredi 19 - 22h38
DRAME À LA BIBLIOTHÈQUE COURONNES (Paris XXe) : LA CGT DEMANDE LA TENUE D’URGENCE D’UN CHSCT EXCEPTIONNEL
mercredi 19 - 21h58
de : Ménil Info
Assez de parlotes à Matignon, tous ensemble et en même temps dans l’action !
mercredi 19 - 18h08
de : jodez
2 commentaires
CONDITIONNEMENT TOXIQUE
mercredi 19 - 15h27
de : Lukas Stella
Affaire Benalla en continu !
mercredi 19 - 10h46
de : JO
Hommage de l’UJFP à Gisèle Felhendler
mercredi 19 - 07h18
de : UJFP
Rejoignez le Collectif des pisseurs involontaires de glyphosate
mercredi 19 - 06h46
de : Pissou
1 commentaire
Les petits pas.
mardi 18 - 21h07
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Viols : « Que cette guerre cesse »
mardi 18 - 16h57
3 commentaires
LE MYTHE DE LA THÉORIE DU RUISSELLEMENT
mardi 18 - 08h31
de : Ernest London
6 commentaires
Jann Halexander ’Ceci n’est pas l’Afrique’ 12 octobre, Atelier du Verbe, Paris
mardi 18 - 01h34
de : Bruno
Grande fête du livre Paris samedi 22 septembre 2018
lundi 17 - 23h11
de : frank
ELYSEE , journée du patrimoine : un conseil à un chômeur !
dimanche 16 - 16h54
de : JO
1 commentaire
CLINIQUE DE LA PINEDE (PO)
dimanche 16 - 15h18
La terre dévorée par l’économie ...
dimanche 16 - 12h31
La fête de l’Humanité.
dimanche 16 - 09h22
de : Régis de Nimes.
1 commentaire
Rémo Gary et Debronckart
dimanche 16 - 09h19
de : Norbert Gabriel
Benalla devant le Sénat ?
samedi 15 - 14h48
de : JO
ELYSEE : Un autre raté !
samedi 15 - 14h30
de : joclaude
2 commentaires
Plan pauvreté : Emmanuel Macron en pompier pyromane
samedi 15 - 11h10
2 commentaires
La nouvelle ministre des Sports occupe un logement social !
vendredi 14 - 09h00
de : JO
1 commentaire
ÉCOLOGIE OU CATASTROPHE - LA VIE DE MURRAY BOOKCHIN
vendredi 14 - 07h33
de : Ernest London
Appel des travailleurs iraniens de la métallurgie aux syndicalistes et aux pacifistes du monde entier
jeudi 13 - 21h38
de : Lepotier
Hivers nucléaire.
jeudi 13 - 19h26
de : L’iena rabbioso
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. Karl Marx
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite