Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

"Fabris" 366 licenciés, "la prime ou le feu"
de : Châtellerault 86
dimanche 5 juillet 2009 - 19h24 - Signaler aux modérateurs
10 commentaires

NEW Fabris s’embrase

JPEG - 66.6 ko

Les salariés ont fait brûler une machine hier. Ils menacent : s’ils n’obtiennent pas la prime qu’ils réclament, après, ça sera au tour de l’usine.

Le climat devient explosif à New Fabris. Les salariés, qui se relaient désormais pour occuper l’usine, sont prêts à la faire brûler s’ils n’obtiennent pas la prime extra-légale de 30 000 € qu’ils réclament par salarié. Ils ont déjà sortis les bouteilles de gaz...

Ils brûlent une machine

Les ouvriers ont prouvé leur détermination hier en début d’après-midi en incendiant une machine à l’occasion de la venue de Stéphan de Ribou, fraîchement nommé commissaire à la réindustrialisation en Poitou-Charentes, qui souhaitait les rencontrer.

Mercredi, à la demande du liquidateur judiciaire de l’entreprise, Me Walczak, une délégation a été reçue par le Préfet Bernard Tomasini « pour voir s’il y avait des avancées sur la prime » selon le délégué CGT Guy Eyermann. D’après ce dernier, le président du directoire de PSA Philippe Varin aurait répondu au courrier que lui a envoyé la présidente du Conseil régional Ségolène Royal vendredi dernier. « Il serait intéressé par le rachat du stock (NDLR : 50 000 pièces), évalué à 1,2M € », croit savoir Guy Eyermann. Ce qui permettrait de financer une (petite) partie de la fameuse prime.

Selon le délégué CGT, Bernard Tomasini se serait par ailleurs « engagé à ne pas envoyer les forces de l’ordre ». « On pourra rester tout le temps qu’il faudra », se félicite Guy Eyermann.

Comme tous les jeudis (et tous les lundis) désormais, les salariés se sont réunis en assemblée générale hier matin. Ils ont notamment décidé d’aller manifester mardi à l’usine PSA de Poissy, un des centres de décision du groupe.


P. Fromonteil : « Il n’est pas trop tard »

« PSA et Renault se partagent la plus grosse part des 3 milliards d’euros pour la filière automobile, souligne Paul Fromonteil, vice-président communiste du Conseil régional, dans un communiqué. La moindre des choses, c’est qu’ils ne les utilisent pas pour licencier ou détruire des sites comme Fabris. » Il « voit dans la victoire des luttes à Lorient la preuve que l’on peur leur imposer des solutions : les 550 salariés de la SBFM (NDLR : aussi ex-filiale du groupe Zen), qui étaient dans la même situation que Fabris, ont obtenu la reprise de la fonderie par Renault ». « Il n’est pas trop tard pour obtenir de Sarkozy des actes concrets pour l’emploi dans les entreprises dépendantes des grands groupes, conclut-il. C’est vital pour le Châtelleraudais, c’est nécessaire pour le pays tout entier. »

GRIMPERELLE Alain

 Centre Presse du 03/07/2009

JPEG - 74.8 ko

 la Nouvelle République du vendredi 3 juillet 2009



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
À Châtellerault, 366 salariés sur le carreau
5 juillet 2009 - 22h35 - Posté par Châtellerault 86

Propriété du groupe Zen, lâché par PSA et Renault, l’usineur New Fabris a été mis en liquidation judiciaire.

« S’ils nous lâchent, alors ils devront payer », prévient Christian Paupineau, délégué CGT de l’usine New Fabris à Châtellerault, dans la Vienne. « Ils », ce sont Renault et PSA, dont le désengagement chez leur sous-traitant a conduit l’entreprise à la fermeture. Propriété du groupe Zen, comme la SBFM ou Rencast, l’usineur a été mis en liquidation avec cessation d’activité le 16 juin par le tribunal de commerce de Lyon.

Alors que les premières lettres de licenciement sont arrivées lundi aux domiciles des salariés, l’usine est occupée depuis bientôt deux semaines, et les syndicats menacent d’une radicalisation du mouvement. Les deux principaux donneurs d’ordre de l’entreprise, Renault et PSA, sont sur la sellette, les syndicats leurs réclament 30 000 euros de prime extra-légale pour chacun des 366 salariés mis à la porte. Les salariés retiennent les pièces et les machines dans l’usine, rappelle Christian Paupineau, et pourraient s’en servir comme monnaie d’échange dans les négociations.

Hier matin, les salariés de Fabris sont allés manifester à Chatellerault, en compagnie d’autres entreprises en difficulté de ce bassin industriel durement touché par la crise de l’automobile (Valeo, 178 emplois supprimés, Fenwick, 74, et Magnetti-Marelli, 70 emplois supprimés).

« On se sent abandonné », regrette le délégué CGT, qui se réjouit de la « bonne surprise » qu’est la reprise de la SBFM par Renault, mais estime que les Fabris n’ont pas bénéficié du même soutien politique. Le maire de Chatellerault, Jean-Pierre Abelin, indique dans la Nouvelle-République d’hier avoir écrit au PDG de PSA pour lui demander « d’améliorer significativement les conditions de départ, et de, de manière urgente », et lui rappeler ses « responsabilités particulières vis à vis des salariés qui ont travaillé pour PSA depuis 30 ans ».

Lucy Bateman

 L’Humanité du 1er juillet 2009



Chômage plus 47% en un an !
6 juillet 2009 - 06h15 - Posté par Châtellerault 86

Plus de 800 emplois perdus en quelques semaines, sur un bassin d’environ 35 000 habitants : Châtellerault paie cher son tribut à la crise

Mardi 30 juin, alors que certains venaient de recevoir leur lettre de licenciement, les salariés de l’industrie ont manifesté dans les rues de la sous-préfecture de la Vienne. Ils étaient environ 1 500 de chez Fabris, Isoroy, Fenwick ou encore Valeo et en guise de solidarité, certains commerçants ont baissé leur rideau de fer.

Dans le bassin d’emploi de Châtellerault, le taux de chômage a augmenté de plus de 47% en un an !

par Marie Agnès CORDIER

 France 3 Limousin Poitou-Charentes du 30/06/2009


New-Fabris liquidé : 366 emplois supprimés
6 juillet 2009 - 11h32 - Posté par Lorient 56

Le tribunal de commerce de Lyon a prononcé aujourd’hui, mardi 16 juin, la liquidation avec cessation immédiation d’activité de l’équipementier automobile New-Fabris, filiale du groupe Zen (Italie).

L’entreprise spécialisée dans l’usinage de pièces automobile en alu (connecteurs, couvercles de distribution etc.) employait 366 personnes à Châtellerault (Vienne).

L’échec d’une réunion de la dernière chance lundi au ministère de l’Industrie avait scellé le sort de l’industriel châtelleraudais. Les deux principaux (et quasi exclusifs) donneurs d’ordres, Renault et PSA, avaient, en effet, fait savoir leur volonté de ne plus travailler avec New-Fabris.

Avec Valeo et Magneti Marelli, le bassin automobile du nord de la Vienne s’enfonce dans le marasme.

 Blog de cgt sbfm du mercredi 01 juillet 2009


"Fabris" 366 licenciés, "la prime ou le feu"
7 juillet 2009 - 09h19 - Posté par Châtellerault 86

Fabris monte aujourd’hui à Poissy… faire du barouf !

En assemblée générale hier, les salariés de Fabris ont décidé de monter à la rencontre des responsables de PSA… en attendant le 15 juillet. ...

 La Nouvelle République du mardi 7 juillet 2009

 S. Royal aux salariés de Fabris :“ Ils sont ici chez eux ”



"Fabris" 366 licenciés, "la prime ou le feu"
7 juillet 2009 - 22h32 - Posté par Châtellerault 86

Automobile : des salariés d’un sous-traitant exigent des indemnités de PSA et Renault

Environ 150 salariés, selon les syndicats, de New Fabris, un fournisseur de PSA mis en liquidation judiciaire mi-juin, ont manifesté mardi sur le site industriel de Poissy (Yvelines) pour réclamer au groupe automobile « une indemnité de 30.000 euros par salarié licencié ».

« On veut une indemnité de 30.000 euros par salarié, à partager entre Renault et PSA », a expliqué à l’AFP Guy Eyermann, délégué syndical CGT à New-Fabris, une usine de fabrication de pièces basée à Châtellerault, dans la Vienne.

Le syndicaliste estime que le constructeur automobile les a « lâchés » : « Depuis plusieurs années, ils ne nous commandaient plus de nouvelles pièces. Ils nous commandaient des pièces en fin de vie. On sentait qu’ils allaient se désengager mais pas si rapidement », a-t-il commenté.

Affirmant que « l’usine New-Fabris travaille à 90% pour Renault et PSA », le syndicaliste demande aux deux groupes de financer une prime de 30.000 euros, équivalente à « celle qu’ils ont donné aux licenciés de Rencast », autre fournisseur de PSA.

Le groupe PSA, qui n’a pas confirmé financer cette prime de licenciement chez Rencast, a indiqué à l’AFP « refuser totalement le versement d’indemnités supra-légales » aux licenciés de New-Fabris.

« PSA est un client et n’a pas à se substituer à l’actionnaire ou à l’Etat. », a dit à l’AFP Pierre-Olivier Salmon, porte-parole du groupe, qui a précisé avoir « assuré financièrement durant la période d’observation de New-Fabris » et l’avoir « aidé à retrouver un repreneur », sans succès.

New-Fabris a été mise en liquidation judiciaire le 16 juin, entraînant le licenciement des 366 salariés de l’usine.

 Le Pays du 07/07/2009


Les "Fabris" demandent des comptes à Peugeot
8 juillet 2009 - 08h27 - Posté par Châtellerault 86

Les "Fabris" ont bloqué la ville de Poissy dans les Yvelines, hier, afin d’exiger du groupe PSA une prime de 30.000 euros par personne.

Refus de PSA.

"Nous sommes prêts à incendier notre usine avec le stock de pièces"

 La Nouvelle République du mercredi 8 juillet 2009


Les "Fabris" demandent des comptes à Peugeot
8 juillet 2009 - 10h05 - Posté par

Dommage que les 3/4 des habitants de Poissy n’étaient pas au courant et croyaient que c’était dû aux travaux.
Par contre tout le centre ville était bloqué avec des voitures dans tous les sens.


"Fabris" 366 licenciés, "la prime ou le feu"
12 juillet 2009 - 14h14 - Posté par iwjcg

La France se desindustrialise a toute vitesse , des événements connexes devraient etre corrélés acette situation :
EDF qui crie "au secours" pourquoi ? 58 reacteurs nucléaires dont au moins 25 a remettre a niveau rapidement , sans finances ,sans vrais investissements depuis plus de 10 ans c’est la crise energetique majeure dans un ou 2 ans , ou pire l’accident type Tchernobile.Donc c’est clair :
Nous avons besoin des hommes et des moyens de Fabris et des autres , un chomeur c’est un exclus et un poids social mais c’est bien pratique pour monter les Français les uns contre les autres . Ayons le courage de dire non !non a la casse non au suicide du pays au seul profit des actionnaires ,non a sarkozy ...
Donnez moi Fabris et j’en ferais un atout positif !



"Fabris" 366 licenciés, "la prime ou le feu"
3 septembre 2009 - 17h23 - Posté par Cedric

Ou en est l’affaire ?

« PSA et Renault se partagent la plus grosse part des 3 milliards d’euros pour la filière automobile, souligne Paul Fromonteil, vice-président communiste du Conseil régional, dans un communiqué. La moindre des choses, c’est qu’ils ne les utilisent pas pour licencier ou détruire des sites comme Fabris. » Il « voit dans la victoire des luttes à Lorient la preuve que l’on peur leur imposer des solutions : les 550 salariés de la SBFM (NDLR : aussi ex-filiale du groupe Zen), qui étaient dans la même situation que Fabris, ont obtenu la reprise de la fonderie par Renault ». « Il n’est pas trop tard pour obtenir de Sarkozy des actes concrets pour l’emploi dans les entreprises dépendantes des grands groupes, conclut-il. C’est vital pour le Châtelleraudais, c’est nécessaire pour le pays tout entier. »



Estrosi, roi de l’effet d’annonce
4 septembre 2009 - 00h14 - Posté par Châtellerault 86

Auto. Le ministre de l’Industrie promet aux ex-Fabris des emplois… en 2015 !

Lors d’une visite dans la Vienne, Christian Estrosi a annoncé l’implantation d’une imprimerie, Délipapier, dans les environs de Châtellerault, dont les 210 emplois seront, selon lui, « réservés en priorité aux anciens salariés de New Fabris qui ont accepté le contrat de transition professionnelle (CTP) ».

Sans craindre de tirer la couverture à lui, le très proche de Nicolas Sarkozy se félicite de voir l’État « mettre sur la table plus de 500 000 euros pour ce projet » et « s’investir, à travers Pôle emploi, afin que les anciens salariés de l’équipementier automobile bénéficient d’une formation accélérée à leur nouveau métier ». Selon le ministre, « des entreprises comme Fenwick ou Valeo, qui ont supprimé des emplois dans la région, ont versé à l’État 1,5 million d’euros pour revitaliser le territoire. Cette enveloppe va permettre d’attirer de nouvelles entreprises. L’objectif est la création d’au moins 400 nouveaux emplois ».

Sur place, les annonces ne sont tout de suite plus aussi fracassantes : le groupe italien Délipapier, qui emploie déjà 60 salariés dans le bassin de Châtellerault, se donne en fait jusqu’à 2015 pour recruter 150 personnes supplémentaires. On le voit, cela est très loin de l’effet d’annonce autour des « 210 emplois disponibles pour les ex-Fabris »

Ex-délégué du personnel de Fabris, Christian Paupineau dénonce l’opération de communication : « Christian Estrosi, il arrive, il récupère l’histoire de cette imprimerie dont on parle depuis des mois autour de Châtellerault et il tente de nous faire croire que c’est lui qui crée des emplois. C’est assez mesquin et ça ne trompe personne. »

T. L.

 l’Humanité du 2 septembre 2009


A New Fabris, on peste contre le « coup de pub » de Christian Estrosi

Christian Estrosi, ministre de l’industrie, doit se rendre mardi après-midi dans la Vienne pour achever d’éteindre un incendie social. A Châtellerault, les salariés de l’entreprise New Fabris en liquidation judiciaire ont lutté une bonne partie de l’été pour une prime de licenciement s’ajoutant aux indemnités légales. Pour attirer l’attention sur leur cas, ils avaient menacé de faire sauter les locaux avec des bouteilles de gaz.

A la fin de l’ultimatum, le 31 juillet, au terme d’un mois et demi d’occupation, la menace ne fut pas mise en œuvre. Par 224 voix pour et 24 contre, les salariés ont accepté les 12.000 euros nets que le ministre leur proposait. Ils en réclamaient au départ 30.000. Les bouteilles de gaz, elles, étaient vides depuis le début.

Pour son voyage, M. Estrosi n’arrive pas les mains vides. Comme il l’explique dans un entretien au Parisien, le ministre vient donner le coup d’envoi de l’implantation d’une usine qui « va créer 210 emplois, réservés en priorité aux anciens de New Fabris qui ont accepté le contrat de transition professionnelle ». Ce n’est pas tout. « Des entreprises comme Fenwick ou Valeo, qui ont supprimé récemment des emplois dans la région, ont versé à l’Etat 1,5 million d’euros pour revitaliser le territoire » avec comme objectif la création de « 400 emplois. »

Le ministre devrait se charger d’annoncer ces bonnes nouvelles aux ex-salariés de New Fabris qui ont souscrit au contrat de transition professionnelle (CTP). Il est prévu qu’il les rencontre aujourd’hui. Problème, certains craignent que ces annonces et ce voyage ne servent qu’à mettre le ministre sous les feux des projecteurs.

« Nous, le ministre, on ne sait pas quand il arrive », explique Guy Eyermann, ancien syndicaliste CGT à New Fabris et figure du mouvement de lutte. « Contrairement à ce qui nous avait été annoncé, Estrosi ne recevra pas les anciens syndicalistes, raconte-t-il. Pour ce qui est de la rencontre avec les salariés en CTP, et j’en fais partie, aucune information ne m’a été donnée. » Et d’ajouter : « Si c’est pour venir avec les caméras de télévisions devant des gens triés sur le volet... C’est juste pour se faire un coup de pub, pour lui, pour la mairie [UMP] et pour les élections régionales qui arrivent. »

Autre grief de M. Eyermann à l’égard de Christian Estrosi : la réalité des chiffres des emplois créés par l’implantation de l’usine Délipapier à Ingrandes, à six kilomètres de Châtellerault. Comme le révèleLa Nouvelle République, il s’agirait plutôt d’une création propre de seulement « 150 emplois ». L’explication : les chiffres du ministère prennent visiblement en compte « les 60 [salariés] du site actuel de Buxeuil ». Pour rappel, la liquidation judiciaire des New Fabris a laissé 336 salariés sur le carreau.

De plus, les postes ne sont pas à pourvoir tout de suite, bien au contraire. Toujours selon La Nouvelle République, « l’opération devrait se réaliser en plusieurs phases. Les formalités administratives, études de terrain, viabilisation du site… s’étaleront d’ici à fin 2010. Viendra ensuite le temps de la construction : une première tranche dans la foulée (au moins un an de travaux), puis une seconde plus tard. [Le groupe italien investisseur] Sofidel se serait donné cinq ans (jusqu’à fin 2015) pour atteindre l’objectif de 215 salariés. »

Dans le meilleur des cas, la première vague des nouveaux salariés de l’usine Délipapier ne sera au travail qu’en 2012. C’est là que le bât blesse. « En tant qu’ex-New Fabris, on n’a droit qu’à deux ans de chômage. Les 150 nouveaux emplois seront disponibles dans trois ans », explique Guy Eyermann. Rien n’est prévu pour cette troisième année, véritable période de soudure. Pour les ex-Fabris, les perspectives de retrouver du travail d’ici là sont mauvaises. « Il y a 4800 demandeurs d’emploi dans le bassin châtelleraudais », rappelle l’ex-syndicaliste. De quoi relativiser les annonces du ministre.

Thomas Seymat

 Mediapart du 31 août 2009





3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
1 commentaire
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je suis pessimiste par l'intelligence mais optimiste par la volonté. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite