Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

CHRONIQUE ANTI-INDUSTRIELLE
de : Jacques CNT AIT Essonne
dimanche 18 mai 2003 - 23h45 - Signaler aux modérateurs

L’action pour laquelle Bové et Riesel ont été jugés, le 19 novembre 2002 à Montpellier, est la dernière qu’ils ont faite ensemble, leurs chemins ayant par la suite divergé. C’est précisément un axe qui semble important dans leurs divergences d’analyse, le citoyennisme, qu’il me paraît utile d’analyser dans cette chronique. Il définit à lui seul, à mon avis, deux façons d’aborder la lutte ou de résister au système, deux courants d’opposition : l’un collaborationniste et l’autre radicalement opposé au système.

Cette analyse explique aussi pourquoi, à cause du citoyennisme, l’unité et les luttes dans quelques domaines qu’elles soient, sont si souvent compromises avant d’avoir commencé. Elle donne également quelques raisons de soutenir René Riesel et de critiquer vivement José Bové auquel, bien évidemment, nous ne souhaitons pas pour autant la prison.

Depuis le démontage du Mc Do à Millau, José Bové a entretenu la confusion en entraînant la lutte anti-OGM dans une démarche étatiste, anti-mondialiste, citoyenniste. Croyant pouvoir profiter du rôle de star éphémère que les médias recherchent en permanence, le malin gaulois de la Confédération Paysanne pensait pouvoir tout bousculer, tout utiliser dans son combat, du directeur de l’OMC au sous-commandant Marcos, de Pasqua à Chevènement, de Jospin jusqu’à la fête de l’Humanité, pour finir par appeler à voter Chirac. Son choix politique de l’efficacité médiatique a montré une fois de plus son revers. C’est lui qui se retrouve en réalité utilisé, manipulé par une classe politique et les médias aux ordres. Il en est réduit à demander, ou à faire demander, pour lui la grâce présidentielle. C’est pitoyable, c’est comme s’il demandait pardon de ses fautes. Que peut-il bien subsister à présent de son opposition aux OGM ?

René Riesel, quant à lui, est parti de la Confédération Paysanne et tient absolument à se démarquer de Bové et de ses acolytes citoyennistes, à assumer pleinement ses actes.

Cette idée de citoyennisme est importante à recadrer dans la réalité, pour bien saisir l’illusion qu’elle entretient, les intérêts divers qu’elle sert, et pourquoi il ne peut y avoir de contestation crédible et cohérente quand elle la monopolise grâce aux médias.

L’illusion du citoyennisme

Cette notion de citoyennisme s’inscrit bien évidemment dans une vision idyllique et trompeuse de l’Etat. Etat dans lequel il suffirait aux citoyens d’être actifs, informés, de voter correctement, pour que son fonctionnement — et la mondialisation du capitalisme s’en trouvent changés, limités, taxés, contrôlés, maîtrisés. Si cette vision du citoyen de base actif et responsable qui s’informe, qui lutte, qui participe est sympathique en théorie, il n’en reste pas moins qu’en pratique les réalités de la société industrielle n’encouragent vraiment pas ce genre d’individu, bien au contraire. Un monde complexe et incontrôlable, une spécialisation de tout, une délégation de pouvoir qui y est généralisée, dépossèdent une bonne partie des individus de la compréhension qu’ils devraient avoir de leur société et de l’action qu’ils sont supposés avoir sur elle, voire même sur leurs élus.

Faire l’apologie du citoyennisme, c’est déjà refuser de voir les limites de la démocratie représentative, de voir le formatage de l’individu moderne, la maîtrise de son information par les médias, les réunions à huis-clos sur le budget ou autres négociations qui, de fait, lui sont interdites. C’est ignorer, peut-être volontairement, les rapports confidentiels dont il ne peut prendre connaissance et qui pourtant le concernent directement. C’est refuser de prendre en compte les conditions de vie et de travail, pas toujours confortables, de ce citoyen moderne. Sa vie relève plus en réalité d’un embrigadement que d’un épanouissement personnel. L’individualisme, l’arrivisme, une consommation de tout, de matériels, de bouffe, de peur, d’émotions, de loisirs, de nature, de films, de prêts à penser, d’apparences, de personnalités toutes faites et modélisées, sont, en général, ses préoccupations majeures. Le supposé citoyen des temps modernes est persuadé de l’énorme avantage qu’il a à profiter du modernisme, du progrès technique tant qu’il n’en est pas victime ou malade. Il est prêt à ramasser des maladies, de la misère à pleines mains, comme le mazout sur les plages, parce que les spécialistes l’auront convaincu que la balance coût-bénéfice est avantageuse pour la collectivité ou son confort personnel et qu’aucune autre alternative n’est possible.

Il doit désormais se faire à l’idée que sa vie a un prix et qu’elle peut être sacrifiée sur l’autel de la science et de l’industrie. Ce prototype du citoyen moderne délègue de plus en plus son pouvoir, sa vie, sa réflexion à des spécialistes politiques, scientifiques, syndicaux voire à des machines. Il leur abandonne le soin de décider, de s’informer, d’agir, de lutter, d’exister à sa place. Ce brave citoyen ne peut que se transformer en un individu informé mais ignorant, assisté, individualisé, manipulé, ballotté dans des logiques qu’il ne comprend pas ou plus. Il n’a alors pas d’autres alternatives que celles toutes digérées qu’on lui sert dans une urne ou à la télé. La survie qui lui est servie sur un plateau par ce système industriel ne peut que limiter son action citoyenne au bulletin de vote ou à quelques actions de bénévolat pour garder une image de soi pas trop négative et un semblant d’esprit responsable.

Pour que le citoyen ait vraiment le sens des responsabilités, faudrait-il encore qu’il en ait une idée, qu’il ait conscience de tout ce qui se fait en son nom pour pouvoir les appréhender qu’il veuille les voir ou qu’il décide de quelque chose !

En réalité l’image du citoyen modèle est un mythe pour valoriser l’Etat prétendument démocratique et reporter toute la culpabilité sur ce citoyen tellement insuffisant et répréhensible. Pourtant la seule chose qu’on est en droit de reprocher à ce fameux citoyen de base, la seule responsabilité qui lui incombe, c’est celle de se laisser endormir, berner, utiliser par ce système et de vouloir consommer ou de voter pour le moins pire !

Les résultats qui découlent de cet endormissement de la société civile ne se révèlent pourtant guère brillants et démontrent que la population a tort de prendre l’Etat pour un protecteur, un médiateur ou un régulateur supposé neutre, alors qu’en réalité il est l’architecte, le maître d’oeuvre, le gérant de cette société industrielle despotique, de cette société humaine désintégrée.

A quoi sert ce citoyennisme mythique, cette démagogie ?

Les maîtres à penser qui prônent ce citoyennisme, prônent en même temps la possibilité d’un Etat impartial, fort, incorruptible. En général ils y ont directement intérêt par la place qu’ils occupent dans les agences pro ou extra gouvernementales. Comme spécialistes ou co-gestionnaires de l’Etat, ils profitent directement de la soumission, de la résignation de la population et cela même s’ils s’en plaignent. Par leur professionnalisme, ils justifient leur arrivisme et leurs propres renoncements. Ces partisans du "plus d’Etat" ne sont pas forcément des gens malhonnêtes ou corrompus et certains pensent sincèrement avoir les qualités nécessaires pour pouvoir obtenir des améliorations, des résultats à travers leurs action politique, syndicale ou scientifique. Ils finissent par devenir des interlocuteurs, des partenaires sociaux, économiques, et scientifiques respectables, reconnus par ce système capitaliste industriel. Ils veulent croire ou nous faire croire à une possible indépendance des syndicats, de la recherche publique, des partis politiques, des institutions par rapport aux industriels. Y a-t-il pire sottise, quand on s’aperçoit que leurs intérêts sont si liés, si dépendants ?

Dans le courant politique qui essaie de sauvegarder ce citoyennisme, nous retrouvons principalement une gauche nostalgique des "30 Glorieuses" : Attac, la LCR, la Confédération Paysanne, SUD, l’Observatoire de la Mondialisation, la mouvance du Monde Diplomatique, et des fractions du PS et du PC. Organisations qui aimeraient bien représenter un mouvement social aujourd’hui inexistant. Ces organisations, comme toutes celles qui n’aspirent qu’à réformer ou à gérer l’Etat, veulent nous faire croire qu’avec leurs conseils avisés c’est la fin de nos malheurs.

Ce mouvement citoyenniste ressort en fin de compte du réformisme, du conservatisme, d’une résignation ambiante voire quelque peu réactionnaire de la population. Dans les mots qu’il utilise ainsi que dans ses revendications, on peut cerner ses intentions comme ses dérives. Ainsi, il prétend pouvoir contrôler la mondialisation, réduire les abus des marchés. N’y a-t-il pas grâce à cela, de bonnes places à prendre pour ces spécialistes ? Réclamer un Etat fort, n’est-ce pas pour installer insidieusement dans les têtes la nécessité d’un élu ou d’un homme fort ? Utiliser le terme "contre pouvoir" pour manifester une opposition, n’est-ce pas manifester une volonté de partager ce pouvoir, de s’en accommoder ? D’autant plus quand ce contre pouvoir porte en lui les germes du système (hiérarchie, élitisme, etc.) ?

Si cette idée citoyenne relève d’une démagogie, d’une duperie politique tout à fait habituelle, par contre elle offre au système capitaliste, à travers l’Etat, une adhésion, une illusion de participation, de responsabilisation de la population. Illusion qui est essentielle à maintenir dans un contexte de gestion industrielle et de catastrophes diverses. Elle entretient dans la population l’illusion d’un Etat démocratique pouvant être influencé, préoccupé de sa population, alors qu’il est le garant de ce système despotique et catastrophique.

L’Etat, cet innocent aux mains pleines

L’Etat ne peut être que l’organisateur ou le défenseur zélé de l’industrialisation avec des conséquences soigneusement vantées, occultées, falsifiées ou cachées à la population. Que pourrait bien apporter de plus une limitation, un contrôle de l’industrialisation à la mode citoyenne ? Sinon une concentration urbaine pas moins inhumaine, une industrie chimique pas moins dévastatrice, un programme nucléaire tout aussi mortifère, une militarisation tout autant "à la pointe du progrès", une géno-industrie tout aussi prometteuse, sur laquelle l’Etat continuerait à baser tous ses espoirs. La responsabilité de l’Etat et de sa recherche publique dans ces affaires n’a pas besoin d’être démontrée. L’Etat défend, soutient et travaille pour l’industrie. Il impose, il encourage des choix technologiques pour "que le pays ne soit pas à la traîne d’un point de vue économique ou scientifique". Ceci est plus que jamais le leitmotiv pour nous faire accepter n’importe quoi, pour faire rentrer dans le rang les chercheurs récalcitrants. Ce qui est interdit aujourd’hui est par là même banalisé et ensuite autorisé, légitimé le lendemain sur l’autel de l’économie, de la science, de la survie, voire de la fameuse raison d’Etat. Cette responsabilité de l’Etat dans ce système industriel et capitaliste est d’autant plus importante à travestir pour nos dirigeants que les conséquences que font peser ces activités industrielles se révèlent catastrophiques ou inhumaines. De toute façon les technologies employées ne peuvent pas être neutres. Un de leurs effets, peut être le plus sournois, au-delà du danger immédiat et du profit qu’elles génèrent, est de contribuer largement à l’écrasement, à la soumission, à la résignation voire à l’aveuglement volontaire de la population. Il importe ensuite à l’Etat de se donner bonne conscience, une bonne image, grâce à de pseudo-débats ou "consultations citoyennes" qui ne servent en réalité qu’à une seule chose, celle de faire avaliser leur dictature techno-scientifique par quelques citoyens qui se préoccupent encore de leur avenir. Les citoyens consultés ou choisis pour la circonstance seront même traités de "candides" à l’occasion d’une enquête parlementaire sur les biotechnologies. C’est tout dire de la considération qui est portée à ce citoyen de base. Dans ce genre de mise en scène, l’Etat entretient l’illusion d’une gestion partagée, il fait intérioriser l’idée de co-responsabilité d’une population qui est censée désirer bénéficier de tout ce qui se fait. Malgré leurs efforts pour nous faire prendre une dictature industrielle pour une démocratie participative, les technologies imposent d’elles-mêmes des spécialistes, une gestion centralisée, une hiérarchie sociale et des exclus, une gestion de catastrophes, une gestion militaire, un despotisme dans lesquels l’idée de démocratie, des droits du citoyen ou du syndicaliste ne sont plus qu’un délire démocratique parmi tant d’autres. Le programme politique des élus du peuple n’a en réalité plus guère d’importance, car ceux-ci ne pourront que s’en remettre aux avis d’experts multiples qui les conseillent dans la gestion de ces divers désastres sociaux, écologiques ou autres. Ces programmes ne se rejoignent-ils pas, le moment venu, dans cette fameuse raison d’Etat ? Pour nous, il est plus que jamais aberrant de présenter l’Etat comme pouvant être le reflet d’une politique, une providence ou un régulateur alors qu’il est, de plus en plus, l’architecte, le maître d’oeuvre, le gérant de ce système industriel et chaotique voulu irréversible et considéré comme le seul possible. Toutes les obédiences politiques qui n’aspirent, par leur progressisme, qu’à gérer l’Etat et sa société industrielle, qui vénèrent la science sans se soucier du pouvoir militaro-industriel qui l’entretient, ne peuvent que participer à nous faire avaler son fonctionnement autoritaire, son despotisme, sa logique inhumaine.

C’est pourquoi le citoyennisme, qui soutient l’Etat, ne peut que saboter toute opposition réelle au système.

Demander plus d’Etat ou plus d’investissement des individus pour le renforcement de cet Etat, comme le font les apôtres du citoyennisme, revient à demander le renforcement du système capitaliste industriel lui-même. Demander une recherche et une expertise publique plus forte pour encadrer la recherche privée, c’est nier leurs liens idéologiques et financiers. C’est comme demander plus de syndicats, financés par l’Etat et les patrons, pour s’opposer aux patrons. Ce n’est pas forcément croire au Père Noël, puisque c’est déjà un peu ce qui se passe et que cela ne sert pas à grand chose, sinon à nous faire accepter petit à petit l’inacceptable et à saboter les oppositions naissantes.

C’est pour cela que, loin de représenter un frein ou une opposition au système capitaliste, le citoyennisme médiatisé et l’opposition qu’il est censé incarner, ainsi que tous ses propagandistes intéressés à la gestion de l’Etat, est le meilleur moyen qui soit donné au système pour désamorcer les luttes ou les orienter dans des impasses. Assisté par les médias, il monopolise la contestation, il entretient l’illusion de démocratie et permet de faire accepter, sans trop de turbulences cette société technologique despotique.

Ce courant citoyenniste, de par sa modération d’une sagesse immense, ne désire pas seulement limiter les excès du capitalisme, il en limite l’analyse et les raisons de lui en vouloir. C’est la raison pour laquelle cette modération se retrouve jusque dans ses revendications, comme par exemple celle sur l’étiquetage et la traçabilité des OGM. Revendication qui donne l’illusion d’un choix pour le consommateur et toute leur place aux experts scientifiques, aux industriels. Finalement, cette revendication, présentée comme une solution, nous fera accepter ces OGM, puisqu’ils sont incontrôlables et irréversibles.

Avec cette infinie prudence qui les caractérise, ils s’abstiennent bien également de remettre en question la science, la technologie et le monde ahurissant qui les produit, puisque l’Etat y a tant intérêt. Ce qui, en vérité, pourrait résumer leur action, c’est un pot pourri de dictons qui dirait : "on ne crache pas dans la soupe surtout quand on veut manger à la gamelle et que l’on a le cul entre deux chaises pour ménager la chèvre et le chou". A suivre...

Jacques CNT AIT Essonne



Imprimer cet article





Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
« Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu'ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite