Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Il y a 40 ans : Liévin 1974

samedi 29 novembre 2014, par Collectif Liévin 1974 - 1 com

Il y a 40 ans : Liévin 1974 - 40e anniversaire de la catastrophe de Liévin (décembre 1942 / 42 morts)

Dans le cadre de ce 40e anniversaire de cette catastrophe, le collectif « Liévin 1974 » propose différentes manifestations propres à la revisiter afin de ressaisir le faisceau et l’agencement de ses causes ; de gripper par ce geste la machine commémorative officielle où la « fatalité » de la mort au travail revient à « enterrer » un peu plus chaque année les mineurs sous l’invocation récurrente du « courage » et du « sacrifice », certes dramatique, mais finalement consenti, à une cause nationale et économique.

Le mineur accuse
Emblème de la commission populaire d’enquête, 1974 - 1975

L’ensemble du programme est en téléchargement :

Mercredi 3 décembre 2014 à 19h - au Lieu auto-géré (LAG), 23, rue Jean Jaurès à Liévin : Conférence de Bruno Matteï - « La mythologie du mineur et le sens d’une célébration »

Le 27 Décembre 1974, la plus grande catastrophe minière de l’après-guerre fait 42 morts. 40
ans plus tard, quel sens conférer à un rendez-vous citoyen de commémoration ? Par-delà
les mythologies et les mensonges entretenus depuis si longtemps, de quoi devons nous « faire souvenir collectivement » pour qu’un Hommage aux Mineurs prenne la mesure d’un tel
événement ? Cette conférence-débat offrira notamment l’opportunité de se pencher sur la
confiscation de la parole des mineurs, la mythologie de la Mine, la notion de « fatalité » en matière d’accidents du travail et sa dénonciation.

Philosophe, Bruno Matteï est l’auteur de « Rebelle, rebelle ! Révoltes et mythes du mineur 1830 ­- 1946 ». Il a couvert la catastrophe de Liévin et ses suites pour le quotidien Libération dont il était le correspondant dans le Nord.

Samedi 6 décembre à 2014 à 15h - au Lieu auto-géré (LAG), 23, rue Jean Jaurès à Liévin : Table ronde « D’un Tribunal populaire à l’autre » animée par Jacques Kmieciak en présence de Bernard Leroy et Jacques Lacaze

Imaginés par les organisations maoïstes dans la foulée des catastrophes minières de
Fouquières-lez-Lens (février 1970 / 16 morts) et de Liévin (décembre 1974/ 42 morts), les
tribunaux populaires de Lens du 12 décembre 1970 et du 22 mars 1975 seront l’occasion de faire voler en éclat la notion de « fatalité » trop souvent mise en avant pour expliquer les accidents du travail et ainsi de stigmatiser l’attitude des Houillères accusées de privilégier le rendement à la sécurité.

Jacques Kmieciak, journaliste, travaille sur le mouvement maoïste dans le Nord-Pas-de-Calais. Il est notamment l’auteur de « Il y a 40 ans, le tribunal populaire de Lens. Quand les « maos faisaient le procès des Houillères » (Gauheria n° 77. Juin 2011). Il est l’animateur de l’association des Amis de Joseph Tournel.

Bernard Leroy était élève-ingénieur des Mines en 1970. Membre de la Gauche prolétarienne, il fut l’instigateur de l’occupation de l’école des Mines de Paris puis organisateur et juré lors du
tribunal populaire de Lens (avec Serge July, Marcel Debout, et Joseph Tournel) qui s’est tenu à l’hôtel de ville en présence du philosophe Jean-Paul Sartre. Il fut enfin juré, à partir du 14 décembre 1970, devant la cour de sûreté de l’Etat au Palais de Justice de Paris lors du procès des accusés d’Hénin-Liétard poursuivis pour avoir commis un attentant contre le siège des Houillères à Hénin-Liétard. Il démontrera devant cette cour la responsabilité des Houillères dans le drame de Fouquières-lèz-Lens et contribuera ainsi à l’acquittement des prévenus.

Jacques Lacaze, médecin, était l’un des animateurs de la Commission populaire d’Enquête
consécutive à la catastrophe de Liévin de décembre 1974. Il présida au cinéma L’Apollo de Lens le tribunal populaire du 22 mars 1975. Il était responsable de la cellule du Liévinois du Parti communiste révoltutionnaire marxiste-léniniste - PCR (ML) en 1975.

Samedi 6 décembre à 20h - à l’Espace Ronny-Coutteure à Grenay : « PUTAIN DE GUERRE ! » Et chansons de Mai 1968 Par Dominique Grange et Jacques Tardi

Dominique Grange est une chanteuse engagée. Militante de la Gauche prolétarienne au
début des années 1970, elle est notamment l’interprète des « Nouveaux Partisans », le véritable hymne de la GP. Elle interprète des chansons de cette époque, et l’intégrale de son
spectacle « Putain de guerre ! » imaginé en collaboration avec Jacques Tardi, l’auteur de
bandes dessinées, internationalement reconnu. Composé de chansons, de lectures et d’une
projection d’oeuvres de Tardi, « Putain de Guerre » propose une approche résolument critique des célébrations liées à la Grande Guerre. Dominique Grange chante ses propres textes, ainsi que des textes de Montéhus, Sébastien Faure, Boris Vian... et aussi ceux de combattants anonymes ("La Chanson de Craonne " ou "Gorizia"). Tardi dit des textes résolument antimilitaristes et antipatriotiques, extraits des Tomes 1 et 2 de son album « Putain de guerre ! », réalisé avec l’historien Jean-Pierre Verney. Ses dessins sont projetés sur un grand écran et plongent les spectateurs dans une évocation puissante de la « Der des Ders ».

Messages

Derniers articles sur Bellaciao :