Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Incendies de bus cette nuit, ça sent le barbouzage

jeudi 26 octobre 2006

de Marc

A moins de 6 mois des élections, entrant dans la période anniversaire des émeutes de l’an dernier, c’est tout de même étrange. Non pas que des bus brûlent, mais surtout (ce qui frappe les esprits) que deux bus parisiens aient été incendiés par des groupe d’hommes cagoulés et armés.

Une stratégie de guérilla qui ne ressemble pas vraiment aux dernières attaques sur les ’représentants de la force publique’. Une attaque de bus sous forme de commando ça pourrait passer, mais deux attaques du même type l’une à l’est, l’autre à l’ouest de Paris à quelques heures de différence cela ne ressemble pas du tout aux scènes de révolte ou d’émeute que l’on connaît. Surtout quelques jours après un communiqué des RG parlant d’échauffement des esprits mais qui constate avec soulagement qu’il n’existe pas de planification des actions entre les citées.

De fait une idée vient à l’esprit : opération de barbouzage. Ca ne serait pas la première fois, la période s’y prête complètement, la reprise en coeur des faits, sans une seule question, sans une seule modération par les médias nationaux amène a encore plus de prudence.

Il serait sain que des journalistes indépendants mènent leur enquête sur le sujet, sinon on risque bien de revoir ce genre d’actions

ps : le figaro annonce deux autres incidents : un bus a pris feu à Vénissieux, bus stationné sans passager, pas plus de détails. Une autre tentative d’incendie a eu lieu à Athis-Mons par trois personnes encapuchonnées (attention pas des cagoules là !), mais l’attaque s’est mal passée l’incedie a été maîtrisé par le chauffeur. Ceci confirmant mes soupsons sur cela...

ps : d’autant que la ligne 258 à Nanterre ne passe pas par un quartier à proprement parler, je vois mal les loulous faire 800 mètres juste pour incendier un bus sans caillassage, ne pas attendre la baston avec les keufs et repartir aussi vite qu’ils sont venus...

Messages

  • Ce soir, il y avait une sociologue sur France 3 (il vient de sortir un bouquin ’l’émeute de novembre 2005"), lui aussi qui a longuement travaillé sur les émeutes de l’an dernier semblait septique sur les attaques de la nuit dernière et retenait qu’en rien elles ne ressemblaient à ce qu’on avait connu l’an dernier (spontanéité et non préméditation, émeutes au sein des quartiers...).
    Moi aussi cela m’interroge, surtout après l’aigre expérience de 2002, où les infos ont chargé à fond sur la soit disant délinquance des JEUNES et le discours tout sécuritaire qui envahissait les médias. On suscite à fond la peur et on pousse à voter facho... De là à organiser la provocation sur le terrain, je ne serai pas étonnée....
    Et évidemment toujours rien sur la question sociale, le chômage, le manque de formation, de logement, d’avenir et le respect élémentaire pour les habitants des quartiers populaires et rien non plus sur les deux jeunes victimes qui elles sont bel et bien mortes le 27 novembre 2005 !
    Justice à deux vitesse, médias à 2 vitesses, droits à deux vitesses, dignité à deux vitesses. Ce n’est pas prêt de s’arranger dans nos quartiers !

  • En tous cas, leur bus, on l’aura vu sous tous les angles.
    C’est sacrément photogénique, une carcasse calcinée de bus.
    Beaucoup plus qu’un cahier de doléances dont on aura à peine fait mention, et que nos députés ont fait déposer chez le concierge : ils n’allaient pas se déplacer pour si peu.
    MC

    • c’est un veritable coup monté cette histoire. on a jamais vu des attaques de bus par des gens cagoulés. bien sur aucune enquête serieuse par un journaliste digne de ce nom ne verra le jour. je sais que des extremistes sionistes comme la LDJ et le BETAR utilisent ces methodes. une manière de donner un coup de main à leur poulain sarko. la banlieue est devenu un grand laboratoire. anna

    • EMEUTES DE BANLIEUES , SARKOZY, MOSSAD

      Quand vous verrez d’énormes photos de voyous cagoulés investissant des bus et gentiment photographiés par un "photographe amateur" qui les photographie en gros plans et les diffuse en première page, la nuit même, dans tous vos quotidiens , il sera temps de vous demander qui gite sous ces cagoules .

      Wayne Madsen Report avance un début d’information.
      Quand les journalistes feront leur boulot au lieu de nous faire de la propagande sarkozienne peut-être en saurons–nous un peu plus .

      http://www.waynemadsenreport.com

      « 25 Octobre 2006 :
      Un nouveau livre en Allemagne fait la lumière sur le programme clandestin du Mossad destiné à provoquer la violence parmi les Musulmans d’Europe Occidentale et l’organisation d’opérations sous « fausse banière » afin que les gouvernements Occidentaux en rejettent la faute sur les Musulmans.

      Le livre "Der Krieg im Dunkeln"("La guerre dans la nuit") écrit par Udi Ulfkotte, correspondant autrefois du Frankfurter Allgemeine Zeitung, fournit les détails de concernant deux unités opérationnelles Israeliennes -Metsada, spécialisé dans le sabotage, les attaques terroristes et les assassinats commis sous de « fausses banières » -et le LAP ((Lohamah Psichlogit) engagé dans la guerre psychologique .

      Le livre précédent de Ulfkotte consacré à l’extrémisme musulman, intitulé « La guerre dans nos villes » a été retiré du marché allemand « suite à des pressions légales massives de plaignants musulmans » . Ulfkotte affirme que les services secrets Allemands et Britanniques ont rencontré des agents de Metsada et du LAP en France, suscitant les violences de Novembre 2005 attribuées aux extrémistes musulmans. Wayne Madsen Report a rapporté que le Ministre de l’Intérieur et candidat à la présidence Nicolas Sarkozy , soutenu par la faction française pro-israelienne , a coordonné -et continue de le faire- le paiement d’agents provocateurs destinés à promouvoir la violence dans les banlieues parisiennes à prédominance musulmanes ainsi que dans les autres villes. En Novembre 2005 les émeutes se sont répandue à travers Paris , rouen, Lille, Nice , Dijon, Stabours , Marseille (ou la branche C du Mossad , responsable aussi de Paris et de Londres maintien une forte unité) Bordeaux, Rennes, Pau, Orléans, Toulouse, Lyon, Roubaix, Avignon, Saint Dizier, Drancy, Evreux, Nantes, Dunkerque, Montpellier, Valenciennes, Cannes et Tourcoing.

      Ulfkotte mentionne une source du MI 16 britannique rapportant que le but d’Israel est de promouvoir le portrait du Musulman comme menace imprévisible qui ne peut s’intégrer à la société occidentale .
      SUITE A LIRE SUR : http://www.waynemadsenreport.com/ »

      « 26 Octobre 2006-10-21
      http://www.waynemadsenreport.com/

      WMR a reçu l’information d’un témoin concernant des opérations du Ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy destinées à enflammer la violence dans la région parisienne majoritairement peuplée par des musulmans .(banlieue) .Sarkozy est candidat à la présidentielle de 2007 .

      Le 25 Septembre un convoi de policiers stationnait sur la Rive Droite de la Seine Quai des Celestins pris comme base pour un assaut sur Les Tarterets et ceci afin d’ « enflammer » les gens de la cité. Plusieurs centaines de policiers étaient enrolés par le service pour l’attaque. Seules quelques arrestations ont été opérées dans ce qui s’avêrait être une opération psychologique guerrière. ( Voir le reportage d’hier sur l’engagement du LAP Israeliendans la fomentation des émeutes de banlieues).

      L’assault pré-planifié de la police était une vengeance répondant à l’attaque de deux policiers survenue aux Tarterets. WMR a appris de la part d’une source provenant des services secrets français que l’agression des policiers étaient un coup monté par les services de Sarkozy et ses supporters qui ont totalement infiltré les services secrets intérieurs (D.S.T) et que l’on trouve en nombre croissant dans la DGSE , services secrets orientés sur l’étranger .

    • voilà les pirates,à propos de la dernière intervention sur Sarkozy et le Mossad avcec des pseudos références, interventionque l’auteur tente de coller sur tous les sites, ces types de texte :

      1) quoiqu’il arrive chercheront à montrer que c’est la faute aux juifs...
      2) à partir de là vous créeront toujours un complot du type, les juifs le savaient ils ont quitté les tours qui allaient s’effondrer.
      3) ils se fichent de ce qui se passe à Gaza pourvu qu’ils aient l’occasion de "nazifier" le problème
      4) comme par hasard ils retournent aux mêmes thèses que Sarkozy sur l’origine "musulmane" de la crise des banlieues. Alors que toutes les anlyses y compris celles des Renseignements généraux disent le contraire... Il faut "ethniciser" à n’importe quel prix les problèmes...

      Ce type de discours qui semble attaquer Sarrkozy en fait le soutient... Il a la même origine, flicaille et compagnie, extrême-droite et compagnie...

      Danielle Bleitrach

    • D’accord avec Daniele !
      Sur la question de l’analyse que font les RG des émeutes (loin des discours incendiares de Sarko, voir le bouquin de Laurent Muccielli "Quand les banlieues brûlent", dans le texte, p 18 :

      " (...) La thèse de l’organisation délinquante est ensuite démentie par un des propres services du ministères, les RG, dont le journal le Parisien révèle un rapport sur les émeutes datant du 23/11/05, qui diagnostique "une forme d’insurrection urbaine non organisée", "une révolte populaire des cités, sans leader et sans proposition de programme", animée par des jeunes "habités d’un fort sentiment identitaires ne reposant pas uniquement sur leur origine ethnique ou géographique, mais sur leur condition sociale d’exclus de la société française". Le rapport ajoute que l’Etat s’est surtout préoccupé de la "montée de l’islamisme radical et du terrorisme religieux" et a "négligé le problème complexe des banlieues". Au moment où l’extrème droite française et la presse étrangère soulevaient la question de du rôle de "cet islamisme radical", et alors que le ministre de l’intérieur avait évoqué les menaces "extrémistes" et annoncé sa volonté d’expulser les émeutiers de nationalité étrangère même titulaires d’un titre de séjour, ce sont à nouveau les RG qui ainsi que la DST ont démenti toute implication des groupes musulmans radicaux (AFP 23/11). Le camouflet est là aussi cinglant et pose la question de l’attitude du ministre de l’intérieur qui semble avoir adopté de longue date une stratégie délibérée de provocation et de stigmatisation des jeunes des quartiers populaires".

      En bref, la question des émeutes est avant tout une question sociale, et contrairement à la lourde propagande que nous avons subie il y a un an, il n’ya strictment aucun rapport entre religion et révoltes urbaines. D’ailleurs Laurent Muchielli démontre plus loin avec les mêmes sources, que y compris les religieux modérés n’avaient aucune prise pour calmer les élans de révoltés.

      Hors de question d’ethniciser ou de nier la révolte d’une jeunesse désespérée et rebelle à la fois. C’est ce que cherche entre l’Etat pour nous diviser dans nos quartiers.

      Une internationaliste, d’origine algérienne et athée et pleinement solidaire de notre jeunesse !

    • On n’a peut-être pas besoin de faire appel au Mossad pour mettre deux ou trois cagoulés derrière un bus.
      Restons français que diable, si on délocalise les emplois de flics provos, où va notre (brave) patrie !
      MC

  • Quand tu n’as accès ni à un emploi digne, ni à une vraie formation, ni à un logement et que le lot de tes rencontres se résument à des contrôles réguliers au faciès.

    J’ai été gazée par la police en bas de ma propre cité il y a un an, avec une cinquantaine de mes voisins, tout ça parce que la police embarquaient trois gamines de douze ans après les avoir gazées, alors que les mères étaient elles-mêmes présentes et que nous souhaitions calmer les tensions !

    Mais dans quel monde vis-tu ??? De quelle démocratie parles-tu ???

  • La droite nous rejoue le film de 2002 ?

    La meilleure des réponses, c’est :
    - que les Jeunes des cités ne répondent pas aux provocations de ces barbouzes envoyés par le clan "Chirac-Sarkozy-Le Pen",

    - qu’ils pensent à aller s’inscrire à la mairie sur les listes électorales avant fin décembre,

    - et qu’ils investissent en masse les partis et mouvements de gauche, car le salut ne viendra pas d’en haut, trop aveugles, trop sourds, trop muets, mais il viendra d’en bas pour nettoyer cette racaille qui siège dans les plus hautes instances de l’Etat et qui fiche la pagaille et la honte dans notre démocratie. J

    • Votre ’’Democratie’’ est une honte tout court, c’est juste une auto-appelation, une branlette de l’esprit . Vous etes parmis les pays les plus flicqué, un peuple parmis les plus surveillé ,les plus taxé. Une Justice a plusieurs vitesses, une société avec plusieurs classes, de l’exclusion sous toute formes a chaque coin de rue,
      Un passé fait de pillages et massacres et vous n’avez que ce mot a la bouche ,démocratie.
      Donneurs de lecons avec une morale auto-proclamée , branlette de l’esprit en tout genres.
      C’est votre belle France vue de l’exterieur, en vrac .

    • c’est a cause de tous ces mensonges commis en notre nomsque l’on se bat.
      tu devrais poster ton message sur les sites de la droite et de certains bien pensant du PS, ou encore le site de sarko...mais je pense que la censure fera son effet....bats toi avec nous.

    • Si la nouvelle vague d’émeutes atteind son paroxisme, cela prouvera la totale inefficacité de Sarko et de ses méthodes. Et donc la gauche sera élue à coup sûr et de loin !

      Oui l’attaque d’un bus à main armée était une provocation policière !

      Le but du pouvoir avec une telle provocation, c’est d’empêcher la nouvelle vague d’émeutes d’atteindre son paroxisme en la tuant dans l’oeuf : il veut que la population assimile les émeutiers à des ordures masquées et hyperviolentes au point d’attaquer un bus avec des armes à feu.

      S’il réussi son coup, les émeutes vont s’arrêter. Et Sarko ayant prouvé la validité de sa méthode pourra être élu en 2007, c’est son but.

    • on peut le voir comme ça auusi, pourquoi pas.

      mais sarko a dit que s’il y avait des émeutes généralisées en banlieues ça le ferait passer au 1er tour.
      je ne sais pas comment interpréter ces provocations policières...

    • C’est simple :

      — Si "sarko a dit que s’il y avait des émeutes généralisées en banlieues ça le ferait passer au 1er tour", c’était dans l’espoir que sa phrase inciterait à ce qu’il n’y ait pas d’émeutes.

      — Et la dernière provocation policière dont il est ici question a pour but d’avorter la nouvelle vague d’émeutes qui essaie de se faire jour.

      C’est sûr, s’il y a un nouveau novembre 2005, cela prouvera définitivement et d’une façon absolue que la méthode policière n’a aucune efficacité, bien au contraire ; et la droite n’aura aucune chance d’être élue.

      Une fois la gauche élue, elle pourra mettre en place une solution de gauche : c’est-à-dire supprimer la pauvreté en donnant une espèce de salaire d’existence (revenu d’au moins le smig assuré à chacun-e, qu’il travaille ou non, et sans l’emmerder avec divers contrôles à la con) à tout le monde quelque soit son âge.

      Quand il n’y aura plus de pauvres, il n’y aura plus d’émeutes !

      il n’y a pas d’autre solution.

      Et c’est ça, la JUSTICE !

      Tout le reste n’étant qu’injustice !

    • Vous oubliez qu’il y a un minimum de dignité à avoir, même dans les propos. La violence commence là. Evitez ce chemin, il est trop miné et la bande à "Sarko-Le Pen" commence à se frotter les mains. Alors, ne m’agalmez pas avec les donneurs de leçons, ni avec une morale auto-proclamée parce que je crois à la démocratie et à sa laïcité, qui permet une entente plus large de tous et une bien meilleure intégration. Ne donnez pas raison à cette vulgaire droite qui n’attend que ce genre de propos pour confirmer leurs points de vue sur la question de la violence dans les banlieues.
      Et sachez pour votre gouverne, que beaucoup d’entre nous, ont connu aussi en leur temps (pas si lointain) des problèmes d’intégration parce que venant d’Espagne, d’Italie ou du Portugal, ou même parce que venant du monde ouvrier, notamment pour les études. Ca n’a pas été facile, mais c’est faisable, en tout cas j’y crois et c’est par la force du peuple que la démocratie prendra la couleur qui lui convient.

    • Non les émeutes ne peuvent que faire monter le vote pour Sarko ou pour l’extrême droite, et c’est aussi ce qu’il cherche faire passer le gros borgne au second tour afin de s’assurer la victoire.

      Si la personne de base est effrayé par l’insécurité sous Sarko ils vont pas voté pour la gauche "laxiste" plus y’en a de l’insucurité et plus il joue avec...

    • Tu te rrompes !

      S’il y a des émeutes graves, Sarko est foutu parce qu’il n’aura pas su les empecher c’est évident

    • Tu crois que la peur de l’insécurité fait voter pour plus de liberté, les gens sont cons ou ils le deviennent avec la trouille, ils vont pas remonté à la base du problême en ce disant " ah oui si y’avait un projet sociale, si y’avait un dynamisme, un avenir, moins de discrimination y’aurai pas toute cette merde" ceux qui ont cette capacité de réflexion n’ont jamais voté à droite ou à l’extrême et n’ont jamais étaient tenté.

    • Prends pas les candidats de gauche pour des cons !

      Ils sauront très bien dire :

      « Vous voyez toutes ces émeutes ? quand Sarkozy est au pouvoir il y a de l’insécurité partout ! il est incapable de l’empêcher. Seuls des moyens de gauches peuvent empêcher cela ! Votez à gauche ! ! »

    • Il faudrai vraiment un travail de plusieurs années, entends les conversations des beaufs dans les bars ! Le sentiment de peur enlève toute réflexion profonde, je suis stupéfait par la monté du racisme, personne à gauche pourra raisonner toute cette population si il se passe de trop gros évènements...

    • Sans prendre les gens pour des "cons", je suis OK pour dire que la peur fait voter à droite ou à l’extrème droite, mais il y a autre chose qui explique aussi ce vote. Si la gauche avait un discours clairement social (ainsi que des actes politiques) et ne reprenait pas à son compte les préjugés du tandem Sarko-Le pen, les gens lambda ne seraient pas tentés de voter à droite à la première émeute ou aux premiers sujets médiatiques qui parlent de la "violence des jeunes", comme en 2002 (2002=abandon d’une politique de gauche assumé pleinement "nous sommes pas socialistes" + discours tout sécuritaire dans les médias)

      Nous sommes tous responsables, il y a un vrai travail idéologique, d’argumentations que nous devons mener dans nos quartiers, avec nos voisins, avec nos collègues et souvent à contrario de la gauche bien pensante. Penser qu’on a été un moment laxiste, dans une période où la Lepénaisation des esprit se généralise ne peut pas être que le fait des Sarko-Le Pen.

      Fabius (que je n’ai vraiment pas l’habitude citer !!! :o)) disait justement l’autre jour de Ségolène, qu’elle court derrière Sarko, qui court derrière Le Pen.

      A ce rythme là, l’Eta fasciste est déjà au seuil du pouvoir....

      Je pense malheureusement que plus il y aura d’émeutes, plus il y aura de vote fasciste. Et en même temps, je suis profondément du côté de la révolte des émeutiers, qui face à la violence sociale qu’ils subissent chaque jour, répondent avec leurs trop maigres moyens. D’où la nécessité de militer CONCRETEMENT dans nos quartiers.

      Amel

    • Il n’y a pas besoin d’une réflexion profonde pour comprendre ce que dit 83.***.71.*** à 20h53 !

      Il suffit de constater : la technique Sarkozy, c’est-à-dire la technique policière, abouti aux émeutes.

    • Ah ouais ? Et quest-ce qui empêchera les gens qui ont peur de voter Le Pen ? Je ne pense pas ce que ce soit aussi simple que ça, il est où l’espoir en ce moment ??? Moi je ne vois pas...

    • Oui, c’est aussi simple !

      Les gens comprendront facilement que plus il y a de sarkozysme et plus il y a d’émeutes, c’est évident ; car, pour ça, il n’y a pas besoin de réfléchir : il suffit de regarder ! Et les gens seront immédiatement d’accord avec le candidat de gauche qui leur en fera la remarque.

      Tu crois quand même pas que les émeutiers, qui se révoltent contre Sarko, vont aller voter pour Sarko ou Le Pen, n’est-ce pas ? Et leurs parents et leurs voisins non plus ne voteront pas Sarko-Le Pen, ils voteront pour le premier candidat de gauche qui fera constater à tout le monde que la seule réponse qu’ont trouvé les pauvres face à Sarkozy, c’est l’émeute.

      Et tout le monde, même la bourgeoisie, voudra se débarrasser de Sarkozy !

    • Redescend sur terre, la société a malheuresement la vision "de tous ce qui pose un problème on l’enterre", c’est comme ça, les médias créent les peurs et Sarkosy et tous les réactionnaires répondent à leurs attentes, même si c’est un échec il s’en fout il donne l’impression de, il se fait voir c’est la technique du publicitaire et c’est toujours payant

    • Franchement, c’est toi qui n’est pas sur terre. je ne sais dans quel tombeau idéologique tu t’es enterré et qui te pousse à voir les choses d’une façon compliquée. Mais les choses ne sont pas telles que l’idéologie le dit. Avec Sarkozy, il y a des émeutes et tant qu’il y aura Sarkozy, il y aura des émeutes. C’est pas compliqué. Tout le monde peut voir ça.

      Il se trouve que ton catéchisme t’interdit de voir que tout le monde peut le voir.

      C’est tout !

    • Je suis jeune et j’ai vécu dans les quartiers populaires, et quand je vois même des personnes qui n’étaient peut être pas trés ouverts et avec quelques à priori mais sans être non plus des gros fachos qui du jour au lendemain te sortent des horreurs sur les étrangers (que je suis d’ailleurs) c’est parfaitement écoeurant, et je vois un enfermement terrible chez de + en + de personne !

    • Je ne vois pas ce qu’il y a de mortifère ("tombeau idéologique") à dire qu’il faut militer dans nos quartiers et à penser que ce n’est pas le vote mais bien la démocraie directe, le travail quotidien de terrain qui nous sortira de cette mouise. Au contraire tout cela me parait bien vivant ! Je ne laisse pas l’action politique à des professionnels, j’estime que chacun doit s’y mettre pour redonner du sens au mot démocratie. Et l’expérience de la lutte m’a permis à mon niveau du moins de gagner parfois des choses. Sauver le taff de quelques uns grace à la lutte collective quand tu bosses et vit en banlieue, galère de la précarité, aucune honte, au contraire. Ca, ça va du côté de l’espoir et du progrès, et c’est CONCRET, et c’est le résultat de l’action directe. Les gens avec qui tu milites voient qu’il est possible en s’unissant de faire avancer les choses, c’est le fatalisme ambiant qui recule.

      Et pour continuer, je vois malheureusement que ce qui s’est passé tragiquement hier soir à Marseille va encore servir le politique du tout sécuritaire. De plus tu sembles oublier avec tes "sauveteurs de la gôche" que Ségolène Royal a elle-même un discours sécuritaire et qu’elle proposait il y a encore peu des militaires pour les jeunes. J’irai sans doute voter, mais pas pour cette gôche là qui n’en est plus une. Et ce ne sontpas les travailleurs sociaux, mobilisés depuis deux, trois ans contre Sarko qui me diront le contraire.

      Mais je te vois déjà arriver avec tes gros sabots "c’est de ta faute si la droite va gagner, bla, bla, bla..." De quelle démocratie parle-t-on à la fin ??? S’il faut tous voter PS pour résoudre le problème de l’avancée de l’extrème droite en France, si c’est cela ta solution, alors nous sommes bel et bien à la fin de ta république chérie ....

      Pour ma part, la lutte continue !

      Amel

      PS : l’idéologie n’est pas l’apanage des résistants ! Ton discours fataliste est tout aussi idéologique....

    • 81**230,cite moi un pays sans classes,sans inégalités,sans exclusion ?un passé fait de pillage et de massacres,tu parle sans doute de la Grande Bretagne et des USA de l’Allemagne,de la Belgique,De la Hollande,de l’Italie,de L’Espagne, de l’Autriche,du Portugal,du Méxique,du Canada ?la France comme les autres a des périodes de régression et des periodes de progression.
      Au fait,d’aprés un sondage 31% des britanniques auraient préférer être français,tu peu toujours chercher les chiffres pour les français !
      Déçidément la bêtise et l’ignorance de sa propre histoire est une chose bien partagée dans tout les pays du monde.
      Jean Claude des Landes

  • Pendant la crise des banlieues de novembre, il n’y avait pas que des jeunes,

    mais des adultes qui savaient se battre...

    Pendant les manifestations anti-CPE, il y a eu beaucoup de témoignages sur INTERNET

    concernant des "CASSEURS" montrant leurs papiers à la police

    et quittant le mouvement sans problème
    .

    D’autres en ont vu monter dans les cars de police après les manifestations...

    J’ai imprimé un bon nombre de témoignages allant dans ce sens.

    Donc, il y a une conspiration contre nos compatriotes musulmans :

    JE N’EN SUIS PAS !

    ET N’EN SERAI JAMAIS...

    SOLIDARITE et RESISTANCE !

    Cet article et vos commentaires me font chaud au coeur

    Michèle

  • Pourrait-on repenser à l’incendie du Reichtag ?

    JMH

    • Cette article correspond tout a fait a se que je pense, mai bon sans preuve ! En plus on a des fait qui pourrait crédité cette hypothèse dans l’affaire des des poyotte en corse, ou le Greenpeace. Mai bon c’est des hypothese .
      Rebelle

    • Ce que veulent les politiques de France et surtout les sionistes infiltres au PS, a l’UMP avec l’aide de racistes notoires comme de villiers et Lepen c de degouter les francais de la politique pour que ces derniers laissent ces imposteurs controler la France a force de manipulations, de mensonges a l’egard des francais d’origines etrangeres et ce pour leur propre compte puis mettre la France dans le giron americano-israelo-anglo-saxon afin d’opposer leur axe du bien contre l’axe du mal pour mieux annexer et contoler les richesses les frontieres des autres peuples et augmenter leur profits en faisant miroiter aux peuples de l’axe du bien une meilleure condition de vie au bout de leurs logiques meurtrieres.Deja beaucoup de francais qui n’ont pas axes aux infos autres que celles relayes par les" masses merdias " se laissent manipuler.....nous sommes a la veille d’un genocide planetaire planifie par des fous furieux sur les populations dites etrangeres des pays d’occident avant ou apres avoir planifie le meurtre en masse des populations du tier monde.....voila la realite.....ayez les yeux grands ouverts et oberver....vous etes aux premieres loges.

    • Entre émettre une hypothese basé sur des fait, et affirmé que se fait ai exacte sans preuve il y a un gouffre que personnellement je franchirait pas.
      Oui des gendarme ou des barbouze d’extrême droite peuvent recevoir des mission de déstabilisation, c’est une hypothese basé sur des fait.
      Jacques Faucard utilisé déjà des mercenaire dans les groupe oscule proche de L’OAS pour organisé des coup d’états en Afrique, ou pour assassiné des membre proche de l’ETA.
      Mai dans le cas des bus c’est une hypotheque et rien de plus.

  • une autre hypothèse : la perte de contrôle des évènements par tous (police,politiques,religieux,...) ; la bétise de certains groupes dont les membres existent uniquement en désignant un bouc-émissaire (l’autre en général, la femme à marseille cette nuit ?) et en faisant monter les enchères entre eux (comme les mafieux amanés parfois à sacrifier un membre de leur (vrai) famille)/ce serait à la fois rassurant (pas de complot internationnal...et angoissant (quelle prise a la "société" sur le réflexe "communauté" soumise au chef ?

    gérard

  • C’est fou de tenir ce genre de discours ! Marc, ne seriez vous pas un de mes patients, de mon service psy ?

    Puisqu’apparemment, vous prenez le bus comme moi à Nanterre, à moins de chausser des lunettes de Bisounours, vous ne pouvez nier que les incivilités voire actes de délinquance sont quotidiens. 27 sont recensés, par jour, et commis à l’encontre de conducteurs qui sont bien souvent les frères, de classe ou de sang, de ces petits délinqiaunts dépourvus de toute conscience, politique ou autre.
    Bien malheureusment, les victimes de ces agissements ne se baladent pas dans les sordides bus de banlieue à des heures avfancées de la nuit ! (Toutes mes pensées à la famille de la victime Marseillaise...)

    Souvenez vous, d’ailleurs, les manifs anti CPE, avec ces mêmes individus encagoulés, qui s’en étaient pris violemment à nos camarades de la CNT... Eux s’en souviennent ! Un comble !

    Assez d’angélisme et un peu d’objectivité !

  • Je ne vois pas ce qu’il y a de choquant à dire que ce n’était pas des émeutiers pour le bus de Marseille avec cette terrible attaque que je condamne. Je ne crois pas non plus que ce soit le fait de flics. Ca me parait plus l’actes de jeunes cons, complètement inconscients sur les conséquences de leurs actes, dans un acte de vengeance complètement primaires (t"as pas voulu nous prendre à l’aller, on t’auras au retour"), un truc qui mèle colère et immaturité, ce qui n’est pas du tout représentatif de ce qui s’est passé l’an dernier.

    On n’a pas encore assez de recul pour mesurer sereinement ce qui se passe, mais je souhaite tout de même rappeler que les émeutes qui se sont déroulées l’an dernier contrairement à toutes les émeutes connues en Europe et ailleurs n’ont jamais été "interraciales" (genre un "black" contre un "balnc" ou un "asiatique", ou un "blanc" contre un "arabe", etc...) (tout ça entre guillements ces termes me mettent mal à l’aise). Voir le bouquin "Mouvements n°44 intitulé les Emeutes et après ?" L’essentiel des émeutes se retournaient contre des symboles de pouvoir public ou privé(on peut ne pas être d’accord mais par contre c’est une réalité) : type institutions, écoles, bus, banque, mac Do... Après il peut y avoir des accidents, l’exemple de personnes coincées dans des bus sorties in extremis y compris par des émeutiers illustre très bien cela. Le fait qu’il n’y ait eu aussi aucun mort était à tel point étonnant, que même Sarko s’en flattait lors des déplacements à l’étranger... Et que des responsables d’autres Etats n’hésitaient pas à s’en étonner en public également.

    Autre chose encore, dans son livre Mucchielli ("quand les banlieues brulent") rappellent que suite aux émeutes de Los Ageles en 1992, ou suite à des émeutes qui se sont déroulées en Angleterre, il y a eu enquête. Cela a participé à "calmer" les choses à défaut de rendre une justice sociale. Ce qui n’est pas du tout le cas en France, cela n’est pas à sous estimer, si on ajoute les lois rétrogades qui ont été voté (Lois sur l’Egalité des chances qui pose le travail à partir de 14 ans et le travail de nuit à partir de 15, et les allocs supprimées pour les parents dont les momes s’absentent à l’école...). Sans compter les discours sur la colonisation qui n’était pas si mal que ça, et le terme de racaille qui déborde désormais sans complexe de la bouche de maints journalistes et politiques...

    La situation est de plus en plus rude, l’injustice de plus en plus flagrante, à tel point que des tas de jeunes qui ne croient pas spécialement au vote s’ont partis s’inscrire pour "éviter le pire". Il savent qu’il y a un Lepen qui sommeille de moins en moins en Sarko, et s’ils peuvent participer à le stopper, ils seront là. Dans la rue (CPE, émeutiers) comme dans les urnes...

    Je vis en cité ; l’année dernière la bagnole familiale a été brulée (le jour du pic des voitures cramées vers la fin des émeutes). Ma cité est assez tranquille, on se parle entre jeunes et moins jeunes, ça roule. Ca m’a fait assez chier, et des flics sont venus faire le constat pour la caisse. Pas mal de voisins étaient là, surtout des minots, qui étaient dégoutés pour moi et qui en même temps me disainet que "Sarko, il nous aime pas. Il aime pas les gens qui vivent dans les quartiers". "Nos parents, ils disent que les jeunes ils devraient aller bruler à Neuilly (pas loin de chez nous)..." Quand un mome de 7 ans te dit ça, tu vois mieux où on en est par chez nous... Je ne crois pas qu’un ministre ait été aussi connu (et détesté) par les jeunes que Sarkozy depuis longtemps ! Les flics sont restés 10 minutes avec les pompiers le temps d’éteindre la caisse, puis sont partis. 3 heures plus tard, je les revoyais au pied de mon immeuble, entouré d’une cinquantaine de mes voisins (mamans, papas, minots et jeunes gens). Les mêmes embarquaient trois gamines qui avaient dans les 12 ans, venaient de les gazer devant tout le monde pour les pousser dans leur caisse. Les nénéttes pleuraient, criaient, flippaient. leurs mères étaient là aussi. Elle demandaient aux flics de ne pas les embarquer, qu’on pouvait discuter, elles répétaient, comme les autres habitants "Ce ne sont que des enfants, ce sont nos filles, laisser les s’il vous plait", avec une douceur de la part des habiatnst dans leurs gestes et dans leur propos qui m’a surprise tant la situation me paraissait en fait violente. On était comme une chaine, liés les uns aux autres : la fille de ma voisine, la soeur de mon cousin, l’ami de mon père, etc... Si on en prenait un, les autres étaient là. Un moment les flics se sont énervés, et les mêmes qui m’avaient fait le constat 3 heures avant, m’ont gazé à 20 cm de mes yeux, moi ainsi que mes voisins, mon père, etc... Tout ça pour trois gamines qu’on aurait vu s’amuser avec un extincteur dans l’un des halls, tout cela avait pris des proportions incroyables en fait. je rappelle queles gens se parlent dans ma cité....

    Je vous assure que vous faire gazer en bas de chez soi n’a rien à voir avec se faire gazer en manif, c’est extrèmement violent, c’est toucher dans l’intime. Les gens du quartier ne s’attendait pas du tout à cela. Il y a avait un profond sentiment d’injustice qui régnait parmi nous. et pourtant mes voisins ne sont pas des militants de la première heure. Quand je suis rentrée, j’ai vu mas voisine, dont le camion avait été également brûlé, d’accord ça faisait chier, mais nous étions d’accord sur un constat. Les jeunes ne sont pas cons, ils sont de moins en moins d’avenir et se révoltent contre cela. Et nos gamins sont plus importants que nos bagnoles... On ne nous demandera pas de choisir, c’est bien plus compliqué que ça. D’où le conseil impuissant d’aller brûler à Neuilly...

    Alors, ce qui s’est passé à Marseille est grave, oui. Mais le contexte du malaise, dans nos quartiers, laissent aussi des momes et des habitans livrés à eux mêmes face à cette jungle sociale qui s’épaissit. Des jeunes qui peuvent partir d’un dégout de cette société qui les refuse, peuvent aussi se tromper, et aller trop loin. Cramer et ne plus se soucier des individus, il n’y a plus de garde fous entre la colère et la vengeance qui frappe aveuglément. Mais je tiens à rappeler que ce qui s’est passé à Marseille est exceptionnel, et ne représente pas les violences urbaines de l’année dernière. Je ne donne pas d’excuses, je demande qu’on ne fasse pas l’amalgame entre des gamins qui se déchaineent aveuglément. Parce que sans doute la dose de violence dans laquelle ils vivent quotidiennement ne leur font plus voir des limites qu’on ne DOIT PAS FRANCHIR, celle de la dignité et de l’intégrité physique des individus.

    Je pense que cela va être de plus en plus dur, d’être progressiste, d’être du coté des opprimés, parce que dans la société et dans notre camp en particulier, celui des gens qui deviennent de plus en plus pauvres, de plus en plus frustrés, dans une société qui semble perdre tout sens, où l’objet vaut plus que l’individu, il y aura de plus en plus de gens qui pêtent les plombs, se suicident, tuent (volontairement ou non), se révoltent avec plus ou moins de conscience... Il y aura aussi de plus en plus de manipulations de l’Etat face à cette instablité dans notre camp.

    J’étais aux Invalides lors d’une des manifs anti CPE-CNE-LEC. Je finirai par cela. J’ai vu un gars à terre (type Keupon) se faire bastonner par une dizaine de gars. Les gars, et je le certifie, plutôt jeunes possédaient des matraques noires, et frappaient le type à terre avec en filant également des coups de pieds. C’était effarant, c’était d’une violence inouie, à tel point absurde, qu’il était impossible de ne pas réagir, même si j’avais peur, le dégout était le plus fort. Je suis intervenue avec un sympathisant cénétiste. On hurlait qu’on était révolutionnaire, qu’on détestait Sarko, que s’il fallait taper c’était contre les flics, pas contre nous. On hurlait comme des bêtes. Les gars sont partis progressivement, je passe les détails, mais c’était à celui qui gueule le plus fort. c’était à celui qui montrait la dose de violence qu’on a en soi, un truc que j’ai pas du tout aimé...

    Mais ces jeunes qui avaient des matraques (une exception dans la foule animée des invalides) étaient de ceux qui avaient été armés par les flics, et qui n’ont plus grand chose à perdre. Le constat de NOTRE RATAGE POLITIQUE. De toutes les batailles que nous n’avons pas mené MASSIVEMENT contre la précarité, contre la poltique à deux balles menées dans les quartiers populaires, contre le racisme d’Etat face à nos parents immigrés et leurs descendance...

    On ne peut pas se contenter de s’indigner sur une violence qui s’affirme de plus en plus calirement et qui pourra être manipulable, sans faire le constat de ce qu’est notre engagament (ou notre passivité) politique. je ne dis pas que nous méritons ce qui ous arrive, je déteste d’ailleurs ce discours qui commence à paraitre, par contre, on ne peut pas se contenter de s’indigner sur Marseille sans reconnaitre que si nous ne changeons pas nos pratiques militantes (sur le CPE combien de fois les jeunes ont été trahis par les syndicats, quand ils voulainet TOUT FOUTRE A LA POUBELLE : CPE-CNE-LEC et défendre tous les insurgés du printemps comme del’automne dernier). Je me souviens aussi de jeunes dans le bus qui disaient aller aux manifs contre le CPE, mais sans illusions, car ils savaient pertinemment que même s’ils parviendraient à faire retirer le CPE, leur "vie de merde ne changerait pas"....

    Voilà, moi je suis bien amère, mais faudra bien continuer de lutter après ce qui s’est passé à Marseille, et je crois que malheureusement que ce n’est qu’un début.
    Je suis d’origine algérienne, j’ai perdu bon nombre de membres de ma familles durant la dernière décennie au bled, je me rends de plus en plus compte que les sociétés sans violences (de l’Etat comme dans la société) sont extrèmement rares, et que la pseudo paix sociale qui semblait tenir avec le compromis des trente glorieuses est en train d’éclater en France, et que le peu de sécurité sociale (dans tous les sens du terme) qui a existé quelques décennies, est en train d’éclater également. Je ne m’en réjouis pas, mais à l’image des manifs il y a bien longtemps, il est possible que ces dernières deviennent aussi plus violentes, et qu’elles ressemblement davantage à ce qu’elle ont toujours été avant. A l’image de ce qui se passe en Amérique Latine ou au Mexique.

    On a du boulot idéologique : interroger et renouveler nos pratiques militantes, et du boulot tout court : convaincre nos collègues, voisins, amis à s’engager dans les luttes collectives seules capables de redonner de la confiance et de regagner un rapport de forces contre un système que nous ne cessons de perdre.

    La seule chose qui me rassure dans tout ce fracas, c’est que les nouvelles générations militantes qui arrivent, arrivent déjà dans la merde... (désolée pour eux, mais aussi respect pour leur ténacité ) Les jeunes lycéens qui se sont tapés les mobilisations contre Fillon et quyi ont vécu des mobilisations où la violence pouvait être aussi présente, étaient les mêmes qui remùettaient ça l’année suivante avec la lutte ANTI CPE, et cela ne les a en rien découragé, aui contraire leur niveau d’organisation et de conscience était bien plus élevé. Les actions étaient inventives, radicales, démocratiques... Les AG souveraines, ... Je crois que là, nous avons des leçons à prendre et des expériences à partager. Donc si c’est la merde sociale, on trouve aussi la fine fleur qui pousse dedans !

    Amel

  • eh oh reprenez vous là ! Attendez un peu avant de sombrer dans la parano. N’oublions pas que ce qui est dit maintenant pourrait se retourner contre nous dans quelques jours et nous ridiculiser. Pas tant que je crois impensable qu’une telle idée puisse venir à l’esprit d’un "tout sécuritaire" machiavélique mais plutôt parce que je crois qu’il n’y a malheureusement même pas besoin de ça pour qu’on en arrive là. Et puis pour qu’il y ait manipulation il faut qu’il y ait "manipulés. Non ? En quoi sont-ils moins responsables ? (moins irresponsables ?) ? Irresponsable parce que tout ça ne peut effectivement quoi que profiter à Le Pen et Sarko.

    • Arrètez de délirer et appelé ces jeunes comme ils doivent ètre appelés le:LUMPENPROLETARIAT et nous n’avons rien à attendre d’eux : surtout pas notre libération !(relisez vos classiques).Ils doivent comprendrent qu Ils ont un role à jouer mais en devenant intelligents ! ds67

    • exact, le lumpenprolétariat existe toujours. Il est l’alliée objectif de tout pouvoir totalitaire.
      Ces connards qui ont fait cela n’est que le rébut de la société et empeche toute révolution prolétarienne. Il n’y a pas honte à dire cela, Marx le disait aussi

    • Je vous trouve géniaux les deux derniers intervenants : "C’est le lumpenproletariat, c’est des rebus, c’est réglé, marx le disait"...

      Ca va pas plus loin du point de vu de votre engagement, de votre questionnement militant ??? On dirait que tout coule, que tout est écrit et que y a plus qu’à faire comme d’hab, organiser les prolos, les vrais, ceux qu’ont encore un taff !

      Bon sang ! Ce qui s’est passé l’automne dernier, pour l’avoir vécu quotidiennement, et pour vivre ce qu’Olivier Masclet appelle "la gauche et les cités : le rendez-vous manqué" (enquête sociologique sur des habitants de Gennevilliers/92 en 97), moi ça M’INTERROGE REELLEMENT SUR COMMENT MILITER.

      On peut se contenter de continuer de lutter dans les boites avec ceux qui peuvent encore se battre (et encore à peine ! Vue la précarisation y compris des non précaires) et laisser tomber de plus en plus de monde, ces gens de plus en plus nombreux qui n’ont plus accès au monde du travail que de manière "intermittente" avec une pression plus dure et une précraité qui s’étale sur des décennies. Mais au rythme où va cette précarisation, il n’y aura plus que cette poussière que vous méprisez tant et le fascisme sera arrivé...

      Ce que je soulève ; depuis hier dans mes post, c’est "ET NOUS LES MILITANTS COMMENT ON RENOUVELLE NOS PRATIQUES ?" Quand est-ce qu’on se bouge vraiment le cul sur la précarité par exemple ??? Comment envisager un travail militant de quartier au delà des boites ??? Comment bouger les syndicats sur les boulversements actuels du monde du travail qui prennet les gens à la gorge ???

      Avec de telles réflexions de votre part, difficile de rester fraternelle dans ces conditions... Mais pas tout à fait résignée !

      Amel

    • Tout à fait d’accord : si certains comportemets en marge des manifs correspondent à la description marxienne du Lumpen prolétariat, il est complètement idiot de la part des deux papys de généraliser à ce point, et de nier l’existence d’individus conscients (ou pas) en discernant les jeunes de cités / les étudiants / les travailleurs.

      D’abord parceque ces catégories s’entrecoupent complètement, deuxièmement parceque parmis les jeunes qui ont subit l’échec scolaire, certains ont une conception de lutte de classes et sont bien plus intelligents qu’on voudrait le faire croire, troisièmement paceque votre prolétariat originel chéri est aujourd’hui le premier électorat de Le Pen et de Sarko, et que je n’entrevoie là ucune lueur d’intelligence, ni de la part du SO de la CGT qui charge tout ce qui est bronzé et agité matraque en main, qui décollent les affichent de la CNT et livrent des manifestants aux flics.

      sc_marcos94

      Amel si à l’occasion tu veux échanger un avis plus détaillé sur la question
      revolte-socialenospam@hotmailnospam.fr

      P.S : ceci n’est ps mon adresse, donc inutile de virer le post ou la pourrir