Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Ambiance dans les ruines de L’Aquila à un mois du G8
de : antonius
mardi 9 juin 2009 - 18h08 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 49 ko

de antonius

C’est dans cette ville de 70 000 habitants, anéantie par un tremblement de terre qui a fait 300 morts en avril, que Berlusconi a décidé qu’aurait lieu le G8 (initialement prévu sur l’île de La Maddalena) du 8 au 10 juillet 2009.

La population, interdite d’accès au centre-ville, est reléguée dans des campements en périphérie sous étroite surveillance militaire et policière. Malgré les interdictions, des assemblées y ont vu le jour pour organiser le quotidien et se ré-approprier la ville.

Les habitants de L’Aquila tentent d’empêcher l’Etat de profiter de la catastrophe pour procéder à des privatisations et à des expropriations massives. La population craint que la construction d’habitations "temporaires" en périphérie de la ville ne permette à l’Etat et aux grandes entreprises d’exploiter pour leur compte les quartiers convoités du centre. L’une des raisons de sa colère est de constater que rien n’est fait pour étayer les bâtiments écroulés du centre (hormis les églises et les édifices culturels), ce qui laisse suggérer que les dirigeants ont déjà décidé que les habitants ne réinvestiraient pas leurs anciens quartiers.

La stratégie mise en oeuvre à L’Aquila ressemble donc beaucoup au capitalisme du désastre décrit par Naomi Klein. Sous couvert d’Etat d’exception, elle avait déjà permis de faire fleurir un maximum de profits privés dans les décombres de l’ouragan de La Nouvelle Orléans et du tsunami asiatique.

La tenue d’un G8 à L’Aquila accélère ce processus d’expropriation et d’annexion par les grandes firmes, sans parler même du double quadrillage militaire. Déjà, alors que les habitants sont parqués sous des tentes, un million d’euros a été investi pour transformer en aéroport le petit aéro-club des environs, afin d’accueillir dignement les grands de ce monde.

Après l’état de choc, la population s’organise pour réinvestir le centre-ville par la force. D’après cet article du Manifesto, elle aurait fait alliance avec les pompiers (dont le statut est très différent en Italie qu’en France) pour en expulser la police.


L’Aquila se révolte

Il Manifesto, 31 mai 2009

de Marco Boccitto

(traduit et adapté ; les coupes sont indiquées).

« Qu’ils se mettent bien dans la tête que si nos demandes ne sont pas prises en compte, le mouvement s’en prendra inévitablement au G8. Et ce ne sera pas le fait de quelques extrémistes, mais de tous ceux qui ont subi le tremblement de terre ». Voilà ce que balance Ettore au milieu de l’assemblée des habitants, hébergée cet après-midi sous les tentes blanches du comité 3e32. Et Berlusconi lui répond de loin, dans un duel mené à armes inégales puisque lui, comme d’habitude, passe à la télévision : « Un tel acte, dans ce qui est devenu la capitale de la souffrance, serait inqualifiable. » Le premier ministre misait sur cette souffrance infinie pour passer un G8 tranquille.

Mais évidemment, c’était sans compter avec la colère qui, après deux mois de fausses promesses destinées à endormir les habitants de L’Aquila, s’installe inexorablement sous les tentes des campements. « Forts et gentils, oui, naïfs, non », résumait dans la matinée l’une des banderoles du cortège parti à l’assaut de la zone rouge, le centre historique de L’Aquila, aussi vide et fantomatique qu’une citrouille de Halloween. Vide, mais bien quadrillé. A cette manifestation, organisée par l’association « Sauvons le centre ville de L’Aquila », participent nombre de travailleurs dont les bureaux sont toujours sont les décombres, dans la zone rouge, mais aussi tous les comités de base qui se sont formés spontanément après le tremblement de terre. Le but est de reprendre - pour l’instant de façon symbolique - le coeur de la ville.

« Nous voulons entrer ». Simple et directe, la revendication des manifestants vient se briser contre les cordons de police qui empêchent l’accès au cours Vittorio Emanuele. Sur la place Fontana Luminosa, un millier de personnes, toutes vêtues de casques de chantier jaunes, se massent à l’entrée de ce qui fut l’artère principale de la ville, la rue des bains de foule, des bars et des rencontres. La population exige que ce soient les pompiers qui aient la charge de la sécurité publique, non seulement par manque de confiance envers les autres , mais aussi en raison de l’estime inconditionnelle que les habitants vouent depuis quelque temps aux sapeurs. En particulier, depuis qu’à la lutte des comités d’habitants s’est ajoutée la leur, celle de ceux qui ont tout donné et qui continuent d’aider la population en prenant leurs distances avec cette logique militaire qui semble désormais régler l’existence de chacun. (...)

Ils pensaient qu’une telle situation d’urgence leur permettrait d’obtenir ce qu’ils demandent depuis longtemps, plus de moyens et plus d’hommes, plus de sécurité pour eux-mêmes et pour les autres. Mais non, rien. Sur les échelles des vieux camions qui continuent de faire la navette pour permettre aux habitants de récupérer leurs affaires personnelles dans les maisons, une affiche expose sobrement les doléances des pompiers. Elle annonce le mouvement en cours et répète que le service continuera d’être assuré « malgré tout et en toutes circonstances ». (...)

La tension monte. Si tous ne sont pas prêts à forcer le barrage, personne n’est pour autant disposé à accepter le parcours alternatif imposé par les autorités, qui en plus d’obliger le cortège à se contenter de longer l’enceinte de la vieille ville, permettra de refouler facilement les manifestants vers la périphérie. « On y passe tous les jours en voiture, là-bas, ce n’est pas pour ça qu’on est venus ». Arrivée du maire Massimo Cialente et de la présidente de la province Stefania Pezzopane qui, à défaut de ramener le calme, orientent les négociations sur un terrain plus pragmatique.

« Les raisons de sécurité sont fondées, dit le maire. Après la secousse de ce matin , c’est encore plus dangereux, le risque de nouveaux éboulements est vraiment énorme. Ce matin quelqu’un est même venu avec ses enfants...Non mais vous vous rendez compte ? » Quelques sifflets, un battement de mains pour rythmer les voix : « Etayez les bâtiments ! Etayez les bâtiments ! ». Sur une autre banderole : « Promesses, mensonges, télévision, mais où est l’argent de la reconstruction ? » Sur la place, la population ne lâche rien : « Nous entrerons et nous irons jusqu’à la piazza Duomo ! » (...)

A hauteur de la place Regina Margherita le cortège bifurque vers la gauche et retourne « à l’abri », dans le parc del Castello, où la manifestation se transforme en sit-in. (...) Riecco Cialente annonce que les pompiers ont été nommés membres honoraires de la ville de L’Aquila, et décrit les quelques opérations d’étayage des bâtiments comme « un chef-d’oeuvre ». Applaudissements. Puis, il s’échauffe : « Je refuse que mon centre-ville finisse aux mains de la Fintecna  ».

Et d’inviter l’assemblée à la manifestation organisée par les syndicats mercredi prochain à 16 heures, dans la maison de la commune. Sur une pancarte, une dame a écrit la célèbre phrase de Lincoln : « Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps. » Quelques heures plus tard, pendant l’assemblée qui se tient tous les samedis sous les tentes du comité 3e32, on se demande comment faire connaître les innombrables coups fourrés orchestrés par le gouvernement. Leda explique qu’ils ont été pris de court par la situation d’urgence, mais qu’à présent tout le monde refuse que la gestion de la reconstruction soit confiée à des organismes directement désignés par le pouvoir : « C’est à ceux qui ont été élus démocratiquement par les habitants de la ville de se ré-approprier la direction des opérations ».

On discute de tout, des initiatives déjà lancées et de celles qu’il faut encore mettre en oeuvre. Il y a la campagne 100%, qui exige 100% de reconstruction et de transparence mais surtout, 100% de participation au processus. La lutte concerne tout le monde, et l’issue ne sera favorable que si chacun s’y met. Malgré mille difficultés – une répression féroce, toujours imposée sous des prétextes de sécurité – ces assemblées s’étendent aux différents campements. Sara insiste sur une mobilisation permanente et exige que l’on rappelle les administrateurs publics à leurs devoirs : « Qu’ils viennent d’abord discuter avec les gens des campements, ensuite seulement ils iront négocier avec Bertolaso et Berlusconi ». Les new village qui se profilent à l’horizon inquiètent : ils semblent encore pires que le projet de new town et – c’est maintenant confirmé – autrement plus définitifs. Roberto, physicien au laboratoire du Gran Sasso, a surtout à coeur le sort de l’université et des étudiants : « Il est de droite, ce tremblement de terre. Il a détruit la culture et servira à remplir les poches des boîtes de BTP. »

L’actualité de L’Aquila en italien sur http://www.epicentrosolidale.org/ et http://www.3e32.com/

PDF - 102.9 ko
Article traduit en pj


Imprimer cet article





Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
5 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1
BOLIVIE : La CIA partout, les dollars pleuvent à flots pour les complots, pas pour la pauvreté !
lundi 25 - 12h06
de : JO
1 commentaire
Le patriarcat compris comme dynamique sociale
lundi 25 - 01h23
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Toujours contre la prostitution et le viol ici ou ailleurs avec Zéromacho - Christian Delarue
dimanche 24 - 12h07
de : Christian Delarue
3 commentaires
L’ANARCHIE - Théories et pratiques libertaires
dimanche 24 - 11h37
de : Ernest London
Pigeons.
samedi 23 - 20h40
de : L’iena rabbioso
Réforme des retraites : « les carrières gruyère des femmes vont se payer cash »
samedi 23 - 10h57
La haine de l’Indien
vendredi 22 - 18h55
de : Álvaro GARCIA LINERA
2 commentaires
Projection-débat “Nous ne vendrons pas notre avenir” 21 novembre 2019 - 18h30 (video)
jeudi 21 - 11h44
de : Info’Com CGT

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les grandes choses de l'Etat sont tombées, les petites seules sont debout, triste spectacle public. On ne songe plus qua soi. Chacun se fait, sans pitié pour le pays, une petite fortune particulière dans un coin de la grande infortune publique. Victor Hugo, 1838
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite