Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le monologue de Tagg
de : entente entre les peuples
lundi 25 mai 2009 - 10h14 - Signaler aux modérateurs

Trevor Griffiths est un auteur de pièces et de scénarios anglais qui a notament écrit REDS avec Warren Beatty, voici un éxtrait de sa pièce The Party qui reprends les débats politiques de la gauche après les événements de 68. Le personnage de John Tagg est un vieux leader marxiste disons orthodoxe qui s’oppose dans ce monologue énorme aux tendances de la Nouvelle Gauche genre marcuse et Co.

Tagg : Là, je vais, hem… être en désaccord avec, heu… l’analyse et la représentation de notre camarade. J’aimerais commencer par expliquer pourquoi je suis là. C’est très simple, vraiment. Je suis responsable national et membre du comité exécutif du RSP, qui est la branche britannique de la Quatrième Internationale reconstituée, qui se base sur le Programme de transition établi par Trotsky quelques années avant sa mort. Je passe la plupart de mon temps avec des travailleurs – dockers, mineurs, ingénieurs, ouvriers dans l’industrie automobile, maçons, marins.

Et comme j’essaierai de le montrer plus tard, un parti ou une faction révolutionnaire qui échoue à s’ancrer dans la classe ouvrière, à s’appuyer dessus, ne mérite aucune attention. (pause) Mais un marxiste révolutionnaire qui a vécu en Europe, en Amérique, voire n’importe où ailleurs ou presque, ces trois ou quatre dernières années, devrait être sourd et aveugle pour ne pas avoir remarqué un considérable… potentiel révolutionnaire, pourrait-on dire, qui gagne des sections de la population dont la relation avec la classe ouvrière est soit inexistante, ou très ténue, soit carrément antagoniste. Je pense à des catégories comme les étudiants, les noirs, les intellectuels, les déviants sociaux d’un genre ou l’autre, les femmes, et cætera. Alors, nous avons décidé de lancer une campagne générale d’éducation politique – y compris pour notre propre éducation, devrais-je ajouter – qui constituera une base plus large et plus expérimentée pour nos efforts. (Pause.) Ce n’est pas un soudain accès d’humilité, dois-je préciser.

Ce n’est pas une campagne de recrutement. Ce n’est pas une collecte de fonds. Ce n’est pas une quête du compromis idéologique et de la médiocrité politique. Si notre analyse est correcte, nous entrons dans une nouvelle phase dans la lutte révolutionnaire contre les forces et les structures du capitalisme. La désaffection est largement répandue : à Londres, à Paris, à Berlin, dans les villes américaines ; partout où vous tournez votre regard, les institutions bourgeoises sont soumises à des attaques répétées et souvent violentes. De nouvelles forces grandissent pour se jeter dans le courant. La question est : comment peuvent-elles être conduites à aider la révolution ? Ou sont-ils simplement condamnés définitivement à n’être que des "contestataires" que la "tolérance répressive" de sociétés "capitalistes vieillissantes" va absorber et rendre impuissants ? (Pause) Nous aurons besoin de théorie, pour répondre à des questions de ce type. Mais je soupçonne la théorie de ne pas être totalement en accord avec ce qui nous a été exposé par notre camarade ici ce soir. (Pause) Il y a quelque chose de profondément attristant dans cette analyse.

Et, si l’on me permet une légère digression, cela semble refléter une tristesse et un pessimisme au fond de vous-mêmes. Vous êtes des intellectuels. Vous êtes frustrés par le caractère impuissant de votre opposition aux choses que vous avez en horreur. Votre arme principale est le verbe. Votre protestation est verbale – il ne peut en être qu’ainsi : elle s’épuise à force de se répéter et ne vous mène nulle part. D’une certaine façon, vous sentez – et assez justement – que pour qu’une protestation soit efficace, elle doit être ancrée dans la réalité de la vie sociale, dans les processus productifs d’une nation ou d’une société. En 1919 les dockers de Londres se sont mis en grève et ont refusé de charger des munitions pour les Armées blanches qui combattaient la révolution russe. En 1944 les dockers à Amsterdam ont refusé d’aider les nazis à transporter les juifs dans les camps de concentration. Que pouvez-vous faire ? Vous ne pouvez faire grève et refuser de manipuler les cargaisons américaines jusqu’à ce qu’elles quittent le Vietnam. Vous êtes en dehors des processus de production. Vous n’avez que le verbe. Et vous ne pouvez le transformer en acte.

Et parce que les gens qui ont ce pouvoir ne semblent pas pressés de l’utiliser, vous développez ce… cynisme… ce mépris. Vous dites : la classe ouvrière a été assimilée, corrompue, démoralisée. Vous pointez du doigt leur voiture, leur maison, leur retraite et leur respectabilité, et vous faites une croix dessus. Vous construisez toute une théorie là-dessus et vous la remplissez d’expressions grandiloquentes comme "épicentres" ou "néocolonialisme". Mais en fin de compte ce que vous faites, c’est trouver un bouc émissaire à votre propre frustration et votre ennui, et là vous vous mettez à recruter : les noirs, les étudiants, les homosexuels, les groupuscules terroristes, Mao, Che Guevara, n’importe qui, du moment qu’ils représentent une quelconque minorité réprimée encore susceptible de colère et ayant besoin de s’affirmer. (Pause). Bon. Avec quels travailleurs avez-vous discuté récemment ? Pendant combien de temps ? Comment pouvez-vous savoir s’ils ne sont pas aussi frustrés que vous l’êtes ? Surtout les jeunes qui prennent les voitures et les miettes qui tombent de la table pour acquises ? Si cela ne vous satisfait pas, vous, pourquoi est-ce que ça satisferait ceux qui créent la richesse pour commencer ? Vous partez du principe que vous seuls êtes assez intelligents et sensés pour voir à quel point la société capitaliste est mauvaise.

Croyez-vous vraiment que le jeune homme qui passe toute sa vie à un métier monotone et déshumanisant ne le soit pas non plus ? Et en un sens plus profondément, plus durement ? (Pause). Soudain vous perdez contact – pas avec les idées, pas avec les abstractions, les concepts, parce qu’après tout ils sont votre fonds de commerce, vous perdez contact avec les fondements moraux du socialisme. En un sens, objectivement, vous ne croyez actuellement plus à une perspective révolutionnaire, ni à la possibilité d’une société socialiste, ni en un Homme socialiste. Vous voyez les difficultés, vous voyez les complications et les contradictions, et vous vous en accommodez comme d’une sorte de jeu que vous pouvez pratiquer entre vous. Finalement, vous apprenez à apprécier votre douleur, à en avoir besoin, ainsi vous n’avez rien d’autre à offrir à vos pairs bourgeois qu’une sorte d’épuisement moral. Vous ne pouvez construire le socialisme sur la fatigue, camarades. Shelley rêvait de l’humanité "sans sceptres, libre, sans limites, égale, sans classes, sans tribus et sans nations, exempte de toute vénération et de toute crainte".

Trotsky anticipait l’Homme socialiste ordinaire faisant jeu égal avec un Aristote, un Goethe, un Marx, avec de nouveaux pics s’élevant toujours au-dessus de ces sommets. Avez-vous une image quelconque à offrir ? La question vous embarrasse. Vous avez contracté la maladie que vous cherchez à guérir. (Pause) J’ai appelé cela une digression, mais d’une certaine manière elle décrit très précisément les difficultés que je rencontre avec… l’analyse de notre camarade. Le camarade Sloman avait raison, en fin de compte. La théorie n’est pas abstraite ; ce n’est pas que des mots sur une page ; ce n’est pas… un agencement esthétiquement plaisant d’idées et de preuves. La théorie est concrète, c’est de la pratique condensée. En premier lieu, la théorie est ressentie, dans les veines, dans les muscles, dans la sueur sur votre front. Dans ce sens là, elle est morale… et contraignante. C’est l’impératif essentiel qui relie le passé et le futur. (Pause) Lorsque je cherche tout cela dans la contribution de notre camarade, je ne le trouve pas ; ce n’y est pas. Ce n’est qu’une partie d’un jeu raffiné auquel il aime jouer et il y joue très bien…

Je ne propose pas un catalogue de contre-arguments pour réfuter les principales affirmations qui ont été faites, parce que je crois que nous pouvons utiliser notre temps à autre chose d’une manière plus profitable. Et mon texte pour ce soir concerne vraiment le rôle du parti dans la formulation de la théorie révolutionnaire et la construction de la révolution socialiste. Mais je vais devoir présenter un tour d’horizon politique très différent avant de pouvoir le faire. (Pause) Le camarade Ford décrit l’histoire du vingtième siècle comme une histoire des vides. C’est-à-dire, pas de révolution prolétarienne au cœur du capitalisme ; initialement l’Europe, puis de plus en plus, l’Amérique. Bon, j’ai trouvé qu’il passait un peu vite sur les événements tels qu’ils ont eu lieu, voyez-vous. Je veux dire, l’Allemagne en 1919-1920 ; l’Italie à la même période ; la Hongrie ; la Bulgarie ; L’Espagne en 1936. La France la même année, l’année de la grande Grève générale, cinq millions d’ouvriers soulevant la question du pouvoir étatique. La Grèce en 1944.

L’absence de révolution ne constitue pas la preuve définitive de l’élimination d’un potentiel révolutionnaire. Mais comment rend-il compte de la perte de cette orientation révolutionnaire en Europe ? Via Marcuse, nous apprenons que le prolétariat des sociétés développées a été "absorbé" dans le système de valeurs des états capitalistes, qu’ils sont maintenant des collaborateurs du capitalisme avec un intérêt à sa perpétuation et la plus profonde opposition à tout ce qui pourrait déranger le statu quo du marchandage collectif dans une démocratie de propriétaires. Et cela, en soi, constitue la réfutation définitive de la définition de Marx selon laquelle les sociétés capitalistes sont des sociétés de classes dont les tensions intrinsèques et les contradictions entraînent nécessairement leur dépassement par l’appropriation sociale des forces de production déjà socialisées de ces mêmes sociétés. Très bien, admettons, pour la forme, au moins, un niveau de militantisme révolutionnaire extraordinairement bas dans le prolétariat des pays impérialistes.

À l’évidence, ce que nous devons déterminer dans le cadre de la théorie, c’est comment cela a pu arriver et comment le changer. À moins que, bien sûr, nous éludions la question toute entière, en affirmant que le moment révolutionnaire est parti voir ailleurs et qu’il réside maintenant chez les paysans d’Asie ou d’Afrique, ou d’Amérique du Sud, qui doivent donc faire face non seulement à la masse combinée des expansions impérialistes, rassemblées derrière la technologie de destruction la plus sophistiquée jamais mise au point par l’Homme, mais aussi à l’opposition active des prolétariats embourgeoisés prêts à défendre leur part du gâteau contre tout nouvel arrivant, aussi opprimé et misérable soit-il. (Pause) Ce qu’il manque là-dedans c’est une compréhension authentique de la dialectique, de la relation entre la classe dans l’Etat capitaliste et sa part d’elle-même qui est maintenue à l’extérieur. Le fait est : les deux sont inextricablement liées. Il n’y aura aucune victoire de l’une sans une victoire des deux. Mais la victoire qui proclamera la fin de l’oppression impérialiste incombe au prolétariat des pays impérialistes.

Il est vraiment inconcevable que cela se passe dans l’autre sens – pensez-y, pensez-y. Bien sûr, la lutte coloniale va continuer, mais y a-t-il une seule personne qui croit sincèrement que l’Amérique, la Grande-Bretagne et la France et l’Allemagne – des Etats capitalistes matures, avec leur niveau de développement technologique, avec leurs ressources économiques et l’ampleur de leur potentiel de destruction – pourraient permettre que leur expansion économique subisse des revers significatifs sans tenter quelque chose pour l’empêcher ? C’est impensable. (Pause) Alors, nous devons répondre à la question : comment se fait-il que les prolétariats des pays impérialistes manquent de potentiel révolutionnaire ; et comment peut-on changer cela ? Parce que si nous n’y répondons pas, on pourrait aussi bien se mettre aux échecs ou au billard, parce qu’il n’y aura aucun moyen de réaliser la transition dont nous parlons et vers laquelle tendent nos efforts. (Pause) Les prolétariats américains et européens semblent s’être accommodés du statu quo, selon moi, parce qu’ils ont été régulièrement et systématiquement trahis par leurs dirigeants ; en particulier par les partis communistes des divers pays européens.

Un simple fait historique qui ne figure pas dans l’analyse du camarade Ford : le stalinisme. Le socialisme dans un seul pays signifiait la dilution des ardeurs révolutionnaires partout dans le monde, même là où les flammes de la révolution jaillissaient par toutes les failles de la société capitaliste. En 1933 le parti communiste allemand, le plus puissant d’Europe en dehors de Russie, avait servi à Hitler le prolétariat allemand sur un plateau. La grève générale française de 1936, qui était incontestablement basée sur un désir spontané du prolétariat de remettre en cause le pouvoir de l’Etat, c’est-à-dire une authentique situation révolutionnaire, a été cyniquement manipulée par les canailles staliniennes qui dirigeaient le PCF et sciemment transformée en une lutte pour des augmentations de salaire. Des augmentations de salaire ! Pour le compte de Staline.

La classe ouvrière de toute l’Europe occidentale est encore aujourd’hui, dans la plupart des endroits, prisonnière de ces directions misérables et contre-révolutionnaires, quand ils ne sont pas dupes des forces sociales-démocrates. (Pause) Si nous devons changer cela, si nous devons remettre la révolution prolétarienne à l’ordre du jour, nous allons devoir remplacer ces directions défuntes et corrompues par de nouvelles, vives et révolutionnaires. (Pause), Mais ces directions ne vont pas émerger comme des coalitions lâches ou des coalescences spontanées, elles seront le résultat d’une organisation patiente et d’un effort discipliné. C’est-à-dire que ces directions se développeront à partir de nouveaux partis révolutionnaires qui s’appuieront sur, vivront dans, la classe qu’ils cherchent à conduire. Il n’y a qu’un seul slogan qui vaille d’être répété dans cette situation historique particulière. C’est : "Construisons le parti révolutionnaire." Il n’y a aucun autre slogan qui puisse le supplanter.

(Il s’arrête, s’essuie le front et le cou trempés de sueur, personne ne parle. Les gens bougent sur leurs chaises, leurs pieds se tortillent, une allumette est allumée et se consume)

Ford : (enfin) Fini ?

Tagg : Presque (Pause) Le Parti implique la discipline. Ça veut dire être sur ses gardes, ça veut dire la critique, la responsabilité, ça veut dire un grand nombre de choses qui vont à l’encontre des traditions et des valeurs des intellectuels bourgeois occidentaux. Ça veut dire être liés par un but commun. Mais surtout, ça veut dire se couper délibérément des exigences antérieures sur votre temps et les engagements moraux des relations personnelles, de la carrière, des promotions, de la réputation et du prestige. Et d’après mes impressions limitées sur la strate intellectuelle en Grande-Bretagne, je dirais que c’est le plus grand obstacle à franchir. Imaginez une vie sans l’approbation de vos pairs. Imaginez une vie sans succès. Le problème de l’intellectuel, ce n’est pas la vision, c’est l’engagement. Vous aimez mordre la main qui vous nourrit, mais vous ne l’arracherez jamais. Et ces braves jeunes fougueux à Paris maintenant iront se faire matraquer et crier leurs slogans de dingues pour une nuit. Mais ça ne les empêchera pas d’obtenir leur diplôme et de prendre leur position dans les centres du pouvoir et des privilèges de la classe dirigeante plus tard.

Source et Interview compléte de Griffiths :

là : http://www.wsws.org/francais/hiscul...

et là : http://www.wsws.org/francais/hiscul...



Imprimer cet article





Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
« Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il faudrait, dans le Code Civil, ajouter partout 'du plus fort' au mot loi. Alfred Jarry
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite