Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Chercher la vérité sur la catastrophe de Toulouse : pétition
de : Toulouse
jeudi 23 septembre 2004 - 19h47 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Bonjour,

La presse écrite et audio-visuelle a fait état, à partir de lundi 20/9/04, d’une pétition déjà signée par plus de 500 personnes, dont de nombreux enseignants, chercheurs, techniciens, universitaires, scientifiques, réclamant “La vérite sur AZF”.

Signalons puisque notre bien-aimé quotidien local, La Dépêche, ne l’a pas dit (pas encore, mais çà viendra j’en suis sûr), que parmi les parrainages initiaux de cette pétition figurent

Rémy Pech, historien, professeur, président de l’université de Toulouse Le Mirail, Roland Morancho, chimiste, professeur, président de l’Institut National Polytechnique de Toulouse, Malik Ghallab, informaticien, directeur de recherches au CNRS, directeur du LAAS.

A mon avis, : la vérité est un droit, un besoin, un devoir

Quelle que soit la vérité, il faut la connaître. Et donc la chercher. C’est un dû pour les victimes, pour tous ceux qui ont souffert. C’est un droit pour tous dans un pays démocratique. C’est un besoin pour mieux se prémunir dans l’avenir contre de tels drames. C’est un devoir éthique pour ne pas tromper la jeunesse qu’on éduque justement dans l’effort pour un monde meilleur.

Signer cette pétition (que j’aurais écrite différemment), la diffuser pour que d’autres la signent, me semble donc tout à fait pertinent.

Je me propose de coopérer à la collecte des signatures. Si accord, prière de m’envoyer par email : nom, prénom, qualité, adresse postale (et autre éventuellement). Je transmettrai aux initiateurs.

Henri Farreny,

Informaticien, professeur à l’INP de Toulouse.


LA VERITE SUR AZF

Trois ans, après l’explosion de l’usine AZF les habitants de Toulouse attendent toujours une explication plausible et partagée sur ce qui s’est réellement passé le 21 septembre 2001 aux portes de leur ville.

Face au seul drame jusqu’ici inexpliqué de l’histoire industrielle, les hypothèses officiellement avancées par les enquêteurs ne résistent ni aux lois de la chimie, ni aux reconstitutions qui devaient les valider.

Aussi, dans un climat crispé par l’ampleur de la catastrophe et toutes ses conséquences, cette absence d’explication renforce un sentiment de malaise que seule la vérité sur le drame contribuera à dissiper.

Un devoir de vérité s’impose. Il est dû à toutes les victimes et aux générations futures qui, pour leur propre sécurité, doivent savoir.

Pour les salariés et les industriels, les victimes d’aujourd’hui et les citoyens de demain, nous exigeons la vérité sur la catastrophe de l’usine AZF de Toulouse !


Si accord, prière de m’envoyer par email : nom, prénom, qualité, adresse postale (et autre éventuellement). Je transmettrai au groupe initiateur (il s’agit au départ de membres du Conseil Economique et Social Régional de Midi-Pyrénées).

Comme il faut démultiplier les efforts, chacun peut faire de même autour de lui.

HF



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Chercher la vérité sur la catastrophe de Toulouse : pétition
23 septembre 2004 - 20h00

Ouais c’est vrai, tout n’a pas été dit dans cette affaire... comme dans l’affaire Alègre d’ailleurs.

Visitez Toulouse, la ville des affaires irrésolues.



> Chercher la vérité sur la catastrophe de Toulouse : pétition
24 septembre 2004 - 01h35

Henri Farreny a écrit :

> /Bonjour,

> La presse écrite et audio-visuelle a fait état, à partir de lundi

> 20/9/04, d’une pétition déjà signée par plus de 500 personnes, dont de

> nombreux enseignants, chercheurs, techniciens, universitaires,

> scientifiques, réclamant “La vérite sur AZF”.

> Signalons puisque notre bien-aimé quotidien local, La Dépêche, ne l’a

> pas dit (pas encore, mais çà viendra j’en suis sûr), que parmi les

> parrainages initiaux de cette pétition figurent

> Rémy Pech, historien, professeur, président de l’université de Toulouse

> Le Mirail,

> Roland Morancho, chimiste, professeur, président de l’Institut National

> Polytechnique de Toulouse,

> Malik Ghallab, informaticien, directeur de recherches au CNRS, directeur

> du LAAS.

Henri, tu oublies un parrainage de choix, cité par la dépêche, celui de Pierre Respaud, président de la Mutualité Française de haute-Garonne... qui a une haute idée de l’utilité de la chimie puisqu’elle sert à faire des vêtements (pauvres pré-Lavoisier qui n’avaient de quoi se vêtir).

Sinon, (peut-être) bon à savoir, Mr Morancho est président de l’ADERMIP dont Mr Pech est administrateur* et qui "rassemble au plan régional des directeurs ou présidents des établissements d’enseignement supérieur et secondaire, des centres de recherche, des écoles nationales supérieures, et les dirigeants d’entreprises, de banques, d’institutions économiques et sociales, des responsables de collectivités locales et territoriales.

Véritable carrefour d’idées et de compétences, l’ADERMIP favorise les transferts de connaissance scientifique, technologique et économique entre les millieux de l’enseignement, de la recherche et de l’économie." (http://www.adermip.com/quisommesnou...)

* Ils démontrent, comme le dit Henri, que cette recherche de vérité (qu’est-ce que la vérité ?) n’est pas que de droite puisqu’ils étaient sur la liste Malvy aux dernières régionales (ont-ils été élus ?)

Pascal Desjours,

Vivant

P.S. : pour celles-ceux qui souhaitent envoyer directement au producteur leur pétition signée ou tout autre doc, j’ai mis celle-ci (avec non des membres mais LE CESR comme diffuseur) en fin de message. À savoir qu’ils ne demandent que le nom, l’adresse postale et la signature, pas le prénom, la "qualité" ou autre adresse. Pour télécharger la pétition : http://www.sfc.fr/PetitionAZF.pdf ou via http://www.sfc.fr/DerMinut.htm . Tiens, c’est le site de la Société Française de Chimie, dont Mr A. Lattes, chimiste distingué de Toulouse, est président*, et qui, après la cata, n’a fait qu’un communiqué, reprenant l’avis d’un spécialiste du nitrate d’ammonium travaillant aux USA et assurant que ce produit ne pouvait exploser accidentellement (il mentionnait pourtant que le sucre en poudre pouvait être un facteur de dégradation pouvant rendre le nitrate d’ammonium plus sensible à une amorce, ce qui, malgré le fait que certainement les manutentionnaires sous-traitant boivent beaucoup de café et sont maladroits avec leurs gants au point de verser, d’année en année beaucoup de sucre à côté de la tasse, ne semble pas avoir été pris en compte par les enquêteurs... cf http://www.sfc.fr/Guiochon/introbm.htm qui n’a pas bougé depuis le 20/12/2001)

* et a des jugements définitifs, en "représentant des chimistes" alors que "10 % seulement de notre population scientifique et industrielle constituent l’essentiel de nos troupes !" (extrait de son rapport moral de juin 2004)


La Dépêche du Midi, article paru le 17/08/2004

AZF. LE PRÉSIDENT DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE DEMANDE LA VÉRITÉ SUR L’EXPLOSION. DES MUTUALISTES DÉNONCENT LA CONFUSION DES GENRES.
La pétition qui embarrasse

« L a vérité sur AZF. » Le libellé de la pétition est clair. A la Mutuelle des douanes, Marie-Claude Saintignan a d’ailleurs affiché le texte dès qu’elle l’a reçu. Mais elle l’a vite retiré.

« Au début, je n’ai pas fait attention. Cette pétition nous a été envoyée par Pierre Respaud, le président de la Mutalité française. Et puis, tout le monde veut savoir ce qui s’est passé le 21 septembre 2001 à AZF. Mais, un collègue m’a fait remarquer que cette pétition émanait en fait du conseil économique et social, c’est-à-dire de celles et ceux qui défendent l’industrie chimique comme l’indiquait la lettre jointe de son président Jean-Louis Chauzy. Je suis un peu horrifiée de voir ça. Je ne comprends pas très bien en quoi la Mutualité se préoccupe de défendre la chimie ! »

« Ce n’est pas l’objet, répond Pierre Respaud. Par contre, la Mutualité a indemnisé des mutualistes pour plus d’un million d’euros après l’explosion d’AZF. En leur nom, je me dois de les aider à connaître la vérité. »

Soucieux de relativiser la polémique naissante, Pierre-Jean Gracia, le vice-président de la Mutualité de Haute-Garonne, ajoute que la pétition a été envoyée aux administrateurs « à titre d’information » et que, de toute façon, « ils n’ont pas pour consigne de la faire circuler aux adhérents ».

Seulement voilà, contrairement à ce que M. Gracia indique, Pierre Respaud a pris soin d’envoyer avec la pétition une lettre signée de sa main dans laquelle il écrit ceci : « Je demande à toutes les personnes qui, comme Jean-Louis Chauzy et moi-même exigent la vérité, de bien vouloir signer et faire signer la pétition jointe au présent courrier avant de la retourner au conseil économique et social régional. »

Cet appel conjoint n’a d’ailleurs rien d’étonnant ! Le président de la Mutalité française de Haute-Garonne est lui-même membre du conseil économique et social Midi-Pyrénées.

Aussi, il ne laisse aucun doute sur son opinion personnelle. « Oui, je partage les idées de Jean-Louis Chauzy. Entre nous, sans industrie chimique aujourd’hui, il y a beaucoup de choses qui n’existeraient pas, ne serait-ce que les vêtements qu’on porte tous les jours. »

Les faits sont là, effectivement. Mais ce n’est pas le propos selon Claudine Molin, la porte-parole du collectif Plus jamais ça.

« Dans la pétition, il est dit que les hypothèses officiellement avancées par les enquêteurs ne résistent ni aux lois de la chimie, ni aux reconstitutions qui devaient les valider. Mais à quel titre la Mutualité française peut-elle, comme le président du conseil économique et social, s’avancer dans ce domaine ? Elle n’a pas à intervenir dans un débat qui mêle volontairement une demande de vérité avec la défense de l’industrie chimique. Par contre, il est de son devoir de dénoncer les dangers environnementaux et de lutter pour la prévention. »

Certains responsables de mutuelle se disent d’ailleurs « choqué par cette ambiguïté ».

Marcel Cortina, le directeur de la Mutuelle générale, estime ainsi qu’il « y a une séparation à faire entre la santé et les problèmes liés aux conséquences de la chimie ». D’autres disent « comprendre que le président de la Mutualité française veuille sortir des aléas juridiques, financiers et administratifs de cette affaire », mais annoncent d’ores et déjà qu’ils ne feront « pas circuler la pétition ».

Béatrice Dillies

« Je ne contrains personne »

Jean-Louis Chauzy, le président du conseil économique et social Midi-Pyrénées, n’a jamais caché son désir de « travailler à la conciliation de l’industrie à risque avec la société ». Pourtant, s’il s’affirme à l’origine de la pétition, un texte qu’il a rédigé lui-même, il insiste sur le fait qu’il ne contraint personne. « C’est une pétition que j’ai adressée à des universitaires et à des gens que je connais, non pas pour faire du nombre, mais pour obtenir des signatures de personnalités. Ma préoccupation, c’est que trois ans après l’explosion d’AZF, la vérité sorte, quelle qu’elle soit. Mais je n’ai pas donné de mode d’emploi. Je ne contrains personne à signer cette pétition ou à la faire circuler. » A noter qu’il rendra public le nom des signataires pour le troisième anniversaire de l’explosion d’AZF.


Pétition à retourner au CESR de Midi-Pyrénées

Fax : 05 61 55 51 10.

LA VERITE SUR AZF

Trois ans après l’explosion de l’usine AZF les
habitants de Toulouse attendent toujours une
explication plausible et partagée sur ce qui s’est
réellement passé le 21 septembre 2001 aux portes
de leur ville.

(...)

d’aujourd’hui et les citoyens de demain, nous
exigeons la vérité sur la catastrophe de l’usine
AZF de Toulouse !
Pétition qui émane de l’Association « AZF, mémoire et solidarité »
constituée à Toulouse et soutenue par le Conseil économique et social de la région.
Pétition qui émane de l’Association « AZF, mémoire et solidarité » constituée à
Toulouse et soutenue par le Conseil économique et social de la région.



> Chercher la vérité sur la catastrophe de Toulouse : pétition
24 septembre 2004 - 05h52 - Posté par

Mais putaing, il n’est quand même pas scandaleux d’exiger la vérité dans cette affaire... et ce qui que l’on soit.


> Chercher la vérité... on la connait mais encore faut-il qu’"ils" l’assument
24 septembre 2004 - 17h53 - Posté par

AZF : Trois ans après l’explosion, un bilan accablant

"Trois ans après, ici rien n’est réglé" affirme une banderole de 10mètres sur 20 accrochée sur le bâtiment B de la Cité du Parc à Toulouse. Contrairement aux discours officiels, pour les 1000 habitants de cette cité, la galère continue. Le bâtiment B, condamné par la mairie de Toulouse à la démolition, est interdit d’habitation, mais toujours debout, parce que c’est... aux propriétaires de payer l’addition. Les volets qui battent les soirs de grand vent continuent à hanter le quartier, et quand la tempête en a fait tomber trois, c’est par chance qu’il n’y avait personne dessous. Les travaux sont arrêtés depuis un an pour les trois autres bâtiments, et ils ne peuvent recommencer, les entreprises exigeant une révision des prix, que TotalFinaElf refuse.

C’est sans doute là que les dysfonctionnements sont les plus visibles. Mais c’est l’ensemble qui est révoltant. Les habitants des quartiers du Mirail, d’Empalot n’ont pas oublié que les dégâts occasionnés par l’explosion dans le centre-ville ont été intégralement réparés, eux, et dans les jours qui ont suivi l’explosion. Et ils ne sont pas près d’oublier l’attitude des dirigeants du trust TotalFinaElf qui, encore aujourd’hui, refusent d’admettre que c’est leur négligence et leur irresponsabilité qui ont été la cause d’un drame vécu par des dizaines de milliers d’habitants des quartiers populaires. Aujourd’hui encore, ils affirment que l’on ne connaît toujours pas la vérité sur les causes précises de l’accident, alors que c’est toutes leurs politiques de réduction d’effectifs, de sous-traitance généralisée et de sécurité minimum dans le secteur qui a explosé qui sont en cause. Et tout cela pour retarder encore au maximum le terme d’une enquête qui n’en finit plus. Cela permet aussi à des scribouillards en mal de vente de papiers de reparler régulièrement de la thèse de l’attentat, ou de l’acte de malveillance, ou de l’arc électrique, ou de tout ce qu’on veut, mais surtout pas de la responsabilité évidente du trust TotalFinaElf.

Au final, ce sont les victimes, salariés et sinistrés, qui ont payé ou qui paient encore la note. Quant au seul et unique responsable de la catastrophe, le trust TotalFinaElf, cela va très bien pour lui et ses actionnaires. Ses bénéfices se sont montés à 50 milliards de francs l’année de la catastrophe (malgré la catastrophe de l’Erika), et ont augmenté régulièrement chaque année, malgré l’explosion de l’usine AZF, malgré les 31 morts, les milliers de blessés, les dizaines de milliers de sinistrés ou de travailleurs qui ont perdu leur gagne-pain.

Les salariés travaillant sur le site ou à proximité ont payé la note en étant les premières victimes, puis en subissant de nombreux licenciements. Il y en a eu autour d’un millier sur le pôle chimique, si l’on compte les sous-traitants. Et si l’on compte les nombreuses petites entreprises industrielles, commerciales et artisanales qui ont disparu, c’est encore bien plus de travailleurs qui ont perdu leur emploi. Combien en ont retrouvé ? À quelles conditions ?

Quant aux quartiers touchés par l’explosion, il n’y a pas que les logements qui ont été soufflés, mais l’ensemble de la petite vie économique de ces quartiers. Et cette crise économique se double d’une crise immobilière majeure. Au bilan les riches sont plus riches, les pauvres sont plus pauvres, la jungle a repris ses droits ou plutôt ne les a jamais perdus.

Pour le troisième anniversaire, sur le "Rond-point du 21 septembre" trois cents personnes se sont retrouvées, combatives, pour affirmer qu’elles ne veulent pas en rester là et veulent voir condamner "le crime industriel" de Total.

http://www.lutte-ouvriere-journal.o...





Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
1 commentaire
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
1 commentaire
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Plus l'histoire d'un pays est ancienne, plus nombreuses et pesantes sont ces couches stratifiées de paresseux et de parasites qui vivent du «patrimoine des ancêtres», de ces retraités de l'histoire économique. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite