Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Solidarité avec la grève étudiante en Autriche
de : SUD étudiant
vendredi 6 novembre 2009 - 16h16 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Depuis plus d’une dizaine de jours, une forte contestation étudiante partie de Vienne s’est propagée dans toute l’Autriche. Elle est monté en intensité jusqu’à la journée du 29 octobre au cours de laquelle plusieurs manifestations ont notamment rassemblé 40 000 étudiant‑e‑s à Vienne ou encore 5 000 à Graz. Ainsi, de manière spontanée, la plupart des universités ont été occupées, les étudiant‑e‑s ont appris à s’organiser eux/elles mêmes afin de répondre aux impératifs de la grève et pour réfléchir collectivement à des projets alternatifs d’enseignement supérieur.

Les causes de ce conflit sont nombreuses : manque cruel de financement public dans l’enseignement supérieur, mise en place de la réforme LMD (Licence/Master/Doctorat) restreignant l’accès à un nombre considérable de filières pour les étudiant‑e‑s, manque de places dans les cursus, introduction de frais de scolarité...

Face à cette situation socialement intenable, les étudiant‑e‑s revendiquent une université réellement ouverte à tou‑te‑s, une hausse de financement public de l’enseignement supérieur, une égalité homme/femme dans l’université, une recherche indépendante, etc.

Cette lutte des étudiant‑e‑s autrichien‑ne‑s ressemble profondément aux différentes luttes que nous avons connues ces dernières années, que cela soit en France ou dans les différents pays européens. Depuis l’application des préconisations du fameux « processus de Bologne » de 1999, en Espagne, en Italie, en Allemagne, les luttes étudiantes se sont multipliées afin de s’opposer aux processus de privatisation de l’enseignement supérieur.

En effet, partout en Europe, les États se désengagent financièrement des universités, avec pour conséquence : des hausses généralisées des frais de scolarité, l’aggravation des conditions d’études pour les étudiant‑e‑s, le recours à des financement privés conditionnant les formations des étudiant‑e‑s. De la même manière, les procédés de sélections se multiplient, restreignant l’accès de toutes et tous à l’enseignement supérieur.

Aujourd’hui, les conséquences néfastes du processus de Bologne se font sentir dans tous les pays d’Europe. Néanmoins, la contestation étudiante se généralise, touchant toujours plus de pays. Si nous n’avons pas encore réussi à faire plier les logiques libérales que l’on cherche à nous imposer, nous n’avons pas renoncer à livrer bataille.

La Fédération des Syndicats Sud Étudiant soutien la lutte des étudiant‑e‑s autrichien‑ne‑s. Nous nous battons contre le même système, il est temps de mettre un terme au processus de Bologne.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Solidarité avec la grève étudiante en Autriche
6 novembre 2009 - 17h06

une greve de tout les etudiants a travers l’europe ça aurait de la gueule !!!



Solidarité avec la grève étudiante en Autriche
6 novembre 2009 - 17h38 - Posté par

D’autant plus que depuis l’an dernier ça bouge un peu partout et sur les mêmes réformes.
Italie (ou le mouvement repart en ce moment)
Espagne
Croatie
France
Allemagne (où dans certains coins les étudiants se solidarisent avec leurs camarades d’Autriche)...
Il y a des tentatives d’unification des luttes. Une en Belgique où au printemps dernier se sont retrouvés 200 étudiants français, belges et italiens.
Il existe un appel international lancé par le syndicat français FSE pour créer un réseau européen...
bref...plein d’idées, plein de chantiers.


Solidarité avec la grève étudiante en Autriche
8 novembre 2009 - 00h44 - Posté par Arnold K.

Ces manifestations d’étudiants ça ressemble à cette situation pré-68 décrit par la brochure « De la misère en milieu étudiant ». Plus de 40 ans après, triste est de déploré que l’université se trouvent, quasi, dans la même situation, lisez plutôt :

« L’étudiant ne se rend même pas compte que l’histoire altère aussi son dérisoire monde "fermé". La fameuse "Crise de l’Université", détail d’une crise plus générale du capitalisme moderne, reste l’objet d’un dialogue de sourds entre différents spécialistes. Elle traduit tout simplement les difficultés d’un ajustement tardif de ce secteur spécial de la production à une transformation d’ensemble de l’appareil productif. Les résidus de la vieille idéologie de l’Université libérale bourgeoise se banalisent au moment où sa base sociale disparaît. L’Université a pu se prendre pour une puissance autonome à l’époque du capitalisme de libre-echange et de son Etat libéral, qui lui laissait une certaine liberté marginale. Elle dépendait, en fait, étroitement des besoins de ce type de societé : donner à la minorité privilégiée, qui faisait des études, la culture générale adéquate, avant qu’elle ne rejoigne les rangs de la classe dirigeante dont elle était à peine sortie. D’où le ridicule de ces professeurs nostalgiques, aigris d’avoir perdu leur ancienne fonction de chiens de garde des futurs maîtres pour celle, beaucoup moins noble, de chiens de berger conduisant, suivant les besoins planifiés du système économique, les fournées de "cols blancs" vers leurs usines et bureaux respectifs. Ce sont eux qui opposent leurs archaïsmes à la technocratisation de l’Université, et continuent imperturbablement à débiter les bribes d’une culture dite générale à de futurs spécialistes qui ne sauront qu’en faire. »

Il est si étonnant que cette même crise "juvénile" de l’université se reproduit dans un contexte similaire. Mais contrairement à la situation de pré-68, un mouvement comme mai 68 ne risque pas de se reproduire, ou même si, ce qui ne serai guère joyeux ! Le double jeu des étudiants (qui ne désirent pour la plupart qu’à "s’insérer" grâce à leurs diplôme-passeports dans cette société qu’ils dénoncent parfois, mais pour sûr qu’ils ne changeront pas fondamentalement), et ces professeurs qui pensent à leurs statuts, n’osant affronter le courage d’être pauvre comme leurs pionnés (pauvre ne signifiant pas miséreux), véritable garanti de leurs libertés de recherches. Des alternatives à l’université existe si la question est d’acquérir du savoir et de le partager (les systèmes d’échanges des savoirs, universités populaires, université libre (« Freie-Uni », regardez ce que font les voisins allemands !)). C’est la valeur « passeport » du diplôme et la valeur « confort » du statut de rechercheur qui ne fera que reproduire le même schéma écrit depuis plus de 40 ans. Que les étudiants d’europe se réveil dans un mouvement commun ? Qu’ils le fassent s’ils s’ennuient ! Cette valeur passeport du diplôme, les étudiants les moins hypocrites en tiennent compte dans leurs choix de faire grêve ou non, ils sont "vrais", eux, ce sont finalement ceux qui agissent avec le plus de justesse, de sincérités, de maturité, ceux qui sont la plupart du temps contre les blogages ou qui agissent passivement, que l’on confond trop vite avec ces droiteux (qui ne sont finalement que l’expression la plus arrogante et cynique de ces valeurs). Si cette valeur "passeport" du diplôme n’est pas la sienne, si la liberté de recherche est plus importante que son confort personnel, alors la meilleur chose à faire pour l’étudiant et le chercheur est de quitter l’université, cette institution. C’est aussi simple que ça ! Vous voulez quelque chose ? Faites le vous-même ! Les crédits de l’État semblent si important pour ces archéologues, physiciens, ... soit ils acceptent leurs sorts, en acceptant la L.R.U., soit ils doivent révolutionner le capitalisme de fond en comble, pour ne pas être financé par ce privé(-là). En étant tout à fait réaliste, en crêvant leurs bulles, ils n’ont pas d’autres choix que ces deux alternatives. La seule question importante n’est pas de savoir comment empêcher les réformes et avoir plus de moyens, mais auront-ils, aurez-vous assez de courage pour faire un choix ?






MEXIQUE : Le Président élu invite Nicolas Maduro à son investiture !
mardi 13 - 17h45
de : JO
LES 5 ARNAQUES DES AUTOROUTES : CQFD !
mardi 13 - 17h07
de : JO
17 novembre : pourquoi les syndicats traînent-ils des pieds, alors que les politiques courent après ?
mardi 13 - 16h45
6 commentaires
Armes Européennes chez Daesch : Des langues se délient !
lundi 12 - 18h02
de : JO
Les grosses augmentations de certains ministres en 2018
lundi 12 - 11h58
de : JO
1 commentaire
Enfoirés de journalistes !
lundi 12 - 10h10
de : jean 1
5 commentaires
« Fêtons la gratuité ! » le samedi 5 janvier à Lyon !
lundi 12 - 09h18
de : Paul Ariès
1 commentaire
La Bible, les terres et les missionnaires du temps de la « pacification » des colonies.
dimanche 11 - 22h02
de : Christian DELARUE
CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Censurons les censeurs !
dimanche 11 - 14h56
de : JO
1 commentaire
LE MONDE SELON MONSANTO - De la dioxine au OGM, une multinationale qui vous veut du bien
dimanche 11 - 08h46
de : Ernest London
VENEZUELA : La Révolution se défend contre le terrorisme économique !
samedi 10 - 17h39
8 commentaires
Make Anti-Imperialism Great Again !
samedi 10 - 17h07
de : jean 1
1 commentaire
Réformes de l’éducation : « C’est un projet élitiste, autoritaire, réactionnaire et libéral »
samedi 10 - 06h08
Carburants ou pouvoir d’achat : les raisons de la colère
vendredi 9 - 20h44
de : Christian DLR (cgt fin pub)
Du 11 Novembre 1918… au 1er Septembre 1939… D’une guerre mondiale… à l’autre…
vendredi 9 - 13h31
de : Emission Polémix et La Voix Off
rencontre nationale des secteurs en lutte samedi 10 novembre à Paris !
vendredi 9 - 11h17
de : SUD Poste 92
2 commentaires
Ce mensonge du gouvernement qui pourrait vous coûter très cher !
vendredi 9 - 11h07
de : JO
Les GM&S attaquent PSA et Renault en justice
jeudi 8 - 16h08
Gender Recognition Act : la lutte des femmes britanniques pour ne pas être effacées
jeudi 8 - 12h36
de : Female-
5 commentaires
#fachosphère / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 8 - 11h51
de : Hdm
Sortons du vrai-faux débat sur le prix du carburant. Défendons le droit à l’énergie élémentaire via sa gratuité !
jeudi 8 - 07h54
de : Paul Ariès et l’Observatoire international de la Gratuité (OIG)
12 commentaires
Retraite Complémentaire : Très mauvaise nouvelle qui vous attend en 2019
mercredi 7 - 15h27
de : JO
Mélenchon : les limites juridiques, judiciaires et politiques de l’enquête préliminaire
lundi 5 - 16h00
de : Foolad
2 commentaires
Les approches libertaires de l’école du Rojava
lundi 5 - 12h06
de : jean 1
Suicide d’une factrice : ses collègues exigent le départ des encadrants depuis 10 jours
dimanche 4 - 13h37
L’abécédaire de Daniel Guérin
vendredi 2 - 14h03
de : jean 1
Arkéa : les épargnants en danger !
vendredi 2 - 12h15
de : Guirec
Détermination kurde - Retour à Kobané
jeudi 1er - 19h37
de : Pierre Bance
JAMAIS TROP TARD ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 1er - 12h46
de : Hdm
Macron, un économiste stupide ? Ou de classe...
jeudi 1er - 09h22
de : Allain Graux
1 commentaire
Les grèves de la faim se multiplient dans les conflits du travail
jeudi 1er - 07h22
APRÈS LE CAPITALISME - Essai d’écologie politique
mercredi 31 - 07h06
de : Ernest London
2 commentaires
Ce que l’élection de Bolsonaro au Brésil nous apprend ici en France
mercredi 31 - 06h37
de : Foolad
VIDEO EN DIRECT - Meeting de Jean-Luc Mélenchon à Lille mardi 30 octobre 2018 à 19h00
mardi 30 - 12h00
Mirages 2000, chars Leclerc, canons Caesar : la France fournisseuse officielle du carnage yéménite
mardi 30 - 10h29
de : jean 1
Les tribulations d’un Vampire sous l’Apartheid le 9 novembre
lundi 29 - 11h37
Lettre ouverte des communistes du PRCF
lundi 29 - 10h35
de : JO
2 commentaires
NANTES RÉVOLTÉE – Numéro 4 - Nos désirs font désordre
lundi 29 - 07h47
de : Ernest London
Brésil. L’élection d’un chef de gang psychopathe d’extrême droite, ouvre la voie à "un nettoyage jamais vu dans l’histoire du Brésil"
lundi 29 - 00h34
de : Smaïl Hadj Ali
4 commentaires
84% des Français ne font pas confiance à Emmanuel Macron pour redresser leur pouvoir d’achat
dimanche 28 - 14h00
de : JO
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Notre vraie nationalité est l'humanité. Herbert George Wells
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite