Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

LES CHERCHEURS DECOUVRENT LA LUNE
de : FLORILEGE1975
mercredi 14 octobre 2009 - 22h23 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Tant qu’elle ne les menaçait pas directement, la casse des services publics laissait les universitaires indifférents. À présent que leurs avantages sont en danger, ils dégainent leurs sabres en bois.

La mobilisation des universitaires engagée au début de l’année 2008 a pris tout le monde au dépourvu, à commencer par le gouvernement. La ministre Valérie Pécresse comptait en effet sur la passivité légendaire de la corporation pour poursuivre la « modernisation » (comprendre « la casse ») de l’Université à travers la loi dite « LRU » (Loi relative aux libertés et responsabilités des universités). L’adoption de cette loi, à l’été 2007, avait déclenché dès la rentrée suivante un vaste mouvement de révolte des étudiants. Mais, au plus fort des luttes contre la réforme, seule une minorité des enseignants-chercheurs statutaires, souvent abonnés au Plan B, s’était engagée activement à leurs côtés.

La majorité, mollement favorable à la réforme, désertait les campus bloqués par les piquets de grève, préférant vaquer à des occupations moins terre à terre, et laissait les présidents d’université régler le problème avec l’aide amicale des CRS. « Les intellos sont des pleutres, confiait alors au Plan B un professeur de sociologie indigné par l’inertie de ses collègues. J’ai toujours été frappé par cette dichotomie – y compris chez des gens que j’admire intellectuellement – entre d’un côté cette hauteur s’agissant des choses de l’esprit et de l’autre la triste médiocrité individuelle. »

La civilisation en danger

Depuis des années que la fonction publique subit les coups de boutoir des gouvernements successifs, la plupart des universitaires n’ont en effet guère brillé par leur pugnacité. Eux, si prompts à disserter sur l’universel, se sentaient-ils seulement concernés  ? Le double démantèlement (à la fois de la structure d’ensemble et des statuts du personnel) qui touche leur secteur relève pourtant de la même entreprise de démolition déjà à l’œuvre contre d’autres services publics, moins prestigieux il est vrai, comme France Télécom ou EDF-GDF. Le réveil a été tardif  : il a fallu attendre que les enseignants-chercheurs comprennent le danger qui les visait directement pour qu’ils se jettent à la remorque du mouvement étudiant. Certains d’entre eux, habitués à envoyer des bataillons d’étudiants passer le Capes, étaient d’autant plus remontés que Xavier Darcos était chargé de réduire les concours d’enseignement à de simples entretiens d’embauche.

Longue à accoucher, la mobilisation n’en fut que plus ardente. Jeunes maîtres de conférences ségolénistes ou doyens de facultés de droit, tous communiaient alors pour exiger le retrait des dispositions les plus scélérates de la loi LRU. Manifestations, grève des enseignements (mais la plupart du temps sans perte de revenus [1]), rétention de notes et tribunes courroucées s’enchaînent  : jamais on n’avait vu les mandarins grimper ainsi aux rideaux. Les saillies du chef de l’État sur « l’immobilisme » de la profession font trembler de fureur les vieilles ganaches de l’Académie des sciences (Marianne 2, 7.2.09). Et, lorsque Xavier Darcos annonce la destruction de la formation des professeurs du secondaire, le Snesup, un des principaux syndicats de l’enseignement supérieur, crie à l’« anti-intellectualisme [qui] rappelle les pires heures de l’histoire de France » (Liberation.fr, 14.2.09).

Entre gens distingués rien n’est simple. La défense basique et légitime d’un statut avantageux devient en deux traits de plume un grand combat pour la Science, l’Amour et l’Intelligence, si ce n’est pour le sempiternel « Avenir de nos enfants », même chez ceux que la casse des concours d’enseignement n’inquiète guère. Puisque l’université n’est plus à l’abri, la lutte serait porteuse d’un « enjeu de civilisation », ainsi que le proclame une tribune publiée dans L’Humanité (18.2.09). Et les bouilleurs de cru  ? Ne cherchaient-ils pas à préserver la civilisation rurale  ? Ancien universitaire recyclé dans le journalisme intello-bobo, Sylvain Bourmeau savoure la soudaine dimension intergalactique de sa rébellion. Il republie en trombe sur le site de Mediapart l’« Appel contre la guerre à l’Intelligence » et pour la résistance aux ploucs, lancé par Les Inrockuptibles en février 2004 [2]. Ce climat insurrectionnel permet aussi à Cyril Lemieux, un sociologue de la complexité, d’exhumer Daniel Cohn-Bendit pour une matinée de bâillements à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Barricades de plumes

En matière de grandiloquence et de fatuité, les grands savants ne reculent devant aucun défi. Pour preuve  : la création d’un « cercle des professeurs et des chercheurs disparus », en riposte aux attaques « contre la pensée elle-même  [3] ». Cette colonne de maquisards en redingote napthalinée compte entre autres commandants le philosophe Alain Caillé, le sociologue Alain Touraine (que beaucoup, il est vrai, croyaient déjà disparu depuis son soutien au plan Juppé en 1995), son confrère Edgar Morin, sa consœur Dominique Méda et le rédacteur en chef de la revue balladurienne Le Débat, Marcel Gauchet. Sabre au clair, ce dernier a investi l’EHESS début février pour dénoncer « la redéfinition du savoir sous le néolibéralisme ». L’année précédente, Gauchet avait pourtant œuvré à cette même « redéfinition » en participant à la conférence sur « L’avenir de la fonction publique » organisée par le ministre du Budget, Éric Woerth. Cette java sarkoziste avait débouché sur la publication d’un très poétique livre blanc visant à contribuer, selon l’expression de Gauchet, au « “réarmement intellectuel” d’une France réconciliée avec la modernité [4] ». Les auteurs du rapport préconisaient notamment « l’ouverture progressive à la concurrence des entreprises publiques ».

Unis dans leur opposition toute fraîche à la réforme de leur statut, et ragaillardis de se trouver si audacieux, les militants du « réarmement intellectuel » fraternisent autour d’un autre nouvel objet d’indignation  : l’attitude des médias, qu’ils jugent insuffisamment favorable à leur résistance héroïque. « Depuis le début de leur mobilisation, les enseignants-chercheurs ont eu à faire face à un adversaire redoutable et plutôt inattendu  : les “grandes plumes” de la presse française », pleurnichent une douzaine d’universitaires sur le site Mediapart d’Edwy Plenel, le roi du téléachat devenu leur avocat le plus exalté (23.2.09). L’université Paris I va même convier Plenel, ainsi que Daniel Schneidermann, chroniqueur dépressif à Libération, pour initier les ronds-de-cuir à la critique moustachue des médias. Comparés aux cheminots, aux dockers de Marseille ou même aux enseignants du secondaire, les universitaires de la Rebelle Académie bénéficient pourtant d’un traitement enviable. Du Monde à Libération en passant par Le Nouvel Observateur ou Les Inrockuptibles, tout ce que le Parti de la presse et de l’argent (PPA) compte de feuilles moribondes mais regauchies par la crise leur déroule un chaleureux tapis de tribunes et d’éditos. Même France Soir salue « la fronde des enseignants-chercheurs » plutôt que de déplorer une énième coalition de glandeurs assoiffés de privilèges.

L’insurrection qui ne vient pas

Il est vrai que les spécimens les plus endurcis du PPA refusent d’en démordre. Christophe Barbier, directeur de L’Express, se déchaîne sur LCI contre la mobilisation « totalement injustifiée » des universitaires, auxquels il rappelle que « Lénine est mort » (3.2.09), tandis que Franz-Olivier Giesberg s’insurge contre « l’idéologie du père peinard » (Le Point, 5.2.09). Sur France Info, Sylvie Pierre-Brossolette glousse  : « C’est vrai que les chercheurs sont meilleurs jusque 45 ans, après on trouve un peu moins. C’est biologique, génétique  ! » (9.2.09). « Est-ce que c’est génétique, de dire des bêtises sur les antennes du service public  ? », rétorque le professeur de littérature Pierre Jourde sur le site du Nouvel Observateur (10.2.09). Sur les blogs, les forums et les listes de diffusion, la colère gronde et les consciences s’éclairent. « Le problème avec les éditorialistes, c’est qu’ils oublient d’être journalistes », lâche, médusé, le professeur de science politique Jean-Philippe Heurtin dans un commentaire posté sur le site du Point. Sur celui du JDD, un jeune maître de conférences prône l’action directe à l’irakienne  : « Et si la chaussure finalement était une meilleure solution  ? » (14.2.09).

Ceux qui n’avaient jamais bronché contre le traitement journalistique infligé aux catégories moins nobles jouent ainsi, le temps d’une valse, les vierges effarouchées. Comme Laurent Bouvet, jeune professeur de science politique, groupie de Tony Blair et de Bertrand Delanoë [5]. La presse parisienne, au sein de laquelle il a table ouverte, l’irrite prodigieusement dès qu’elle rend compte de sa profession. Le 5 février, il adresse une longue lettre au Monde – « mon journal », dit-il affectueusement – pour s’étonner du « caractère erroné » des informations fournies par le quotidien. Fier comme un coq, il bombarde le courrier sur son blog, hébergé par… Le Monde. La semaine suivante, dans les -colonnes du Figaro cette fois, Bouvet s’emporte contre « un nouvel article scandaleux de A à Z, […] un monument dressé à la désinformation et à la manipulation du lecteur ». Il y a de quoi s’inquiéter  : la violence de ces propos ne rappelle-t-elle pas « les pires heures de l’histoire de France »  ?

Notes

[1] L’administration peut difficilement compter les grévistes dans une université.

[2] Au sujet de ce racisme de l’intelligence, relire l’article de PLPL  : « La conjuration des imbéciles », Pour Lire Pas Lu, n° 19, avril 2004  ; accessible sur http://www.homme-moderne.org/plpl/n...

[3] http://journaldumauss.net/spip.php?...

[4] Jean-Ludovic Silicani, Livre blanc sur l’avenir de la fonction publique, ministère du Budget, avril 2008, p. 15.

[5] Laurent Bouvet, « Socialisme et libéralisme sont-ils compatibles  ? », publié sur le site Telos, 28 mai 2008.

(SOURCE/ LE PLAN B )



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
LES CHERCHEURS DECOUVRENT LA LUNE
15 octobre 2009 - 13h45

Article qui tape juste !

un exemple : alors que depuis des années l’école primaire , le collège et le lyçée sont attaqués , pas un mot de soutien de la part des collégues ( eh oui , quoi qu’ils en disent ) du "supérieur".....et la seule fois où on les entendait c’était pour hurler avec les loups sur "la baisse des niveau " , "les élèves qui ne savent rien", " ne savent pas écrire" , enfin tout ce que l’on peut lire dans le courrirer du Fig mag.... et là , miracle , ils ont demandé "la convergence des luttes " entre le secondaire et le supérieur ....comme c’est bizarre....
..






solidarité
samedi 14 - 17h28
de : jean1
(video) Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence !
vendredi 13 - 11h07
de : JO
3 commentaires
Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le silence est la plus grande persécution ; jamais les saints ne se sont tus. Blaise Pascal
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite