Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

CASSONS LES IDEES RECUS SUR LES ETRANGERS

lundi 13 août 2012 , par ADT - Contacter l'auteur

Non, l’immigration ne coûte pas à la France. Elle l’enrichit au contraire L’immigration coûte chaque année 48 milliard d’euros à la France en prestations sociales, mais elle rapporte 60 milliards d’euros en impôts et cotisations sociales (source ministère de la Santé et des affaires sociales et étude de l’université de Lille-II de juillet 2010). Bien sûr, l’apport de l’immigration à notre pays ne se limite pas à cet aspect comptable. Il est aussi et surtout humain, culturel, scientifique, artistique, etc.

Non, la proportion d’étrangers n’augmente pas d’année en année en France Leur part dans la population était de 6% en 1926, 6,3% en 1990 et 5,8% en 2008 (Insee )

Non, les étrangers ne prennent pas d’emplois aux Français. Globalement, la présence des populations de nationalité étrangère en France crée de la richesse et donc de l’emploi, grâce à l’apport de consommation, d’impôts et de cotisations. Les étrangers sont aussi consommateurs, ils créent une demande supplémentaire et des emplois. Les études montrent que les migrants arrivant créent leurs propres emplois. « En imaginant une augmentation de 10% du flux d’immigration au Royaume-Uni en 2007, le taux de chômage n’augmenterait alors que de 0,01 point au bout de 13 ans. » (Voir )

Non, la France n’est pas un des pays d’Europe qui accueillent le plus d’immigrés « Avec un taux d’accroissement naturel de 4 pour 1000 et un taux d’accroissement migratoire de 1 pour 1000, la France est le pays d’Europe dont la croissance démographique annuelle dépend le moins de l’immigration » (tableau 2 page 2 du document « Cinq idées reçues sur l’immigration », source INED pour l’année 2001). En 2010, la part des personnes immigrées sur la population totale s’élevait à : Autriche (16 %), Suède (14 %), Espagne (14 %), États-Unis (13 %), Allemagne (13 %), France (11 %) 5 , Pays-Bas (10 %), Royaume-Uni (10 %), Belgique (9 %), Italie (7 %) (source INED).

Non, les familles étrangères ne font pas beaucoup plus d’enfants « Dans la période 1991-1998, le nombre moyen d’enfants par femme était de 1,65 pour les seules françaises natives. Les femmes immigrées avaient en moyenne 2,2 enfants (« Cinq idées reçues sur l’immigration », INED, 2004)

Non, la France n’accueille pas toute la misère du monde « Dans l’ensemble, les migrants représentent par rapport aux non-migrants de la société d’origine une population sélectionnée : en meilleure santé, plus instruite, plus entreprenante, dotée d’un minimum de ressources » (« Cinq idées reçues… », INED, 2004). La part des immigrés diplômés de l’enseignement supérieur est passée de 12 à 25% entre 1990 et 2007. La moyenne nationale est de 29% (Insee ).

Non, les étrangers ne peuvent pas profiter facilement des minima sociaux Il faut être en possession d’un titre de séjour et d’une carte de travail depuis au moins cinq ans pour bénéficier du Revenu de Solidarité Active (RSA) si l’on est natif d’un pays extérieur à l’Union européenne.

Non, les étrangers n’augmentent pas la délinquance 12,7% du nombre de condamnés sont étrangers (source : ministère de la Justice), alors qu’ils représentent 8% de la population de la France. L’écart n’est pas si important que veulent le faire croire certains hommes politiques. En incluant les Français nés à l’étranger, comme l’ONU le préconise dans ses calculs. La part des immigrés de nationalité étrangère s’élève à 8% (chiffre présenté par l’INSEE).

D’apres une doc d’ ATD (Agir Tous pour la Dignité) Quart Monde France

http://2ccr.unblog.fr/2012/07/06/cassons-les-idees-recus-sur-les-etrangers/

Mots clés : Les « sans-papiers » - Immigration /
Derniers articles sur Bellaciao :