Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Honduras : annonce de la fermeture de Radio Globo, une des rares radios objectives

jeudi 6 août 2009 - Contacter l'auteur

De albatv

Alors que le Front de Résistance au coup d’État défilait pacifiquement, les manifestants ont reçu une nouvelle décourageante, celle de la fermeture de Radio Glogo par le CONATEL, l’instance d’État qui régule les médias au Honduras. Cette décision constitue un abus de plus de la part des putschistes qui continuent de porter atteinte à nos droits, et particulièrement au droit à la libre expression dont disposent tous les citoyens d’un pays.

La fermeture de cette grande radio qui dispose d’une couverture nationale – qui, soit dit en passant, est une des rares radios qui depuis le coup d’État informe objectivement sur ce qu’il se passe dans le pays et qui a été présente lors de toutes les activités organisées par le Front de Résistance au coup d’État, depuis le 28 juillet 2009 – signifie un retour en arrière, non seulement pour le Honduras, mais pour l’Amérique latine toute entière. Ces derniers jours, Radio Globo est devenue l’alternative qui permet de forcer le barrage de la désinformation orchestrée par les grands médias aux mains de l’oligarchie hondurienne.

Les membres du Front de Résistance contre le coup d’État ont exprimé que la fermeture n’est pas seulement dirigée contre Radio Globo, mais contre tout le peuple hondurien qui a le droit d’être informé objectivement et qui a le droit à la liberté d’expression.

Depuis le coup d’État, très peu de médias ont réellement informé le peuple hondurien de ce qui s’est passé, parmi eux : Canal 36 (Cholusat sur), Radio Globo, Radio Progreso dans le nord du pays, l’émission Hable como Hable d’Eduardo Maldonado sur Maya TV et quelques radios communautaires avec une couverture locale.

Aujourd’hui, la manifestation du Front de résistance au coup d’État est partie de l’Université pédagogique Francisco Morazán. Les dirigeants du mouvement ont regretté les actes violents qui se sont déroulés hier à San Pedro Sula. Là-bas, des membres du Front de résistance ont été réprimés, alors que les manifestants très nombreux protestaient pacifiquement à proximité du lieu de réunion du président putschiste Roberto Micheletti avec des chefs d’entreprise de la région. Les manifestants ont été délogés par la police et l’armée. De nombreuses personnes ont été arrêtées, il y a eu quarante blessés, et nous n’avons pas de nouvelles de deux jeunes ayant été embarqués par la police. Un des ces jeunes a été blessé par balle et les manifestants ont vu les policiers le ramasser et l’emporter, sans qu’ils leur soit permis de lui venir en aide. Une jeune femme a également été détenue, et personne ne sait où elle a été emmenée. Les faits ont été condamnés et dénoncés par le Front de Résistance contre le coup d’État.

Par la suite aujourd’hui, la manifestation pacifique qui a défilé à Tegucigalpa est partie de l’Université pédagogique à 9h00 du matin. Dans un premier temps, les manifestants sont passés devant le bâtiment Torre Libertad, propriété de Rodrigo Wong Arévalo, propriétaire d’un des si nombreux médias qui appuient le coup d’État. Les manifestants ont exprimé toute leur colère envers ce citoyen et son média.

Le cortège a ensuite emprunté le boulevard Suyapa, situé à quelques mètres des bureaux du Commissariat national des droits de l’Homme, dirigé par Ramón Custodio López, citoyen qui prétend travailler à la défense des droits de l’Homme. Pourtant, il s’emploie plutôt à défendre les intérêts de l’oligarchie politique et des groupes de pouvoir, qui disposent de lui comme d’un fidèle serviteur. C’est le message que les manifestants ont fait passer à Custodio López, alors qu’ils lui demandaient de quitter son bureau et de démissionner du poste qu’il occupe.

Plus tard, les manifestants se sont dirigés vers le Ministère public où ils se sont arrêtés quelques instants. Ils ont également crié leur rejet de cette entité qui n’a cessé de défendre les putschistes.

Enfin, ils ont emprunté le boulevard Morazán où se trouvent les studios de Radio Globo, afin de témoigner de leur solidarité et de leur soutien à cette radio du peuple. Les manifestants ont déclaré qu’ils ne permettraient pas aux putschistes d’empêcher le peuple d’exprimer ce qu’il ressent et ce qu’il pense. Ils n’ont pas écarté la possibilité d’organiser des actions afin d’interdire la fermeture de cette radio, si les recours légaux – mis en œuvres gratuitement par des avocat qui défendent la liberté d’expression – ne donnent pas de résultats.

Le Front de Résistance contre le coup d’État met également en place une action très créative depuis cette semaine. Des messages rejetant le coup d’État sont tamponnés sur tous les billets de monnaie. On peut y lire par exemple : Dehors Micheletti, Non au coup d’État, Oui à l’assemblée constituante. Nous avons pu observer que de nombreuses personnes tamponnent leurs billets ; l’objectif est de socialiser ces messages rejetant le coup d’État.

Par ailleurs, un incident est survenu ce matin à l’Université autonome du Honduras, quand le candidat présidentiel du Parti Libéral du Honduras, Elvin Santos, est venu y faire un discours. Nombreux sont ceux qui se sont sentis offensés et dérangés par sa présence, car il est un des personnages qui appuient le coup d’État. S’en est suivi un affrontement entre les gardes du corps de Santos et des membres du Front de résistance, à tel point que des coups de feu ont retenti et que le candidat a quitté les lieux en courant.

LA RÉPRESSION N’ARRÊTERA PAS LE PEUPLE ORGANISÉ

VIVE LE PEUPLE HÉROÏQUE DE MORAZÁN

Article initialement publié en espagnol par ALBA TV : Anuncian cierre de Radio Globo, una de las pocas emisoras objetivas

Dessin original, Quino, absence de sources pour la retouche

Texte traduit en français par info sud télé

Mots clés : Amérique Latine / Sud / Dazibao / Radio /
Derniers articles sur Bellaciao :