Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Quel avenir pour l’UPM, un an après son lancement ?
de : Ait Benali Boubekeur
jeudi 16 juillet 2009 - 10h45 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Le lancement de l’Union pour la Méditerranée (UPM), le 13 juillet 2008, ne s’est pas avéré à la hauteur des attentes placées en elle. Bien que l’objectif primordial, affiché notamment par N. Sarkozy, ait été de réaliser un rapprochement entre le Nord et le Sud, il n’en reste pas moins que le conflit au Proche-Orient a faussé le calcul de ses initiateurs. Pour la majeure partie des pays de l’union, la paix en Palestine doit demeurer la préoccupation primordiale. Par ailleurs, la présence d’un Etat, comme Israël, n’ayant de surcroît aucun scrupule, représente indubitablement un frein à l’UPM. Et l’agression perpétuelle du peuple palestinien n’est pas de nature à apaiser les relations entre les membres de l’union. Par conséquent, quelques mois après sa création, le constat, que l’on pourrait faire, sur le fonctionnement de l’union, est incontestablement celui de survie artificielle. D’ailleurs, exceptés les quelques contacts, réunion à Marseille des ministres des Affaires étrangères et la conférence sur l’eau en Jordanie, l’UPM ne bénéficie guère de la crédibilité qu’elle avait au départ, bien que son démarrage ait déjà suscité des réticences de la part de certains membres. A la situation financière mondiale défavorable, le problème au Proche-Orient est l’un des freins à l’épanouissement de l’union. Car, depuis l’avènement de l’UPM, Israël n’a, à aucun moment, songé à desserrer l’étau sur les territoires palestiniens occupés. Toutes les initiatives de paix étaient vaines tant l’Etat hébreu était et est hermétique à la négociation et, par ricochet, à la paix. Du coup, la problématique se posant aux membres de l’union est la suivante : peut-on assister à l’annihilation d’un peuple tout en continuant à participer à des rencontres aux côtés de l’agresseur ? En tout cas, si des tergiversations sont aperçues chez les dirigeants, les peuples, quant à eux, ont choisi indéfectiblement le soutien au peuple palestinien. D’où, la nécessité de parvenir à une solution de paix dans les délais respectables.

L’impératif de paix en Palestine doit précéder les autres projets

A défaut d’être à la hauteur des difficultés politiques se posant à l’UPM, le ministre des Affaires étrangères égyptiennes a suggéré, le 20 mai 2009, de bâtir l’union des projets. Ainsi, huit mois après le génocide perpétré par Israël à Ghaza, certains dirigeants arabes sont-ils tout bonnement amnésiques ? La réponse ne souffre d’aucune équivoque. Cependant, selon le même ministre, il s’agit de renforcer le tissu des relations entre les pays riverains de la Méditerranée, sans toutefois poser la moindre condition sur le devenir de la Palestine meurtrie. Bien que le dirigeant politique s’en tienne parfois à la realpolitik, heureusement que les masses populaires sont là pour poser le problème en termes clairs et sans hypocrisie. D’ailleurs, dès le 27 décembre, premier jour des raids israéliens, la rue a su imposer sa vision à sa diplomatie. Dans le cas des dirigeants arabes, ces derniers ont choisi de s’aligner sur la position de leurs manifestants. En Europe, la rue a exprimé sa propension à la résolution du conflit en désignant l’agresseur, mais les exécutifs n’ont pas suivi les desiderata de la rue. Cette situation a conduit au blocage de l’UPM tant la perception de l’agression, entre le Nord et le Sud, était différente. Le parti pris des exécutifs européens a été manifesté ouvertement et sans ambages. En visite en Israël, en juin 2008, Nicolas Sarkozy s’était montré intransigeant sur la sécurité de l’Etat hébreu. Si quelqu’un voulait nuire à Israël, avait-il dit, il trouverait la France sur sa route.

Toutefois, au-delà de la coopération entre les deux rives, le but sous-jacent de certains pays européens aurait été de faire accepter, aux pays de la rive sud de la Méditerranée, la reconnaissance tacite d’Israël sans que celui-ci soit amené à faire la moindre concession sur ses visions expansionnistes. La caution de cette démarche, s’il y en avait une, serait de permettre à Israël de mener sa politique, bâtie uniquement sur la répression, sans qu’il soit isolé diplomatiquement. Car, il faut le noter, l’Etat hébreu n’est pas prêt à faire des concessions, au moins sur trois points, citées par Mourad Benachenhou dans l’édition du Quotidien d’Oran du 5 mars 2009. Il les a résumées comme suit :

 Refus de reconnaître l’existence du peuple palestinien,

 Refus de renoncer à sa politique d’annihilation physique du peuple palestinien,

 Refus de toute paix négociée, quel qu’en soit le contenu ou la forme, avec les pays qui, jusqu’à présent, se sont abstenus de reconnaître un Etat sans Constitution, sans nationalité ni frontières définies.

Cependant, la déclaration du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, après sa prise de fonction ne tendait pas à résoudre la crise devenant de plus en plus alambiquée. Récemment porté à la tête de l’Etat hébreu, il a d’emblée affiché sa haine incommensurable à l’égard du peuple palestinien. Il a préconisé, pour résoudre le problème palestinien, une solution à la sud-africaine au temps de l’apartheid. Cette solution consiste à créer un bantoustan sous l’égide israélienne. Ce qui s’inscrit peu ou prou dans la continuité de la politique israélienne, nonobstant les simulacres de votes en Israël qui assurent l’alternance au pouvoir. La constante, dans la tête des dirigeants du régime hébreu, était et est de réduire la résistance palestinienne dans une situation d’indigence permanente, avec des moyens spartiates et infinitésimaux. Ainsi, au mépris de toutes les lois internationales, ces prédécesseurs ont pilonné la bande de Ghaza pendant trois semaines. En effet, depuis le 27 décembre, et pour une durée de 22 jours, Israël a commis des crimes contre l’humanité. L’innocente population de Ghaza a payé un lourd tribut. Résultat de cette furie : après trois semaines de pilonnage, le bilan était de 1.300 morts dont 410 enfants et 108 femmes. Les blessés, quant à eux, ont représenté une proportion hallucinante. Près de 5.300 Palestiniens étaient touchés.

Par ailleurs, après la tragédie, le ton utilisé pour condamner la boucherie israélienne à Ghaza était différent selon que l’on appartient à telle ou à telle rive. Toutefois, force est de constater que les exécutifs européens n’étaient pas sur la même longueur d’onde que les expressions émises dans leurs différentes capitales. La présidence de l’Union européenne (UE) a défendu le régime sioniste sans tenir compte du droit des Palestiniens à vivre en sécurité dans leur pays. Ainsi, lors de la succession de la Tchéquie à la France, pour présider l’UE, son président a qualifié, sans fard ni acrimonie, les opérations israéliennes d’acte de défense. Toutefois, le bémol est venu du Parlement européen. Bien qu’il ne soit pas ferme dans la condamnation d’Israël, le Parlement a estimé qu’il fallait différer « le rehaussement des relations avec un Etat qui ne respecte pas le droit international et qui ne donne pas les signes sérieux de bonne volonté ». Il va sans dire que cette position n’est pas partagée par les gouvernements européens.

En guise de conclusion, il va de soi, qu’au sein de l’union, il ne pourrait y avoir une tentative d’extermination d’un peuple par un autre sans que cette tentative ne soit dénoncée et combattue. L’épée de Damoclès qui est suspendue sur les Palestiniens doit cesser de les menacer grâce justement à la mobilisation des opposants à ce massacre. Pour ce faire, il faudrait exiger d’Israël d’agir en conformité avec la charte des Nations unies. Hélas, huit mois plus tard, le constat dans la région est le même : Ghaza suffoque encore. En dépit du dernier appel des 56 prix Nobel, dont 10 Nobel de la paix, 202 députés européens et des personnalités connues, pour la levée du siège de Ghaza, Israël continue de faire de la bande une prison à ciel ouvert. D’où, la nécessité du retrait des membres soutenant la Palestine, si une solution n’est pas envisagée.

http://www.lequotidien-oran.com/ind...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Quel avenir pour l’UPM, un an après son lancement ?
16 juillet 2009 - 10h55

citez vos sources svp !

mettez le lien vers l’article original, sinon il devra être retiré du site...



Quel avenir pour l’UPM, un an après son lancement ?
16 juillet 2009 - 13h26 - Posté par Fathi B’CHIR

L’auteur a raison de souligner l’importance de la question palestinienne mais elle n’explique pas tout. D’autant plus qu’en ce domaine, les faux-semblants dont on peut soupçonner l’Europe ne sont rien à côté de ceux des Arabes, impuissants et incapables de peser y compris sur leur propre destin. Nous sommes toujours dans l’attente du "sauveur suprême", l’Europe ou Obama... Nous, nos gouvernants ont tant d’autres soucis en tête pour se préoccuper sérieusement de la Palestine comme du développement de nos pays, de lutter contre le chômage des jeunes, des jeunes diplômés.

Où est passé l’argent du pétrole ? Où est notre agriculture ? Pourquoi nos frontières demeurent fermées alors que nous pleurons pour que l’Europe ouvre les siennes ? Pourquoi nos entreprises ne peuvent se déployer sur tout l’espace maghrébin arabe ? Pourquoi les pays riches du Golfe traitent les migrants arabes comme des esclaves. Avant de s’en prendre aux autres, balayons devant nos propres portes.

Le problème majeur à mon avis, aussi bien sur le dossier palestinien que sur l’avenir de la coopération entre le deux rives, est l’évanescence des partenaires de l’UE. Ils n’ont fait, depuis toujours, que réagir aux projets venus d’ailleurs. Aucune initiative n’est venu de nos pays.

Quand Sarkozy disait, à Dakar, que les Africains ne sont plus des acteurs de l’Histoire, il devrait plutôt s’adresser aux Arabes. Un écrivain, bahreini, je crois, l’écrivait il y a deux ou trois décennies : "nous sommes sortis de l’Histoire pour n’être plus qu’une notion géographique. Notre réalité, nous la constaterons en lisant nos journaux, en tournant les boutons de la radio pour passer d’une station arabe à une autre. Et si cela n’est pas convaincant, alors prends un miroir et regarde toi". Telle serait notre réalité. Nous ne sommes plus que de simples "consommateurs" de projets politiques venus d’ailleurs, sans vie ni dynamisme. Nous réagissons, nous n’agissons plus.

Il est temps de nous livrer à une profonde introspection et ce n’est ni par l’incantation ni par la prière que nous arriverons à recouvrer notre destin.

Si je peux me permettre de citer mon propre écrit pour marquer le besoin de repenser l’EuroMed. Et je demeure convaincu que l’EuroMed ne sera que lorsque le Med-Med, ou, plus proche de nous, le Mag-Mag seront réalités.

http://www.medafrique.info/news/sho...



Quel avenir pour l’UPM, un an après son lancement ?
26 juillet 2009 - 11h21 - Posté par boubekeur

Je vous remercie pour les remarques que vous avez faites sur mon texte. Vous savez, mieux que moi, que dans un texte de presse, il est difficile de soulever tous les points ou tous les contours de la problèmatique. Pour ma part, j’ai essayé de comprendre ce qui a conduit l’UPM à cette agonie. En n’étant pas specialiste du sujet, je suis arrivé à la conclusion que le bombardement de la bande de Ghaza a été la véritable raison. Je suis sur que d’autres textes pourront completer mon analyse.
Cordialement Boubekeur


Quel avenir pour l’UPM, un an après son lancement ?
6 novembre 2009 - 08h23 - Posté par

"Quand Sarkozy disait, à Dakar, que les Africains ne sont plus des acteurs de l’Histoire, il devrait plutôt s’adresser aux Arabes." je cite le commentaire

vous étiez où en 2006 ???
à moins quel es libanais ne soient pas dans le monde arabe ????





Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
13 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La musique exprime ce qui ne peut être dit et sur quoi il est impossible de rester silencieux. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite