Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

1000 personnes pour 1000 jours de lutte et toute leur force !

lundi 1er juillet 2013, par Rouge MIDI via A.C

Vendredi 28 juin, les Fralibs invitaient un éventail de boites en lutte pour fêter leur 1000 eme jour de lutte (lundi dernier précisément) et également pour initier une convergence des luttes qui rassemblait 1000 personnes. Rouge Midi était bien évidement là, retour sur cette journée qui restera mémorable.

Ford, Kem One, Sanofi-Aventis, Arcelor Mittal, Réparation Navale de Marseille, ICTS, AIR FRANCE, Le grand Conseil de la Mutualité, La Centrale de gardanne, VIRGIN, le comité chômeurs CGT, et bien plus... ! Les présents étaient aussi nombreux que le nombre de boites en lutte. Bref, beaucoup de salarié(e)s qui se battent pour leur emploi et contre la logique du capital ont répondu à l’appel des Fralibs et sont venus participer aux carrefour des luttes dans l’usine toujours occupée.

Chaque boite disposait d’un stand dans ce salon de la revendication, chacun et chacune ont put partager ses expériences dans ce laboratoire de la grève, s’informer et informer les uns et les autres.

En fin de matinée, dans une prise de parole énergique et déterminée d’Olivier Leberquier, qu’on ne présente plus, rappelait le combat mené ici à Gemenos, la convergence des luttes qu’il faut construire et la nécessaire réappropriation sociales des moyens de production et d’échange. A la suite,Mohamed Oussedik, le secrétaire national de la CGT en charge des questions de l’industrie évoquait les nécessaires luttes pour l’emploi et le futur combat à mener : les retraites.

A la suite d’un repas partagé dans la fraternité, il faut dire aussi que les Fralibs savent recevoir(!), un débat sur la convergence des luttes avait lieu. Chaque entreprise a pris la parole pour faire un point info sur les combats menés. Ici l’exploitation capitaliste prend tout son sens : des milliers d’emplois perdus dans des entreprises réalisant toujours plus de bénéfices qui sont toujours plus distribués aux actionnaires ! Pour ne citer qu’un exemple : Sanofi groupe du CAC 40 distribue 45% de ces 9 milliards de bénéfices et s’engage le 2 juillet dans un plan de restructuration de la recherche et développement au lendemain de l’application de l’ANI.... cherchez l’erreur ! La casse de l’emploi est présente partout en France dans tous les types de boîtes, mais ne résigne pas les salariés.

Les camarades de Ford proposait une manifestation nationale des usines en luttes, les ouvriers de Sanofi-Aventis Sisteron appellent également à un carrefour des luttes le 5 septembre, un appel à été rédigé afin qu’il serve de base pour une construction commune du rapport de force qui oppose les salarié(e)s et les patrons, voire le gouvernement. Celui-ci qui semble être devenu sourd et absent. Tout ceux présents hier à Géménos défendent l’emploi, l’outil industriel et l’outil de production ! La journée d’hier souligne une fois de plus l’intelligence collective de la classe des travailleurs, les patrons sont avertis : l’été sera chaud et constructif, il risque aussi de déborder sur l’automne cette année !

On se souviendra donc de cet anniversaire des Fralibs comme d’un pas de plus vers la solidarité des travailleurs, d’un pas de plus vers l’aboutissement des revendications, d’un pas de plus vers un rapport de force en faveur des ouvriers. On s’en souviendra c’est sur de ce millième jours de lutte et de la force qu’il garde !

Nous reprenons à la suite de cet article l’historique des fralibs publié sur leur blog.

Aujourd’hui cela fait exactement 1000 jours que nous sommes rentrés en résistance contre la multinationale UNILEVER et pour le maintien de notre activité industrielle et nos emplois, vous trouverez ci-dessous quelques dates non exhaustives de notre lutte :

Le 28 septembre 2010 : La direction a annoncée, ce matin, son intention de fermer le site de GEMENOS (182 familles concernées + environ 50 emplois induits.

Le 5 Octobre 2010 : Tenue du CE Extra et adoption de la résolution visant à mettre en place l’expertise fiscale sur le fonctionnement d’UNILEVER avec la société écran en suisse USCC

Le 15 Octobre 2010 : les Fralib ont participé à une distribution de tract massive pendant 2H00 à la sortie de l’autorouted’Aubagne
Le 18 octobre 2010 : journée d’action nationale Unilever : des délégations de FRALIB vont se rendre en fin de matinée sur tous les sites d’UNILEVER : Compiègne (Le Meux), Duppigheim 1, Duppigheim 2, Saint Vulbas, Dijon ( Chevigny), Ludres, siège puis à la Maison de la Chimie où se tiendra le Comité de Groupe Unilever France.

Le 29 Octobre 2010 : La direction assigne au TGI de MARSEILLE le secrétaire du CHSCT pour l’établissement d’un ordre du jour.

Le 23 Novembre 2010 : Intervention et forte mobilisation des FRALIB à CLERMONT FERRAND au congrès de notre fédération la FNAF CGT devant 500 syndicats venant de toute la France appelant au BOYCOTT des produits LIPTON, notamment des sachets Pyramide, jusqu’au retrait du projet.
Le 8 décembre 2010 : Médiation dans les locaux de la D.I.R.E.C.C.T.E des Bouches du Rhône entre la direction d’UNILEVER et les organisations syndicales de FRALIB sous la responsabilité de M.BOUILHOL Directeur de l’Unité Territoriale des Bouches du Rhône, médiateur désigné par le Préfet

Le 14 décembre 2010 : la direction a convoqué le CHSCT, pour la première fois, sur son projet de fermeture. Le CHSCT refusant, à ce stade, d’exprimer un avis, la direction fait le choix de considérer que l’avis est négatif et que la consultation s’arrête là. Les membres du CHSCT ont adopté, à l’unanimité, une résolution visant à saisir le juge des référés. Ils ont aussi désigné un expert.

Le 24 décembre 2010 : visite d’Olivier BESANCENOT leader du NPA

Le 28 décembre 2010 : Lancement officiel de la campagne d’affichage pour le Boycott de LIPTON, par les salariés de FRALIB en lutte contre la fermeture du site de Gémenos.

Le 3 janvier 2011 : Réunion plénière du Comité d’Entreprise, nous avons adopté à l’unanimité les propositions des élus CGT et CFE/CGC visant à la mise en œuvre d’un projet alternatif pour poursuivre l’activité du Thé de l’Eléphant qui fait vivre 182 familles

Le 4 janvier 2011 : les délégués Syndicaux CGT et CGC (Olivier LEBERQUIER et Gérard AFFAGARD) ainsi que le secrétaire du CE CGT (Gérard CAZORLA) sont assignés au tribunal correctionnel de NANTERRE par Unilever, pour avoir sali l’honneur d’Unilever ; on ne savait pas qu’il avait un honneur !

Le 28 janvier 2011 : conformément à la décision prise lors du dernier Comité d’Entreprise du 10 janvier Fralib est assigné au TGI de MARSEILLE à 8H30.

Le 4 Février 2011 : le juge des référés a rendu sa décison avec une semaine d’avance et nous donne raison sur toute la ligne.Cette décision nous conforte dans nos convictions que rien ne justifie la décision d’Unilever de fermer notre usine.
Le 18 Février 2011 : Participation au débat organisé par l’UD CGT 13 sur le port de Marseille en présence de Bernard THIBAULT et 500 militants du Département.

Le 28 février 2011 : Assignation devant le TGI de Marseille par la Direction du secrétaire du CHSCT pour l’ordre du jour de la réunion du CHSCT qu’elle prévoie pour le 15 mars 2011.

Le 7 mars 2011 : Le TGI de Marseille a rendu sa décision comme prévu sur l’assignation de Fralib envers le secrétaire du CHSCT. Il déboute FRALIB de toutes ses demandes, il condamne FRALIB à verser au CHSCT la somme de 1800 € au titre de l’article 700 et aux dépends.

Le 10 mars 2011 : 1ère réunion de CE dans le cadre de la nouvelle procédure

Le 25 mars 2011 : le Conseil Régional vote en Commission permanente une délibération nous concernant. Cette décision démontre que le Conseil Régional s’inscrit dans la construction d’un projet alternatif à la fermeture de notre site.

Le 7 avril 2011 : 2ème réunion dans le cadre de la nouvelle procédure réengagée par la direction

Le 22 avril 2011 : les délégations des sites d’UNILEVER en France viennent participer à notre grande initiative populaire devant l’usine historique 97 Boulevard Camille Flammarion à Marseille

Le 4 mai 2011 : Dernier Comité d’Entreprise dans le cadre de la 2ème procédure avec l’adoption d’ une résolution considérant que le trouble manifestement illicite persiste et de saisir le juge compétent pour y mettre fin

Le 11 Mai 2011 : Initiative au stade vélodrome avec 20.000 tracts diffusés aux entrées du stade à l’occasion du match OM – Brest, pour dénoncer la fermeture de l’usine et relayer l’appel au BOYCOTT de LIPTON.

Le 15 juin 2011 : Audience devant le juge des référés du TGI de MARSEILLE pour demander l’annulation de la 2ème procédure

Le 20 juin 2011 : Les salariés de Fralib reçoivent le soutien du Front de Gauche avec la présence de Jean-Luc Mélenchon, ainsi que de Pierre Dharréville, Jean-Marc Coppola, Jacques Lerichomme

Le 22 juin 2011 : Le juge a retenu notre demande de renvoyer les parties au fond sur le fondement de l’article 811 du code de procédure civile.

Le 2 juillet 2011 : Audrey Vernon joue en solidarité avec notre lutte au théâtre Sylvain à Marseille.

Le 7 juillet 2011 : Large rassemblement devant la 1ère chambre civile du TGI de MARSEILLE afin que la procédure initiée par Fralib soit statuée au fond

Le 11 juillet 2011 : Visite chez nos camarades de Net Cacao de François Hollande. Nous avons pu prendre le temps de bien présenter la situation de Fralib au candidat au primaire du Parti Socialiste pour l’élection présidentielle de 2012 qui a bien mesuré notre détermination à lutter pour le maintien de l’activité industrielle et de nos emplois.

Le 21 juillet 2011 : Le Tribunal de Grande Instance a débouté le Comité d’entreprise de ses demandes d’annulation de la procédure d’information et de consultation et du Plan de Sauvegarde de l’Emploi. Cette décision est critiquable dans la mesure où elle n’apporte pas de réponse précise aux critiques fondées que nous avons formulées. Nous avons donc d’ores et déjà décidé de faire appel de cette décision.

Le 10 aout 2011 : une nouvelle initiative menée avec une forte participation des salariés de Fralib, au menu campagne d’affichage, distribution de tracts et dégustation de thé ELEPHANT sur le site emblématique du vieux port de Marseille

Le 18 aout 2011 : une nouvelle initiative menée par les salariés de Fralib à Aix en Provence pour une campagne d’affichage, distribution de tracts et dégustation de thé ELEPHANT au rond point de la rotonde devant l’office du tourisme

Le 22 août 2011 : Les Fralib reçoivent François HOLLANDE qui sera accompagné notamment du Président de la Région Michel VAUZELLE. Cette rencontre avec les organisations permettra à nouveau de mettre en avant notre projet alternatif.François HOLLANDE ce jour là s’exprime ainsi :" Je suis venu pour chercher des solutions, non pas pour fermer l’entreprise, non pas pour améliorer le plan social.Je suis venu pour discuter avec les représentants des salariés pour qu’on puisse faire pression sur Unilever et favoriser le maintien d’un site industriel, d’une marque reconnu, d’un savoir faire qui seront utile non seulement à Marseille à Gémenos, mais utile à ce qu’est un patrimoine industriel et une fabrication de qualité dans notre pays”.

Le 24 août 2011 : une nouvelle initiative menée avec une forte participation des salariés de Fralib avec campagne d’affichage, distribution de tracts et dégustation de thé ELEPHANT sur le vieux port de Marseille avec en plus prise du petit train touristique avec à bord une quarantaine de salariés

Le 31 août 2011 : la direction a convoqué une réunion du Comité d’Entreprise et en même temps 134 salariés recevaient leur lettre de licenciement.

Le 2 septembre 2011 : Assemblée générale, après que les salariés adhèrent au congé de reclassement par courrier remis en main propre à la direction. La décision est prise, à la quasi unanimité des salariés présents, d’occuper l’usine pour protéger notre outil de travail.

Le 23 septembre 2011 : Assignation de 6 salariés devant le Tribunal de Grande Instance de Marseille pour libérer les accès de l’usine.

Le 30 septembre 2011 : Les Fralib reçoivent Arnaud Montebourg - candidat socialiste pour l’élection présidentielle de 2012, le soir il tiendra meeting à Marseille ou il s’exprimera ainsi sur notre dossier :« Est-ce que nous défendrons notre patrimoine industriel, la question a été posée par les Fralibs et je leur ai dit , je ne vois pas d’inconvénient a ce stade que nous puissions imaginer que dans les cas les plus extrêmes ,comme mesure de rétorsion et pour obliger UNILEVER à monnayer ces positions, a rester sage car ses profits sont très puissantissimes et ils n’ont aucune raison de les accroître , de prendre possession de la marque , de les exproprier , de les indemniser à la hauteur de ce qu’ils indemnisent leurs salariés et nous ferons une loi pour cela !!! »

Le 21 octobre 2011 : Assignation cette fois de 26 salariés devant le Tribunal de Grande Instance de Marseille pour libérer les accès de l’usine.La direction de FRALIB et d’UNILEVER procède à des retenues de salaires pour les mois de septembre et octobre 2011 pour les 22 salariés qui ont été poursuivis pour motif qu’ils seraient en grève alors que l’activité de l’usine est arrêtée depuis fin juillet 2011.

3 octobre 2011 : Initiative Nationale organisée par la Fédération Agroalimentaire : des délégations venues de toute la France se rassemblent à l’usine ; près de mille salariés convergent vers la Bonne Mère - lieu symbolique de Marseille - pour y déposer une immense banderole « FRALIB VIVRA A GEMENOS » que l’on aperçoit depuis le vieux port.

Le 20 octobre 2011 : Audience devant la Cour d’appel d’Aix en Provence pour contester le deuxième Plan de Sauvegarde de l’emploi de FRALIB et du Groupe UNILEVER.
Le 7 novembre 2011 : Coup de force d’UNILEVER qui engage une milice patronale ; il place une trentaine de vigiles devant le portail de l’usine pour empêcher les salariés qui arrivent d’accéder à l’usine, coup de force que nous déjouons en forçant le passage : 3 salariés blessés plus 2 salariés pris de malaises ont du être transportés à l’hôpital. Dépôt de plainte par les salariés blessés.

Le 17 novembre 2011 : Rendu de jugement de la Cour d’appel d’Aix en Provence qui annule la procédure d’information et de consultation du Comité d’Entreprise et annule les licenciements : deuxième victoire pour les salariés de FRALIB.

Le 15 décembre 2011 : décision du Conseil des Prud’hommes de Marseille qui condamne FRALIB et le Groupe UNILEVER à rétablir les salaires de 21 salariés concernés par les retenues de salaire des mois de septembre et octobre 2011 ; 1 salarié est renvoyé devant la juridiction d’Aix en Provence au motif qu’il est Conseiller Prud’homal à Marseille.

Le 25 janvier 2012 : Malgré notre demande de reprise de l’activité de l’usine depuis le 17 novembre 2011 suite à l’arrêt rendu par la Cour d’appel d’Aix en Provence, FRALIB et UNILEVER n’ont jamais eu l’intention de reprendre la moindre activité de production et relancent une troisième procédure d’information et de consultation.

Le 2 février 2012 : Colloque à l’Assemblée Nationale sur l’Arrêt FRALIB de la Cour d’Appel d’Aix en Provence en date du 17 novembre 2011 avec André CHASSAIGNE : co-président de notre comité de soutien.

Le 9 février 2012 : Convocation de nos camarades au Tribunal de Police d’Aubagne pour les faits du 7 novembre 2011 concernant les affrontements avec la milice patronale qui nous a agressés.

Le 24 février 2012 : Nous organisons un grand meeting de à la BOURSE DU TRAVAIL CENTRALE à PARIS 10ème, avec la totalité des candidats de gauche venus nous apporter leur soutien : Nathalie ARTAUD, Philippe POUTOU, Karima DELLI pour représenter Eva JOLY, J. Luc MELENCHON et François HOLLANDE. En la présence également de Pierre LAURENT Secrétaire National du Parti Communiste Français et d’André CHASSAIGNE Coprésident de notre Comité de soutien et de lutte.

Le 10 mars 2012 : Fin de la troisième procédure d’information et de consultation du Comité d’Entreprise sur le Plan de Sauvegarde de l’Emploi.

Le 10 mars 2012 : Nouvelle rencontre avec François HOLLANDE venu à Marseille tenir un meeting dans le cadre de la campagne pour l’élection Présidentiel, il s’exprime ainsi sur notre dossier : « Fralib : c’est de savoir si un grand groupe multinational peut faire n’importe quoi sur un site et l’abandonner en laissant ces travailleurs sans solution alors même qu’une reprise peut exister…… On voit bien qu’il y a un certain nombre de multinationales qui veulent fermer des sites sans qu’ils puissent être repris en emportant la marque, en emportant le savoir faire et en empêchant que tout autre concurrent puisse s’installer sur le site qui a été abandonné. Et bien cela cessera après le 6 mai. »

Le 25 mars 2012 : Contestation du 3ème Plan de Sauvegarde de l’Emploi au Tribunal de Grande Instance de Marseille.

Le 20 avril 2012 : Le Tribunal de Grande Instance de Marseille déboute le Comité d’Entreprise et valide le 3ème Plan de Sauvegarde de l’Emploi de FRALIB et d’UNILEVER.

Le 4 mai 2012 : Les salariés reçoivent leur lettre de licenciement ; pour la seconde fois, ils adhèrent au congé de reclassement.

Le 11 mai 2012 : devant la menace de déménagement de l’outil de travail, les salariés prennent la décision de réoccuper l’usine : au petit matin du 11 mai l’usine est reprise.

Le 16 mai 2012 : Le Tribunal de Grande Instance de Marseille ordonne l’expulsion des salariés qui occupent l’usine à compter du 1er juin 2012.

Le 28 mai 2012 : Le Ministre du redressement productif Arnaud MONTEBOURG rencontre les salariés à l’usine et annonce une reprise des discutions avec UNILEVER ; il nomme un médiateur.
Le 1er juin 2012 : Table ronde en Préfecture des Bouches du Rhône à Marseille avec les collectivités Territoriales, les représentants des Ministères du redressement productif, du Travail, de l’économie sociale et solidaire et de l’Agriculture et des représentants d’UNILEVER. Un groupe de travail sur le projet alternatif porté par les salariés de FRALIB est mis en place.

Le 28 juin 2012 : Réunion au Ministère du Redressement Productif avec Arnaud MONTEBOURG, pour faire le point du rapport qu’il avait confié au médiateur. Il affirme que sa préférence va à notre projet de SCOP dans notre usine pour continuer la production de Thé et d’Infusion de manière industrielle

Le 31 août 2012 : Les représentants des salariés de FRALIB sont reçus à l’ELYSEE par un conseiller social et technique du Président de la République.

Le 5 septembre 2012 : La communauté Urbaine de Marseille achète les terrains et Bâtiments de l’usine, UNILEVER est contraint par la lutte à y céder également l’ensemble de l’outil industriel pour l’euro symbolique.

Le 17 septembre 2012 : Audience aux Prud’hommes de Marseille sur les retenues de salaires pratiquées depuis le 11 mai 2012 nous considérant une nouvelle fois en grève alors que FRALIB et UNILEVER n’ont jamais repris la moindre activité dans l’usine depuis juillet 2011.

Le 1er octobre 2012 : Nouvelle rencontre au Ministère du Redressement Productif avec Arnaud MONTEBOURG en présence des représentants d’UNILEVER, le ministre capitule devant UNILEVER en considérant qu’il ne cédera jamais ni la marque ELEPHANT ni les volumes de production qu’elle représente.

Le 2 octobre 2012 : Notre camarade Gérard CAZORLA est assigné devant le Tribunal Correctionnel de Nanterre pour le motif d’atteinte à l’honneur d’UNILEVER !!! Pour avoir dénoncer au nom du syndicat CGT de FRALIB, les pratiques d’UNILEVER envers La fiscalité FRANÇAISE, les consommateurs et les salariés : délibéré pour le 6 novembre 2012.

Le 3 octobre 2012 : Nouvelle table ronde en Préfecture des Bouches du Rhône à Marseille décision de créée un comité d’engagement avec comme priorité le projet des salariés de FRALIB qui est placé en haut de la pile.

Le 18 octobre 2012 : Nouvelle audience des Prud’hommes à Marseille sur l’affaire des retenues de salaires.

Le 31 octobre 2012 : Le 1er Comité d’Engagement se réunit en Préfecture des Bouches du Rhône à Marseille.

Le 6 novembre 2012 : Le Tribunal correctionnel de Nanterre ne rend pas sa décision comme prévu, UNILEVER n’ayant pu prouver à l’audience du 2 octobre que le discours avait été prononcé par Gérard CAZORLA ; ils s’acharnent et ils fournissent d’autres pièces. Le juge renvoie une prochaine audience au 2 avril 2013.

Le 8 novembre 2012 : La décision des Prud’hommes à Marseille sur l’affaire des retenues de salaires est reportée au 6 décembre.

Le 15 novembre 2012 : Décision du Tribunal de Police d’Aubagne pour nos 2 camarades et des 4 miliciens patronaux suite à l’agressiondu 7 novembre 2011, le Tribunal conclut par des peines d’amendes pour tous assortie du sursis simple. Le 16 novembre 2012 : Rencontre avec le Ministre de l’économie sociale et solidaire Benoît HAMON en Préfecture des Bouches du Rhône à Marseille.Il nous confirme sa volonté de voir aboutir notre projet de SCOP et il est prêt à aider avec les moyens dont il dispose.Comme nous l’avions annoncé, nous lui avons remis officiellement le projet de statuts de notre SCOP. C’est donc maintenant officiel, SCOP T.I c’est parti

Le 6 décembre 2012 : La décision des Prud’hommes est rendue : c’est un renvoi en départage au 20 février 2013. 2ème réunion du Comité d’Engagement en Préfecture des Bouches du Rhône à Marseille : présentation par nos experts PROGEXA de notre projet alternatif ; tous reconnaissent que c’est un projet qui a beaucoup évolué, sérieux, avec de nombreux atouts.

Le 14 janvier 2013 : Audience en appel par FRALIB et UNILEVER de la décision du 15 décembre 2011 sur la 1èredécision des Prud’hommes, concernant les retenues de salaire suite à la première occupation de l’usine pour laquelle il a été contraint de régulariser les salaires indûment retenus : rendu le 28 février 2013.

Le 29 janvier 2013 : Audience du Tribunal d’Appel d’Aix en Provence sur la contestation de la procédure d’information et de consultation du Comité d’Entreprise du 3ème Plan de Sauvegarde de l’Emploi initié par FRALIB et UNILEVER.

Le 20 février 2013 : Audience de départage devant le Tribunal des Prud’hommes à Marseille, concernant les retenues de salaires suite à la 2ème occupation de l’usine entre les mois de mai à septembre 2012 : rendu le 7 mars 2013.

Le 28 février 2013 : Décision du Tribunal d’Appel d’Aix en Provence, décide d’annuler la procédure d’information et de consultation du 3ème Plan de Sauvegarde de l’Emploi initié par FRALIB et UNILEVER : il annule tous les licenciements. Il demande à FRALIB et UNILEVER de reprendre la procédure depuis le début avec l’ensemble des salariés de l’usine de Gémenos.
Grande victoire des salariés de FRALIB qui luttent depuis 884 jours : la preuve est faite que la lutte paie.

Le 7 mars 2013 : En départage, le conseil des prud’hommes de Marseille renvoie l’affaire au fond concernant les retenues de salaires pratiquées entre le 11 mai et le 5 septembre 2012.

Le 19 Mars 2013 : 50ème Congrès de la CGT à TOULOUSE. Notre intervention aujourd’hui au congrès a été saluée par des applaudissements chaleureux des 977 délégués debout !!

Le 2 avril 2013 : Rassemblement devant le Tribunal Correctionnel de NANTERRE pour soutenir Gérard CAZORLA Secrétaire du Comité d’Entreprise de FRALIB pour diffamation.

Le 22 avril 2013 : La Société FRALIB et le Groupe UNILEVER continuent tranquillement à s’assoir sur les lois de notre République et sur toutes nos institutions. Au lieu d’exécuter les termes de l’Arrêt du 28 février 2013 prononcé par la Cour d’Appel d’Aix en Provence, qui conclut à la nullité des licenciements intervenus, ordonne à la Société FRALIB la reprise de l’entière procédure et la présentation d’un nouveau PSE. Ils envoient un courrier aux salariés les informant qu’ils ont mis fin à leurs contrats de travail en date du 31 mars 2013

Le 16 mai 2013 : Les salariés de Fralib en lutte se retrouvent aujourd’hui sans salaire ils ont donc du saisir la formation des référés du Conseil des Prud’hommes de Marseille pour mettre fin a ce trouble manifestement illicite et pour être rétablis dans leurs droits, notamment par le versement de leurs salaires. De retour du tribunal ils viennent saluer le congrès de l’UL CGT Marseille centre qui lance une souscription en demandant aux syndiqué-e-s de verser ce qu’ils peuvent mensuellement « pour que nous gagnions tous à Fralib »

Le 17 mai 2013 : les salariés de Fralib à Gémenos (13) se sont présentés au Ministère de l’Agriculture pour convaincre le Président de la République à respecter ses promesses électorales, notamment concernant l’emploi, la marque « Eléphant » et les volumes de production.. L’initiative a permis que les salariés soient reçus à l’Elysée.

Le 30 mai 2013 : Une nouvelle parodie d’audience s’est tenue au Tribunal des prud’hommes de Marseille. Le jugement de l’audience du 25 avril concernant 8 salariés avait été mis en délibéré, il a été rendu et l’affaire et renvoyé au 13 juin prochain devant un juge départiteur.

Le 4 Juin 2013 : Le Tribunal Correctionnel de NANTERRE vient de relaxer ce jour notre camarade Gérard CAZORLA Secrétaire CGT du Comité d’Entreprise de FRALIB, qui était poursuivi par le Groupe UNILEVER pour diffamation.

Le 17 juin 2013 : Assemblée générale en présence de Makis ANAGNOSTOU Porte-parole des travailleurs de Vio.Me usine de matériaux de construction à Thessalonique, en Grèce, abandonnée par ses propriétaires, les travailleurs ne sont plus payés depuis mai 2011 pour partager leur expérience.

Le 20 juin 2013 : Participation du syndicat CGT Fralib à la journée de réflexion à l’Assemblée Nationale « Pour la défense du potentiel agroalimentaire national » sous la Présidence d’André CHASSAIGNE Député Communiste du Puy-de-Dôme, pour des avancées sociales et progressistes.

Les 19,20 et 21 juin 2013 : Participation de 4 délégués CGT de Fralib au 55ème congrès de l’Union Départementale CGT des Bouches du Rhône. L’Union Départementale CGT 13 appelle l’ensemble de ses organisations à participer à la Solidarité Financière pour la poursuite du combat des Fralib.

Aujourd’hui 24 juin 2013 : 1000 jours de lutte !!!

Le 27 juin 2013 : Concert de convergence des luttes organisé par le front de Gauche de Martigues, les bénéfices de la soirée iront à la solidarité pour les Fralib pour que le thé de l’Eléphant reste en Provence, pour la sauvegarde de l’emploi, une production locale et enfin respectueuse de l’environnement.

Le 28 juin 2013 : « le Carrefour des luttes »

Portfolio

Messages

  • Slt Alain,

    Il en pense quoi Mohamed OUSSEDIK des Cdes qui pour tenter de coordonner les luttes ont été contraint de se réunir à Sciences_po ?

    Des assises avec un tel faux cul représentatif du bureau confédéral de la CGT,c’est une erreur de direction.Car que je sache il s’agit bien des assises du communisme ? pas des assises de la CES ?

    Cela dit,avec toi je ne "mélenche" pas tout.

    LR

    • Car que je sache il s’agit bien des assises du communisme ? pas des assises de la CES

      La réunion de vendredi organisée, coordonnée à l’initiative de Fralib et des boites en LUTTE, des syndicats d’entreprise , de lUL du coin, dde l’UD 13 n’’avait rien à voir avec le fait que durant deux jours et demi, APRES cette initiative réconfortante sur le même lieu (et parce que les ouvriers Fralib ont bien voulu nous accueillir ) se sont tenues des ASSISES dont ici sur Bella Ciao il est entendu que RIEN n’émanant de ma part , ne sera communiqué.

      S’agissant donc de VENDREDI et de la chaleureuse initiative qui m’ appris , s’il le fallit, que la lutte des classes connait des moments à rendre un vieux con comme moi au bord des larmes, la référence :

      http://cgt.fralibvivra.over-blog.com/article-les-fralib-1000-jours-de-lutte-118700677.html

      Ne mélanchons pas tout., effectivement !

       :)

      Biz

      Alain.

      NB

      Certaines mauvaises langues prétendent par contre, que, sachant que certains dangereux gauchistes comme moi etd’autres seraient dans le"coin" ,....il y eut....chutt..des échanges musclés dans la CGt des BDR la CGt nationale qui conduisirent à ce que la direction nationale CGT soit présente à une rencontre de lutteurs qui n’auraient pas été là sans la présence de leurs ORGAS de BASE...CGT !!.
      Mais ce ne sont, bien entendu, là que de rumeurs malfaisantes....

      en "off" il m’arrive de me montrer plus précis.....chutt

  • Je vais pas faire redondant mais comme LR je suis scotchée.

    J’ai bien lu là ? MOHAMED OUSSEDIK ? Cet espèce d’apparatchik confédéral s"’y connait autant en luttes dans les industries que moi en théologie.
    Quel intérêt d’inviter le renard dans la bergerie ???????? Qu’est ce qu’on en a à FOUTRE de ce que pensent ou disent ces gens ? Incompréhensible. Mais je ne suis pas ouvrière, c’est vrai, donc ce que peuvent penser les gens comme moi n’a aucune importance c’est sûr.....

    • Quel intérêt d’inviter le renard dans la bergerie ???????

      si je comprends bien, cene sont plus les" Assises" , comme L.R, que tu "vises "mais l’initiative ?

      De ce que je connais de la CGT à laquelle j’adhère par ailleurs, les Orgas Fralib et autres, la Fédé de l’AGRO(qui aquitté la CEs pour adhérer à laFSM avec selon mes sources deux autres Fédérations) ont demandé la présence d’un "confédéral" à une initiative de la CGT !

      C’est nouveau ?
      Les copains ont un site, ou certianement ils vous donneront leur opinion.
      Y compris sur des détails intéressants pour la LDC de ce qu’est à ce jour, cette bergerie..

      Ceci dit, et puisque ça fait confusion et que je ne souhaite pas que le communiqué qu’on retrouve sur Rouge MIdi soit cause d’inutiles frictions tournat autour de "la CGT", en précisant que personne, ni de R.Midi , ni de mes copains fralibiens ne m’a chargé de"poster" cette info sur B.C , autant le retirer.

      cordialement
      A.C
      et biz d’alain..

      NB : En fait "biz"de mon précédent commentaire s’adressait.. à toi..,Chère L.L.!

      LR ne se sera pas offusqué, j’espère !

    • Slt Alain, amigo

      Oussedik n’a rien à voir avec l’agro il vient de la fédé verre et céramique. Et il est au PS ("proche" comme on dit pudiquement dans la presse pour ne froisser personne...) alors pardon mon cher ami mais oui j’ai du mal à comprendre ce qu’il foutait là et à quoi sert ce boute en train sinon à essayer de tirer partie des luttes de pouvoir internes entre Le Paon et Oussedik qui va endosser la casque (d’occasion et bien usée ) du "résistant orthodoxe" plus CGT que lui tu meurs - soi disant - ah a ha h- face au "réformiste" Le Paon !!!! alors que bon l’un et l’autre ne sont que les revers de la même médaille donc j’ai envie de te dire que la blague on la connait. Il vous a expliqué comment il a fait pour pas dégueuler en allant "négocier" le recul social de l’ANI ou pas ? J’ai toujours pas compris comment on pouvait se dire CGT et aller "négocier" Wagram !!! Ca sdoit être un sacré contorsionniste.... BOn, et sur la Fédé de l’agro et son positionnement politiqe je préfère me taire :-D Des bises

      Ps : un peu de lecture sur notre "ami " secrétaire Mohamed ? Désolée c’es tque d’la presse bourgeoisie mais tu sais mieux que moi qu’il ne reste rien d’autre....

      http://www.lexpress.fr/actualite/politique/la-delicate-succession-de-bernard-thibault-a-la-tete-de-la-cgt_1099647.html

      http://www.lexpress.fr/actualite/politique/un-successeur-pour-bernard-thibault_1094554.html

      http://tempsreel.nouvelobs.com/social/20130402.OBS6411/cgt-le-dialogue-social-va-prendre-un-coup-derriere-la-tete.html

    • Et y ’a jamais d’inutiles frictions sur "la CGT" - personnellement je considère que Oussedik et sa bande font partie de l’aile gauche de la CFDT ils n’ont rien à voir avec notre syndicat :-D donc tu as très bien fait de mettre là cet article il est ici tout à fait à sa place ! Biz

    • "...à quoi sert ce "boute en train",sinon à essayer de tirer.....".

      Pour le ....coup,je suis scandalisé !

      Bisous ma frangine,

      LR

    • In cloturiam echanjus !
       :)

      Désolé,
      Je continue à ne pas comprendre ce"débat".

      Ce qui faitque, mettant ça sur le compte de ma fatigue après des heureset des heures de réfléxions croisées, de train de chaleur, je vais en rester là sans que cela soit une intention de botter en touche en haussant les épaules devant cequeserait ta réaction !

      - j’aimerais te voir reconnaitre STP un truc, car chacun peut se tromper :

      A savoir que toi et LR avaient pu un instant faire "confusion" entre cet article de RMrrendant compte d’une initiative CGT à laquelle j’ai eu le BONHEUR d’assister
      .......et des ASSISES dont le Collectif aBella Ciaoa vait précisé ne pas souhaiter qu’il y fut fait"pub" chez"vous".

      Argument dont nous avions échangé en "live" et en MP et ou j’avais spécifié :":point d’ASSISES sur Bella CIAO, dont acte."
      Ajoutant que notre fraternelle amitié n’avait rien à voit avecle fait que je décidais donc de ne plus intervenir sur B.C

      Si on précise pas ça, alors on pourrait croire que j’ai voulu faire passer par la fenêtre ce qui était sorti par la porte, et je tiens (ça semblera con) à ma réputation de type certes "pas simple"maismilitant avec avec des principes.

      Pour le reste, Elodie, que TOUT soit clair entre nous :

      A/ 1000 mecs en semble pour apprécier une convergence deLUTTES,j’avoue qu’un communiste de ma tendance (Front Chancogniste Aquitain) ,m^me s’il y aperçoit quelques "tronches" "bruxello-capitulardes" qui logentà Montreuil, ça le fait bander...(on excuser aou pas l’expression et on évitera de me dire ue ce serait là, pour l’’ant-e grabataire que je suis, une occasion à saisir !)
       :)

      B/

      Que je sache quand tu manifestes, comme moi, contre l’assassinat du p’titcopain par les fafs, tu ne demandes pas que ta présence implique que Mélenchon ou tel charlot d’un groupuscule ultra-stal qui regroupe six ersatz d’"intellos" et leurs concubines , soient exclus du rassemblement pour qu’il garde un caractère sérieux de classe,-au vu respectable de ton opinion sur les limites de ce que cela paut"unir"
      .......... ou que sinon, tu rentres chez toi ?

      C/ Sur ta remarque

      amigo Oussedik n’a rien à voir avec l’agro il vient de la fédé verre et céramique

      je n’ai jamais dit cela !

      J’ai parlé des FRALIB et de leur Fédé de l’AGRO alimentaire qui compte à ce jour le plus grand nombres de boites en lutte !

      Ce qui ne me semble pas étranger au fait que cette Fédé et nombre de ses syndicats, cela a une autre gueule que ma Fédération des banques avec des apparatchiks liés au Patronat , culs et chemise,s sans que je puisse arriver à bien repérer qui sont les chemises et les faux culs !!

      Pour mettre les points sur le I :

      - L’UD desBouches du Rhône vient de tenir un Congrès.

      .Est ce que la présence du NOUVEAU secrétaire général de cette instance confédérée est en rapport ou NON avec ce qui a marqué les travaux , les débats qui se terminaient à trois jours de cette Fiesta des LUTTES..?

      - Si on pense que non, que c’est"opportunisme pur" alors c’est qu’on entendrait déclarer qu’on ne peut rien faire"bouger" dans son Orga syndicale !

      Toi et moi avons exprimé là dessus des opinions communes, et toi et moi, Elodie, on connait le prix de cette démarche "en interne".

      Mais par rapport à ce que pourrait expliquer Hoareau ..sur les BDR et nationalement, on est des "nains" ,
      Comparés à ce que les parties les plus"sensibles" de la carcasse de notre ami commun barbu encaissent depuis des années, mais qui explique aussi à certains"bougés" non ?
      Sans que je développe , on se comprend.

      Quand tu es dans une telle"structure" de "CONVERGENCES desLUTTES, en prenat comme moi au FORUM CGT deGémenos la parole pour simplement et brièvement dire que la CONVERGENCE coordonnant , impulsant la LDC...,se devrait être LA CONFEDERATION ,

      ..........quand tu réussis à ce que dans cette usine ou tous les murs sont couverts de slogans accompagnés du sigle CGT et de la tête du CHE,ou une centaine de prolos -loses , disentau Géant UNILEVER" rempoche ta prime d’abbatage ACHETANT mon accompagnement à la FERMETURE : ICI on lâche rien , on refabriquera des sachets de THE",

      quand tu EXIGES que la CONF’ soit présente ou dénoncée pour son absence -(comme quand Thibault ne pouvait pas "distraire" quelques heures deson carnet de bal avec les conseillers de sarko pour veniraccompagner les CONTIS auTribunal),

      quand tu crées un rapport de forces y compris dans ta cégèt traversée par le fil rouge de la LDC,
      .., alors ELODIE :

      Est ce que tu demandes en à Montreuil que ce soit X ou Y qui soit désigné..par "défaut". ;(chutt), et qu’il se pointe à Gémenos pou monter à la tribune déchirer sa carte PS( ou autre pour certains ) , s’arroser de super et demander à un fralibien ou mmeme s’il m’a reconnu..à ma pomme

      " Sortez vos briquets"

      ...tandis que la foule entonnerait "Tous ensemble" avec "allumez le feu" de J.Halliday en fond musical !, ??

       :)

      Tu me dis

      alors pardon mon cher ami mais oui j’ai du mal à comprendre ce qu’il foutait là et à quoi sert ce boute en train

      "chère amie" aussi,

      Pour moi , cette longue réponse est mon point de vue perso est ma modeste appréciation
      Elle se résume à :


      M’en fous totalement des arrières pensées des appratchiks montreuillais

      Je SAIS pourquo, moi, j’y étaispouqrquoi on n’était pas isolés.

      Et je sais que , contradictoirement, la présence CONFEDERALE est un RECUL de ceux qui n’ont pas en tête de faire CONVERGER des LUTTES !

      Puisqu’ils entendent,

      .................. ; en jouant leur partition dans l’orchestre qui passe en boucle son "tube" :
      « Place aux résignations de la"mondialisation" rendant inévitables la "modernisation" dela Société" »

      Cet hymne aux allures de "marche vers la barbarie , je sais bien qu’il se joue avec musicos et instruments MEDEF-et choeurs et ballets de l’ARMEE ROSE.. du "syndicalisme rassemblé" , trompettes PS et violons d’autres enfumeurs se disant montésau.."FRONT"..,avec au micro, et se contrefoutant de quelques jets de tomates du prolo, les Flamby’s Boys du Hollande-club

      ..oui,TOUS ils travaillent au NON développement des LUTTES

      En essayant de comprendre quelques "fondamentaix" de l’ami Karl, il peuttm’arriver de vivre et de"travailler" les contradictions..qui traversent cette période complexe

      Pour clore définitivement en ce qui me concerne :
      C’est chez Le PAON qu’on a fait un caca nerveux de ne pas avoir pu "boycoyyer" cette initiative

      C’est ça qui compte pourmoi

      Parce qu’un dirigeant confédéral qui vient - réalité deTERRAIN oblige- parler de nationalisation, de réappropriation sociale, du Capitalisme, devant un millier de"prolos" , oui, "je prends !"

      Et tant pis s’il récitvun discours à contre coeur..
      M’en fous !

      Si demain le Pape se rendait à Gaza , à Ramalah en disant" Cassez vous vite, Occupants aux mains rouges dusang du peuple palestinien", bien que son geste ne soit dicté que parce quel e monde -et le cathos massivement- hurlerait l’exigence de la fin de ce génocide , moi qui suis athée ( àTHE De l’Elephant, en plus)

       :)
      .................................je trouverais qu’il y a là un élement à prendre en compte sans que cela me conduise tardivement à entrer dans les ordres, avec une naïveté bélante...

      Bises donc et
      ............. @plus, ailleurs

      Alain


      Merci de la patience des lecteurs, mais s’expliquer en trois lignes, je n’ai jamais su..

    • Dommage de ne retenir de cette extraordinaire journée de solidarité et de lutte que la présence de OUSSEDIK , d ’autant que je relève une contradiction dans l’argumentation : on ne peut pas à la fois regretter l’absence de la confédé dans les luttes ou auprès des travailleurs en lutte et en même temps vouloir les foutre dehors quand ils sont là ...

      pour ma part je souhaiterais que la confédé envoie des "émissaires" dans toutes les entreprises en lutte car d’une part celà ferait du bien à ces bureaucrates et d’autre part parceque celà prouverait un retour sur des positons de classe , ce qui n ’est pas le cas hélas .

      Pour terminer je souhaite également que la CGT demeure un syndicat de masse et pas un syndicat de communistes, alors à partir du moment que les militants et responsables sont DANS la CGT sur des positions de classe , peu m’importe qu’ils soient membres ou proches du PS du NPA de LO ...et si contradiction il y a ; entre leur engagement sur des bases de classe dans la CGT avec leur engagement politique , c’est leur problème et il leur appartient de le régler , car ce n est pas une découverte, mais la lutte des classes traversent aussi la classe ouvrière .

      Je salue ALAIN ; et je le remercie d’avoir publié sur BC cet article de ROUGE MIDI , il est à sa place car il contribue à rompre le silence des médias sur cette lutte de 1000 jours .

    • Je ne crois pas que l’on ait besoin de moi pour envoyer des fleurs ou tresser des couronnes .... Bien sûr que ce genre d’initiatives c’est très bien (ET JUSTEMENT, M. OUSSEDIK a t il expliqué pourquoi c’était les travailleurs eux mêmes et pas l’orga confédérale qui organisait ce genre d’évènements ?.....)

      Evidemment que c’est très bien ce genre de choses... bien sûr que le combat des Fralib est très important, qu’il enseigne beaucoup !

      Qui le nie ?

      MAIS
      "Le diable est dans les détails" mon cher Richard...

      Quand je lis qu’OUSSEDIK est venu parler du sujet des retraites pour la Cponf oui je me demande ce qu’i la à dire ! Ce qu’il vient faire là ! on la connait la position de la Conf’ - on la connait depuis les papiers de Le Duigou et Donnedu dans un numéro de 2010 de la revue éco de la Conf... mon camarade Le Reboursier doit voir de quoi je parle on en avait longuement discuté ici - Cette position, elle se borne à négocier l’angle du renoncement - ceux qui font semblant de ne pas comprendre, surtout après l’épisode que pour ma part je qualifierai de tragique , porteront une partie de la responsbailité ...

      on ne peut pas à la fois regretter l’absence de la confédé dans les luttes ou auprès des travailleurs en lutte et en même temps vouloir les foutre dehors quand ils sont là

      Ah bon ? Parce que tu trouves qu’envoyer un apparatchik dans une conférence aussi estimable soit elle, c’est "participer aux luttes" ?

      Rien à espérer de l’actuel état major confédéral - RIEN (et je pèse mes mot)s à part des mauvais coups. Pas question donc de leur laisser redorer leur blason à peu de frais sur "notre dos".

      Mais bon chacun fait comme il l’entend. Et oui moi je pense qu’on peut avoir une position dialectique c’est à dire leur dire de faire ENFIN leur boulot (c’est tjs pas le cas) ET les critiquer. Ils sont (grassement) payés pour ça. J’ai aucun état d’âme. Quand on veut les honneurs d’une place, il faut AUSSI en assumer les déconvenues et les charges....

      Rien à foutre que la Conf "envoie des émissaires" dans les entreprises en lutte - on n’est pas là pour leur apprendre la vie. En revanche que la Confédé fasse son boulot, qui est principalement un boulot de coordinataion des luttes existantes et d’impulsion des luttes pas encore existantes, ça serait bien, oui.

      Après, c’est sûr, on peut aussi faire le choix de ne pas savoir...

      A +

    • Alain, amigo on s’enfiche là présentement des Assises dans le sens où, ok on a mal compris LR et moi, et il ne s’agit pas de cela (mais sur ce coup l’erreur est humaine puisqu’on a bien lu quand même qu’une partie des Assises se déroulait sous l’égide des Fralib et à Géménos ? !) Bref. C’est pas déterminant, là , absolument pas le problème. On va pas y passer le réveillon c’est PAS le sujet ;) LE sujet c’es t que foutait OUSSEDIK là ?

    • Ah ben ok. Si tu prends pour un recul ce que je prends pour une tentative de récupération / manipulation (une de plus), qui de toute manière n’apportera rien, bon ben on risque pas de se comprendre hein !!! Je propose qu’on mette le dossier de côté et on verra qui a raison dans quelques mois ! A +

    • merde, on va déraper là..
       :)

      Rien à foutre que la Conf "envoie des émissaires" dans les entreprises en lutte - on n’est pas là pour leur apprendre la vie.

      CE sont ces travailleurs en lutte leurs syndicats , et l’UD CGT qui participaient t àcette initiative qui ONT VOULU la présence d’un Confédéral !
      Ils on tle droit, eux qui sont au feux ,, d’alimenter la chaudière avec ce qu’ilsestiment^tre du bois à utiliser ??!

      Après que cela interpelle X ou Y , que Y ou Z ait été de ces débats de l’affrontement de"conK/Travail, c’est autre chose.
      Mais sans plus.

      Pardon de sembler enc...eur de mouches mais tu écris :

      mais sur ce coup l’erreur est humaine puisqu’on a bien lu quand même qu’une partie des Assises se déroulait sous l’égide des Fralib et à Géménos ? !)

      NON ;

      Ces ASSISES n’étaient ni sous l’égide des Fralib ni sous Haut Commandement de telles ou telles orgas, existantes...ou croyant exister.
      OUI, ça s’est intégralement tenu à Gémenos :
      Pourquoi ?

      Parce que des militants comme certains des organisateurs sont depuis des mois et des mois avec ces lutteurs ,- je leur ai écrit un jour et répété ce week end qu’ils étaient, EUX, comme les Contis les PSA etc etc NOTRE COMITE de SOUTIEN à l’ESPOIR..alors qu’EUX font référence à leur Comité de SOUTIEN..
      t nous particpons à leurComité de Soutien,

      OUI nous étions CHEZ EUX à Gémenos avec EUX qui ontdécidé qu’ils étaient là CHEZ EUX, et que donc, nous étions CHEZ NOUS.

      c’est une traduction de LDC du "joli nom de Camardes" comme chante Ferrat
      Je persiste, portant fine gueluue à signer :

      "Les pizzas réchauffés accompagnées d’ un verre de rosé , dans une usine en lutte ça m’aide à faire marcher ma tête

      Depuis que je milite, Je savoure tout ce que je peux déguster

      Sauf les couleuvres, au boutd’un certain temps : c’est pourquoi je suis tant"aimé" de certains dirigeants pécéiens...

      Et maintenat..A.C va vérifier si ses tee shirts XlL de l’an dernier peuvent encore lui aller rou s’il faut retourner en faucher deux à Carrefour..oudans un hyper-Marchais.
       :).

      Carrefour.. des luttes, bien sûr

      je vais aussi m’acheter un p’tit assortiment pour griller au barbecue d’appart !
      Pas que de laviande..vu les prix et que

      j’aime un OS..

      (Ultime chancognerie avec sourire et souhaits de bon repos à tous )

      Bizz Zaux Zuns et Zaux Zunes ,meme.. Zauzôtres !

       !

      Alain

    • LL Je suis assez d’accord avec ton texte , toutefois je ne dis pas que de venir soutenir des travailleurs en lutte , c’est participer à cette lutte, mais c est lui apporter un soutien et c’est ce manque de soutien que nous avons souvent critiquer sur BC , toi , moi et d’autres , alors je persiste et signe , on ne peut pas critiquer à la fois l’absence et la présence de nos dirigeants , de plus je ne vois pas trop comment à part apporter le soutien de la confédé , ce qu’ils pourraient faire de plus , la grève de la faim peut-être ?, la lutte appartient aux travailleurs des entreprises , et la confédé n’ a a pas mission d intervenir ni sur la forme ni sur la durée des luttes , à chacun son rôle et ce que l’on peut reprocher à notre syndicat , outre l’abandon de positions de classe , sa collaboration avec la CES , c’est de ne pas contribuer à créer "le tous ensemble" le rapport de force par l’agrégation des luttes d’entreprises, raison pour laquelle je trouve qu’il ne faut pas faire un fromage de la présence de OUSSEDIK à la journée des FRALIB , mais au contraire dénoncer la confédé lorsqu’elle n’ apporte même pas son soutien aux entreprises en lutte .
      C’est d’ ailleurs ce que fait BC avec juste raison , la polémique sur la présence de OUSSEDIK , à mon avis ne se justifie pas , mais chacun pense ce qu’il veut , celà n’aura aucune incidence sur la lutte des FRALIB .

    • Ouais bon ils ont le droit etc et donc nous on a le droit de fermer notre gueule c’est ça ? Et ben écoute pas de problème. On ferme le site alors :-D

      Désolée mais mauvais argument de mon poitn de vue. Je m’en bats l’œil de ce que untel a "le droit" de faire u pas. J’ai posé une question

      Qu’est ce que ça leur apporte ? Qu’est ce qu’ils espèrent. Voilà. Après que tu n’aies pas la réponse (vu que t’es pas délégué de Fralib) et ben ça m’étonne pas d’ailleurs je ne te la demandais pas !

      J’ai pas besoin de "permission" même amicale oui fraternelle pour dire ce que je pense sur les luttes en cours ou pas.

      Cette présence d’OUSSEDIK me surprend (ça me surprend ENCORE PLUS que ce soit eux qui l’aient demandée !!!! alors là oui ) MOI - tu la trouves normale et incritiquable. OK. Chacun son point de vue. T’es pas commissaire politique sur le site Alain.

    • je parlais d’accord partiel avec ta réponse de 12H03 qui m’était destinée , pas de la réponse suivante adressée à ALAIN

    • Tu le fais exprès pour polémiquer, L.L ???

      Cette présence d’OUSSEDIK me surprend (ça me surprend ENCORE PLUS que ce soit eux qui l’aient demandée !!!! alors là oui ) MOI

      Ils ont pas demandé OUSSEDICK ou DUJNOU, nom de DIEU !

      Des SYNDICATS CGT de boites en LUTTES ont demandé une présence confédérale à une INITIATIVE de rassemblement de boites en LUTTE sur un site qui lutte depuis 1000 jours !


      - tu la trouves normale et incritiquable. OK
      . Chacun son point de vue.

      Pardon ?
      J’ai personnifié sur OUSSSEDICK à quel endroit STP ?
      Quand ai-je osé déclarer la position, la présence de qui que ce soit,à Gémenos o ici , ou ailleurs "INCRITIQUABLE" stp ?

      T’es pas commissaire politique sur le site Alain.

      là , désçlé, c’est TROP !

      Conclusion d’un commentaire que je rejette avec un brin de surprise et (pardon de fonctionner ainsi) de tristesse ! :

      Clairement, de façon définitive qui met un terme à ma présence :

      Je te demande , ou plutôt je VOUS demande

      (, puisque tu transformes de façon INSUPPORTABLE mes propos en écrivant (pardon d’utiliser le gras)

      Ouais bon ils ont le droit etc et donc nous on a le droit de fermer notre gueule c’est ça

      -de mettre mon IP en "bannissement" , ce qui m’évitera un jour de me laisser aller à écrire.

      je vous demande aussi si c’est possible d’enlever de vos références d’"auteurs" mon nom.
      C’était un honneur que d’être dans VOTRE liste de références.

      Je vous dis ""ADIEU d’ORDI"
      Avec mes salutations communistes,

      Sans aucune aigreur
      Je souhaite longue vie à ce SITE que je continuerai de visiter pour y puiser des infos, des idées, parce que telle est mon rapport au militantisme ;

      J’ai 74 balais depuis le 12 juin, Elodie

      Je ne demande aucun respect qui serait du aux personnes âgées,. ;

      Mais pour pouvoir garder des relations amicales, voire fraternelles hors -net-et ce sera le cas avec TOI et certains qui ont mon adresse-mail, il ya des rapports "virtuels" par internet interposé que je ne peux m’"offrir" ni avec des Camarades, ni même avec mes enfants..
      C’est dire ma conception de ce qu’est la limite entre polémique et attaque que je refuse de subir.
      Bonnes vacances à tous
      bizz à toi, Elodie mais cet aprem..pas à L.L....

       :))

      Alain Chancogne

      ex AC sur B.C

    • Ben allez, c’est pas grave ;) Bonnes vacances amigo Alain !

      Moi je fais pas de divorce entre LL et moi. J’arrive pas à être schizo.. Donc ce sera pas l’une sans l’autre ;) ou aucune des deux !!

      Passons.